20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 16:33

           J'ai lu le livre de Stephen King récemment et j'ai naturellement eu envie de voir le film (en fait c'est plutôt l'inverse : je voulais voir le film mais j'ai décidé de lire le bouquin avant, BREF). Toujours est-il que cette adaptation de Rob Reiner en 1990, 3 ans après avoir adapté Stand By Me du même auteur, est encore une réussite. Elle raconte l'histoire de Paul Sheldon, un romancier connu pour sa célèbre saga Misery. Il a (enfin !) pu faire mourir son héroïne afin de passer à autre chose et, alors qu'il vient juste de terminer son nouveau roman, Fast Cars (il n'a pas de nom dans le film), il prend la route. Mais il est victime d'un accident et c'est Annie Wilkes, une ancienne infirmière, qui le sauve et le recueille chez elle dans un chalet isolé. Cependant, il se trouve qu'Annie est "la fan n°1" de l'écrivain, mais également une femme complètement folle... 

   

Indice Spoiler : Spoiler2

 

misery2



 -> Lire la suite...

misery stephen king         Tout comme la plupart des adaptations de Stephen King sur grand écran, Misery est clairement réussi. Et pourtant, ce n'était pas facile, car le bouquin est rédigé à la troisième personne depuis les yeux de Paul Sheldon, et personne d'autre. Le livre insiste donc sur les pensées du personnage, sur tout ce qui lui passe par la tête (la douleur, les idées d'évasion, etc.) qui sont très difficiles à transposer à l'écran sans passer par un système de voix off souvent foireux. Tout d'abord, deux mots sur le livre. Misery est vraiment une merveille à lire, stressant, absolument captivant. Stephen King est certainement l'un de mes auteurs préférés car (je ne sais par quel miracle) si je commence un de ses livres, je suis quasiment sûr d'être plongé dedans totalement jusqu'à la fin. Un style que j'apprécie, sans fioritures, car l'auteur aime nous faire frissonner avec des phrases efficaces et n'hésite pas à utiliser des mots grossiers à base de "putain" et de "connerie". Il est à chaque fois bien inspiré, en particulier pour Misery qui bénéficie d'un scénario vraiment bien ficelé et génial. En prenant pour personnage principal un écrivain, il en profite pour nous faire partager, par le biais de son héros, ses méthodes de travail et certainement des expériences personnelles avec des lettres de fans, ainsi que ses propres avis sur certains détails du métier. En plus de ça il nous crée un autre personnage, Annie Wilkes, complètement cinglée mais réaliste, qui inspire la terreur à cause de son lunatisme effrayant.



         L'adaptation est assez réussie même si elle s'éloigne parfois du livre, au détriment de la terreur. En effet, le réalisateur a décidé de nous donner un film sans hémoglobine, très sous-entendu, et le scénario élude aussi quelques passages que j'aurais aimé voir apparaître. Ce choix d'avoir modifié les scènes un peu trop sanglantes est à mon avis une erreur (bien que j'approuve totalement l'idée à la base) car la personnalité démente d'Annie Wilkes en pâtit. Par exemple (mais ce n'est pas un détail très important), elle ne fait que briser les chevilles de Paul avec une masse au lieu de carrément lui trancher le pied avec une hache, et j'ai trouvé ça moins fort psychologiquement, beaucoup moins fort. Mais ça va encore. Par contre, ce que je regrette désespérement de ne pas avoir vu, c'est tout le passage où un jeune policier vient à la maison d'Annie, que Paul le voit par la fenêtre et lance un cendrier à travers le carreau pour attirer son attention. C'est à ce moment qu'on se rend vraiment compte jusqu'où Annie peut aller dans sa folie, lorsqu'elle déchiquète le pauvre flic avec sa tondeuse en lui roulant dessus avec les pales, puis qu'elle le planque dans sa grange. Ce moment est probablement le plus intense, le plus angoissant du livre car Annie se révèle non seulement être timbrée, mais également insensible au meurtre de façon très brutale. J'ai donc été déçu de ne pas avoir vu ce passage dans le film car ça aurait pu donner un summum d'intensité et d'angoisse. Ainsi, comme je le disais, Annie paraît (dans le film) beaucoup moins tarée que dans le livre. On sent juste qu'elle a quelques sautes d'humeur, mais elle ne semble pas aussi maléfique que dans l'oeuvre de King. C'est légèrement dommage car c'est quand même dans cette tension et cette forte personnalité que se trouvent tout l'intérêt de l'intrigue.



misery3        Néanmoins, ça n'empêche pas au personnage du film d'être suffisamment oppressant pour en faire un film de qualité. En matière de film d'angoisse, Misery est définitivement l'un des meilleurs films du genre. Premièrement parce que le scénario est parfait et (à part les deux ou trois bricoles dont j'ai parlé au-dessus) adapté à la lettre de bout en bout, ce qui fait très plaisir à voir et ne procure aucune réelle déception. L'adaptation est fine et bien trouvée et Dieu sait qu'il fallait se creuser pour en arriver à ça. Par exemple, à un moment, Paul a une idée et songe à conserver ses cachets afin d'en donner subrepticement une dose suffisante à sa ravisseuse, pour avoir une chance de s'échapper. Dans le bouquin, Paul pense tout simplement qu'il n'y parviendra pas et que cette tentative est vouée à l'échec. Il abandonne donc l'idée. En lisant le livre, je ne croyais pas que cette petite idée, traversant uniquement l'esprit de Paul, pouvait être bien adaptée. Et pourtant, le réalisateur l'a fait proprement, par l'intérmédiaire d'un "dîner". Quelques libertés ont été ainsi prises afin de pouvoir adapter visuellement ce que Paul pense dans sa tête. C'est extrêmement difficile et c'est un pari qui a été relevé ici avec succès.



misery1         En ce qui concerne l'adaptation "visuelle", je suis bluffé de voir à quel point les décors ressemblent à l'idée que je m'en étais faite. Les pièces, les personnages et surtout l'ambiance sont très fidèles au livre et j'ai été comblé de ce point de vue. Concernant les acteurs, que dire ? Ils sont tout simplement époustouflants. James Caan interprète Paul Sheldon tel que je l'imaginais, complètement. Il a su s'imprégner du rôle, celui d'un homme qui souffre terriblement mais qui tente constamment de paraître souriant et aimable afin de ne pas froisser sa kidnappeuse. Quand à Kathy Bates, elle est terriblement impressionnante. J'émettais quelques doutes sur ce choix de casting avant de voir le film, mais quelle n'a pas été ma surprise de voir que j'ai parfaitement retrouvé dans son interprétation l'Annie Wilkes du livre. Même si, je l'ai dit, elle ne me paraît pas suffisamment timbrée, ce n'est pas à cause de son jeu d'actrice mais bien à cause des infimes libertés prises par le scénariste William Goldman. Car elle incarne la folie et le lunatisme avec talent, que ce soit la personnalité "de gamine" du personnage (on dirait souvent une petite fille excitée à l'approche de Noël) comme son côté furieux avec les sautes d'humeur impressionnantes qui vont avec. Même sa voix et ses intonations sont conformes au caractère d'Annie et j'ai été ravi. On note également la présence de Lauren Bacall qui fait quelques courtes apparitions dans le rôle de la publiciste de Paul.


         Quoiqu'il en soit, ce film a été fait avec soin et le résultat est fabuleux, avec un final en beauté. Je ne regrette pas de l'avoir vu, encore moins d'avoir lu le livre de King qui a quand même un sacré talent. Je compte me faire bientôt la même expérience littératuro-cinématographique avec Carrie même si le synopsis m'emballe moins et que j'ai lu que le film était un peu plus raté. Mais ça m'intéresse.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Folfaerie 30/01/2011 11:06



Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur les partis pris du scénariste. Il est vrai que j'aime beaucoup William Goldman à qui l'on doit les scénarios de Butch Cassidy et le kid, Les
hommes du président, mais aussi Maverick et quelques autres, et que j'apprécie presque toujours ses choix. La folie d'Annie (d'ailleurs remarquablement interprétée par Kathy
Bates) transparait suffisamment dans le film sans qu'on ait besoin de rajouter des détails un peu trop gores pour moi. Mais bon, je ne suis pas une très grande fan de Stephen King, j'ai
surtout aimé ses premiers livres en fait. Suis également d'accord avec le commentaire précédent, Carrie est un bon film.



Anthony 05/11/2015 14:38

En fait la scène avec la tondeuse avait été tournée, puis finalement annulée, à ce qui paraît Kathy Bates a été très déçue de cette décision.

Sebmagic 30/01/2011 11:55



Mouais, franchement j'ai fait les deux à la suite et j'ai trouvé la comparaison assez décevante, m)ême si Kathy Bates est absolument géniale on est d'accord. Mais pour moi la folie d'Annie n'est
pas suffisamment montrée dans le film, la plupart du temps elle est bien gentille. A part la scène de la masse sur les pieds et les quelques fois où elle s'énerve, on ne ressent pas totalement
tout ce déséquilibre. Je ne critique pas William Goldman entièrement parce qu'à part ça, tout est parfait, mais simplement le fait d'avoir supprimé la partie avec le jeune flic, ça m'a déçu parce
que c'est vraiment là que dans le livre, la tension atteint son comble.



HélèneM 20/01/2011 21:35



Il est certaain qu'il manque des scènes du livre dans le film, mais il faut reconnaitre qu'adapter Stephen King à la TV ou au cinéma c'est souvent  des moceaux de plus de 3h ou des films TV
à suites.


Par contre, vraiment ce film est génial... Ce huit-clos est sublime et les deux acteurs vraiment bien dans leur rôle respectif.


Bon il n'est pas non pmlus de première jeunesse, p-t qu'une adaptation de nos jours serait plus "proche" du livre et moins suggérée.


Belle critique en tous cas :)



Sebmagic 21/01/2011 12:29



Ca ne m'a pas gêné tant que ça que le film soit plus suggéré, au contraire c'est plutôt pas mal ça nous évite de tomber dans le gore que je déteste. Mais du coup, je trouve que le personnage
d'Annie fait beaucoup plus doux.



Ze Ring 20/01/2011 21:24



Ce film est une tuerie.
Par contre je sais pas ou t'as lu que Carrie était raté... Ce film est un chef d'oeuvre et je le préfère largement à Misery :)



Sebmagic 21/01/2011 12:27



D'accord, ça me motive d'autant plus alors !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -