28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 09:49

            Quel plaisir jubilatoire que de retrouver l'univers de Tolkien vu par Peter Jackson ! Des années après la fin de sa cultissime trilogie, c'est avec une certaine réjouissance que je m'étais rendu dans la salle de ciné pleine à craquer. Après mon premier visionnage du film sur grand écran, il me parut clair que Le Hobbit était un petit cran en-dessous du Seigneur des Anneaux, malgré le plaisir énorme des retrouvailles et les multiples clins d'oeil à la première saga. Je ressors tout juste du deuxième visionnage (par ailleurs, la VF est toute aussi excellente que la VO, je crois que ce niveau de doublage a rarement été atteint au cinéma) et il s'avère que je m'étais trompé : Le Hobbit est à mon goût du même niveau que le Seigneur de Anneaux et Peter Jackson est probablement en voie de nous sortir une deuxième trilogie inoubliable. J'en ai des frissons.

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

Le hobbit

 

-> Lire la suite...


              Des nouveautés qui déstabilisent...


           Si le passage du Seigneur des Anneaux au Hobbit amène quelques légères déceptions à première vue, c'est parce qu'il est toujours aussi difficile, 10 ans après, d'oublier les personnages de la première saga. Pourtant, Peter Jackson n'a vraiment pas bâclé son travail, il a même concocté ce fabuleux film en pensant vraiment aux fans et avec une grande parcimonie. En témoigne l'introduction du film avec Ian Holm et Elijah Wood, qui permet de faire une transition très habile entre les deux trilogies en nous plongeant tout d'abord en terrain connu. Le passage du SDA au Hobbit se fait tout en douceur pour le spectateur, cette scène d'intro s'appuyant sur des faits qu'on connait déjà par coeur et qui servent de tremplin pour la suite (non sans une certaine nostalgie). La transition entre le Bilbon âgé et le Bilbon plus jeune est très fine et permet au film de démarrer sans nous brutaliser : on entre dans une nouvelle aventure et le plaisir ne s'échappe pas. La réelle difficulté pour Peter Jackson est de parvenir à nous imposer un grand panel de nouveaux personnages sans que la comparaison avec les anciens ne soit décevante. Vu la qualité du Seigneur des Anneaux au niveau des personnages et des acteurs, le pari est extrêmement risqué. Pour ceci, le premier visionnage du film m'a laissé avec un arrière-goût de « c'était super bon, mais Thorïn c'est quand même pas Aragorn ».


le hobbit 2

           Or, c'est une erreur de juger ces choses sur le moment, car je pense qu'Aragorn lui-même ne devait pas être aussi plaisant lors de la sortie de La Communauté de l'Anneau qu'il l'est à présent. C'est le fait de suivre les personnages sur 3 films qui permet de les rendre attachants et proches du public. Et justement, ça tombe bien : Le Hobbit se décomposera en 3 films. Il sera amplement temps de juger la qualité et la profondeur des personnages lorsque le 3e opus sera sorti. Pour le moment, Thorïn est un Aragorn en devenir et j'ai plutôt confiance en la suite. La preuve : au deuxième visionnage, j'ai trouvé l'ensemble des nouveaux personnages bien plus intéressants et attachants. D'ailleurs, la scène de l'affrontement sur les arbres, où le nain reprend comme bouclier une bûche pour affronter son ennemi est terriblement épique (forcément, avec la musique des Nazgûls, ça fait son petit effet) et nous donne une scène déjà culte. Petit détail amusant, mais qui témoigne de la qualité impressionnante du film : j'étais tellement immergé dans l'histoire qu'à un moment donné, je me suis demandé où j'étais, avant de réaliser que j'étais dans une salle de ciné. C'est un petit sentiment bizarre que j'éprouve très rarement.


le hobbit 3           Le casting pour cette nouvelle compagnie est donc potentiellement très réussi, et j'irai même jusqu'à dire qu'il est mieux réussi que pour le Seigneur des Anneaux. En effet, je trouve que Martin Freeman, qui interprète Bilbon Saquet, vole clairement au-dessus des acteurs-hobbits de la trilogie précédente. Cet acteur est tellement bon qu'il m'a pris aux tripes pendant l'essentiel des trois heures. Contempler son jeu ainsi que sa capacité à entrer dans le rôle de Bilbon est hallucinant. Ce choix de casting était décisif pour la bonne réussite de la trilogie, et je pense pouvoir affirmer sans mal que nul n'aurait été un meilleur choix que Martin Freeman. Il nous offre à de nombreuses reprises des scènes d'une intensité égalant celles du Seigneur des Anneaux, avec ses mimiques, son regard, sa hobbit-attitude extrêmement charmante. Sa dernière scène avec Richard Armitage est vraiment puissante, son regard exprimant magnifiquement tout ce que Bilbon représente : un hobbit différent des autres. Rempli d'une humilité à toute épreuve comme la plupart des hobbits, il a un fond incroyablement pur et bon. Lorsque Bilbon baisse les yeux au lieu de s'insurger ou de se vexer, il gagne le coeur du spectateur - c'est d'ailleurs ce qui rend les hobbits aussi attachants – tout en nous rappelant un certain Pippin. Bref, je laisse déborder mon amour inconditionnel pour cet univers et si je ne m'arrête pas maintenant, je n'arrêterai jamais.


           Pour continuer sur les « nouveautés », il est clair que le côté visuel diffère légèrement du Seigneur des Anneaux. On a un peu plus d'effets spéciaux, d'images de synthèse qui m'ont un peu gêné au début. Les grands méchants sont numérisés, ce qui les rend tout de suite moins réels et moins dangereux que les Nazgûls aux longues capes et l'orque lépreux dégueulasse. Mais le numérique ne prend pas tant de place que ça et les maquillages sont toujours aussi excellents. La seule différence notable, c'est que Le Seigneur des Anneaux baignait indiscutablement dans un univers médiéval, très moyen-âgeux tandis que Le Hobbit est plongé dans un univers plus fantastique, plus fantasy. Ca se ressent surtout dans les quelques bribes de batailles qu'on aperçoit. Mais la réalisation est toujours aussi sublime, les mouvements de caméra sont savoureux, balayant de manière virtuose les paysages somptueux et vallonnés de la Nouvelle-Zélande. On assiste à des scènes d'une grande beauté, comme le combat des géants de pierre qui fait très mythologique. On ne sait pas d'où ils sortent, ni pourquoi ils se battent, ce qui rend la scène d'autant plus magique à regarder. On a l'impression de découvrir une face cachée de la Terre du Milieu, ce qui permet de ne pas faire trop de ressemblances avec le Seigneur des Anneaux.


le hobbit 4

           Pour finir, le scénario et évidemment un élément nouveau et peut a priori décevoir. Plus simpliste que celle du Seigneur des Anneaux (peut-être aussi plus destinée aux enfants), cette histoire de dragon ne m'a pas accroché immédiatement. Cependant, cette petite lacune (pour moi) est vite remplacée par un déroulement du film délicieux pour les fans.



           …mais un film dans la continuité du SDA


           En effet, au coeur de ce film se dissimulent des clins d'oeils permanents à la trilogie précédente, ce qui m'a personnellement comblé.


le hobbit 5

           Retrouver des acteurs tels que Ian McKellen, Cate Blanchett, Christopher Lee et Hugo Weaving dans leurs rôles respectifs (Gandalf, Galadriel, Saroumane et Elrond) est un véritable bonheur pour les fans. C'est simple j'ai eu l'impression d'assister au Seigneur des Anneaux 4. Toujours aussi classes, ces acteurs permettent aussi aux spectateurs de se raccrocher à des éléments déjà connus et ça provoque également son petit effet nostalgique. Les références au Seigneur des Anneaux pleuvent et c'est un véritable plaisir à suivre. Lorsqu'on voit sous nos yeux l'histoire des trolls que racontait brièvement Bilbon dans La Communauté de l'Anneau, on ne peut pas s'empêcher de sourire. Lorsque Gandalf se prend le lustre dans la maison de Bilbon, lorsque ce dernier se retrouve suspendu d'une main dans le vide en Frodon-style, ou qu'il met l'anneau unique au doigt en chutant, on ne peut pas s'empêcher de sourire.


le hobbit 6           Là où on sourit encore – qu'on jubile même – c'est lorsqu'un autre personnage important réapparait : Gollum. Toute la séquence entre Bilbon et Gollum est sublime pour quiconque attendait ce passage avec impatience. Explication directe des paroles marmonnées par Gandalf dans La Communauté de l'Anneau auprès de l'âtre : « Des énigmes dans le noir... », la scène des devinettes est un pur bonheur, se permettant même d'aborder avec humour le côté schizophrénique de Gollum. La scène a également un aspect mythique, et il est clair que là encore, Peter Jackson a soigné cette séquence. Avec de nombreux plans larges sur la caverne qui donnent l'impression que la petite partie d'énigmes va durer toute la nuit, des mouvements de caméra qui imposent une ambiance totalement différente de celle présente depuis le début du film, le cinéaste montre que cette scène est une scène-clé, et offre aux fans un plaisir immense. Et que dire d'Andy Serkis, dont le talent dépasse encore l'entendement ? Ses regards sont intenses et très expressifs et donnent au spectateur toute cette pitié que Bilbon a à l'égard de Gollum. La scène où Bilbon se refuse de tuer Gollum est tout simplement brillante, tandis qu'on se souvient inévitablement des vieilles paroles (ou plutôt des futures paroles) de Gandalf : « De la pitié ? Mais c'est la pitié qui a retenu la main de votre oncle... ». Martin Freeman joue de façon extrêmement émouvante et donne à son personnage une dimension encore plus forte : ce hobbit a vraiment une âme pure et honnête, même lorsque la peur le prend aux tripes. La scène est, en plus, accompagnée d'une musique type « hobbit » déjà utilisé dans la trilogie du Seigneur des Anneaux et qui provoque une émotion palpable dans la salle de cinéma.


           Et parlons-en de cette BO. Même la BO est une merveille. C'était un point crucial pour la réussite du film et, avant de le voir, je me demandais si elle allait être à la hauteur du magnifique soundtrack du SDA. Aucun problème, puisque la majorité des thèmes est réutilisée dans le film, encore pour le plus grand bonheur de tous les fans, mais aussi pour contribuer magnifiquement à la construction d'une saga culte. Le fait d'attribuer les mêmes musiques aux mêmes personnages, aux mêmes lieux, aux mêmes objets, permet à tous ces éléments d'avoir leur propre identité, comme s'ils étaient inéluctablement liés à leur musique. Ainsi, on retrouve la musique de l'anneau (toujours diablement efficace...), la musique de la Comté, la musique des aigles, la musique de Gollum, la musique de Fondcombe, bref : on retrouve tout le panel musical qui a fait le succès du SDA et c'est un pur ravissement. Seul un thème fait son apparition : celui des nains, qui n'avaient pas encore leur propre identité musicale. Et il se trouve que ce nouveau thème, énormément utilisé dans le film, est une beauté qui prend aux tripes (la chanson des nains devant l'âtre est sublime) et nous fait comprendre que décidément, Peter Jackson et Howard Shore sont bel et bien de retour...


le hobbit 7







           Pour conclure, j'ai une petite pensée pour les critiques qui suggèrent que Le Hobbit ne fait pas du tout honneur au Seigneur des Anneaux et qui se permettent actuellement de descendre le film (par plaisir ? par réelle grosse déception ? je ne sais pas très bien). Je trouve que les fans du Seigneur des Anneaux qui jugent Le Hobbit très mauvais (au point de le trouver exécrable) ne sont pas crédibles, ou alors témoignent d'une mauvaise foi impressionnante. Il est absolument impossible, lorsqu'on a réellement adoré le SDA, de détester Le Hobbit. La déception, je peux amplement la comprendre, mais pas l'amertume ni la sensation d'avoir été pris pour des cons.


           A ceux qui hésiteraient encore : ce film est fait pour les fans, mais il est également fait pour ceux qui n'y connaissent rien et qui n'ont jamais vu la première trilogie. Même s'ils louperont quelques beaux clins d'oeils, le film peut évidemment se voir indépendamment des autres et vous procurera probablement un plaisir aussi intense que le nôtre (en témoigne une amie qui n'a jamais vu le SDA mais qui a été comblée par ce film).







Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

bouzid 26/02/2014 22:46

j'ai adoré le Hobbit

Flora 28/05/2013 13:41

Je viens de lire ton article, et rien que le lire ça me fout des frissons ... J'ai tellement adoré ce film, et je l'attendait depuis tellement longtemps aussi ^^ A peine sortie du cinéma j'me souviens avoir dit "Vivement le prochain !".
Et bah il ne me reste plus qu'à attendre.
Bonne continuation ;).

Anaïs 04/01/2013 19:11


Ah oui et pour moi, ce sont plus que des clin d'oeil au Seigneur des Anneaux, les scénaristes lient les deux scénarios (ce qui n'était pas présent dans le livre). Gandalf remarque l'anneau, il
semble qu'il ait encore Sauron à l'esprit et il dit clairement que ce serait une catastrophe si une créature telle que le dragon tombait aus mains de l'ennemi. Cette aventure n'apparaît donc pas
comme isolée mais comme préparatoire à la trilogie du Seigneur des Anneaux et pas seulement pas des petits symboles laissés aux fans avides de cet univers et de l'histoire mais bien à travers la
construction du récit. Bravo à Peter Jackson et son équipe...


 


(désolée du double-commentaire et très bonne année à toi !)

Sebmagic 04/01/2013 20:04



Oui merci de le signaler, mon problème c'est que j'ai pas encore lu Bilbon le Hobbit donc j'ai du mal à visualiser le travail scénaristique sur ce film ! ^^


 


Merci et bonne année à toi aussi !



Anaïs 04/01/2013 19:06


J'adore Martin Freeman mais supérieur à Elijah Wood, non quand même pas ^^ Je suis heureuse que tu aies mis le doigt sur le décalage ressenti par rapport au SDA : l'univers plus fantasy mais
comme tu le dis justement, Jackson a été habile et a placé des clins d'oeil fort judicieux. Un film épique qu'il n'aurait pu faire autrement. Certains ont perçu des longueurs, ce n'est pas mon
cas. Me voilà on ne peut plus satisfaite de ce premier volet. Suite au prochain épisode :-)

Sebmagic 04/01/2013 20:02



Pareil, le pire c'est que j'ai r



valcogne.over-blog.com 03/01/2013 19:47


Nous sommes d'accord. Bonne Année 2013 à vous,et beaucoup de bonheurs du même genre, c'est ce que je nous souhaite.

Sebmagic 03/01/2013 19:56



Merci et bonne année à toi aussi !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -