9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 23:56

          Première réaction en sortant de la salle de cinéma : WOUAW. Courez le voir ! On peut dire que l'année commence fort avec ce nouveau film de Darren Aronofsky (l'auteur de Requiem for a Dream quand même) qui sera certainement l'un des meilleurs de l'année. J'ai pris une vraie claque et je ne m'attendais pas à apprécier autant. J'y suis allé dès que j'ai pu parce que j'en avais entendu beaucoup de bien, et puis pour Natalie Portman qui s'avère être l'une des actrices les plus bourrées de talent que j'ai jamais vu. Parce qu'à part ça, le synopsis ne me branchait pas plus que ça (l'univers de la danse, bon), mais le film traite en fait de la descente aux enfers d'une jeune femme prête à tout pour atteindre la perfection suprême dans son art, tellement à fond dans son rôle que la folie la guette.


          Attention, cet article révèle l'essentiel de la trame du film. Si vous comptez aller le voir, éviter de lire ce qui suit pour garder la surprise intacte.


Indice Spoiler : Spoiler3

 

black swan 3

 

 -> Lire la suite...

          Ce film magnifique aborde tellement de sujets différents que j'espère ne pas en oublier. Black Swan parle avant tout de l'ambition et la détermination d'une jeune femme, Nina, qui veut absolument jouer le rôle principal d'un ballet à succès, Le Lac des Cygnes. Elle doit incarner deux rôles à la fois, le Cygne Blanc et le Cygne Noir (Black Swan), à travers sa danse. Et voilà, notre ballerine est absolument parfaite dans le rôle du Cygne Blanc, mais c'est le Black Swan qui lui pose problème... A vouloir être trop parfaite, avec des pas de danse millimétrés, elle ne parvient pas à incarner ce double obscur censé être imprévisible, sensuel et séduisant, à l'opposé du premier qui réprésente la grâce et l'innocence. Bref, tout ceci est parfaitement bien décrit dans le film, beaucoup mieux que si j'essayais de l'expliquer, et honnêtement il faut le voir, c'est le truc à ne pas louper en ce début d'année. Toujours est-il que la jeune femme va vouloir à tout prix atteindre la perfection en faisant un travail important sur elle-même, selon les conseils de son chorégraphe Thomas Leroy interprété par l'excellent Vincent Cassel. A cause de son mode de vie strict et sans écarts, Nina est incapable d'interpréter le Black Swan. Il faut donc qu'elle se lâche, qu'elle apprenne à vivre plus intensément, ce qui va bouleverser son caractère.



black swan 2         Le film débute sur une scène des plus magnifiques qui met tout de suite dans l'ambiance sans fioritures. Des plans très rapprochés, sur les pieds, la taille, le visage de Nina qui danse sur scène dans une ambiance très sombre. Au début, le personnage est une femme très réservée, travaillant sans relâche, appliquée et beaucoup trop conciliante avec son entourage. Trop fragile, trop gentille, la petite fille modèle qui ne pense qu'à une chose : atteindre le sommet de son art et briller sur scène. Mais son chorégraphe lui apprend qu'elle va devoir se lâcher, car le fait de vouloir être trop parfaite l'empêche justement d'interpréter la subtilité du double rôle. Ce changement va se faire par l'éveil sexuel mais pas seulement. Elle va devoir apprendre à dominer les autres, à contrôler sa vie plutôt que de la subir et de se soumettre à l'autorité. La relation entre Nina et Thomas est assez ambiguë, on se demande d'ailleurs parfois ce que souhaite réellement ce personnage qui ne cesse de faire des allusions au sexe, ce qui gêne bien évidemment la jeune femme. Vincent Cassel incarne à la perfection ce qu'on croit être un enfoiré de service, à la fois très dur, très sévère, et assez spécial. Mais c'est par ce comportement qu'il va réussir à lui faire comprendre qu'elle doit réagir et s'éclater un peu, afin d'épanouir totalement sa danseuse et la mener à l'apogée de son art. Faire descendre toute la tension qui l'accable constamment. Tout ceci passe également par un autre personnage, Lily, la rivale de Nina qui pourtant s'avère fort sympathique et encourageante à l'égard de celle-ci. L'actrice Mila Kunis est vraiment excellente, très crédible, avec un naturel incroyable. Mais son personnage n'a rien d'extraordinaire, elle incarne simplement la "bonne copine". Elle, par contre, est très à l'aise sur le rôle du Black Swan qu'elle maîtrise bien, ce qui est lié bien sûr à son mode de vie plus fêtard et moins studieux. Elle va initier Nina, l'aider à s'épanouir sexuellement au travers d'un fantasme, et ainsi réveiller en elle la part de méchanceté et de brutalité qui va modifier son comportement.



black swan 1         Un comportement qui change notamment vis-à-vis de sa mère (Barbara Hershey), une femme ultra-protectrice qui a abandonné sa propre carrière de danseuse afin d'élever sa fille. Jalouse de sa fille, elle en est pourtant très fière et ferait tout pour qu'elle réussisse. Mais à l'inverse, elle est terrifiée à l'idée de perdre celle avec qui elle passe beaucoup de temps. Là encore la relation entre mère et fille est étrange, puisque Nina est toujours considérée comme une gamine de 12 ans, chose qu'elle subit constamment sans rien dire, jusqu'au réveil de son double maléfique. Pendant tout le début du film, la jeune femme s'habille donc en rose, gris, blanc, s'endort avec une boîte à musique, laisse sa mère lui défaire sa robe, et tout ceci va subitement changer lorsque Nina prend conscience de sa situation. Cette évolution se voit clairement au cours du film, par le biais des blessures aux doigts, aux orteils, et surtout dans le dos de la jeune femme qui tente les cacher et de les refouler, certainement par peur de devenir quelqu'un d'autre, de se transformer justement en Black Swan. Le personnage de Natalie Portman est vraiment passionnant, intrigant, très profond et recherché. C'est avec un tel travail sur les personnages qu'un film devient aussi captivant, car on se sent impliqué dans la vie de cette fille qui va tout faire pour arriver à la perfection, quitte à devenir cinglée. Le jeu de l'actrice relève vraiment du génie, elle n'en fait jamais trop, parvient à être touchante d'un bout à l'autre avec une grâce et une sensibilité infinie. Tout le film se base autour d'elle, qui occulte presque tous les autres personnages (bien que Vincent Cassel ait son mot à dire !). Chaque scène permet de capter son regard, son talent vraiment dingue. Il parait qu'elle est très bien partie pour obtenir l'oscar de la meilleure actrice, et c'est absolument ce qu'elle mérite. Avec Mila Kunis, elle a dû effectuer un travail immense pour pouvoir atteindre un niveau correct de danse. Certains chorégraphes de métier s'en sont d'ailleurs donné à coeur joie pour critiquer la performance artistique des deux femmes, qu'ils jugent plutôt quelconques, mais pour un pur néophyte comme moi, le boulot accompli est sublime et saisissant. Il faut dire que tout est filmé avec des plans très rapprochés qui permettent de maintenir l'illusion, le film étant tourné caméra à l'épaule. Un procédé qui passe très bien, car on se sent proches des personnages. Dans tous les cas, ceux qui ont critiqué le film à cause des talents de danseuse de Portman prouvent qu'ils ont loupé l'essentiel du film, car ça doit occuper au maximum 20 minutes de l'intrigue. Effectivement il n'a jamais été dans l'intention du réalisateur Darren Aronofsky de faire un film sur la danse (à la base il était d'ailleurs prévu que le personnage principal fasse du théâtre). Tout l'intérêt du film est d'ordre psychologique, et c'est fait avec tant de subtilité que j'en étais subjugué : on suit le calvaire d'une jeune femme dans ce métier très difficile, réservée aux élites, où la tension et le stress prennent énormément de place. Loin de l'idée d'Aronofsky de critiquer l'univers de la danse puisqu'au contraire c'est un thème très peu abordé au cinéma et que ça nous permet de découvrir et d'apprécier le ballet sous un format différent, il nous présente cependant une danseuse devenant complètement folle à cause de son travail, ce qui a pu déplaire aux gens du métier. Mais tout ce thème du double est passionnant, à travers les miroirs qui reflètent parfois au personnage de nouvelles facettes de sa personnalité qu'elle a peur de dévoiler. Tous ces miroirs sont vraiment symboliques car ils représentent à la fois le monde du ballet (où cet accessoire est indispensable) et la notion de reflet très importante dans la personnalité de Nina. Cette confrontation permanente entre ses deux personnalités (le Cygne Blanc et le Cygne Noir) est également synonyme de quelques moments de frayeur pour le spectateur, avec une ambiance parfois assez flippante il faut l'avouer.



black swan 4           Un autre thème intéressant du film qui intrigue, c'est toute cette notion de perfection recherchée par le personnage. Nina cherche à tout prix la perfection dans son art, afin de réaliser la représentation parfaite face à son public. Elle est obsédée par cette idée et c'est d'ailleurs ce qui va la tourmenter et la torturer. Comme Natalie Portman a elle-même parfaitement bien résumé la chose, je vais la citer : "Nina recherche la perfection, mais la perfection ne peut exister que durant un bref instant, et comme tous les artistes elle risque de se détruire elle-même en tentant de l’atteindre. Quand elle essaye de devenir le Cygne noir, une chose sinistre et inquiétante se réveille en elle. Elle va alors traverser une crise d’identité durant laquelle, en plus de ne plus savoir qui elle est, elle ne mesure plus vraiment la différence entre elle-même et les autres. Elle commence à se voir un peu partout". C'est à travers Beth, le personnage incarné par Winona Ryder (encore une excellente actrice, inoubliable dans Edward aux Mains d'Argent et qu'on voit beaucoup trop peu je trouve) que va naître chez Nina une peur folle de son futur proche. On est loin d'imaginer ce que les danseurs et danseuses doivent endurer pour perfectionner leur art au maximum, et Beth incarne justement cette perfection qui l'a menée à sa perte. La fin du film est d'une beauté époustouflante, sensationnelle et très puissante. Sur grand écran, j'ai pris une véritable claque. Vraiment bouleversant.



          Bref, je m'arrête là avant d'en dire trop mais je pense que ce film est une pure merveille, peut-être même vais-je me laisser tenter à retourner le voir. Et pour ceux qui ont peur de s'ennuyer à cause du sujet traité (le ballet), sachez que ce n'est pas non plus ma tasse de thé mais que le film se concentre plus sur l'évolution dramatique d'une jeune femme qu'autre chose. Et puis même, ça m'a permis d'apprécier cet art que je connais très peu et qui rebute les gens facilement (c'est d'ailleurs très bien présenté dans le film, avec humour, lorsque Nina et Lily rencontrent deux jeunes hommes dans un bar et qu'ils trouvent que le ballet c'est "chiant" sans jamais y avoir assisté). Pour finir il faut noter que la BO de ce film est magique. Absolument sublime, composée par Clint Mansell (qui avait déjà fait la BO de Requiem for a Dream). Même les reprises de Tchaïkovski sont dignes des musiques originales, bien que plus sombres et plus modernes.



        Pour moi ce film est clairement un chef d'oeuvre qui montre une fois de plus le talent incommensurable de Natalie Portman, toujours juste, poignante et impliquée. Elle attire constamment notre regard avec sa présence incroyable. Bref, un film à voir de toute urgence.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Leo M 20/01/2015 15:44

Tu as fait une très bonne critique de ce film. C’est vrai qu’il en vaut le détour, car la mise en scène a été très bien faite.

Kaatoche 06/06/2013 21:22

Black Swan ou la perfection visuelle! Et même une bande son génial. Ce film est comme un dessert monté où chaque couche est une découverte d'une nouvelle saveur encore plus surprenante, intéressante et savoureuse. Des détails qui en font sa force, une intensité tout au long du film qui est telle que même le protagoniste n'y survit pas.... Une film qu'on peut revoir une centaine de fois mais qui laissera toujours le souffle coupé

Amélie 12/11/2012 21:03


C'est sur et c'est bien dommage :/


Moi je l'ai vu avant ces critiques et j'ai aimé. Peu importe les polémiques.

Amélie 11/11/2012 19:48


Je pense qu'il faut regarder un film sans avoir vu les critiques avant. Si on est influencé on perd la spontanéité de nos réactions.


Je préfère avoir mon avis sans taches de ceux des autres.

Sebmagic 11/11/2012 20:06



Oui c'est vrai, mais quand un film comme Black Swan sort, t'en entends parler partout !



Amélie 07/11/2012 09:44


Juste magique. Les deux faces de la même pièce, le noir et le blanc, le brillant et l'obscurité du monde de la danse.


Grande frayeur quand on croit tous qu'elle tue sa doublure. J'ai été chamboulée durant tout le film.

Sebmagic 07/11/2012 13:35



J'suis bien d'accord, ce qui est énervant c'est que certains se complaisent à démonter ce film sous prétexte qu'il fait presque l'unanimté. Même si d'autres ont des critiques plus argumentées.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -