27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 00:41

           Ayant adoré tout ce qu'a fait Alexandre Astier artistiquement ces dernières années, il m'était impossible de ne pas aller voir son premier film au cinéma cette année. Sachant que ce film allait être différent du style auquel il nous a habitué depuis Kaamelott, c'est avec une confiance mêlée d'appréhension que je me suis rendu dans la salle, surtout en apercevant l'affiche que je ne trouve absolument pas attrayante. Je ne sais pas pourquoi j'ai douté puisque le résultat est à la hauteur de son talent incommensurable, et que j'ai évidemment adoré le film.

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

david-et-madame-hansen4

 

-> Lire la suite...


                 L'histoire de David et Madame Hansen est toute simple. C'est l'histoire de deux êtres qui se croisent et qui vont vivre quelque chose d'unique, de très intense. A mesure que j'écris, je me rends compte à quel point la relation entre les deux personnages est difficile à décrire. Tout commence par une simple procédure qui ne devait pas s'éterniser. Jusqu'à ce que David, intrigué par le comportement de sa patiente, se lie à elle de façon profonde et souhaite en savoir plus sur le traumatisme qui la pousse à agir de la sorte. Alors qu'au début, il agit selon le protocole médical (restreignant sa vitesse de conduite, refusant les cadeaux de Madame Hansen), David s'intéresse de plus en plus à sa patiente, à mesure qu'il la cotoie. Sa curiosité va le mener plus loin que prévu, plus tard que prévu, sur le chemin délicat et douloureux d'un passé mystérieux.


david-et-madame-hansen2

              Si le film met un peu de temps à démarrer, c'est bien le seul reproche qu'on peut lui faire. Dès que s'instaure la relation entre les deux personnages, le film n'a cessé de me surprendre, de m'attendrir et de m'intriguer. Avec un rythme assez lent, le film tire sa force des dialogues et des acteurs. Les personnages n'abondent pas et chacun d'entre eux est bien traité. Même les rôles secondaires sont soignés, Victor Chambon et Julie-Anne Roth apportant notamment de jolies touches d'humour inattendues, via des répliques et des situations que j'ai savourées. La femme de David est un bijou d'écriture et Alexandre Astier n'est pas tombé dans le cliché abruti de la dispute conjuguale irréversible que certains scénaristes n'auraient pas hésité à intégrer. Bref, le scénario est un délice et le moment où le basculement opère dans la tête de David est presque jubilatoire, parce que le spectateur s'identifie à ce personnage et souhaite également, avec lui, creuser un peu plus loin dans l'esprit torturé de Madame Hansen. Le fait que David décide de pousser les choses est un acte conforme au personnage, qui montre visiblement un respect colossal pour sa patiente, un respect tellement fort qu'il ne peut pas simplement la ramener à l'hôpital puis rentrer chez lui. Le basculement se fait en douceur, le film prend le temps de s'installer dans la première partie pour ensuite mieux monter en puissance jusqu'à l'apothéose finale. Mais ça ne signifie pas que la première partie du film est plate, loin de là.


david-et-madame-hansen3

             En choisissant Isabelle Adjani pour tenir ce rôle, Alexandre Astier n'aurait certainement pas pu faire de meilleur choix tant elle éblouit l'écran de son talent. Toutes les scènes dans la voiture sont des perles au niveau de l'humour et des dialogues, Adjani fait rire en même temps qu'elle intrigue, qu'elle émeut, et son personnage a une force incroyable dès le départ. L'actrice est parfaite d'un bout à l'autre dans un rôle extravagant et difficile à tenir. Inutile de dire qu'avec le don d'écriture et le jeu d'acteur d'Astier, le duo procure des scènes d'une drôlerie et d'une subtilité exceptionnelles. Lorsque le nombre de protagonistes double pour accueillir Julie-Anne Roth et Victor Chambon dans l'affaire, la qualité du film ne se désemplit pas et l'arrivée de ces personnages permet au film de changer de décor. On sait alors que l'histoire va se complexifier et s'intensifier, tout en gardant les traces d'humour propres au réalisateur. Quel ravissement, d'ailleurs, d'apercevoir par-ci par-là des airs (imperceptibles) de déjà-vu avec Kaamelott, via la manière qu'a Alexandre Astier de s'exprimer, mais également par l'intermédiaire d'une mise en scène pas étrangère à ce qu'on connait déjà. Bien sûr, on est très loin du Roi Arthur et des épisodes de la série, ce qui est à la fois troublant et savoureux parce qu'on n'y est pas habitués. Mais on reconnait quand même la patte du réalisateur, notamment lors d'une scène entre David et Clémence au lit qui rappelle (dans la situation, dans les dialogues et dans la mise en scène) certains passages entre Arthur et Guenièvre. Cette façon qu'a David de parler à sa femme est un régal, elle caractérise par ailleurs Alexandre Astier lui-même et c'est dans cette manière d'aborder un dialogue que réside le secret de sa réussite humoristique. Mais le film est bien plus qu'un assemblage de dialogues amusants et dramatiques. Certaines scènes très poétiques et très intenses font du film une véritable réussite, comme en témoigne l'une des dernières scènes dans la piscine (puis dans la voiture), frissonnante et magnifique que je ne dévoilerai évidemment pas ici. Toujours est-il que le dingue de belles bagnoles a dû s'éclater.


david et madame hansen

             Et c'est sans oublier l'excellente BO du film, très poétique et composée (bien sûr) par A.Astier lui-même. Bref, voilà tout pour ce film qui signe pour Alexandre Astier une belle entrée dans le monde de la réalisation cinématographique.







Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

valcogne.over-blog.com 03/01/2013 19:53


Grand admirateur d'Alexandre Astier j'avais aussi quelques appréhensions mais votre opinion me rassure te je me ferai un plaisir de voir ce film.

Sebmagic 03/01/2013 20:05



Je l'espère ! Et même pour moi qui n'étais pas spécialement intéressé par Adjani, j'ai été plutôt enthousiaste !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -