27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 10:51

            Ayant reçu ce film à mon anniversaire l'année dernière sans trop savoir de quoi il s'agissait, je peux remercier ma soeur qui m'a donc fait découvrir Antoine de Maximy. C'est con, mais je n'avais jamais entendu parler de ce type ni de son émission "J'irai dormir chez vous" alors que c'est typiquement le genre de choses que j'adore visionner. Après m'être franchement régalé devant ce film, j'ai continué en regardant plusieurs épisodes et je vais continuer. Antoine de Maximy, équipé de minuscules caméra et complètement seul, nous fait découvrir le monde et ses habitants (ici, les USA), c'est un bonheur à chaque fois.

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

  jirai dormir a hollywood

 

-> Lire la suite...


               Notre voyageur débarque aux USA en parachute puis se retrouve seul dans le pays. Son objectif : parvenir à Hollywood pour tenter de se faire inviter à dormir chez une star. Dans ce documentaire d'1h40, Antoine de Maximy voyage à travers les Etats-Unis d'Est en Ouest, passant par New York, Miami, la Nouvelle Orléans, Las Vegas... Les moyens de locomotion utilisés sont multiples : à pied, en stop, en taxi, en bus, à vélo et même en corbillard, il nous fait parcourir les paysages et les communautés diverses. Inutile de dire que si son but "officiel" est de dormir chez une star, le réel objectif du film n'est bien sûr pas aussi bête. Avant tout, Antoine de Maximy souhaite rencontrer des gens, partager des instants avec des personnes de natures diverses.



jirai dormir a hollywood3                 Du côté des spectateurs qui n'ont pas aimé le film revient toujours le même argument : Antoine dépeint majoritairement les côtés négatifs des Etats-Unis à travers des personnalités étranges ou malheureuses. Ce choix est pourtant incroyablement enrichissant. Le cinéma et la télévision ne montrent que très rarement cette face cachée des Etats-Unis, et Antoine de Maximy a osé le faire brillamment. Même si ce documentaire n'est peut-être pas représentatif des USA dans leur globalité, il est pourtant évident qu'il n'a pas été fait dans ce but. L'objectif est bel et bien de parcourir diverses communautés et de rencontrer des personnalités atypiques, nous faire partager quelques instants de leur vie. Il suffit d'avoir un minimum de recul sur les images pour les apprécier pleinement.



jirai dormir a hollywood5          Une fois ce constat effectué, il n'est pas difficile de savourer le film et de s'attacher aux personnages présentés. Le réalisateur nous emmène un peu partout et nous présente un éventail de personnalités important à travers un panel d'émotions diverses. La crainte, le rire, la misère, le racisme interne au pays, la fête, l'entraide, on vit toutes ces choses avec Antoine et le système de caméras permet de plonger avec lui dans le film, comme si on y était. De nombreuses situations assez tendues nous montrent une Amérique potentiellement dangereuse dans des quartiers déserts, on sent parfois qu'Antoine n'est pas très confiant et on ressent ses craintes avec lui. Le moment culminant du film est probablement cette étrange rencontre avec un homme qui souhaite à tout prix l'emmener chez lui, au milieu de nulle part. Volontairement flippant, ce passage permet également au film de ne pas toujours évoluer sur le même ton. L'arrivée d'Antoine aux USA est d'ailleurs assez troublante et on comprend rapidement que le "rêve américain" n'est pas vraiment d'actualité dans toutes les régions du pays, ce qui vient contrebalancer un certain nombre d'idées reçues sur le sujet. Le débat virulent enclenché dans le bus est assez déconcertant. On rencontre des américains désillusionnés, parfois paumés ; le témoignage le plus fort étant probablement l'homme sans-abri qui vit sur la plage. Un homme qui a tenté de vivre ce rêve et n'a pas réussi son pari. Bref, à travers ses caméras Antoine saisit de grands moments d'émotion, comme cet homme dans le train, envoyé en prison pour un simple port d'arme pour une peine de 15 ans. Le bonhomme n'a certainement pas tout dit de cette affaire, mais qu'importe : la personnalité du gars est touchante et mémorable. En d'autres termes, il se dégage du film une véritable humanité qui, alliée à la grande sincérité d'Antoine, ne peut pas laisser indifférent.



jirai dormir a hollywood4                  Cependant, J'irai dormir à Hollywood ne fait pas que s'arrêter sur ce type de personnes et met en avant une certaine hospitalité des Américains qui fait plaisir à voir. On peut citer ce couple de personnes âgées gymnastes tout à fait charmant, qui n'hésite pas à inviter Antoine pour passer la nuit, malgré le peu d'espace habitable. De même, il est ravissant de voir ce type prêter son vélo au réalisateur sans aucun problème. C'est le genre de choses qu'on ne verrait probablement pas partout en France. Le documentaire emprunte même de forts moments de joie et de rire partagés lorsqu'Antoine souhaite s'acheter une voiture typiquement "rêve américain". Il ne s'en sortira qu'avec un corbillard, mais c'est cette voiture qui sera finalement la mascotte du film, aux couleurs de la chemise d'Antoine de Maximy. Le propriétaire de la casse ainsi que sa famille donne lieu à énormément de rire et de bonne humeur, offrant à J'irai dormir à Hollywood une certaine légèreté. A travers les musiques entraînantes qu'on retrouve dans la série, on a vraiment la sensation de voyager avec lui et de partager ces moments, ce qui est assez jouissif.


jirai dormir a hollywood2

                 Et finalement, le but "officiel" du film ne prendra que peu de place dans le film. On se demande comment il est possible de ne pas connaître Will Smith, mais le fait de voir Antoine escalader la barrière pour aller le rencontrer est terriblement osé. C'est d'ailleurs le culot qui caractérise le réalisateur, un culot qui - allié à sa sympathie innée - lui permet d'effectuer ce genre de roadtrips. Après quelques tentatives de coucher chez des stars, comme Spielberg ou Clooney, Antoine de Maximy choisit de terminer son film de la façon la plus poétique qui soit : en dormant avec le sans-abri sur la plage. Il aura ainsi dormi chez une star : la star de son propre documentaire qui a des choses certainement bien plus enrichissantes à raconter que Steven Spielberg. La poésie de cette fin de film est remarquable et fait de J'irai dormir à Hollywood un petit chef d'oeuvre de documentaire qu'on ne peut pas oublier.







Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Tristanamorphosee 28/12/2012 14:27


C'est le genre de mecs (comme beaucoup de ceux qui racontent ou filment leurs périples) qui peut te faire envie d'aller dans des pays où jamais tu t'y serais vu !! A voir si on a un gros a priori
sur les américains ! ^^

Sebmagic 28/12/2012 14:34



Ouais, à voir dans tous les cas d'ailleurs



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -