12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 22:01

         On m'avait conseillé de conclure mon périple Sergio Leone par Il était une fois en Amérique, mais comme le film est passé dans mon cinéma du coin, j'ai pas pu m'empêcher de me laisser tenter, bien sûr (vous auriez fait pareil). Finalement, je ne regrette pas de l'avoir vu avant et je finirai donc par Il était une fois la révolution puis Il était une fois dans l'Ouest, afin (je l'espère) de terminer en beauté. 

 

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

il-etait-une-fois-en-amerique3.jpg

 

-> Lire la suite...

        Enfin vu ce film de 3h50, il était temps ! Je crois que c'est le film le plus long que j'ai vu pour l'instant, et ça ne m'a pas empêché d'adorer bien évidemment. Contrairement à beaucoup de gens, je ne classerais pas ce film dans un top 30 (à mon avis je ne regarderai pas ce film 10 fois) mais j'ai passé un excellent moment au ciné sans jamais m'ennuyer. Et pourtant, je ne suis vraiment pas fan des films de gangsters (mais vraiment pas du tout), donc ça veut dire ce que ça veut dire. Il était une fois en Amérique est long, très long, mais il passe plutôt vite et cette longueur est nécessaire afin de nous plonger véritablement dans l'histoire. Le film nous fait voyager à travers le temps au coeur d'un ghetto de New-York, où on suit les péripéties de deux gangsters, Max et Noodles. Deux amis qui vont se perdre et se retrouver à plusieurs reprises pour différentes raisons, je ne vais pas décrire le film parce que j'en aurais pour des heures et que c'est inutile.


il-etait-une-fois-en-amerique.jpg        J'ai personnellement préféré toute la partie sur la jeunesse des 5 garçons, la rencontre en Max et Noodles, leurs problèmes et l'événement dramatique qui va les amener à se séparer pendant une quinzaine d'années (événement qui surgit sans prévenir, sur une scène absolument magnifique au ralenti, appuyée par la musique d'Ennio Morricone). Le film est absolument génial dans son montage, pas chronologique mais vraiment bien foutu et parfaitement compréhensible. Une époque prend la place d'une autre sans prévenir, de façon toujours justifiée et cohérente, ce qui n'est pas évident à faire lorsqu'on présente ainsi une fresque aussi longue (le film s'étale sur pratiquement 50 ans). Dès le début, j'ai été pris dans l'histoire même si on ne comprend pas tout immédiatement. Pendant les 20 premières minutes, on a droit à des images dont on ne saisit pas bien la signification mais qui prennent leur sens à la fin (la longue scène où on entend une sonnerie de téléphone se répéter en fond sonore est géniale). Pour le reste du scénario, concernant l'époque intermédiaire (alors qu'il ont environ 30-35 ans), j'avoue avoir été un peu moins passionné. La qualité du scénar est toujours là mais, sans décrocher, j'ai ressenti plusieurs fois un léger ennui. Ce fut toujours de courte durée et ça ne m'a pas gâché le visionnage, puisque ça contribue au rythme du film qu'il ne faut pas rompre. Côté réalisation, on reconnait bien la patte du réalisateur avec les gros plans soudains, les plans larges, les travellings et les scènes quasi muettes que j'ai savouré (je pense particulièrement au passage où Noodles fait tourner son café avec sa cuillère et que tout le monde le regarde sans broncher, j'ai adoré).


il-etait-une-fois-en-amerique2.jpg          Concernant les personnages, la plupart sont attachants, mais pas tout le temps. J'ai adoré toutes les scènes issues de l'époque la plus vieille (où Noodles a environ 60 ans), car elles sont très nostalgiques, belles, pleines d'émotion et qu'on s'attache vraiment au personnage principal. Par contre, pour l'époque moyenne, je ne me suis pas particulièrement attaché aux personnages qui sont quand même de sacrés enfoirés, notamment à l'égard des femmes. C'est un peu ce que je déteste dans les films de gangster et qui, encore une fois, est très présent dans le film : la place réservée aux femmes est quasiment scandaleuse (même si je n'accuse absolument pas Leone d'être sexiste). Les scènes de viol m'ont gêné un peu, j'ai parfois eu l'impression qu'elles n'avaient absolument rien à foutre là. Voilà pourquoi côté personnages, je n'ai réussi à les prendre en affection qu'à la toute fin du film, lors d'une scène vraiment magnifique, qui ne m'a pas tiré de larmes mais qui apporte quand même un certain lot d'émotion. La fin du film se veut un peu "twist" mais elle ne m'a pas tellement surpris. La "révélation" finale n'a pas été pour moi le point fort du dénouement, j'ai plutôt préféré les répliques et dialogues vraiment savoureux, ainsi que les images (notamment le superbe flashback accompagné de la musique intense).


          Bref, c'est une gigantesque fresque plutôt magnifique avec des décors de fou (la reconstitution du New York ancien est bluffante), soutenue par un casting vraiment excellent. Robert De Niro m'a ému à plusieurs reprises, James Woods est excellent, ainsi que des acteurs comme Larry Rapp qui a une bonne tête. J'ai particulièrement adoré le casting jeune, qui montre un énorme souci de cohérence et de ressemblance entre acteurs jeunes/vieux. J'ai aimé voir Jennifer Connelly à ses débuts dans le rôle de Deborah jeune, même si on ne la voit pas beaucoup. La distribution est au top niveau, permettant ainsi à Leone d'exploiter les jeux de regard, omniprésents (quelque chose que j'adore et que Leone dirige à merveille). Pour conclure, j'ai bien évidemment adoré ce film, mais comme ce n'est pas exactement mon genre de films j'admets que je ne prendrai peut-être pas plaisir à le revoir trop souvent. Ca ne m'empêchera pas de le qualifier (indiscutablement) de gros chef d'oeuvre et d'oeuvre majeure dans le 7e art, et de très très loin le meilleur film du genre que j'ai vu jusqu'à présent.


         Comme je n'ai peut-être pas assez mis en exergue le travail d'Ennio Morricone dans cet article, voici l'une des musiques que j'ai adoré dans le film, vraiment poignante et intense.


 


 




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Tietie007 30/09/2017 16:23

Je l'ai vu en salle à sa sortie.

Ze Ring 18/07/2011 13:02



Tu t'abuses :p J'ai acheté le film en DVD en Mai, je l'ai alors revu pour la première fois depuis 7 ans et je l'ai maté 4 fois en 4 jours.



Sebmagic 28/07/2011 22:27



Chacun son truc :D Perso j'aurais du mal à le faire je pense !



2fois2cinq 18/07/2011 09:29



+1 ... tout pareil que toi ! Très bon film qu'on ne peut pas revoir 10 fois  (même si pour ma part j'ai du le
voir 4 fois déjà !)


 


Merci pour cette article !



Sebmagic 18/07/2011 11:48



Et merci pour le commentaire Déjà vu 4 fois ! Comme Ze Ring si je ne m'abuse, il va sûrement me falloir un certain
temps avant de me le refaire mais c'était une très bonne expérience.



Ze Ring 13/07/2011 23:46



Content que tu ais aimé! Mais il me semble que tu fais une erreur de jugement! Tu dis que tu n'as pas pu apprécier les personnages dans la partie "intermédiaire"... Je dis que c'est bien la la
force du film. Les personnages de la partie adulte de De Niro sont détestables, ils violent des gonzesses à tout bout de champ (par ailleurs, rien de sexiste la-dedans effectivement, mate Il
était une fois dans l'ouest ou Claudia Cardinale à le rôle principal!!) et ils butent tout le monde mais ils deviennent bouleversant dans une dernière partie incroyable!!
Tu n'apprécies pas encore les films de gangsters, mais tu vas voir ça va venir ;) Tu vas certainement encore t'ouvrir à plein de trucs et un jour peut-être tu arriveras à mater des films du genre
avec plus de plaisir. En tout cas je suis content que tu ais aimé même si je me doutais que ce ne serait pas ton Leone préféré.



Sebmagic 14/07/2011 00:15



Oui pour les films de gangsters je pense que ça ne viendra pas rapidement ;)

Sinon pour l'erreur de jugement, je ne comprends pas bien puisque c'est exactement ce que je pense du film (il me semble), é savoir que ce sont des enfoirés dans l'âge intermédiaire mais que la
dernière époque les rend bouleversants. Je suis totalement d'accord mais ça n'empêche que j'ai moins aimé l'époque du milieu pour ces raisons ^^



Mona 13/07/2011 22:04



Salut CLINT  , comment va ?


Période spaguettis à c'que j'vois ... y'a du bon pour sûr et c'est prenant comme ambiance !


Moi je ne vois rien de chez rien en ce moment, petite pause zik bien méritée avec du très bon rock anglais, hé hé .... mais je zieute toujours par chez vous hein.



Sebmagic 14/07/2011 00:13



Héhé, et bien moi je pense que justement je vais commencer à m'y remettre ! Les vacances vont me permettre d'avancer un peu.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -