21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 13:27

           Ma première sortie cinéma en 2011 fut pour Monsieur Clint Eastwood que j'admire clairement pour son talent d'acteur mais aussi de réalisateur. Après Million Dollar Baby et Gran Torino que j'ai adorés, je me suis lancé vers l'infini et Au-Delà, un film qui nous présente trois personnages hantés par la mort et les mystères qui vont avec. Clint Eastwood retrouve Matt Damon un an après Invictus et nous propose un drame sur le paranormal relativement réussi mais avec quand même pas mal de défauts.

   

Indice Spoiler : Spoiler3

 

au dela 1

 

 -> Lire la suite...

            Du haut de ses 80 ans, on est en droit de se dire que Clint Eastwood réalise là un film très personnel. Le réalisateur se pose-t-il des questions sur la vie après la mort ? En tout cas, il tente ici d'y apporter une réponse basée sur le paranormal et ça me plait. Pour moi qui suis super intrigué par les témoignages de mort imminente, je dois dire que le sujet du film m'a automatiquement passionné. Le scénario se divise en trois intrigues qui traitent de la mort sous trois points de vue différents. George (Matt Damon) est medium et parvient à contacter des personnes décédées, mais ce travail le hante et il a décidé d'arrêter, afin de vivre une vie normale. Marie Lelay (Cécile de France) est journaliste pour France Télévision et subit malgré elle une expérience de mort imminente. Quant au gamin Marcus, il vient de perdre un être très cher à ses yeux, son frère jumeau Jason. Il n'arrive pas à vivre sans lui et ne parle plus à personne à part à sa mère dont il est malheureusement séparé depuis le drame. Par l'intermédiaire de ces trois personnages, Clint Eastwood nous offre trois visions différentes de la mort et c'est relativement intéressant. Le sujet traité est intrigant, mais le scénario laisse parfois à désirer.



au dela 5          Pourtant, ça commence fort, très fort. Dès les premières minutes, le réalisateur entre directement dans le vif du sujet sans traîner. Il nous présente rapidement le couple Marie/Didier avant de leur faire subir une catastrophe naturelle : un tsunami. Visuellement, la scène du tsunami est impressionnante, vraiment bien foutue et dévastatrice. Filmé avec réalisme, ce passage nous mène droit sur une première intrigue. Marie se noie dans les remous de la déferlante (on a droit à une scène des plus sublimes, avec un zoom sur son dernier regard) et passe "de l'autre côté". Là, Clint Eastwood nous donne un aperçu de ce qu'il y a après la mort selon lui, le tout dans une ambiance vraiment géniale. On est plongé dans cet univers étrange et j'ai été captivé par les images. Puis, elle est ramenée à la vie et à partir de ce moment, tout change pour elle. Obnibulée par ce qu'elle a vu, elle va tenter par tous les moyens d'ouvrir les yeux aux gens sur le sujet en écrivant un livre, jouant de sa notoriété. Cette intrigue aurait pu être passionnante, malheureusement la suite de ce scénario n'est pas à l'image de son début gigantesque. Après le tsunami, l'intérêt retombe subitement pour ce personnage. Cécile de France est loin d'être mauvaise, c'est même la classe d'avoir un casting français et autant de dialogues en français dans un film américain, mais l'histoire ne prend pas. On nous montre sa vie quotidienne, son travail en tant que journaliste, ses discussions avec son mari Didier, et honnêtement on s'en fiche royalement. Le personnage n'en demeure pas moins très important, mais le scénario aurait quand même pu être plus palpitant. Pour être franc, dès que le film s'attardait sur cette histoire, je m'ennuyais. Thierry Neuvic est néanmoins excellent, mais tout ce qui est raconté ici est presque sans intérêt. On suit l'évolution de la jeune femme et sa façon de voir les choses, mais il n'y a guère que deux bons passages à retenir la concernant. Le premier, c'est le début bien sûr, j'en ai déjà parlé. Le deuxième, c'est lorsqu'elle va voir un médecin pour lui raconter son expérience, qu'elle apprend que son cas est assez fréquent et que des témoignages du style abondent. A part ça, pas grand chose à se mettre sous la dent et j'ai largement préféré les intrigues de Marcus et George, vraiment prenantes et touchantes.



au dela 4          En effet, l'intrigue centrée autour des jumeaux est, elle, charmante Les acteurs George et Frankie McLaren sont époustouflants, vraiment touchants. J'ai lu que, pendant le tournage, les deux acteurs avaient interprété alternativement les deux personnages, chose qu'il est impossible pour nous de remarquer évidemment. Cet effet était pour renforcer la connexion particulière entre les deux personnages, pour accentuer cette notion de "deux moitiés d'un tout". Bref, l'histoire est vraiment très touchante, grâce aux deux jeunes acteurs très attachants. Ils ont vraiment une tête sympathique et on éprouve de la tristesse à de nombreuses reprises. La scène la plus mémorable reste certainement lorsque Marcus attend plusieurs heures en bas de chez George. Le medium est probablement son dernier espoir d'avoir un contact avec son frère qu'il a tragiquement perdu. Leur séparation est d'autant plus déchirante que le lien entre deux jumeaux doit être incroyablement intense. Grâce à cette intrigue, Clint Eastwood dénonce quand même implicitement les dangers d'Internet, puisque c'est grâce à Google que Marcus rencontre George et se retrouve seul chez lui, sans que personne ne sache où il est. Le réalisateur ne manque pas non plus de mettre le point sur le nombre impressionnant d'arnaqueurs qui se servent de la souffrance des gens pour gagner de l'argent. D'ailleurs, le frère de George représente typiquement ce genre de personnes, prêt à tout pour se faire du fric sur le dos de son frère en montant un business dont le medium ne veut pas.



au dela 2          Et c'est incontestablement cette dernière intrigue qui m'a le plus passionné. Matt Damon est vraiment l'un des meilleurs acteurs de cette génération et il le prouve haut la main. Touchant, profond, son personnage est confronté tous les jours à la mort et cherche à fuir ce don qu'il considère comme une malédiction. On a quelques scènes à la Dead Zone vraiment géniales, qui nous replongent dans cet univers après-mort tout calme et reposant. J'ai beaucoup aimé la façon avec laquelle le personnage de George a été traité, et notamment tout le passage avec Bryce Dallas Howard. Cette actrice, que j'avais déjà trouvée excellente dans La Jeune Fille de l'Eau et surtout Le Village de Shyamalan, est ici l'un des gros points forts du casting (et à mon goût le plus important). Drôle, touchante, originale, c'est un personnage que j'ai regretté de ne pas avoir vu plus longtemps. Elle permet juste de montrer qu'il est extrêmement difficile pour George de nouer le contact avec quelqu'un. A ce propos, j'ai été assez déçu par la fin du film (la toute fin), lorsqu'on nous laisse entrevoir une relation amoureuse entre Marie et George. J'ai trouvé ça particulièrement décevant et je m'attendais à un final beaucoup plus intense en émotion, comme Eastwood sait les faire. Par contre, le réalisateur aborde constamment un thème intéressant : celui du destin et de la coïncidence. Même si on s'y attendait un peu, nos trois personnages se retrouvent à la fin au même endroit, leurs destins se croisent et j'ai trouvé ça beau. Notamment, comme je l'ai déjà dit, l'histoire entre Marcus et George qui finalement vont s'aider mutuellement à avancer. C'est quelque chose d'assez fort. On retrouve également cette notion de destin lorsque la casquette s'envole de la tête de Marcus dans le métro, lui permettant alors d'échapper à la mort. Vraiment très beau, d'autant que les frères McLaren sont surprenants et émouvants.


          Le film souffre donc de quelques longueurs, notamment pour le personnage de Marie, mais les sujets abordés sont passionnants et le film a été fait avec une sensibilité extrême. Une sensibilité qui nous touche et il est clair qu'on n'en attendait pas moins de la part de Clint Eastwood. La musique est typiquement Eastwoodienne, douce mais pas mélo-dramatique. On retrouve plusieurs airs au piano très proches des musiques de Gran Torino. D'ailleurs, le cinéaste a lui-même participé à la BO en composant deux thèmes. C'est donc pour moi un film en partie réussi, mais en partie seulement car la fin est à mon avis quelque peu ratée.






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Le veilleur 23/01/2011 12:17



Ok, je connais bien cette malédiction des bugs, et tu raison il faut toujours faire confiance aux frangines



Sebmagic 23/01/2011 12:30



Mais je vais le revoir bientôt, et cette fois-ci que vais tout mettre en oeuvre pour bien me plonger dedans !



Le veilleur 23/01/2011 11:55



Il était si lent que tu n'en as vu que la moitié ?



Sebmagic 23/01/2011 12:00



Non mais je faisais un autre truc en même temps donc je n'étais pas plongé dedans, et le DVD a buggué 20 minutes avant la fin donc j'ai pas pu la voir ! Mais d'après ma frangine c'est excellent.



Le veilleur 23/01/2011 11:39



Je crois que le problème vient d'Internet explorer, donc me revoilà sur Firefox ;)


J'ai trouvé que George était merveilleux quand quelque chose le passionnait, par exemple la lecture d'un livre de Dickens, j'adore quand il visite sa maison, quand il demande une dédicace ou
quand il se rend à l'hôtel pour chercher Marie. Mais comme toi, je ne crois pas du tout à cette histoire d'amour, ils ne vont pas ensemble et c'est étrange. Je préfère voir cela comme une
connection commune avec l'au-delà, la part amoureuse gardons-la pour Mélanie.


Matt Damon, je l'ai vu dans la série des Ocean et dans Will Hunting mais les Infiltrés et la Mémoire dans la peau sont sur ma liste de film à regarder. Par contre, Gerry je ne connais pas du
tout, si c'est vraiment trop lent j'éviterai !


La thème de l'au-delà, encore une grande question existentielle ! Je ne sais jamais trop qu'en penser mais j'éviterai les mots de tête pour aujourd'hui. Disons que j'ai mes périodes plus
cartésiennes où je penche pour l'avis de Didier et d'autres où je me dis pourquoi pas ?



Sebmagic 23/01/2011 11:49



Tout pareil ! En tant que scientifique je ne peux pas m'empêcher me dire que s'il n'y avait rien avant ma vie, aucune raison qu'il y ait quelque chose après ma mort ! Ca me paraît logique qu'une
fois notre cerveau totalement déconnecté, nous n'existions plus.


 


Mais tout tourne autour de la croyance en l'âme. Si on n'y croit pas et qu'on considère que tout est simplement physiologique, alors il faut penser comme Didier. Par contre si on y croit, on peut
penser que celle-ci est détachée du corps et qu'elle s'en ira ailleurs. Perso, parfois j'y crois et parfois pas du tout. J'aurais plus tendance à ne pas y croire mais je ne vois pas pourquoi on
ne pourrait pas laisser la place au doute. Ce qui n'est pas imaginble n'est pas forcément faux.


 


Sinon si t'aimes pas ce qui est TROP lent, évite Gerry effectivement. Mais personnellement (même si je ne l'ai vu qu'à moitié) je trouve l'ambiance et les paysages sublimes. Et les acteurs,
incroyables.



Le veilleur 23/01/2011 10:43



Visiblement, il y a un gros bug, je n'ai eu ta réponse que dans le flux rss. Je tente une dernière fois :


Je l'ai enfin vu ! Il me faudra sans doute un peu de recul pour être objective mais, j'ai adoré et mon admiration pour Clint Eastwood
grandit encore. Parmi les trois intrigues je suis d'accord celles de Marcus et évidemment de George sont les plus intéressantes. C'est bizarre dans l'intrigue de Marie il y a des longueurs et ça
crée un manque, l'impression que le scénario aurait pu être creusé davantage. Mais ce n'est pas à cause de Clint Eastwood dont j'adore la réalisation et Peter Morgan a quand même écrit une
excellente histoire.


La fin semble peut-être rapide mais elle ne m'a pas déçue, elle m'a vraiment parue positive, cette idée que chacun trouve sa place
grâce au destin. Et cette vision de l'au-delà donne à réfléchir.


Je ne sais pas si c'est un clin d'oeil mais Jay Mohr, alias Billy le frère de George a joué dans Ghost whisperer, une série dans
laquelle l'héroïne communiquait avec les morts. Son personnage l'aidait à comprendre ce don afin d'aider les vivants.


Matt Damon a été talentueux, comme toujours. Je l'avais découvert avec Will Hunting et ça me donne envie d'en découvrir plus dans sa
filmographie.


Enfin, les visions à la Dead Zone. Je les adore ! Et c'est étonnant de voir comme Clint Eastwood parvient à changer de thèmes en
gardant toujours le même regard, la même sensibilité. J'accroche vraiment beaucoup avec sa musique.


A un moment, Marie (et ensuite Jason de l'au-delà) dit qu'elle a eu la sensation de tout voir dans un endroit paisible. Je trouve
cette vision de la mort intéressante, un épisode de Buffy contre les vampires m'avait marquée pour cela. Le 3 de la saison 6, elle avouait : "J'étais bien, je ne sais pas où j'étais, mais
j'étais, je me sentais si bien, en paix (...) le temps n'avait plus de sens, rien n'était palpable. J'étais toujours moi, tu vois. (...) J'étais accomplie." Elle parle ensuite du quotidien qui
lui paraît dérisoire et ça m'a fait pensé à Marie, le regard perdu dans le vide. L'accent aurait pu être mis davantage sur ce point. Avec Didier, elle parle de son ancienne image de femme forte,
et sous-entend qu'elle ne l'est plus mais je trouve qu'elle s'en sort encore bien après ce qu'elle a vécu. Il est dommage qu'on oublie la petite fille et sa peluche aperçue au début du film et
lors d'une vision de l'au-delà. Mais il faut dire que présenter trois points de vue en parallèle est très ambitieux et je trouve que c'est réussi. La dimension humaine ou psychologique est très
présente, on n'est jamais dans l'excès ni le mélodrame. Avec Clint Eastwood, c'est toujours mesuré et touchant donc j'adore.


 


 



Sebmagic 23/01/2011 11:06



Ca y est, c'est passé ! :D


 


Je suis d'accord avec l'ensemble de la critique, notamment le côté "visions" que j'ai également adoré, et effectivement cette idée qu'après la mort tout soit calme et beau, paisible (bien que je
n'y croie pas tellement). Pour la fin, oui j'ai beaucoup aimé cette notion de destin/coïncidence qui réunit les gens mais vraiment le coup de Matt Damon qui s'imagine sortir avec Marie j'ai
trouvé ça trop facile et trop surréaliste pour trouver ça crédible. Peut-être que c'est parce que j'ai pas digéré qu'il ne retrouve pas Bryce Dallas Howard qui est pour moi l'un des meilleurs
personnages du film si ce n'est le meilleur.


 


Sinon si tu veux te faire du Matt Damon, je suis loin d'avoir tout vu mais je peux t'en conseiller quelques uns excellents (même si son meilleur reste Will Hunting à mon goût) : Ocean's Eleven,
La Mémoire dans la Peau, Les Infiltrés, et enfin Gerry si t'aimes les films lents (très lents).



Le veilleur 23/01/2011 09:22



J'ai un doute, je crois que mon commentaire n'est pas passé hier soir alors le voici. Désolée si c'est un peu long.






Sebmagic 23/01/2011 10:34



Bon alors effectivement t'as posté un commentaire hier soir mais il était vide tout comme celui-ci ! Je cherche la blague



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -