20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:20

          Terriblement décevant, ce film n'a pratiquement de positif que le nom de son réalisateur. Bon, j'exagère un peu mais il est clair que dans la lignée des films de fin du monde intimistes à la mode (Melancholia, Take Shelter, Perfect Sense), celui-ci fait un peu tâche et je trouve que l'essai de Ferrara est raté.

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

4h44-dernier-jour-sur-terre-2

 

-> Lire la suite...


               Là où les films susmentionnés ont su trouver leur subtilité, 4h44 semble vouloir passer en force pour, finalement, faire réagir le spectateur pendant 1h20. Il est évident que le climat actuel est propice à ce style de films et le thème de la fin du monde est devenu un sujet plus sérieux, un sujet sur lequel il faut se pencher avec plus de sensibilité. Ce genre qui semblait associé à du simple bon gros divertissement riche en popcorn pourrait finalement faire place à des films aux propos subtils et sensibles, sans être nécessairement engagés, par ailleurs. Les réalisateurs ne jouent plus la carte du gros spectacle fade, mais s'interrogent vraiment sur l'être humain au travers, à chaque fois, d'un simple petit groupe de personnes. La fin du monde n'apparait plus comme un problème mondial, mais comme un problème individuel, et c'est vraiment beau. Surtout quand les émotions sont sublimées par du Max Richter, David Wingo ou Wagner. 4h44 s'inscrit un peu dans cette lignée car il nous présente la fin du monde à travers un simple couple. L'intention est louable mais le film accumule les erreurs.


             Dès le départ, le ton est donné : la fin du monde a lieu pour des raisons écologiques et c'est l'Homme qui est en cause. Pour l'originalité, on repassera. Bon, je n'aurais pas critiqué ce choix - qui est plutôt logique en ce moment - si ce thème avait été traité avec plus de finesse, plus de subtilité. Dans ce film, on a droit à une accumulation de citations et de paroles (parfois sorties de nulle part !) qui ne cessent d'étayer une moralisation extrêmement poussive à l'égard des spectateurs. Abel Ferrara propose un joli panel de propos accusateurs pour rendre le spectateur coupable, ou au moins réactif. Le seul problème, c'est que ça en devient tellement présent que j'ai été agacé. Certaines scènes sont même ridicules, comme lorsque Willem Dafoe sort de chez lui pour contempler la ville, lever les yeux au ciel et balancer tout un tas d'états d'âme sur les Hommes, à base de "Comment ont-ils pu faire ça ? Pourquoi ces idiots n'ont-ils pas réagi ?" et j'en passe. Plus que la moralisation omniprésente, c'est le moyen de moraliser qui m'a énervé. Le personnage principal a constamment sa télé allumée et des témoignages passent en boucle : les paroles du Dalaï Lama, d'Al Gore, qui soutiennent ce propos un peu lourd (car trop facile). Je n'ai pas vu grand chose de Ferrara, mais je vais lui faire ici le même reproche que pour The Addiction : on a droit à une avalanche de citations - provenant de personnes réputées - qui forment le discours global du réalisateur. Mais bon dieu, n'est-il pas capable de créer ce discours lui-même, au lieu de simplement se servir des paroles des autres ? Qui plus est, la méthode est incohérente. En effet, si je me mets quelques minutes à la place de l'humanité le dernier jour sur Terre, je ne vois aucune raison pour que les télévisions fassent défiler de telles images (juste histoire de faire souffir un peu plus les téléspectateurs et leur rappeler qu'on a fait que de la merde ?). Non, ce petit artifice n'a pour unique but que de s'adresser au spectateur dans la salle de ciné, et absolument pas aux protagonistes du film. Du coup, ce sentiment flagrant est gênant parce que tout ça manque cruellement de subtilité et d'implicite.


4h44-3

          Bref, à part ça, les acteurs sont excellents (Dafoe en tête), et on a quand même droit à quelques passages réussis. Je les compte malheureusement sur les doigts d'une seule main car on a également des scènes incompréhensibles (Skye qui pète un câble et fait une crise d'hystérie). Parmi les bons moments on peut notamment citer la discussion de Cisco avec sa fille sur Skype (les adieux sont émouvants), les adieux du présentateur de JT, les questionnements de Cisco sur le suicide ou encore la scène qui précède la fin du film. Mais là encore, j'ai trouvé la fin à la fois réussie et ratée. Non pas que les bondieuseries sont à blâmer, mais Ferrara nous sort ici le classique baratin sur la lumière blanche et Dieu, l'amour infini qui nous accueille, les images de la Vierge Marie, c'est lourdingue. Pourquoi ne pas laisser le spectateur se faire sa propre idée sur cette lumière blanche ? Autre chose que Ferrara impose au spectateur et qui témoigne d'un manque flagrant de subtilité : les images superposées sur les personnages à la toute fin, pour nous montrer ce à quoi ils pensent. Quelle faute de taille ! Filmer uniquement les yeux des personnages en nous laissant imaginer leurs pensées aurait été tellement plus fort, plus puissant. Les images superposées sont de trop... D'ailleurs, de manière générale la réalisation est plutôt faiblarde (sauf quelques plans brillants) avec de nombreuses superpositions d'images sans grand intérêt. Bref, je ne vais pas m'étendre plus longtemps même si je le pourrais, ce film est pour moi à éviter, même si 1h20 passent vite.


4h44-





Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Mona 21/12/2012 12:48


Il y a des acteurs dont les performances dépassent TOUJOURS le film, quel qu'il soit. On ne retient qu'eux puisqu'ils bouffent l'écran et sont dans une justesse hors normes.


Ces 3 là en font partie.


Et franchement, ça ne me dérange pas de retenir un acteur plutôt qu'un film, au bout du compte.

Sebmagic 22/12/2012 00:03



Oui, moi ça me dérange un peu plus. Quelle que soit la qualité de l'acteur, si je ne rentre pas dans l'histoire ça ne marchera pas particulièrement sur moi.



Mona 20/12/2012 21:58


Ben oui, ça urge même  .... après y'en a deux autres qui font dans l'excellence, deux britanniques : Roth et
McAvoy. Si on cherche des mecs rocks, naturels et charismatiques : c'est eux !

Sebmagic 20/12/2012 22:06



Ouais, le problème de Walken c'est que je ne me sens pas proches des thèmes traités dans les films où il joue... Enfin la plupart.



Mona 20/12/2012 19:35


J'étais même pas au jus qu'il sortait un film !


ZeRing is the best  ......... Nos Funérailles et The King of NY sont des films noirs mais beaux. Walken n'y
est pas pour rien. Il incarne Ferrara comme personne.

Sebmagic 20/12/2012 20:47



Ah oui il faut vraiment que je découvre Walken un peu plus.



Tristanamorphosee 20/12/2012 17:15


AH Putain ! Je viens de voir qu'il a réalisé le clip de California de MF. Je comprends mieux d'où je connais son nom!!


bon voilà. Désolée pour cet amas d'informations inutiles.


 


Un petit mot sur le film histoire de pas écrire pour rien, il est sorti en 2011 aux USA non ?? Ca fait super longtemps j'ai l'impression que j'entends parler de 4:44 the last day on earth mais je
savais pas qu'il venait de sortir seulement en France!


 

Sebmagic 20/12/2012 17:35



Ah ouais ceci dit ça m'étonnerait pas que t'en aies entendu parler au ciné club aussi. Sinon il a été produit en 2011 donc je pense qu'il est sorti y'a quelques mois aux USA, pas plus.



Tristanamorphosee 20/12/2012 17:13


Mais merde. Jentends tout le temps parler d'Abel Ferrara et je sais que j'le connais et que j'ai vu un de ses films, mais j'en ai vu aucun !!!! Peut-être au lycée pendant les ciné club mais les
titres me disent rien... Frustrant.

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -