22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 23:13

        Tout dernier film de David Cronenberg sorti en 2007, Les Promesses de l'Ombre est assurément un très bon film. Après A History of Violence, le réalisateur semble avoir trouvé un bon filon avec Viggo Mortensen qui prend l'un des rôles principaux du film avec Vincent Cassel et Naomi Watts. Dans ce thriller assez sombre, on entre au coeur de la mafia russe, la Vory v' zakone. Naomi Watts (qui ne fait vraiment pas ses 40 ans) interprète Anna, une sage-femme bouleversée par la mort d'une russe de 14 ans qu'elle a aidé à accoucher. Le bébé étant sain et sauf, elle trouve le journal intime de la défunte inconnue et cherche à le traduire afin de pouvoir l'identifier. Mais ce journal est très compromettant pour le chef de gangs Seymon qui va chercher à le faire disparaître à l'aide de son fils Kirill et son chauffeur Nikolaï.

Indice Spoiler : Spoiler3

 

promesses de l'ombre

 

 -> Lire la suite...

            Le parcours du réalisateur est assez bon, avec entre autres La Mouche, devenu culte, The Dead Zone qui est plus que correct et A History of Violence qui reste pour moi le meilleur film que j'ai vu de lui, un chef d'oeuvre complet. C'est avec une certaine impatience que j'attends son prochain film, A Dangerous Method, où on pourra retrouver Viggo Mortensen et Vincent Cassel, mais aussi la talentueuse Keira Knightley.



promesses de l'ombre 2           Pour moi, Les Promesses de l'Ombre est inférieur à A History of Violence. C'est tout simplement à cause de l'univers abordé ici. La mafia russe est vraiment un sujet que j'exècre au cinéma, avec les habituels clichés des grosses bagnoles et des hommes de main ultra-dangereux. On a inévitablement quelques répliques stéréotypées qui n'étaient pas forcément nécessaires, en particulier les réflexions liées à l'homophobie du style "Baise-la devant moi sinon ça veut dire que t'es une sale tapette" ou encore "Je suis pas content, il a dit que mon fils était une fiotte". Les dialogues de ce film sont, d'un bout à l'autre, accompagnés d'un accent russe que je ne supporte pas et qui casse souvent le charme des répliques, mais bon on s'y fait. A part ces quelques détails, je dois dire que je n'ai pas grand chose à reprocher à ce film car tout cet univers est pour une fois passionnant avec des personnages loin des stéréotypes qu'on nous sert d'habitude. Cronenberg nous plonge dans un monde de violence où règnent des règles strictes. Chaque personnage est défini par ses tatouages, représentant une période de leur vie ou les actes qu'ils ont pu faire. Le film tourne beaucoup autour de ces tatouages et de la fameuse étoile que Nikolaï cherche à obtenir, avec toute cette symbolique. Des marques corporelles qui en disent également long sur le passé des personnages (notamment la prison) et qui sont presque entièrement synonymes de personnalité.



promesses de l'ombre 3         L'intrigue se passe dans les rues sombres de Londres et le ton est clairement à la noirceur, ce qui donne une certaine ambiance au film, bien particulière et vraiment pas déplaisante. Naomi Watts incarne Anna, une jeune femme "normale" et fait partie de ce que Nikolaï appelle "les gens bien". Elle se retrouve malgré elle mêlée à ces gens malhonnêtes, dans une histoire macabre qui tourne autour d'un simple journal intime. Un objet qui va rendre la vie de tout le monde passablement difficile. Le scénario n'est pas des plus compliqués, il se résume même en quelques lignes, mais c'est la façon dont il est traité qui est intéressante. Le film bénéficie de quelques bons dialogues et d'excellentes scènes bien rythmées, notamment les apparitions de Viggo Mortensen qui incarne ici le personnage le plus passionnant, le plus profond. Un homme aux multiples personnalités qui est loin d'être un simple chauffeur et dont l'importance monte graduellement au cours du film.



promesses de l'ombre 4          Même si le début souffre de quelques petites longueurs, toute la suite est quant à elle prenante, aidée par des acteurs de haut niveau qui font clairement la force du film. A commencer par Viggo Mortensen qui joue ici un rôle très droit et plutôt imposant. Il faut avouer qu'il a une putain de classe et que ce rôle lui va à merveille (ce dont je doutais au début). Son duo avec Vincent Cassel est très bon, ponctué de scènes vraiment fameuses et de dialogues également efficaces. L'acteur français a ici un rôle assez difficile, jouant entre la puissance et l'émotion sur la fin du film. Les deux personnages évoluent dans une atmosphère très violente, comme en témoigne une superbe scène dans les douches, vraiment excellente et intense. Pas mal de sang, ce qui n'est pas tellement dérangeant et fait son effet. Pour continuer avec les acteurs, Naomi Watts est vraiment géniale, comme toujours. L'ayant adorée dans 21 Grammes, Mulholland Drive et King Kong, c'est sans surprise que je l'ai trouvée ici pleine de talent. Le seul bémol du film restera pour moi Armin Mueller-Stahl, l'interprète de Semyon, que j'avais déjà trouvé moyen dans Anges et Démons et avec qui je n'accroche toujours pas. Même s'il a de très bonnes scènes et des répliques qui imposent, il manque de charisme avec un jeu assez quelconque.



promesses de l'ombre 5          Chacun des personnages évolue jusqu'à la toute fin où il doivent faire des choix importants, révélant alors certaines faces cachées voire inattendues, ce qui donne lieu à une scène superbe entre Viggo Mortensen et Vincent Cassel (qui est lui-même assez poignant), probablement la meilleure du film, mais également à une autre assez improbable entre Viggo Mortensen et Naomi Watts. Je n'ai pas vraiment compris ce que ça faisait là (ou alors j'ai mal suivi la psychologie des personnages pendant le reste du film), mais passons, ça ne dérange pas tant que ça et ça passe quand même tout seul. Ca n'empêche pas au film d'être terriblement efficace au niveau de l'ambiance, du scénario et même de la réalisation avec quelques plans bien pensés. Vraiment un excellent divertissement mais qui, cependant, n'appuie pas assez sur la psychologie des personnages, qui restent dans l'ensemble assez flous (notamment Nikolaï, qu'on ne comprend pas tout à fait, que ce soit sur son passé comme sur ses choix ambigus). Ca m'a laissé avec un léger sentiment d'inachevé mais ça évite au moins de tomber dans un manichéisme gentils/méchants qui est à proscrire pour ce genre d'intrigues. Je ne le hisserai pas au rang de chef d'oeuvre, car il est pour moi en-dessous de A History of Violence qui pour moi en est clairement un, plus intense et plus porté sur les sentiments des personnages. Ce qui n'empêche pas aux personnages de Les Promesses de l'Ombre d'être travaillés, bien sûr, car ils forment l'une des grandes forces du film, mais je pense qu'il y avait matière à rendre Nikolaï encore plus passionnant qu'il ne l'est déjà.


          Un très bon film que je prendrai sûrement plaisir à revoir un jour mais qui, à mon goût, n'égale pas la précédente collaboration Cronenberg/Mortensen (en même temps, comment oublier la prestation impeccable de l'excellent Ed Harris ?).



          Voir aussi : The Dead Zone.





Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Mona 13/04/2011 18:02



Pas une surprise que tu l'ajoutes pas, mais je me disais qu'Edward Furlong méritait qu'on s'interesse à lui du temps où il avait ce truc hyper charismatique en lui ...voui, je suis
capable de mater un film uniquement pour la presta. d'un acteur (bien que dans celui-ci il y ai autre chose en plus à se mettre sous la dent !).



Sebmagic 13/04/2011 19:31



Ouais c'est pour Furlong que j'ai dit "faut voir"



Mona 13/04/2011 16:05



Salut !


J'en sors : moi j'adore les ambiances mafieuses donc me suis régalée de bout en bout  ... Cronenberg j'adore, ses castings j'adore (Viggo et Ed, la grande classe)


Donc du coup j'allais te conseiller le film qui pour moi est le plus sincère de James Gray : Little Odessa, mafia Russe également mais pas le même thème (interne à une famille ;
rapports père-fils et frère-frère). Et puis des acteurs déments : Tim Roth, Edward Furlong et Vanessa Redgrave .... mais bon, tu ne sembles pas aimer ce style ..... donc c'est toi qui
choises, hé hé !   



Sebmagic 13/04/2011 17:23



Faut voir faut voir... A première vue je l'ajoute pas à ma liste



Ze Ring 23/01/2011 13:43



Alors je suis pas tellement d'accord avec toi, une fois de plus.
A mon sens Les promesses de l'ombre est mieux qu'A History of Violence dans le sens que la ou celui-ci se termine sur une scène qui détruit carrément l'intensité dramatique (William Hurt qui sort
des blagues et qu'en fait trois tonnes, Viggo Mortensen qui démonte 4 types en deux minutes... Je pense que la solution à ce problème aurait simplement été de voir Mortensen rentrer dans le
manoir... Et en ressortir en suggérant ce qu'il s'est passé, sans rien montrer), Les promesses de l'ombre lui offre une scène d'une violence et d'une intensité absolue et se termine sur une scène
qui n'est pas inutile, au contraire, puisqu'elle permet de renforcer encore un peu plus la personnalité et la psychologie du personnage de Viggo Mortensen... Par contre, après revision on se rend
vite compte que les longueurs ne sont pas au début mais bien à la fin, puisque passé le moment justement ou Mortensen sort de l'hopital, la scène la plus bouleversante du film fait un peu
longuette... Ca a toujours été le problème de Cronenberg, à part sur La mouche, ce mec, même si c'est un de mes 10 réalisateurs préférés grâce à la psychologie qu'il donne à ses personnages et à
ses talents évidents de mise en scène, ainsi que ses thèmes de prédilection (la chair et le sexe notamment, mais dernièrement il se concentre plus sur les thèmes de l'identité et de la famille),
c'est que ce mec la est incapable de tenir un film 1h30, la fin à toujours un problème mais peu importe.


Et pour ce qui est des répliques que tu as cité que tu trouves inutiles... Elles ne le sont pas. C'est un peu leur code à la vory v zakonye, de ne pas accepter les homosexuels dans leur rangs...
Par ailleurs, la violence non plus, je ne pense pas qu'elles soient inutiles, pour la bonne et simple raison qu'elle donne une partie de sa personnalité au film...


Et finalement, pour ce qui est de l'approfondissement de la psychologie du personnage de Viggo Mortensen, je pense au contraire qu'elle est beaucoup plus aboutie que dans A History of Violence.
Il n'y a qu'un seul flou et celui-ci est entièrement volontaire, qu'est-ce que Nikolai veut? On en sait rien, le plan final souligne bien l'ambiguité du personnage et à ce titre, ambigu, celui-ci
le devient beaucoup moins au deuxième visionnage, il grimpe dans les échelons des vors petit à petit tout en collant des coups bas à Semyon puis une fois qu'il à son étoile il se sert juste de
son statut d'agent du KGB et de sa relation limite fraternelle avec Kirill pour le faire couler... Encore une fois, et c'est habituel chez Cronenberg, personne n'est tout blanc tout noir, et ça
c'est terrible parce qu'il se permet une ambiguité chez les personnages absolument dingues...


Mon Cronenberg préféré personnellement. :)



Sebmagic 23/01/2011 14:27



Ouais le personnage de Mortensen est vraiment bon, et j'aime bien l'ambiguité qui est faite sur "que veut-il réellement ?". Mais franchement le coup du baiser à la fin avec le petit "adieu" j'ai
trouvé que ça faisait de trop.



french onion 23/01/2011 12:02



C'est marrant mais "A history of violence" n'est absolument pas un film culte pour moi . J'ai pas trop aimé, à vrai dire .A la fin du film , je me suis dit intérieurement : "tout ça pour ça
?" .


J'ai préféré "les promesses de l'ombre", justement !J'en garde pas un souvenir mémorable non plus mais au moins on va d'un point A vers un point B .Pour moi ,c'est Naomi Watts qui sauve le film .
Vincent Cassel m'énerve un peu , enfin ,bref, je trouve ça moyen + (argumentation qui n'en est pas vraiment une , mais bon ... )


Sinon, j'aimerais beaucoup avoir ton avis sur le film "irréversible" de Gaspard Noé . C'est de la violence, mais je la trouve très bien mise en scène .Un de mes films préférés de
tous les temps .J'adore l'athmosphère, le jeu des acteurs,la musique... tout . Absolument tout  .Du grand Art .


J'ai essayé plusieurs fois d'en faire une chronique sur mon blog mais j'y arrive pas! J'attends donc la tienne


Sur ce, bon dimanche !



Sebmagic 23/01/2011 12:29



Je vais voir Irréversible prochainement (j'espère !). Pour moi A History of Violence c'est vraiment la prestation de Mortensen et de Ed Harris... Les deux acteurs sont incroyables. Et puis même
si le scénario n'est pas des plus recherchés, il est mis en scène de façon géniale je trouve, des plans sublimes, une ambiance de dingue. Mais bon peut-être que tout le monde n'y est pas sensible
:D



HélèneM 23/01/2011 10:24



Moi je suis restée assez mitigée sur le film... Pour moi trop de violences gratuites. Etait-ce vraiment la peine de montrer avec quelle barbarie, le jeune arriéré mental qui ne sait pas se servir
d'un rasoir tranche la gorge au début du film ? En le "sciant" ? Est-ce utile la scène des doigts que l'on coupe devant la camérz... Je préfère bien souvent la suggestion à l'hémoglobine...
Peut-être une sensibilité féminine exacerbée, je ne sais. Je n'aime pas non plus les films de mafios, et il est vrai qu'au début du film cet accent est  dérangeant, mais en fait, moi il ne
m'a dérangé que sur Viggo et Vincent, pas sur els aurtes acteurs, peut-être parce qu'ils ont le rôle de l'emploi qui leur va si bien.


Donc pour moi un bon divertissement (si on peut appeler cela un divertissement) mais pas le film de l'année c'est clair.  Viggo joue juste, (même si sa coiffure lui fait une drôle de tête
super allongée) le flic russe infiltré qui qqpart veut aller jusqu'à la suprêmatie d'être reconnu par les gros pontes de la mafia, qui veut devenir le chef, un peu par procuration, parce qu'on
sent bien que Tirill ne sera pas capable d'assumer ce pouvoir... Un rôle ambigüe, il est tiraillé entre son infiltration, la reconnaissance mafiose et l'amour qu'il ressent pour Anna...
Personnage à double-tranchant, qui fera tout pour arriver à ses fins, sauf tuer sans raison...



Sebmagic 23/01/2011 10:38



Ouais le personnage de Viggo Mortensen est vraiment pas mal. Effectivement pas mal d'effets gores un peu inutiles, mais perso ça me dérange pas tellement pour ce film, y'a juste trois ou quatre
scènes difficiles mais ça va pas plus loin !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -