15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 16:17

          Encore un film que j'ai mis du temps à voir, mais que je n'ai pas regretté d'avoir découvert, même si le milieu de la mafia n'est pas ma tasse de thé et que ce film en est le stéréotype. Je vais essayer de creuser un peu plus la filmographie de Coppola (même si a priori j'ai plus d'affinités avec le cinéma de sa fille), par exemple Dracula qui me semble être un immanquable, ou encore The Conversation et surtout Twixt qui me tente vraiment beaucoup au cinéma en ce moment.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

le parrain 2

 

-> Lire la suite...

             Le film dure pas loin de 3h et je n'ai absolument pas vu le temps passer. Cependant, le porter au niveau de meilleur film jamais réalisé comme je l'entends souvent depuis que je suis gamin, je trouve ça un peu fort. L'écriture du scénario est irréprochable, tout comme le casting, la BO et la mise en scène, mais il m'a manqué un je-ne-sais-quoi qui m'empêche de le hisser au rang de film ultra-mémorable. Peut-être est-il tellement encensé par tout le monde que j'ai ressenti un petit poil de déception, je m'attendais effectivement à un film encore plus puissant et efficace.


le parrain         L'intérêt du film réside essentiellement dans l'ascension de Michael Corleone dans cette famille mafieuse. Le film s'ouvre sur un mariage, lors duquel Marlon Brando incarne avec une présence inouie "Le Parrain" (rien que sa voix en impose un max), qui marie sa fille. Conformément à la coutume, il peut rendre un service aux personnes qui viennent s'adresser à lui, et dès le début on sent l'atmosphère que dégage Don Vito Corleone, ce sentiment de respect qui lui est dû. Le début du film alterne les scènes de mariage et les consultations du parrain dans son bureau. C'est une partie du film qui dégage beaucoup d'humour en plus de nous présenter cette entreprise familiale qui en impose, et si j'avais une légère chose à lui reprocher, ça serait que le mariage en lui-même est parfois un peu long. Ca permet néanmoins d'introduire le deuxième personnage principal : celui de Michael Corleone, joué par Al Pacino, qui semble éloigné des affaires familiales et ne souhaite pas tremper dedans. Les deux acteurs principaux sont clairement des monstres du cinéma et même s'ils ne figurent pas parmi mes acteurs préférés, ils font de ce film une tuerie. Les très bonnes scènes s'enchaînent, comme "l'offre qu'on ne peut pas refuser" qui se termine en boucherie chevaline ou encore la fusillade assez violente du péage qui enclenche de la vengeance à n'en plus finir.


le parrain 3          Coppola aborde ainsi plusieurs thèmes intéressants, mais c'est surtout l'évolution de Michael qui m'a passionné. Plus ou moins forcé de reprendre les rênes de la famille, il assume cependant le rôle de son plein gré, même s'il est (au début) loin d'être aussi respecté que son père par le reste de la famille. Il est intéressant de voir que finalement, le fils gentil qui voulait se détacher des méthodes de la Famille va finir par faire face à ses responsabilités et devenir encore pire que son père. Car contrairement à ce dernier qui s'arrangeait pour préserver le statu quo entre toutes les familles mafieuses, quitte à oublier la rancune liée à l'assassinat de son fils, Michael va au contraire se débarrasser de tout le monde sans aucune pitié. Cette évolution est prenante, notamment la façon avec laquelle il protège Don Vito à l'hôpital et prend en main sa sécurité, un passage plein de suspense. A part la fin du film qui conclut celui-ci avec force, la meilleure scène est pour moi le double meurtre au restaurant, perpétué par Michael. Cette scène est bourrée de tension et constitue le tournant du personnage, qui devient alors extrêmement sûr de lui. Mais évidemment, la puissance du film vient dans les dernières scènes, lorsque Vito s'effondre devant son petit-fils (scène pleine d'émotion et qui montre la vieillesse du grand Parrain, désormais loin de tout ce qu'il a vécu auparavant), et que Michael devient clairement Le Parrain. La dernière séquence du film est évidemment culte, Michael mentant sans problème à sa femme et inspirant enfin le respect et la puissance aux yeux des autres. Une scène puissante sur l'ascension de ce personnage, et il faut dire qu'Al Pacino est brillant d'un bout à l'autre et que ça promet pour Le Parrain II.


         Bref, Le Parrain est évidemment un objet culte, qui a dû inspirer un bon nombre d'autres films du même genre, mais je ne pense pas avoir envie de le voir 30 fois (pour l'instant).

   






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

french onion 06/08/2013 17:40

Sur le thème de la mafia je conseille aussi "il était une fois le Bronx" , vraiment pas mal .Les musiques sont bien ,on aborde aussi le sujet des rapports noirs/blancs dans l'Amérique des années 60 ,c'est empreint de nostalgie .un film qui m'a pas mal surprise .
Et je m'étonne d'une chose : les Sopranos ,ce monument de série télévisuelle ,n'a jamais été abordé dans ce blog .Il faut surtout pas passer à côté (à mon humble avis ) !

Sebmagic 06/08/2013 18:25

Merci du conseil ! Y'a quelques jours j'ai vu Il était une fois dans le Queens qui est un peu dans le même esprit, vraiment sympa comme film !

Et Les Sopranos ça ne m'a jamais vraiment attiré, mais peut-être un jour.

Yep 26/10/2012 22:15


Le Parrain est passionnant dans le traitement de Michael Corleone, je te rejoins entièrement là-dessus. Certes il est loin de se faire une très grande place dans mon coeur, mais dans le genre
film d'ascension sociale, c'est ma référence. L'image au début du film de Michael, sur sa terrasse avec sa copine, qui ne s'intéresse pas aux affaires de la famille Corleone, son initiation
gangster dans le restaurant, son détour en Sicile (le coup de la voiture est inoubliable), puis sa prise de pouvoir... Francis Ford Coppola transmet peut être des émotions moins pures que sa
fille, mais l'intérêt de ses films n'en est pas moins grand, ses scénarios sont toujours wooowh (Parrain, Ap. Now) et sa réalisation solide et impressionnante de maîtrise, de talent. Un très
grand film ! 

Sebmagic 27/10/2012 21:12



Oui je suis d'accord avec tout ça ! Il serait temps que je voie le 2e d'ailleurs.



turk 09/07/2012 01:44


Ce film est grandiose avec des acteurs au top. Je te conseille vivement le 2 qui approfondit beaucoup plus le personnage de Pacino qui y est encore plus grand.


Scene finale sublime et pleine de sens dans les deux films ( surtout le 2 je trouve).


 

Sebmagic 09/07/2012 01:48



Oui, je compte faire ça d'ici la fin de l'année!



el 02/06/2012 03:21


A voir rien que pour l'immense Al Pacino!!! Un des derniers monstres du cinoche.

Sebmagic 02/06/2012 03:49



Faut vraiment que je me fasse le 2e.



Robino66 04/05/2012 14:39


Goûte aux films de Scorsese, selon moi le "pape" du film de gansgsters, les seuls films de ce genre où je trouve les personnages terriblement attachants ;)  (==> Casino, les affranchis,
les infiltrés, taxi driver et tellement d'autres merveilles!

Sebmagic 04/05/2012 14:41



Ouais je sais pour Scorsese, mais mon précédent message visait aussi Scorsese, même si je suis "relativement" d'accord pour les films que tu cites !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -