15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 23:23

            C'est bien la première fois que j'écris un tel article, et c'est probablement la dernière. Mais si je l'écris, c'est parce que selon moi, louper Melancholia sur grand écran, c'est louper l'un des plus grands moments de cinéma jamais vus. Ce film est terriblement cinégénique, c'est-à-dire qu'il est quasiment nécessaire, je pense, de le voir sur grand écran pour en apprécier toute l'ampleur. Et si je l'écris maintenant, c'est parce que je sais très bien que d'ici quelques jours, ce film ne passera plus dans les cinémas. C'est franchement très très dommage de passer à côté de ça car c'est un pur moment. Et quand bien même le film pourrait contenir des longueurs pour les spectateurs n'aimant pas les films assez lents, je peux vous assurer que sa dernière minute est un truc de taré comme je n'en ai jamais vu...


Melancholia-cine.png

 

              Je ne vais pas dévoiler ce qui se passe dans cette fameuse minute, ni insérer une capture de ce final, car il nous prend au dépourvu, mais sans blague, en matière d'émotion forte, c'est ahurissant de puissance. Il est très rare que j'aille voir un film 2 fois au cinéma. Quand ça arrive, c'est que je l'ai vraiment adoré. Melancholia n'est absolument pas mon film préféré, pour diverses raisons que j'ai déjà évoquées dans un précédent article, et pourtant j'y suis déjà allé 3 fois depuis sa sortie. Et je compte y retourner une quatrième fois. Pourquoi ? Tout simplement parce que, lorsque ce film ne passera plus sur grand écran, je ne pourrai plus revivre cette intensité hallucinante, sauf éventuellement dans 20 ans quand les vieux cinés décideront de faire une petite soirée Lars von Trier comme ils le font aujourd'hui pour Kubrick. Comme je l'ai dit, ce n'est pas mon film préféré, mais si je devais fiare un classement des films les plus cinégéniques, il arriverait en première position loin devant tout le monde.

                 J'y suis allé trois fois, et à chaque fois que le film se termine, les spectateurs restent scotchés à leur siège. Je n'ai encore vu personne se lever instantanément à l'apparition du générique et quitter la salle comme si de rien n'était, d'ailleurs je vous défie de le faire... La première fois, j'étais sous le choc, à la fois bouleversé mais surtout abasourdi par l'onde de puissance que je venais de me prendre dans les yeux et dans les oreilles. Le tout décoré par la sublime musique de Wagner, que Lars von Trier a délibérément poussé à un volume extrême à la fin du film, le son montant graduellement en intensité et laissant le spectateur là, dans son fauteuil, ne pouvant décoller ses yeux des images. Bref, la première fois j'ai été comblé par ce final, bien qu'un peu déçu par les quelques longueurs du film. La deuxième fois, j'étais tellement accroché aux accoudoirs que je me suis dit "putain, faut que j'y retourne !". Et la troisième fois (c'est-à-dire mardi), je ne peux même pas vous expliquer dans quel état je me suis retrouvé pendant ces dernières 30 secondes. Je ne pouvais même pas contrôler mes jambes, qui flageolaient violemment, de même pour mes bras qui tremblaient comme pas possible, et ma tête qui prenait tellement de son et d'image dans la face qu'elle ne pouvait plus se concentrer sur autre chose. J'ai jamais vécu ça devant un film, vraiment jamais.


                Malheureusement, j'ai bien peur que ce film passe beaucoup moins bien sur une télé ou un ordi (à moins d'avoir un écran de la taille d'un mur et des enceintes qui crachent du feu de dieu), et c'est pourquoi j'insiste : allez voir ce film au cinéma, avant que les cinémas ne le passent plus, j'ai déjà invité deux personnes à découvrir le film sur grand écran et elles en sont ressorties ahuries, avec toujours la même réaction : "je veux le voir une deuxième fois". C'est d'ailleurs devenu un prétexte pour moi : accompagner une nouvelle personne à voir ce film pour trouver l'occasion de me le refaire encore...

 

 

                  Bref, vous allez peut-être trouver que ma réaction à ce film est disproportionnée, mais quand j'entends que des gens sont partis une demie-heure avant la fin, je les plains, parce qu'à mon goût ils ont raté l'une des expériences cinématographiques les plus immenses jamais créées.Et oui, ce blog a été créé pour partager mes ressentis, et un tel ressenti, aussi violent, méritait clairement un article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article

Commentaires

el 02/06/2012 03:45


Un ovni ce film! Poétique et sombre à souhait, il montre si bien l'angoisse face à l'absurdité du monde. Comment un dépressif pourrait ne pas aimer ce film?


Et en plus il y a Kirsten Dunst, extraordinaire de justesse, qui a tout compris! Là où d'autres auraient choisi la facilité et verser des tonnes de larmes, elle joue la subtilité et sait exprimer
le vide avec émotions!


Charlotte gainsbourg était épatante aussi.

Sebmagic 02/06/2012 03:52



Ouais Kirsten Dunst est géniale dans ce film (comme souvent), j'ai particulièrement aimé la scène où elle trouve que le pain de viande a goût de cendres, c'est assez déprimant comme scène.



HélèneM 20/09/2011 17:16



Alors ? Après ton 4ème visionnage avec un insensible... tjrs autant les jambes qui flagèlent en sortant ?



Sebmagic 20/09/2011 18:58



Ouais ouais, toujours autant ! Par contre je suis pas sûr que je l'aurai fait une 5e fois, là je connais le film par coeur ;)



Squizzz 16/09/2011 22:11



En fait faudrait avoir sa salle de projo privée, se procurer une copie, refaire son montage perso des moments les plus intenses du films (j'entends déjà les réactions : sacrilège !), et pouvoir
se les repasser sans les longueurs du film ^^. Mais sinon, tu as raison, pour ceux qui veulent tenter Melancholia, mieux vaut le voir sur grand écran.



Sebmagic 16/09/2011 22:51



C'est vrai, mais à mon avis raccourcir simplement la première partie de quelques minutes suffirait :D



HélèneM 16/09/2011 14:20



Je sui la deuxième personne que Seb a emmené au cinéma voir ce film, c'était mardi... Et ben oua de chez oua.. Des longueurs ? Mouais, je le présume au 2ème ou 3ème visionnage mais au premier, je
trouve ces longueurs à point nommé. Bien entendu, la deuxième partie du film intitulé Claire est sommairement plus captivante que la première partie intitulé Justine. Mais sans cette première
partie, on ne peut comprendre la deuxième... La relation fusionnelle entre Justine/Melancholia et Claire/terre est absolument génial, pas d'amalgame, tout passe comme une lettre à laposte pour
qui veut se donner la peine d'aller au bout de ce film... Un sacré putain de bon moment et la dernière minute... Ben je n'en reviens encore pas qu'on puisse créer en quelques secondes autant
d'émotion... Je suis restée clouée sur le fauteuil, j'avais plus envie de partir...



Sebmagic 16/09/2011 14:24



Ouais la première partie est sûrement plus faible que la deuxième, mais justement elle aurait pu être un peu plus courte (légèrement). Je pense que cette première partie a gavé certaines
personnes, notamment la caméra à l'épaule (même si personnellement je ne ressens jamais le mal de caméra).



Mona 16/09/2011 13:20



Grrrrrrrrrr ...... point le temps de "cinocher" en ce moment ; c'est d'autant plus dommage pcq l'esthétique du film a l'air grandiose et pcq "qui" sinon Kirsten Dunst pour incarner la mélancolie
: je trouve cette fille démente !!!!


Ce sera donc en DVD pour moi.



Sebmagic 16/09/2011 13:31



Dommage, effectivement Kirsten Dunst pour la mélancolie est parfaite, tout comme l'esthétique du film... Et ne pas oublier Charlotte Gainsbourg, Lars von Trier a quand même un don pour diriger
les actrices.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -