16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 13:11

          C'est une petite claque que m'a donné ici Sean Durkin avec ce Martha Marcy May Marlene. Le film réunit un peu tout ce que j'apprécie : un cinéma lent et posé, centré autour de très peu de personnages. Ici, en l'occurrence, tout le film est focalisé sur le personnage de Elizabeth Olsen qui sublime chaque plan par son interprétation.

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

martha-marcy-may-marlene-poster.jpg

 

-> Lire la suite...

              Le film ne plaira pas à tout le monde à cause de sa lenteur (le film étant particulièrement psychologique avant tout) mais il traite d'un sujet très original et il le fait à la perfection. Martha est une jeune femme qui vient de s'enfuir d'une communauté sectaire et malsaine, elle se réfugie chez sa soeur et son beau-frère après ne pas avoir donné de nouvelles pendant 2 ans. Le film est alors basé sur son ressenti, sa souffrance intérieure (qu'elle garde pour elle), la peur des représailles, l'angoisse d'être retrouvée et la paranoïa. Mais également sur sa personnalité et ses agissements qui, après qu'elle ait vécu en marge de la société, ne sont plus conformes aux règles de vie en communauté. Elle est paumée, elle a perdu ses repères et se trouve être incapable de distinguer ce qui est normal de ce qui ne l'est pas. En plus d'être perdue et effrayée, elle est incapable de parler de son histoire à quiconque, ne parvient plus à accorder sa confiance et reste donc inévitablement cloîtrée avec sa souffrance. Martha Marcy May Marlene est donc un fabuleux récit décrivant l'enfer psychologique vécu par cette jeune femme, et ça touche, ça marque.


Martha-Marcy-May-Marlene4

               Tout est fait avec une grande sensibilité, une belle retenue. Cette impressionnante subtilité n'aurait pas été possible sans Elizabeth Olsen qui illumine chaque plan de son talent. L'actrice est une énorme découverte, ceci étant plus ou moins sa première apparition à l'écran, et on a l'impression que ce don d'actrice est inné. Dès les premières minutes du film, lorsqu'elle est, terrifiée et à bout, au téléphone avec sa soeur, je me suis dit "ah ouais ok, elle, elle sait jouer". Son interprétation est extrêmement juste, jamais exagérée ni improbable, on a l'impression qu'elle habite totalement son personnage et j'ai trouvé ça impressionnant. Son jeu fascine autant que son personnage, qu'elle rend crédible sur toute la longueur du film. Le personnage est vraiment traité avec grande profondeur à travers des flashbacks omniprésents.


martha-marcy-may-marlene2

             Le montage du film approche également la perfection. La construction est superbe, le film alternant les scènes au présent avec des flashbacks qui nous en apprennent plus sur le vécu de Martha. En fait, on a affaire à deux jolis huis-clos, liés par la psychologie du personnage principal, et entremêlés visuellement pour donner un film extrêmement bien foutu. C'est sans parler des transitions entre les séquences, qui sont (à chaque fois !) très fluides et particulièrement brillantes. Les deux histoires se recollent à la perfection grâce à ces transitions et on a presque l'impression que le film est chronologiquement linéaire, ce qui donne un effet très troublant. Sean Durkin s'amuse souvent à nous perdre : la plupart du temps, lorsqu'une nouvelle séquence démarre, il faut quelques secondes au spectateur pour déterminer si la scène est un flashback ou pas. C'est fait de façon habile et ça permet en quelques sortes de s'identifier au personnage et aux méandres complexes de ses pensées.


martha-marcy-may-marlene3

              Au niveau réalisation, là encore j'ai été conquis. La lenteur des plans fixes est une délice à regarder. La beauté des images est accentuée par une photographie douce et subtile, très soignée, avec des couleurs harmonieuses et une ambiance tamisée très prenante. Le film est agrémenté de quelques moments angoissants (même très angoissants), où le spectateur se retrouve quasiment dans la tête de Martha, partageant ses craintes et sa paranoïa, comme le moment où elle entend une voiture se garer ou qu'elle entend des glands tomber sur le toit qui lui rappellent les escapades qu'elle a pu avoir par le passé. Aux scènes touchantes du présent se confrontent des scènes effrayantes dans les flashbacks, où on peut suivre l'évolution terrifiante de Martha au sein de la secte, jusqu'à atteindre son paroxysme. Qui plus est, la BO du film est très discrète mais intensément exquise.


                Pour conclure, j'ai été ébloui par ce film, que ce soient le thème (original), la construction (habile), la photographie (poétique) ou l'interprétation (magnifique) d'Elizabeth Olsen. Un petit chef d'oeuvre de lenteur et de beauté.






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Red le Renard 24/03/2013 13:36


;)

Red le Renard 24/03/2013 12:33


Oui, quitte à laisser passer du temps, je pense qu'au moins une revisualisation est nécessaire pour voir ce qu'on avait pas vu à la première, c'est le genre typique des films chargés de ce je ne
sais quoi de racines lointaines et à la fois tout près de nous, donc bonne deuxième fois !

Sebmagic 24/03/2013 13:13



Oui j'ai remarqué qu'un bon film est pratiquement toujours meilleur la deuxième fois, et puis j'ai une fâcheuse tendance à oublier rapidement un film si je ne le vois pas 5 ou 6 fois...



Red le Renard 24/03/2013 10:25


Oui, je suis encore sous le charme du film après un mois depuis sa visualisation.


Tout ce que vous dîtes je suis en phase avec.


Je trouve que - selon mes critères - c'est un chef d'oeuvre absolu du 21è siècle, car c'est précisément le genre de film qui me touche.


Je n'ai trouvé aucune critique qui appuie le fait de la manipulation, de l'usage de l'idéologie subversive pour raccoler des âmes sensibles, crédules, tandis qu'au final ils ne valent pas mieux
que le "système normal", bien souvent encore pires.


Le rituel de sodomisation est, selon moi, quelque chose de très, très profond, niveau psychologique. Il faut savoir que dans la Grèce antique il y avait ce rituel entre Maître et disciple (ce
n'était même pas considéré comme malsain, au contraire, c'était convenu), comme une sorte d'allégeance, de rituel de passage, de dévouement au maître, à la confiance absolue en lui pour l'ériger
et le former. Et on voit bien que le gourou du film prétend faire accoucher à Marcy son talent de "maîtresse et meneuse", bref en revoyant le film il y a quelques jours, d'autres logiques de
manipulation m'ont sauté aux yeux lorsqu'ils m'avaient échappé la première fois. Comme le meurtre du pauvre monsieur, soit-disant idéologique, en fait c'est un système de terreur interne à la
secte, afin de forcer la complicité, les lourds secrets, qui créent une rupture définitive avec la loi de la société. Mais encore quand les mecs se barrent en bagnole la nuit, apparemment
rejoindre la civilisation, dont les femmes et soufifres sont privés, ou encore quand le gourou (anti argent) fait raquer du fric au père d'une des adeptes.


Le tout réalisé avec cette lente volupté, cette sublime (physiquement) et étonnante actrice Elisabeth Olsen.


 


Voili voilou, merci c'est grâce à vous que j'ai découvert ce film.


Sympathiquement.

Sebmagic 24/03/2013 11:56



Je n'ai pas analysé le film jusque là, d'ailleurs il faudrait que je me le refasse parce que j'ai oublié la plupart des détails !



Katia 05/02/2013 17:28


Tout à fait d'accord avec toi: une réussite éblouissante.
Film psychologique, certes, mais avec une telle puissance et une telle subtilité, c'en est admirable. Je n'en suis pas ressortie indemne et c'est tant mieux. C'est typiquement (aussi) le genre de
film que j'aime et que j'aime mettre avant.

Sebmagic 05/02/2013 17:44



Oui, d'ailleurs tu m'as donné envie de le revoir !



fab 10/07/2012 02:10


Décidement ton blog est une vrai mine d'or! Après avoir vu Festen, Koyaaniqatsi, The Man from Earth et Funny Games (l'original), voilà un autre film très interessant et judicieusement conseillé
:)


Un sujet qui est assez difficile à traiter - sortir d'une communauté sectaire - mais ici la réalisation est vraiment impeccable. La fin est elle aussi très interessante à analyser. Une communauté
qui m'a tout de suite fait penser à 1Q84, le roman de Murakami, et une actrice aux petits oignons !


Merci pour ton blog ! Tes critiques sont souvent justes et agréablement rédigées. Continue à nous faire découvrir de bons films :)


Fab

Sebmagic 10/07/2012 02:29



Merci pour le commentaire ! Effectivement avec ces films t'as enchaîné les perles, il faudra que je voie le Funny Games original mais j'ai cru comprendre que le "remake" lui était supérieur.
Aucune idée !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -