4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 00:40

        Etant donné que le réseau des cinémas Pathé-Gaumont a passé ce jeudi 2 décembre le nouveau film de Sofia Coppola en avant-première (un mois avant la sortie nationale), il est clair que je me suis rué dessus (et puis comme c'est en VOST, on va pas se priver !). J'avais hâte de voir ce que la réalisatrice nous avait proposé, et surtout de savoir si ce film allait être aussi bon que ses précédents. Cette fois, c'est Stephen Dorff qui a le rôle principal du film : il interprète un acteur, Johnny Marco, qui passe ses journées à l'hôtel du Château Marmont de Los Angeles à s'ennuyer. Jusqu'à ce que sa fille débarque et qu'ils passent un peu de temps ensemble. Somewhere a remporté le Lion d'Or à la Mostra de Venise et pour moi, c'est mérité.

Indice Spoiler : Spoiler3

 

somewhere-sofia-coppola

 

 -> Lire la suite...

         Que dire ? Déjà, dès le début du film j'ai ressenti la patte de Sofia Coppola, assez proche de Gus Van Sant dans sa façon de montrer les choses, avec cette intro constituée d'un plan long, trop long pour certains (mais ça reste du Sofia Coppola, vous savez à quoi vous attendre). Puis la musique s'accélère et le générique apparaît, une musique qui impose l'ambiance et qui m'a fait frissonner dès le départ.

         Ensuite, le film ne plaira pas à tout le monde, c'est évident. Si vous aimez le cinéma de Gus Van Sant (car j'aime me répéter) et les précédents films de la réalisatrice, foncez. Elle reprend plusieurs thèmes très proches de Lost In Translation, tout en imposant une atmosphère lente qui se traduit par des plans d'une longueur assez folle. Comme dans Lost In Translation, qui est à mon goût une vraie perle, ce film ne raconte quasiment rien. Mais le fait de ne rien raconter en dit beaucoup quand même. On a encore deux personnages principaux, sauf qu'au lieu des deux inconnus qu'interprétaient Scarlett Johansson et Bill Murray, elle nous montre une relation entre un père et sa fille.


somewhere         La réalisatrice renoue (pour la quatrième fois sur ses quatre films, est-ce une obsession ?) avec le thème de l'ennui. Dès qu'il est seul, le personnage s'ennuie et ça se ressent. Des plans parfois interminables, mais que j'ai savourés (avec une légère lassitude parfois, je l'admets), les images ne racontent aucune histoire (mais vraiment aucune !) et se contentent de nous montrer le petit bout de vie d'un homme complètement paumé, qui n'a pratiquement aucun ami. Seule la présence de sa fille remue sa vie, permettant d'ailleurs au film de vivre un peu, avant que le personnage ne retombe dans un ennui profond dès le départ de celle-ci. Et c'est quelque chose que j'apprécie chez cette cinéaste : la façon avec laquelle elle traite son sujet à la perfection. D'après les quelques critiques que j'ai pu lire, il y a un peu de déception chez les spectateurs. Beaucoup pensent que "c'est trop", que le film dure 1h37 pour rien du tout. Mais justement, le fait de ne rien raconter a quelque chose de beau que je ne saurais expliquer. Même si on attend quelques révélations, qu'il se passe un truc, finalement il n'en est rien. Toutes les pistes sur lesquelles on réfléchit pendant la projection (qui est la personne qui lui envoie des méchants messages ? que se passe-t-il exactement à la fin du film ?) ne trouvent aucune réponse, tout simplement parce que pendant 1h30, on a été plongés dans la vie d'un homme malheureux, puis qu'on en est exclu aussi sec. Même si on sent qu'il a évolué, qu'il est peut-être plus heureux, la surprise est totale. Personnellement, je me suis laissé emporter par tous ces jolis plans comme la réalisatrice sait bien les faire, et je ne me suis pas ennuyé dans l'ensemble (même si tout semble mis en oeuvre pour nous le faire ressentir). De très beaux plans, parfois accompagnés de musiques superbes, je me suis pris au jeu.


somewhere coppola         D'ailleurs, mis à part un bref moment d'émotion vers la fin, et le dénouement suffisamment mystérieux pour m'avoir plu, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. Mais ce n'est pas un défaut, et c'est là que le film fait fort, car il parvient à nous captiver grâce à la mise en scène, l'ambiance, et j'aime ça. On se pose devant ce film et on le contemple, tout simplement. Avec quelques touches d'humour, on suit le quotidien de ce Johnny Marco et on assiste à un type de cinéma assez inhabituel, mais néanmoins agréable au milieu de toutes ces superproductions. De plus, la réalisatrice n'hésite pas à pointer du doigt quelques petits détails, en se moquant gentiment de Twilight ou de la télé italienne (notamment sur les doublages de Friends et lors de la cérémonie de remise de trophées). De même, elle insiste sur le fait qu'aujourd'hui, un acteur n'a plus exactement les mêmes fonctions qu'avant. En effet, Johnny Marco ne fait rien de ses journées, et les seuls moments où il doit se déplacer sont pour assister à des conférences ou poser comme modèle pour les effets spéciaux. Bref, j'avais noté pas mal de choses intéressantes concernant ce film mais j'en ai oublié un petit nombre, tant pis. On retrouve le sujet du mal-être, du mal de vivre qui était au coeur de Virgin Suicides. J'ai également adoré la reprise du thème de l'ennui dans le lit (qui est omniprésent dans Lost In Translation et un peu dans Marie-Antoinette) ainsi que de la relation entre deux personnes au sein des couloirs d'un hôtel (comme je l'avais déjà mentionné dans cet article).


somewhere-elle fanning 19023         Une relation d'ailleurs assez mignonne, pour ne pas dire touchante, entre un père assez désespéré et une fille qui se sent délaissée. Ca donne lieu à quelques moments d'émotion, ce qui est relativement attendu pour un film comme ça, mais sans non plus atteindre de grands sommets. Même si elle fait plutôt 14 ans que 11, Elle Fanning est géniale dans ce rôle de gamine sensible qui aime rire. Et elle a de qui tenir puisqu'il me paraîtrait logique qu'elle suive le même parcours que sa grande soeur Dakota Fanning (la "fillette" maintenant ado de La Guerre des Mondes). Quant à Stephen Dorff, il est parfait et extrêmement talentueux dans ce rôle, à la fois poignant, amusant et décontracté. Je ne connaissais pas cet acteur et ce fut une bonne surprise. Aussi j'ai été ravi (et étonné) de voir apparaître, ne serait-ce que 15 secondes, Benicio Del Toro dans un rôle de quasi-figurant. De même, bien qu'on la voit 5 minutes à peine, la présence d'Ellie Kemper (la nouvelle réceptionniste de The Office, Kelly) m'a bien fait rire.


somewhere5         Quoiqu'il en soit, c'est avec très peu de dialogues que la réalisatrice parvient à nous maintenir devant son film, et ça aussi c'est balaise. Beaucoup de regards (vraiment beaucoup), des plans saisissants, la cinéaste maîtrise parfatiement l'art d'en dire beaucoup avec uniquement du silence et de la concision. Par l'intermédiaire de cette ambiance silencieuse et longue, le caractère déprimé et j'm'en-foutiste du personnage principal est mis en avant, et le film dénonce d'ailleurs toute la superficialité liée à la célébrité (comme les paparazzis ou les grandes suites d'hôtel) en n'omettant pas de signaler que les meilleures choses de la vie sont souvent les plus simples (comme regarder sa fille faire du patin à glace ou écouter tranquillement un petit père chanter une chanson tout en s'endormant).



         Bref, si je devais résumer cette quatrième merveille de Sofia Coppola, ce serait de cette manière : la réalisatrice s'approche de plus en plus du cinéma de Gus Van Sant, c'est flagrant, tout en continuant sur le sujet de l'ennui, qu'elle maîtrise parfaitement bien. Même si le film est légèrement en dessous de ses précédents, il est également plus inattendu dans la construction de la trame assez déroutante. Ce n'est pas un film d'action, c'est même l'opposé, mais on savait à quoi s'attendre et c'est ce que je voulais voir. En plus j'ai été envoûté par l'ambiance et la musique (Phoenix, The Strokes), ça y fait pas mal. Même si ça ne varie pas énormément de ce qu'elle a fait précédemment, c'est encore avec grande hâte que j'attends son prochain film.


        La film sort le 5 janvier 2011 et vous pouvez aller voir la bande-annonce en cliquant ici.



        Voir aussi : Somewhere (bande-annonce), Marie-Antoinette, Lost in Translation (fin du film), Virgin Suicides.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Anaïs 01/01/2012 19:40


Oui, je ne l'avais même pas envisagé (j'ai peut-être fait un peu long, je ne sais pas)^^ De toutes façons j'en publie si peu souvent qu'avant la prochaine tu as environ 1 mois XD

Sebmagic 01/01/2012 21:37



Haha, ben ça fait durer le plaisir



Anaïs 01/01/2012 19:18


Ok cool, je le regarderai bientôt alors et Somewhere j'ai tellement aimé que j'ai fait la critique sur le champ ^^

Sebmagic 01/01/2012 19:28



Je vais aller voir ça, mais pas ce soir car j'ai pas le temps désolé !



Anaïs 30/12/2011 23:55


Je n'ai vu que 3 films de Coppola : Virgin Suicides, Marie-Antoinette et enfin celui-ci ! Enfin ! (Je vais donc foncer pour Lost in translation ^^) Je n'aurais pas imaginé qu'il me plairait
autant, mon préféré pour l'instant. (pas forcément le meilleur c'est totalement subjectif) La lenteur de certains films est parfois pesante, mais ici la contemplation n'est que du plaisir, on se
laisse aller dans cette petite nonchalance et il m'a beaucoup touchée. Je suis d'accord avec Squizz, ce film dit quand même pas mal de choses. Quant à la dénonciation de la superficialité du
milieu, Coppola ne tombe pas dans le cliché, au contraire elle nous montre le moyen que le personnage a trouvé pour y résister, à sa façon. Ce film c'est l'histoire d'une double évolution, d'un
merveilleux échange entre le père et la fille. Je ne vais pas en dire plus, à part que c'est gros coup de coeur pour moi et que la fin est extraordinaire. Et je te souhaite au passage un très bon
réveillon :) (et pareil pour la BO)

Sebmagic 31/12/2011 19:00



Ouais la fin est géniale, mais c'est pratiquement le seul moment où j'ai ressenti vraiment quelque chose de fort. Pour le reste c'est moins bien passé, mais faudrait que je le revoie. Par contre
je confirme pour Lost in Translation, tu vas aimer !



Louison 30/12/2011 21:39


J'ai vu Somewhere il y a une semaine à peine et je dois dire que j'avais beaucoup d'espoir et que j'ai été très déçu.


J'avais absolument adoré Virgin suicide et Lost in translation( je n'ai pas vu Marie Antoinette). Et alors que la lenteur de Lost in translation avait quelque chose de joliment
poétique et rafraichissant, ici on s'ennuie.


Quel dommage de proposer si peu de fond et des acteurs moyens... En dehors de ça l'esthétique du film est irréprochable.

Sebmagic 30/12/2011 23:33



Ouais c'est aussi ce que je m'étais dit, la lenteur est ici plus ennuyante que poétique. Je te conseille Marie-Antoinette vivement si t'as aimé les deux autres par contre !



Mona 30/12/2011 19:09


Bien le bonsoir ! 


Enfin vu Somewhere. Satisfaite. 


Pas la méga surprise de ses débuts mais du Sofia Coppola. En même temps elle ne nous inonde pas de ses films : donc quitte à se faire chier autant le faire avec son cinéma. Pas se faire chier
mais tomber dans la nonchalance je dirais. Et puis Stefen Dorff se la joue magnifiquement, plus looser avec les nanas tu meurs !


Des touches d'humour, de maladresse, de la féminité, de la fraîcheur  ... elle est toute en nuances, bref Sofia est reine en son royaume. J'adore son côté "aérien".


De bonnes fêtes ! 

Sebmagic 30/12/2011 21:16



Ouais je suis d'accord, j'ai hâte de voir son prochain si elle continue dans cette lignée, même si je le trouve quand même plus faible que les précédents. Je vais sûrement revoir Marie-Antoinette
ce week-end.


 


Bonnes fêtes aussi !



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -