12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 22:25

          Film totalement méconnu (inconnu même ?), et on se demande bien pourquoi surtout au vu du casting alléchant : Anthony Hopkins, Jake Gyllenhaal et Gwyneth Paltrow illuminent l'écran de leur talent (VO obligatoire !). Proof est un sublime film sur l'authenticité d'une preuve mathématique et notamment sur l'appartenance d'une démonstration à une personne, surtout lorsque la preuve est si importante qu'elle risque de bousculer le monde mathématique.

          Mais c'est également (et surtout !) un joli film sur l'histoire d'un génie devenu fou et sur l'enfer dépressif d'une jeune femme. Etant moi-même plongé quotidiennement dans le monde des maths, je ne peux que trouver Proof extrêmement palpitant et très émouvant lorsqu'il s'agit de traiter de l'univers mental des mathématiciens de génie, ainsi que leur volonté, leur hargne, et leur attachement à leur discipline. Même les non-initiés n'auront aucun mal à comprendre le film et, j'en suis sûr, à s'attacher à chacun des personnages.
 

Indice Spoiler :  Spoiler1

 

Proof

 

-> Lire la suite...


             Pour commencer, une chose est sûre : la VF est à éviter absolument. Je l'ai testée pendant 15 minutes et je n'ai pas tenu, tant la médiocrité des doublages est conséquente. Ce film pourrait constituer à lui seul une immense campagne anti-doublages, comme la plupart des films très mal distribués en France (autre exemple : Une fiancée pas comme les autres). Les doublages dénaturent de façon hallucinante le jeu des acteurs, les émotions, l'humour, pour tout rendre vulgairement plat et c'est flagrant dans ce film. Le passage de la VF à la VO a été pour moi un grand soulagement et je n'ai pas peur de dire que les personnes qui ont vu Proof en version doublée n'ont en fait pas vu le film du tout... Les acteurs sont absolument prodigieux en version originale. Anthony Hopkins, même si on le voit peu, éclaire le film de ses apparitions, grâce à son sourire enchanteur et son regard mystérieux (est-il lucide ou est-il entrain de délirer ?). Jake Gyllenhaal campe le genre de personnages qui lui vont admirablement bien : soucieux des autres, honnête, "not boring", Hal est un jeune mathématicien, mais également l'unique personne à se soucier vraiment de Catherine, le personnage principal. La complicité électrique entre les deux acteurs/personnages est palpitante et m'a complètement subjuguée pendant le film.


Proof3

            Le duo nous offre de véritables moments de douceur, mais également d'exaltation lorsqu'on a l'impression, ne serait-ce qu'un instant, de partager totalement les émotions des personnages. Les sentiments sont multipliés par les regards des personnages qui parviennent à nous soustraire des sourires et des larmes. Etrange de voir que ce film divise les critiques. Bref, je ne connais pas beaucoup Gwyneth Paltrow mais elle confirme dans ce film tout ce que je pense d'elle depuis longtemps : il s'agit d'une actrice discrète au talent démesuré qu'on ne voit pas assez souvent à mon goût au cinéma, ou en tout cas pas dans suffisamment de films importants. Elle fait partie de ces rares actrices "à part". Elle joue ici un rôle dépressif et déprimant, celui d'une jeune femme absolument seule, désespérée par la mort de son père et qui est terrifiée à l'idée de devenir comme lui. Un seul personnage ne cesse de la soutenir et de lui faire du bien, c'est ce bon vieux Hal qu'on apprécie dès le début du film (car Jake Gyllenhaal a ce don de sympathie et d'empathie impressionnant, qu'il sait toujours retranscrire à travers chacun de ses personnages).


Proof4

          Bref, le film est divisé en deux parties. Dans la première, on nous présente la situation, le personnage principal et l'enfer mental dans lequel elle se retrouve : la solitude, la peur, le deuil. Face à cette situation, un jeune homme vient lui apporter un court rayon de soleil et cette situation dure pendant toute la première moitié. La scène de l'enterrement est excellente, tout comme l'une des premières séquences du film également, avec le "cadeau d'anniversaire" de Hal qui constitue une scène émouvante, à la fois intense et douce, dès le départ - alors qu'on apprend tout juste à connaître les personnages. On pourrait se demander quand le film va "réellement" commencer mais l'astuce est là : le film est bel et bien commencé et la partie "mathématique" du film n'est pas pressée d'arriver. Le film préfère d'abord s'attarder sur la vie de Catherine et son passé avant de rentrer vraiment dans le sujet. C'est fort et c'est malin, car il est nécessaire qu'on s'attache d'abord au personnage et à sa psychologie avant de pouvoir suivre ce que le film veut raconter. La première moitié du film m'a passionné, grâce au jeu des acteurs impeccable, toujours avec une douceur et une retenue qui font que le film ne tombe jamais dans le ridicule ni dans l'excessif. Les sentiments sont implicites, les dialogues sont charmants, la subtilité est omniprésente.


Proof1

             Vient ensuite la deuxième moitié, où Gwyneth Paltrow continue d'émouvoir et d'attendrir et où le vif du sujet revient sur le devant de la scène. Je ne vais pas raconter le film mais pour quelqu'un qui a déjà fait des mathématiques, cette partie est palpitante et merveilleusement mise en scène, sans jamais - jamais ! - faire semblant de prendre les spectateurs pour des cons avec des termes mathématiques compliqués. Par-ci par-là, on a droit à un bout de formule dans un coin, et c'est tout. Le reste n'est que psychologie des personnages et récit de l'hypothétique lucidité d'un génie. Le film ménage habilement son suspense avec des flashbacks mystérieux et l'utilme scène d'Anthony Hopkins est la plus sublime du film, déchirante et libératrice. "The future of heat is the future of cold". Clairement l'une des plus belles scènes que j'ai pu voir cette année tant elle est forte en révélations et en conclusions psychologiques de chaque personnage, le sourire d'Anthony Hopkins sous la neige venant éclairer le visage du spectateur de façon frappante avec une admirable poésie.


Proof2

           Bref, Proof est une merveille à ne pas louper, avec un sujet très original et rarement abordé (les personnes ayant apprécié "Un homme d'exception" apprécieront à coup sûr).








Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Frank 17/05/2014 12:59

Salut, votre critique est excellente et vient me confirmer l'appréciation que j'ai eu de ce film. Je sais pas si c'est moi qui a mal compris le film mais le synopsis qu'on peut lire sur wikipédia est complètement dans le champ? Merci de m'éclairer sur ça si vous le pouvez!

Sebmagic 17/05/2014 13:57

Effectivement, le synopsis sur Wikipédia est une énorme blague !
Le type qui l'a écrit n'a clairement pas vu le film, car c'est n'importe quoi.

Mona 24/02/2013 20:46


Le meilleur de sa génération oui, sans aucun doute.


Il a ce quelque chose en plus, une sorte de candeur et d'élégance. Dans Django c'est frappant, c'est lui que je retiens le plus alors que tous les autres acteurs sont déjà magnifiques.


2013 est son année, Scorcese - Tarantino - Luhrmann. Hallucinant !!! 


(dis au fait Seb, aurais-tu un compte FB ou bien ton blog ?) 


 

Sebmagic 24/02/2013 21:56



En fait j'ai un compte FB mais c'est un compte perso, j'ai pas de page pour le blog parce que j'en vois pas l'intérêt !



Mona 23/02/2013 14:05


Il faut que je voie Passion, le dernier De Palma. Je te dis ça pcq je viens de voir tes notes sur Allociné.


The Grudge m'a tétanisé de bout en bout, et pourtant il m'en faut, alors pour ça note maximum pour moi. Malsain mais efficace.


Et sur We need ... idem, maximum. Les presta. réunies et liées de Miller et Swinton sont exceptionnelles. Deux très très grands acteurs, avec un physique ovniesque de surcroît.


 

Sebmagic 23/02/2013 14:13



C'est vrai qu'ils ont un physique bien particulier !


 


The Grudge ne m'a pas fait si peur que ça, à part quelques scènes (brrr les bruits bizarres dans le téléphone). Je suis plus sensible à la peur implicite qu'à la peur forcée (forcée par les pics
de musique notamment), des trucs comme Blair Witch ou Paranormal Activity me filent vraiment les pétoches et il était impossible pour moi de mettre à The Grudge la même note qu'à ceux-là...


 


Pour De Palma les avis sont mitigés mais j'veux bien avoir le tien quand tu l'auras vu ! Perso j'ai carrément accroché.


 


Sinon hier j'ai revu Inception et gros coup de coeur, j'ai été bien plus emballé que la première fois au ciné (qui m'avait déjà beaucoup plu). DiCaprio est vraiment un grand.



Mona 19/02/2013 07:17


Je l'avais vu en VF justement celui là ....... donc tu devines ce que j'en avais pensé !


Sérieux avec Gyllenhaal j'ai du mal. Je l'ai tellement idolatré avec Donnie Darko et surtout avec Brokeback Mountain que la suite est dure. Je le trouve apathique et rien d'autre.

Sebmagic 19/02/2013 15:22



Ah non pas moi, je le trouve toujours aussi bon dans tout ce que je vois, que ce soit Zodiac, Source Code, etc. Mais c'est clair qu'en VF ici le Gyllenhaal il fait bien nase !



Claire 18/02/2013 23:32


Merci pour cette critique sans laquelle je n'aurais surement jamais découvert ce film brillant. Les acteurs servent à merveille leur personnage et je pense que leur médiatisation plutôt faible si
on la compare aux stars people d'Hollywood que peuvent être Brad Pitt ou Tom Cruise aide vraiment leur jeu à sonner juste. Le thème abordé est inhabituel et pourtant il mérite qu'on y porte
attention. Pour moi c'est un grand film car au final, on y trouve peu d'action et d'effets spéciaux comme savent le faire les américains, et point qui mérite d'être soulevé: les acteurs ne
surjouent pas. Le réalisateur n'essaie pas non plus de nous forcer à rentrer en empathie avec Katherine. Je n'avais absolument pas envie de voir ce film en VF suite à cette critique mais pourtant
j'avais peur de la partie mathématique en VO mais je dois dire que le film est très abordable pour un bon niveau d'anglais même sans sous-titres (pas d'accent trop prononcé). Je pense vraiment
que la version française doit perdre en intensité quand on sent le poids des mots qui viennent des 3 personnages principaux. C'est pour moi plus de la moitié du boulot dans un film comme celui ci
qui suppose une réflexion. C'est la première fois que j'ose poster un commentaire mais je dois encore dire merci car les films critiqués ici sont pour la plupart des chefs d'oeuvre qui
mériteraient d'être plus connus et je dois dire qu'ils correspondent plutôt bien à mes goûts cinématographiques. Bon boulot ! 

Sebmagic 19/02/2013 00:54



Merci, content que mon article ait poussé au moins une personne à le voir


 


Vraiment, la VF est absolument exécrable pour ce film, je ne sais pas si j'en ai déjà entendu de pire. En VF, le film pourrait presque passer pour un navet tant les voix de G.Paltrow et
J.Gyllenhaal sont merdiques (mais vraiment). Et finalement y'a pas de problème pour la "partie mathématique" en VO puisqu'en fait il n'y a pas vraiment de partie mathématique dans le film. On ne
sait même pas exactement quels résultats cette "preuve" fait intervenir, ça pourrait même être n'importe quoi (par ailleurs ça permet au film de ne pas s'embourber dans des soucis de réalisme
vis-à-vis de ce qui se passe réellement dans le monde mathématique aujourd'hui). Bref c'est fin et c'est brillant effectivement, merci d'avoir réagi !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -