22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 17:02

           Un little big article pour Little Big Man, un film signé Arthur Penn sur la bataille de Little Big Horn. Mais pas seulement. Ce film de 1970 est surtout une magnifique épopée retraçant l'histoire de Jack Crabb, un visage-pâle qui, à 10 ans, se retrouve adopté par des Indiens. Partagé entre ses origines et cette nouvelle famille, Jack/Little-Big-Man oscille entre les deux civilisations tout en mûrissant.  Un film superbe, teinté d'énormément d'humour et servi par des acteurs de qualité. En 40 ans, il est impressionnant de voir à quel point le film n'a pas pris une seule ride.

   

Indice Spoiler : Spoiler3

 

little-big-man-10.jpg

 

 -> Lire la suite...

           Le visionnage de ce film part d'un petit pari fait avec une bloggeuse, Le Veilleur. Elle s'était engagée à regarder Pulp Fiction, et en contrepartie je devais me lancer dans Little Big Man, un film que je voulais voir depuis un moment mais que je ne trouvais pas vraiment nécessaire de faire rapidement. Sa part du contrat ayant été remplie récemment (voir son très bon article ici), j'ai donc clot le pari hier soir en entamant Little Big Man sur les coups de minuit. Même si je considère que Pulp Fiction est certainement l'une des meilleures expériences cinématographiques possibles, je pense que le pari a été plus agréable pour moi que pour elle, car j'ai totalement adoré Little Big Man tandis que Le Veilleur a un avis légèrement plus mitigé (mais bien argumenté) sur le film de Tarantino. Quoiqu'il en soit, merci de m'avoir pressé à découvrir cette superbe aventure de 2h13, j'ai apprécié bien plus que je ne l'imaginais. Conclusion : si ça te tente de refaire un pari de ce style, je suis partant ! Et ça vaut pour tous les lecteurs de ce blog (je vous retrouverai dans les commentaires hahaha), car je trouve ce genre de défis très intéressants, ça permet de découvrir des choses auxquelles on ne se serait pas forcément intéressé mais aussi de partager des films qu'on apprécie, ça rend le visionnage beaucoup moins individuel et c'est assez sympa. N'hésitez donc pas, je souhaite reproduire ça (Ze Ring, si tu tiens absolument à réaliser le délire Somewhere/Une balle dans la tête je suis pour, mais réfléchis bien parce que je pense que tu vas beaucoup souffrir. Au pire je veux bien te faire une faveur et remplacer Somewhere par Will Hunting, si tu ne l'as pas vu c'est certainement le plus accessible des films de Gus Van Sant, et il est loin de ne rien raconter).



little-big-man-3         Bref, et si je parlais du film ? J'ai donc été agréablement surpris par ce Little Big Man qui figure certainement parmi les meilleurs westerns du 7e art (c'est en tout cas ce que j'ai lu, car mon expérience dans le genre est très faible, mais je ne peine pas à le croire). Arthur Penn s'est inspiré d'un livre de Thomas Berger et c'est Calder Willingham qui était aux commandes du scénario. Little Big Man est dans une vague de "nouveau western" qu'il est pratiquement le premier à avoir lancé, car il nous montre les Indiens sous un beau jour, contrairement aux westerns avec John Wayne, un peu moins réfléchis et mettant en scène de méchants sauvages. En ce sens, Little Big Man a eu quelques difficultés à sortir puisque même si le scénario était prêt au début des années 60, le film a mis 6 ans à se concrétiser, en partie à cause de ça. Depuis, il est assez fréquent de voir des films du point de vue des Indiens, comme bien sûr le touchant et presque parfait Danse avec les Loups de Kevin Costner en 1991. Un film intéressant donc, puisque dans Little Big Man, la comparaison entre le mode américain (la technologie, les moeurs) et celui des Indiens est très présente. On nous expose ici un mode de vie indien fondé sur le respect, que ce soit des animaux, de la terre, de son propre clan, comme de ses ennemis. Une vie en communauté bien différente de celle qu'on connaît, où l'homosexualité est totalement acceptée, sans aucun problème, et la sexualité n'est pas taboue. Dans cette civilisation, toute chose est respectée, pour ces indiens tout est vivant : les animaux, les pierres, la terre, les "Etres Humains". Ceci est opposé au monde des "visages pâles", ici bien caricaturé et subliment démonté par Arthur Penn qui fait preuve de beaucoup de cynisme. L'Homme Blanc n'est plus vu comme l'homme courageux mais comme un lâche, n'hésitant pas à massacrer les indiens avec des armes à feux et à en tirer de la fierté. Dans ce film, les deux civilisations sont présentées comme relativement racistes l'une envers l'autre, sauf que les indiens gardent un certain respect contrairement aux américains qui se contentent de les traiter de sauvages barbares à exterminer. Arthur Penn détruit l'image du super cowboy en le rendant plutôt peureux (par l'intermédiaire de Hickok (première photo de l'article), ce vieux cow-boy totalement angoissé à l'idée de se faire tirer dessus). De même, le cinéaste se permet avec classe de faire du général Custer un fou, ridicule et finalement bien plus "sauvage" que ceux qu'il qualifie comme tel.



little-big-man-11.jpg          Et puis bien sûr, le film est extraordinaire dans son scénario. Il nous montre l'évolution d'un seul homme, passant par tout un tas d'étapes. Tout d'abord, le film commence par la fin de vie de Jack Crabb en nous présentant un vieillard de 121 ans. Interviewé par un homme arrogant, Jack décide de lui raconter toute son histoire lors de Little Big Horn afin de lui fermer son clapet d'ignorant. Le personnage de 121 ans a été joué par Dustin Hoffman lui-même, et l'effet est totalement frappant. Au début, je n'étais vraiment pas sûr que c'était lui et j'étais été surpris de voir à quel point le maquillage et le vieillissement de l'acteur étaient saisissants et soignés. Et puis, évidemment, il y a la voix de l'acteur, complètement modifiée et méconnaissable. D'après ce que j'ai lu, Dustin Hoffman a hurlé à plein poumons pendant une heure dans sa loge afin que sa voix paraisse celle d'un homme de 121 ans. Une petite anecdote qui ne manque pas de donner encore plus de charme à cet acteur monumental.  Ensuite, le vieillard raconte donc son histoire et en particulier toutes les étapes de la première partie de sa vie. Le personnage est présenté à toutes les sauces. Le gamin élevé par des Indiens, l'ado un peu niais de retour à la "civilisation", l'as de la gâchette, l'ivrogne, l'ermite, le guerrier, tout y passe et fait de Jack un personnage aux multiples surnoms (Little-Big-Man). L'évolution du personnage est passionnante, celui-ci passant successivement d'un camp à l'autre sans jamais se ranger dans l'un ou l'autre, définitivement partagé entre deux cultures dont il fait entièrement partie. Cependant, Jack se rend compte aisément qu'il est bien plus proche de sa tribu d'adoption que du monde de l'Homme Blanc contre qui il combattra tout le long, mais continuant de jouer un double jeu avec le général Custer. On remarque également que le personnage passe par des hauts et des bas, et que c'est systématiquement dans le monde "civilisé" qu'il atteint le fond du fond, devant complètement ivrogne mais aussi ermite. Les plus sombres moments de son existence se trouvent dans ce monde tandis qu'il se sent parfaitement chez lui avec les indiens. On peut bien sûr s'interroger sur la véracité des faits concernant la bataille de Litlle Big Horn, la réalité n'étant peut-être pas respectée entièrement. Mais la démarche est intéressante et un parallèle a d'ailleurs été fait entre la sortie du film et la guerre du Vietnam qui a eu lieu à la même époque.



little-big-man-4          Jack entretient une relation toute particulière avec son grand-père adoptif Peau-De-La-Vieille-Hutte, joué par Chef Dan George. Cet acteur est un véritable chef Indien, issu de la Colombie britannique à Vancouver. Né en 1899, cet homme qui s'appelait à l'origine Te-Wah-No ne cessera de défendre la cause des Indiens jusqu'à sa mort en 1981. Il nous offre ici une interprétation sublime et touchante, avec un regard incroyable, et son petit sourire associé à la réplique "Mon coeur s'envole comme un faucon". Ce personnage est intéressant jusqu'à la fin, toutes ses apparitions sont un bonheur et on suit ses conversations avec Little-Big-Man avec intérêt. Il a la faculté de faire des rêves prémonitoires, ayant vu son fils adoptif boire "un liquide fait d'eau avec de l'air" à la trompe d'un étrange animal ou prédissant une subite excitation des poneys. La fin du film est également magnifique, lorsqu'il souhaite monter tout en haut de la colline pour mourir, aveugle et allongé sous la pluie. Un personnage avec beaucoup de charisme.



little-big-man-8         Pour continuer avec les personnages et les acteurs, il y a bien sûr Faye Dunaway. Cette actrice que je n'ai pas vu souvent (juste dans Arizona Dream je crois) est magnifique et pleine de talent. Arthur Penn la retrouve 3 ans après Bonnie and Clyde (qu'il faut absolument que je voie) et met en avant l'hypocrisie chrétienne en montrant ici un personnage plein de principes religieux en apparence, mais qui ne les respecte plus en privé. Même si on ne voit pas le personnage très souvent (vers le début et vers la fin où Jack la retrouve par pur hasard), il est bon de noter la prestation de l'actrice qui m'a bluffé, avec un regard de dingue et une certaine classe. Une sorte d'intigue amoureuse se forme entre les deux personnages, mais elle n'aboutira jamais, certainement parce que Jack Crabb se rend compte qu'il ne fait pas vraiment partie de ce monde et que celle qu'il aimait étant jeune n'était rien de plus qu'un simple amour d'ado. Cependant, ce "couple" est assez intéressant et mignon.



little-big-man         Et on finit avec le meilleur, bien évidemment, Dustin Hoffman lui-même. Je compte sur les doigts d'une main atrophiée le nombre de films que j'ai vu avec lui, mais ça a toujours été un énorme plaisir. Ici il porte pratiquement le film sur ses épaules, même si tous les rôles secondaires sont très loin d'être fades, comme je viens de l'expliquer. Cet acteur est tout simplement immense, et ça se traduit par le nombre incroyable de rôles dfférents qu'il tient dans ce film. Capable de jouer le jeunot insouciant qui ne connait rien à la vie civilisée, jouant ainsi le rôle d'un ado de 18 ans possédant la culture scolaire d'un enfant, il passe rapidement dans des registres bien différents, comme lors de son passage "as de la gâchette". Jack devient subitement un homme imposant, qui fait peur à tout le monde (un peu comme le Biff Tannen de Retour vers le Futur). Arthur Penn caricature le cliché du cow-boy et fait preuve d'un humour cynique et appréciable. Puis Dustin Hoffman ne cesse de changer de registre, prenant subitement une énorme barbe, roulant dans la boue et sous la pluie en finissant une dernière bouteille de whisky, au bout du rouleau. Puis il joue dans l'émotion et l'humour dans les parties consacrées au monde indien. Beaucoup de jeux de regard, et Dieu sait que j'adore ça. Dustin Hoffman, avec l'un de ses premiers grands rôles, a depuis acquis une popularité conséquente, considéré par certains comme l'un des meilleurs acteurs jamais connus.



little-big-man-2          Pour finir cet article, je ne pouvais pas parler de Little Big Man sans mentionner l'humour incroyable présent tout au long du film et qui m'a fait exploser de rire à de nombreuses reprises. L'humour est principalement apporté par Cal Bellini (photos) qui joue Ours-des-Montagnes, l'indien à qui Jack sauve la vie et qui deviendra son "ennemi" au sein de la tribu. Pendant tout le film, on voit apparaître Cal Bellini de temps en temps et à chaque fois, il m'a fait marrer. Non seulement l'acteur a une tête vraiment sympathique, mais en plus le personnage est d'une drôlerie immense. Toujours humilié par Little-Big-Man, qui ne le fait jamais exprès, il est constamment touché dans son ego et nous donne des scènes vraiment hilarantes. Le passage le plus mémorable est incontestablement le moment où ce personnage sombre légèrement dans la folie et devient un "Contraire", c'est-à-dire qu'il fait tout à l'envers. Il marche à reculons, dis "oui" pour dire "non", se mouille pour se sécher, se frotte avec de la saleté pour se laver. Bref, je ne m'attendais pas à voir dans ce film un tel sommet d'humour absurde et je n'ai pas pu m'empêcher de rire. De même, il y a ce passage où Ours-des-Montagnes propose à Jack de venir manger dans son tipi et que ce dernier refuse, humiliant ainsi son rival sans même l'avoir voulu. Ours-des-Montagnes se met à crier de désespoir alors qu'il a pourtant été sympa, et le personnage est vraiment marrant, inspirant la pitié. Ca fait du bien de voir un "rival" loin du cliché habituel du mec au regard sombre et mauvais. Au final, les deux personnages finissent par être quittes mais ne deviennent pas les meilleurs amis du monde pour autant. C'est amusant de voir qu'avec si peu d'apparitions, ce personnage soit aussi attachant.


          Pour terminer sur l'humour, je tiens à souligner ce passage qui m'a beaucoup fait rire : lorsque Caroline, la soeur de Jack, lui apprend à tirer et qu'elle lui demande de faire "les yeux du serpent". Magnifique critique des westerns dans lesquels les protagonistes fixent leur cible avec des petits yeux plissés. Encore un bon moment d'humour absurde qui m'a fait marrer et je vous laisse d'ailleurs avec cette image.



little-big-man-6



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Ze Ring 07/02/2011 00:21



Puisque ça cause de Philip Glass, je conseille vivement le génialissime film d'horreur Candyman ou ce dernier signe une de ses meilleures compositions..



Sebmagic 07/02/2011 01:27



Jamais entendu parler, mais je note !



Le veilleur 06/02/2011 23:08



En lisant le début de ta phrase, je m'attendais à "d'ici un mois" mais d'ici la fin de la semaine ça me paraît très convenable^^ La BO de The Truman show était pas mal, surtout les airs au piano,
je l'ai trouvée à 3€ en téléchargement sur Amazon, donc je l'ai achetée, ça ne vallait pas le coup de s'en passer !



Sebmagic 06/02/2011 23:41



Tout à fait, les musiques de ce film sont également grandioses, tout comme les acteurs, le scénario, l'émotion et le sujet véhiculé. C'est vraiment l'un de mes films préférés. Phillip Glass est
génial.



Le veilleur 06/02/2011 22:33



Voilà, j'ai honoré ma part du marché... Et la première chose qui me vient c'est : Whaou ! Merci de m'avoir incitée à regarder de Truman show parce que j'ai vraiment adoré. C'est un film de dingue
mais un génial film de dingue :-) Tu avais raison, Jim Carrey est époustouflant, surtout à la fin. Je n'ai pas eu le temps d'aller voir Le Discours d'un roi aujourd'hui et j'en suis bien
contente, je n'aime pas voir d'excellents films le même jour ! Il y aurait beaucoup à dire, c'est une réflexion sur la vie, sur notre relation à l'altérité, sur le cinéma lui-même... Côté
réalisation c'est également très réussi. Oui, je crois qu'il fera partie de mes films préférés. Voilà comment passer une semaine à se poser des questions existentielles ;-) Bonne soirée !



Sebmagic 06/02/2011 22:55



Content que ça t'aie plu ! Pour ma part je ne peux pas regarder Le Vent se Lève tout de suite, mais ça sera fait d'ici la fin de la semaine j'espère...



Le veilleur 24/01/2011 20:24



Oui, j'ai été plus été attirée par l'ambiance de Le Vent se lève, l'âme irlandaise flotte sur ce film. L'Espagne n'est pas non plus ma tasse de thé mais son histoire est passionnante.



Sebmagic 24/01/2011 20:33



Vendu alors !



Le veilleur 24/01/2011 19:22



Dans le même genre il y a Land of freedom qui aborde la guerre d'Espagne, tout dépend si tu préfères les pays du Sud ! Je pense que Le Vent se lève est meilleur, plus abouti mais le projet de
base est semblable. En quelques mots The Wind that Shakes the Barley (titre original issu d'une magnifique complainte irlandaise) est aussi violent qu'émouvant et Ken Loach prend
parti contre les Anglais (après avoir vu le film on a tendance à les aimer nettement moins, mais bon la série Sherlock m'a réconciliée avec eux ! ) mais un excellent article du Monde en
parle mieux que moi : http://www.lemonde.fr/tiny/805355/#xtor=AL-32280258 



Sebmagic 24/01/2011 19:33



Je déteste les pays du sud (en particulier l'Espagne) donc effectivement Le Vent se Lève m'arrangerait mieux !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -