12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 16:35

        Pour les mordus de vampires, ce film de 1994 est une sacrée réussite, à cent lieues de ce qui se fait 15 ans plus tard (oui, je ne manque jamais une occasion de critiquer cette fameuse saga). C'est le film qui a, je pense, révélé Kirsten Dunst qui a maintenant un superbe parcours cinématographique, et on comprend pourquoi. Entretien avec un Vampire est tiré du roman du même nom, d'Anne Rice, qui a également écrit le scénario du film (légèrement différent de la version littéraire). Le titre du film est intrigant : un journaliste, Daniel Malloy, interviewe Louis de la Pointe du Lac chez lui. Il apprend que ce dernier est un vampire, qui lui relate en détails le cours de sa vie, et notamment sa rencontre avec le vampire Lestat.


Indice Spoiler : Spoiler3

 

Entretien avec un vampire

 

 -> Lire la suite...

          Le début du film est rapide et sans longueurs, on entre directement dans le vif du sujet avec une petite conversation entre le journaliste et Louis, qui nous intrigue déjà avec ses yeux perçants et sa stature impressionnante voire effrayante. Cependant, dès que le vampire commence à raconter son histoire, j'ai eu un peu de mal. En fait, je me disais que si le film continuait de cette façon pendant 2 heures, j'aurais du mal à finir. Car il y a certaines parties du corps humain que je déteste, que je ne supporte pas, notamment le poignet du côté paume de la main, et les veines latérales du cou (c'est pour ceci que je ne supporte pas de voir Ruquier plus de 12 secondes). Pas de bol, pendant les 15 premières minutes du film les deux vampires passent leur temps à mordre ces deux endroits précis, avec évidemment la dose de sang qui va avec. Mais bon, ça passe encore et j'ai même trouvé ça amusant et logique de débuter le film comme ça, car pour nous présenter un peu le monde des vampires c'était inévitable et je m'y attendais, évidemment.


Entretien avec un vampire 3         Heureusement, le film ne se contente pas que de ça et passe rapidement à autre chose. Habituellement, je ne suis pas fan des histoires de vampires, mais là j'ai trouvé le scénario et les idées intéressantes et assez captivantes. Ici, les vampires ont une certaine classe, quelque peu effrayants mais c'est absolument génial de voir Brad Pitt et Tom Cruise transformés ainsi. J'ai donc pris plaisir à suivre cette intrigue d'un bout à l'autre. Par l'intérmédiaire du récit de Louis, on en apprend beaucoup sur le mode de vie de ces vampires, qui finalement ne craignent pas les gousses d'ail, ni les pieux (ben oui, c'est ridicule voyons !) mais sont néanmoins obligés de dormir dans des cercueils et de se nourrir de sang pour survivre. Il s'avère donc que le personnage principal (le vampire interrogé par le journaliste) est assez particulier. Louis de la Pointe du Lac n'est pas un vampire comme les autres, car il éprouve du regret à tuer des humains, et s'en prend donc essentiellement aux animaux. En quelques sortes, c'est un vampire "végétarien" à sa façon, avec une âme et des principes moraux que n'ont pas les autres. Ce qui le rend intrigant et particulièrement touchant. Brad Pitt est assez dingue tout au long du film, avec son air sérieux, son regard pénétrant et sa posture très noble et droite. Le personnage de Louis est donc assez profond, sensible, et on se demande s'il est vraiment à sa place dans ce monde de violence et d'inhumanité. Son créateur, Lestat, est au contraire un vampire sans remords qui aime tuer et se ressourcer de bon sang humain. Ce qui fait la force de ce personnage, c'est son humour noir qui est souvent présent dans le film. Le moment où Lestat danse avec le cadavre de la mère de Claudia est à mourir de rire et j'ai eu presque du mal à m'en remettre, avec la fameuse réplique "There's still life in the old lady yet !".


 


 
         De manière générale, le personnage de Lestat est totalement délirant, drôle et complètement fou. La scène pendant laquelle il incite Louis à se lancer et à tuer une servante est bien décalée et amusante, avec ce cercueil et ces dialogues géniaux ("Je ne suis pas morte ?" - "Non, vous n'êtes pas morte" - "Pas encore !"). De même à la fin du film avec cette réplique tordante lorsqu'il écoute la cassette enregistrée : "Aaah Louis, toujours en train de pleurnicher, ça fait des siècles que j'entend ça". Bref, quasiment toutes les répliques de Lestat sont à retenir, et Tom Cruise est parfait dans ce rôle, même si Anne Rice avait quelques doutes à ce sujet avant d'assister à la projection. C'est d'ailleurs lui qui, à mon goût, tire le mieux son épingle du jeu, il est méconnaissable et tout simplement impeccable. Très loin de ses rôles de beau gosse habituels, il nous offre une interprétation folle et pleine de vie. De plus, il est complètement fidèle au Lestat du bouquin, d'après ce que j'ai pu comprendre (non je n'ai pas lu le livre).


Entretien avec un vampire 4         Enfin, le troisième personnage principal est donc Claudia, une gamine qui vient de perdre sa mère et qui est mordue par Louis. Le changement de caractère est radical : la jeune fille prend rapidement goût au sang humain, terrassant tout ce qui lui tombe sous la main pour assouvir ses besoins. Encore beaucoup d'humour noir au début du film, avec quelques répliques bien senties. Kirsten Dunst, qui était bien jeune à l'époque, est d'un talent précoce très prometteur (confirmé par la suite), déjantée et incroyable. Quand Claudia apprend qu'elle ne grandira jamais et que ses cheveux seront toujours longs et bouclés, elle nous offre une crise d'hystérie impressionnante et mémorable. Bref, les acteurs sont tous excellents, même Antonio Banderas que je trouve souvent assez quelconque m'a étonné, dans un rôle assez imposant, celui d'Armand, un vampire assez "méchant", chef d'une meute de monstres assoiffés de sang (il n'est pas vraiment le chef mais d'après lui, "s'il y avait un chef, ce serait moi", réplique qui m'a bien fait rire). Armand permet également d'introduire une "ambiguïté" : celle de l'homosexualité des vampires. Ce n'est pas abordé clairement, mais le thème est néanmoins présent et déroutant ! A un moment, on a même l'impression que Louis et Armand vont finir par s'embrasser. Ce sentiment est visible également entre Lestat et Louis, par le fait que Lestat recherche activement un compagnon avec lequel il pourrait tromper sa solitude et "tuer" le temps. Etant donné que les vampires ne ressentent rien, il ne serait pas sage d'appeler ça de l'amour, mais on a quand même une relation assez étrange entre les deux, qui jouent carrément les pères de famille en "adoptant" Claudia (Lestat, dans toute sa splendeur : "Voilà une heureuse famille !"). Mais bon, le film ne s'attarde pas là-dessus et il parait que le livre est plus détaillé à ce propos, je ne vais donc pas parler de ce que je ne sais pas.


Entretien avec un vampire 5         Cependant, je n'ai pratiquement parlé que de l'humour et de l'ambiance assez folle qu'on voit dans ce film, mais ce n'est pas son seul atout. Entretien avec un vampire est en fait plutôt sombre, parfois très sombre et presque dramatique. Louis est finalement un être qui souffre, car destiné à se retrouver seul. Il est l'unique vampire à avoir encore un fond d'âme, d'humanité, et ne veut absolument pas perdre ça. Ainsi, il a énormément de mal à s'adapter à son nouveau monde et à se faire des amis dans ce milieu hostile et sanguinaire. Il est donc plutôt à plaindre. On a d'ailleurs droit à une jolie réplique vers la fin du film qui confère à ce personnage une dimension particulière ("Ainsi un vampire peut pleurer !" - "Une fois ou peut-être deux dans toute son éternité"). De même, cette référence au lever de soleil, que Louis est condamné à ne plus jamais revoir après sa dernière nuit de mortel, est intéressante. Le moment où il finit par revoir enfin ce spectacle magnifique par l'intermédiaire du cinéma est un petit moment d'émotion du film. Les décors sont également noirs et les personnages imposants, avec de longs vêtements ténébreux et des coiffures bien strictes. Pâles à l'extérieur et sombres à l'intérieur. On se retrouve dans l'univers très froid de la nuit (étant donné qu'ils ne peuvent pas supporter la lumière du soleil), avec quelques jolis plans sur les nuances du ciel. Les décors sont vraiment très soignés, j'ai beaucoup aimé. Un peu de noirceur aussi avec Claudia, cette fille qui ne cesse de mûrir mais est obligée de conserver éternellement son corps d'enfant ("il est interdit de les faire si jeune, sans défense, incapable d'assurer leur survie"). Enfin, même Lestat, si drôle et si cynique, atteint cette dimension dramatique lorsque Louis retourne le voir quelques années après l'avoir abandonné.


Entretien avec un vampire 2


          Bref, finalement il n'y a que la fin qui m'a quelque peu déçu. Même si je l'ai trouvée assez bonne, je m'attendais clairement à autre chose de plus surprenant ou intéressant. Je trouve que ça termine le film sur une note un peu trop humoristique, bien que ça corresponde totalement au personnage de Lestat. J'ai cru comprendre que le livre avait une autre fin un peu plus classe, peut-être que je vais me décider à le lire ! Pas déçu de l'avoir vu, donc, car ça faisait un moment que ça trottait dans ma tête. Beaucoup d'humour, peu de clichés, une intrigue prenante et un casting parfait. Que demander de plus ?



          Voir aussi : Kirsten Dunst, Twilight - la meilleure trilogie de tous les t




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

2fois2cinq 14/11/2012 12:21


punaise je l'ai vu au cinoche ce film....  mon dieu... je suis vieux.


En tout cas un bon souvenir... à l'époque j'étais fan de Neil Jordan !

Sebmagic 14/11/2012 12:24



Ah ouais au ciné ça doit être sympa. Je connais pas Neil Jordan, je n'ai vu que ce film de lui !



Amélie 13/11/2012 12:17


C'est sur. Et ça vaut pour beaucoup d'autres choses.

Sebmagic 13/11/2012 12:43



Oui, et c'est pas le seul, y'a aussi Mel Gibson par exemple !



Amélie 12/11/2012 21:08


Bien dommage qu'on soit plus cable de l'oublier. On nous en rabat tellement les oreilles...

Sebmagic 12/11/2012 21:38



Ben perso je continue de juger un artiste indépendamment de ses convictions personnelles, ça me paraît essentiel.



Amélie 11/11/2012 20:08


Je trouve qu'il a fait de très bons film. C'est juste que maintenant il fait aps toujours les bons choix, autant dans sa vie que dans le cinéma :/

Sebmagic 11/11/2012 20:45



Ouais il fait pas toujours de bons choix cinématographiques... Pour ce qui est sa vie, certains ne l'aiment pas justement pour ça, je trouve ça idiot de mêler les deux !



Amélie 07/11/2012 09:59


Juste Waouh pour celui là ! Ca m'a fait du bien de ne plus voir Tom Cruise en brun et en mode agent secret super classe. Lestat est juste génial.


Une atmosphère de malade mental tout du long et puis une fin fracassante :)


Je retiens surtout le personnage de la petite fille, admirable joué on doit le dire ! Stupfiant.

Sebmagic 07/11/2012 13:39



Je ne cesse de défendre Tom Cruise qui est pour moi un bon acteur (peut-être pas de niveau de d'autres), il suffit de le voir dans Le Dernier Samouraï...



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -