10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 23:37

          Très belle surprise que ce film dont je n'attendais pas grand chose. Quand j'ai vu le synopsis, je ne suis pas parti avec un a priori positif, mais je me suis lancé dedans. Ze Ring m'a conseillé ce film plusieurs fois depuis la création de ce blog donc je me suis jeté dessus lorsque je l'ai vu à 3€ dans un magazine TV, et je l'en remercie !

 

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

l'impasse

 

-> Lire la suite...

              Je déteste toujours autant le monde de la mafia au cinéma car c'est un univers auquel j'accroche vraiment très peu. Dans la plupart des films du genre, j'ai énormément de mal à trouver les personnages intéressants (c'est d'ailleurs pour ça que j'ai longtemps eu du mal avec la majorité des rôles de De Niro et Al Pacino), et l'ambiance m'ennuie profondément. L'impasse démarre pourtant très bien avec un générique sublime qui m'a plongé immédiatement dans le film et m'a aidé à entrer dans l'histoire. Un générique qui utilise l'une des astuces narratives les plus utilisées du cinéma : on nous montre la fin dès le début. Autant dire que, même si ce début de film est magnifique, ce fut un peu superflu. M'enfin toujours est-il que la première demie-heure du film a réuni un peu tout ce que je déteste dans ce genre de films : des types en costard, aux accents très prononcés, un peu de flingage (le carnage dans le bar avec la musique limite comique qui ne colle pas à la situation, j'ai trouvé ça un peu faible), des filles à moitié à poil, des boîtes de nuit, des histoires de fric et de drogue... Plus je regarde de films sur la mafia et plus ces thèmes me gavent et m'ennuient. C'est pas forcément mauvais, c'est simplement que ça ne m'a jamais touché et que ça ne me touchera probablement jamais.



l'impasse 3         Mais tout de même, passée cette première demi-heure, il faut bien admettre que les 1H45 qui suivent sont magnifiques. Alors que je commençais à m'emmerder franchement et que j'avais peur que le film tienne comme ça sur toute la durée, le scénario évolue et surtout le personnage principal devient attachant. C'est le truc que je reproche le plus souvent aux films du genre : des personnages peu intéressants, souvent de gros salauds dont je me fous totalement. Or, ici, le personnage joué par Al Pacino est vraiment attachant, on a clairement envie qu'il s'en sorte. Tout simplement parce qu'il n'incarne pas un magouilleur mafieux mais au contraire un type qui veut décrocher et s'enfuir de ce monde pourri, et qui a bien du mal à s'en défaire. Le fait d'avoir pris un tel personnage est vraiment une excellente idée car on est avec lui du début à la fin, et il faut dire que l'acteur est un putain de comédien. J'ai adoré la façon dont cette histoire a été traitée, ce merdier dans lequel se trouve le personnage principal qui ne souhaite qu'une chose : réaliser son rêve et partir aux Bahamas avec l'amour de sa vie. Le fait de nous présenter un personnage qui veut sortir de tout ça est génial et m'a permis d'apprécier le film jusqu'à la fin. Tout est superbe et bien foutu, de l'histoire de l'avocat (joué par Sean Penn) à l'histoire d'amour entre Charlie et Gail (Penelope Ann Miller). L'apparition de Viggo Mortensen est également très bonne (l'acteur est encore une fois au top dans un rôle furtif). Beaucoup de belles scènes, une réalisation assez exemplaire de Brian De Palma qui m'ont plongé dans la trame avec attention et tension.

l'impasse 2

             Le suspense est de plus en plus puissant, nous menant jusqu'à une petite course poursuite halentante d'une vingtaine de minutes qui constitue clairement le meilleur du film, une pure merveille. La toute fin n'est pas franchement surprenante (surtout au vu du début du film) mais prend quand même aux tripes. Et que dire du générique final ? J'ai ressenti tellement de choses lors du générique final... C'est d'ailleurs à ce moment que j'ai réalisé que L'Impasse m'a plutôt marqué, positivement. Le générique passe sur l'image de Gail dansant sur la plage avec une couleur violet sombre, et il est presque déprimant. Une ambiance très étrange qui m'a apporté à la fois de la tristesse et de la nostalgie, notamment vis-à-vis du dénouement de l'histoire et de l'avenir de Gail. C'était la première fois qu'un tel truc m'arrivait devant un film sur la mafia (à part la scène finale de Il était une fois en Amérique qui est également une merveille). Bref, je suis ressorti ravi de ce film qui se rapproche du chef d'oeuvre. En fait, pour les spectateurs adeptes de ce genre de films, L'impasse doit clairement être un pur chef d'oeuvre. Personnellement, il m'a juste manqué une ambiance plus originale (l'ambiance boîte de nuit / mafieux italiens qui me déplait beaucoup). Mais à part ça, les personnages de Al Pacino et de Sean Penn sont savoureux, même si le choix de cette coiffure pour Sean Penn reste pour moi un gros mystère. A voir, et certainement à revoir.





Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

ideyvonne 16/12/2011 20:00


Pour ce qui est de films sur la mafia ou de gangsters, c'est clair que rien ne vaut "il était une fois en Amérique" (que j'ai déjà sur mon blog) ou encore "les sentiers de la perdition" (qui va
pas tarder)


 Je te conseillerai de commencer pour ce genre cinématographique par un très vieux film en N&B avec James Cagney = "l'ennemi public" où là, TOUT a été inventé et donc
repris par les autres réalisateurs (techniques de cadrages, lumières, ralentis ou accélérés, décors et costumes...) Et le point positif c'est que le scénario est bon et que le personnage
principal évolue lui aussi.

Sebmagic 16/12/2011 20:43



Merci pour l'idée, j'y songerai !



Anaïs 15/12/2011 22:16


J'ai hâte de lire ton avis alors !

Sebmagic 16/12/2011 00:18



Merci, je ne doute pas qu'il va être positif !



Anaïs 15/12/2011 13:11


Ah mais oui Le Parrain, toujours pas vu beh alors... ! ;) (bon ok je n'ai vu que le tout premier film mais comme ce n'est pas non plus mon genre favori...)

Sebmagic 15/12/2011 15:52



Héhé, ben oui mais ça dure longtemps quand même Et au fait j'ai pas oublié Billy Elliott, ça va se faire ce week-end
j'espère !



Ze Ring 12/12/2011 14:58


Seb, Le Parrain c'est très différent!! C'est très romancé... C'est plus dans le genre Il était une fois en Amérique que dans le genre Mean Streets je peux te le garantir.

Sebmagic 12/12/2011 16:49



Très bien, de toutes façons je vais me forcer à le voir



Frances 12/12/2011 13:29


Je comprends votre réticence en ce qui concerne les films sur la mafia. Ce n'est pas non plus un genre que j'affectionne particulièrement. Mais étant cinéphile et passionnée de cinéma américain
en particulier, il est difficile de faire l'impasse sur le sujet, justement. L'histoire de la mafia italo-américaine et les réseaux du crime organisé sont intimement liés à
l'histoire des E.U. Il faut les voir sous un autre angle pour comprendre comment le pays s'est façonné et du coup cela ouvre d'autres perspectives. D'autant plus qu'il existe d'excellents films
sur le sujet, je citera en vrac : Scarface (d'Howard Haws) et celui de de Palma / Sur les quais (d'Elia Kazan) / French connection (de Willian Friedkim) / Means street et Casino (de
Scosese) / Le parrain (de Coppola) / Miller's crossing (de Joel Cohen) / Donnie Brasco (de Mark Newell) / Les sentiers de la perdition (de Sam Mendes) / La nuit nous appartient (de James
Gray).


Ce qui dicte mon choix, c'est la qualité des films...ce serait dommage de se priver d'un formidable cinéma.

Sebmagic 12/12/2011 13:35



Merci beaucoup des conseils ! J'ai vu quelques uns d'entre eux. Donnie Brasco, j'ai été plutôt conquis par le film, bien foutu et surtout avec de bons personnages (c'est le point qui me fait le
plus tiquer dans ce genre de films). Dans Mean Streets par exemple, j'ai détesté les personnages et je n'ai absolument pas accroché. En fait je préfère de loin quand les films sur la mafia
traitent les personnages avec finesse et profondeur, comme Al Pacino dans Donnie Brasco ou Tom Hanks dans Les Sentiers de la Perdition (excellent film d'ailleurs, car il ne s'arrête pas au banal
et enfoiré trafiquant qui se bagarre tout le temps). Les Sentiers de la Perdition traite aussi d'un rapport entre le père et le fils, et montre un personnage qui réalise que le monde dans lequel
il vit est à fuir. Pareil dans L'Impasse avec Al Pacino, c'est pourquoi j'ai aimé ces deux films.


 


Par contre pour Scarface, je ne l'ai pas vu mais j'en ai un à-priori extrêmement négatif justement vis-à-vis du personnage et des thèmes traités. Quant au Parrain, toujours pas vu mais j'ai
également cette impression (peut-être pas fondée) que les personnages ne vont pas me plaire. M'enfin on verra, je verrai de toutes façons Le Parrain un jour.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -