4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 14:47

          Ca y est, j'ai terminé mon cycle Sergio Leone. Ca a un côté déprimant (d'avoir déjà fini) mais d'un autre côté, ça m'a permis de découvrir un genre cinématographique complètement jubilatoire et notamment 7 films que je prendrai plaisir à regarder des dizaines de fois. C'est certainement le meilleur moyen de savoir si un film nous a réellement plu d'ailleurs. Mais une fois le film terminé, on n'a qu'une envie c'est de se le refaire. Il était une fois dans l'Ouest c'est la classe par excellence, c'est la puissance musicale, la jubilation contemplative et la splendeur du non-dialogue.

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

once upon

(source : If we don't, remember me)

-> Lire la suite...

               Ce film est un chef d'oeuvre à tous les niveaux et s'avère être le genre d'expériences que j'aime savourer. L'un des rares objets cinématographiques à imposer au spectateur des scènes à la fois extrêmement longues et extrêmement réjouissantes. C'est vraiment difficile d'expliquer pourquoi des scènes très longues comme l'attente du train (au début) avec la mouche infernale sont si plaisantes à regarder, je crois que je ne le sais pas moi-même. Je me suis juste senti à fond dedans, impregné par l'ambiance et impressionné également par la reconstitution de cette époque. Je pense qu'avec de tels films, Leone a bien saisi l'essence du western en nous montrant des hommes crasseux, agissant pour leur propre compte, et évoluant dans des décors sales et poussiéreux mais tellement réalistes.


il-était-une-fois-dans-l-ouest-film-de-1969 3420920-L

            Les paysages sont proprement hallucinants, on a vraiment l'impression de se retrouver dans le far-west avec ces grandes étendues désertiques, ces canyons. Certaines scènes sont visuellement à tomber par terre, d'autant que Sergio Leone ne filme pas avec ses pieds. La réalisation et la mise en scène sont prodigieuses, et on savoure les plans larges comme les gros plans, les zooms, bref : les plans sont d'une virtuosité éblouissante. Je savoure également les jolies prises de vue où un protagoniste se trouve au premier-plan et regarde d'autres personnages en arrière-plan.

Il était une fois dans l'Ouest 2Il était une fois dans l'Ouest
il-etait-une-fois-dans-l-a-22-g

            C'est un peu une spécialité chez Leone si je ne m'abuse (notamment pour les scènes de duel), et ce genre de plans complètement fous ne se trouvent quasiment nulle part ailleurs. Ou alors, si c'est le cas, je veux bien savoir où car ça m'intéresse ! Encore une fois, Sergio Leone nous offre des séquences totalement inoubliables par le biais d'Ennio Morricone qui signe l'une des BO les plus jouissives du cinéma. Outre le duel final qui m'a encore laissé la mâchoire au sol, j'ai été saisi par la première apparition d'Henry Fonda avec le massacre de la famille à Sweetwater. Cette classe impressionnante qu'ont les 5 hommes en apparaissant derrière les arbres, avec en fond la musique frissonnante de l'harmonica, c'est du pur bonheur. Une des plus belles scènes que j'ai vu dans ma vie, incontestablement. Du pur génie. Certainement l'un des plus beaux morceaux de Morricone avec des mouvements et positionnements de caméra tout simplement somptueux (la caméra qui tourne autour d'Henry Fonda pour voir son visage pour la première fois) :


 


 

             "La classe", l'énorme classe, c'est le mot qui me semble être le plus proche de ce qui me passe par la tête quand je vois de telles scènes. Qui plus est, dans Il était une fois dans l'Ouest la plupart des protagonistes ne sont pas de si gros enfoirés que ça, à part évidemment Frank qui n'hésite pas à déglinguer des enfants, même de la manière la plus sadique qui soit. Mais pour Cheyenne comme pour l'Homme à l'harmonica, il y a vraiment un sentiment de bonté qui les traverse, visiblement notamment à l'égard de Jill McBian - jouée par Claudia Cardinale que je ne connaissais pas. Qui plus est, dans cet univers presque exclusivement masculin et viril il se trouve que Jill a un rôle plus qu'important et absolument pas cruche comme on pourrait s'y attendre. Charles Bronson a une dégaine impressionnante, une vraie présence, une belle stature qui fait effet tout au long du film. Son regard et son visage marqué alliés à l'instrument qui le caractérise (l'harmonica) lui donnent une dimension presque plus forte que celle de Clint Eastwood dans l'autre trilogie. Qui plus est, contrairement à l'homme sans nom de la trilogie du dollar, le personnage de Bronson nous dévoile un peu de son passé, ce qui est un léger début dans l'évolution Leonienne jusqu'à Il était une fois en Amérique et l'apogée du flashback. Jason Robards a également un regard, une classe qui donne à son personnage un caractère marquant.

Il était une fois dans l'Ouest 3
          En conclusion, le film est brillant comme je m'y attendais. Il a comblé toutes mes attentes pendant presque 3 heures et je n'ai carrément pas vu le temps passer. Inoubliable et culte !






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Fanelick 11/07/2012 19:01


Excellente critique, félicitations !


Ce film est je crois mon préféré de tous les temps. Tellemtn puissant que rien que d'en parler j'en ai des frissons. c'est un vrai chef d'oeuvre, indémodable, inégalable sur tous les plans.
 c'est l'essence du Grand ouest américain qui fait vraiment rêver. Contente de voir que tu l'ais autant apprécié. 


Pour les autres Sergio Leone, la trilogie du dollard est bien sûr à voir, j'adore le Bon la brute et surtout la scène du cimetière mais aussi Et pour quelques dollards de plus avec la petite
montre musicale et le duel final complètement mythique. 


Sinon si tu ne l'as pas vu je te conseille Rio Bravo avec Dean Martin et surtout John Wayne, la classe ! (j'adore le personnage de Stumpy). Enfin, parmis les plus récents, j'ai été soufflée
par True Grit. Du pur western, des perso entiers et complexes, une photographie à tomber et une musique superbe. à voir absolument.

Sebmagic 11/07/2012 19:20



Pareil pour True Grit, j'ai beaucoup aimé ! Par contre j'ai jamais vu Rio Bravo (j'ai des préjugés sur John Wayne, je ne sais pas pourquoi), donc merci du conseil !



Jirsad 21/06/2012 19:32


Premier commentaire de ma part sur ce blog que je suis depuis quelques temps déjà. En regardant Il était une fois dans l'Ouest, j'ai vu le premier - et le seul - western de ma vie. Pour un
néophyte du genre, je suis venu à penser que si un film tentait aujourd'hui ces musiques, plans et silences si innimitables, le résultat serait à la fois très cliché et peut-être ennuyeux. Je
n'ai jamais vu aucun de ces acteurs auparavant, et je pense que Frank va prendre la place du meilleur méchant de cinéma dans mon esprit.


A la vue des réactions concernant Le Bon, la Brute et le Truand, j'envisage de regarder cet autre film de Leone. Est-il alors obligatoire de voir d'abord Pour une poignée de dollars et Pour
quelques dollars de plus ? Je ne veut pas subir le spoil et ne pas comprendre une intrigue complexe.


Encore quelque chose : j'ai trouvé ce premier western très long (en temps, mais pas au visionnage), et à l'histoire légèrement compliquée. Dois-je, pour les prochains westerns, prévoir trois
heures de libres et un cerveau frais ?


Bref, ce film est un chef d'oeuvre à voir, mais qui demande un effort et qui n'est pas accessible au premier crétin venu (selon moi).


Merci pour ce blog, continue(z) comme ça !

Sebmagic 21/06/2012 19:39



Tu peux parfaitement regarder Le Bon, la brute et le Truand d'abord, c'est ce que j'ai fait ! Par contre c'est vrai que Il était une fois dans l'Ouest n'est peut-être pas toujours évident à
suivre (on ne sait pas vraiment qui veut quoi), mais pour Le Bon, la brute et le truand t'es pas obligé de réfléchir, l'histoire est simple.



Squizzz 14/06/2012 00:12


Un chef d'oeuvre, et c'est peu dire venant de la part de quelqu'un qui n'aime pas les westerns. Mais la virtuosité des plans et cette atmosphère si particulière nous transporte vers quelque chose
d'inédit et ce bien après la projection.

Sebmagic 14/06/2012 01:03



Tout à fait. Perso je peux pas encore dire que "j'aime les westerns", parce que j'en n'ai pas vu beaucoup, mais en tout cas j'aime les wersterns à la Leone.



Turk 12/06/2012 16:06


Sur la musique je suis d'accord, l'émotion est plus intense dans Il était une fois dans l'Ouest. Je pense que Eastwood fait la différence dans le duel entre ces deux films qui font de toute façon
partie de l'histoire de cinéma.

Sebmagic 12/06/2012 16:22



Ouais, et le duel de Il était une fois dans l'Ouest est beaucoup moins tendu parce qu'au lieu de se concentrer sur l'attente insoutenable, on se concentre sur le souvenir de l'homme à l'harmonica
donc c'est moins fort au niveau suspense. Les deux ont leur charme mais j'préfère effectivement le duel du Bon, la brute et le truand.



Turk 12/06/2012 12:52


Je n'ai pas pu voir ce film en entier. J'ai vu la scène finale qui est grandiose. Musique géniale. Néanmoins je ne pense pas que le film en soi dépasse Le Bon la Brute et le Truand notamment pour
la place de l'humour et Clint Eastwood.

Sebmagic 12/06/2012 12:58



Ah mais y'a quand même de l'humour dans celui-ci, après je sais pas lequel des deux est meilleur effectivement. Clint Eastwood est parfait donc c'est difficile, mais je trouve Ennio Morricone
presque plus puissant dans Il était une fois dans l'Ouest.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -