11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 16:38

           The Edge of Love est un film britannique de John Maybury, qui a également réalisé The Jacket, et c'est donc sa deuxième collaboration avec l'actrice Keira Knightley. Le film est passé totalement inaperçu en France, sorti dans nos salles le 17 novembre dernier, facilement un an après sa sortie en Angleterre (je n'ai pas les dates exactes). Un film relativement ennuyeux et assez peu touchant (sauf vers la fin). Un "Reviens-moi" revisité mais un peu loupé, même s'il contient de très bonnes choses au début mais surtout pendant les 40 dernières minutes, bien dramatiques.
 

   

Indice Spoiler : Spoiler3

 

edge-of-love.jpg



 -> Lire la suite...

          Quelques uns d'entre vous commencent à me connaître un peu et savent qu'il est très rare que je prononce un avis entièrement négatif sur un film. Et même si pour beaucoup, The Edge of Love est une histoire totalement ennuyeuse et sans intérêt ni consistance du début à la fin, j'ai tout de même assez accroché. Je ne sais pas trop pourquoi, mais à chaque fois que je regarde un film, je n'en garde que les bons côtés, qui pour moi surpassent toujours le reste. Par exemple, une seule scène magnifique peut me suffire à équilibrer un ennui de 15 minutes (ce n'est pas une loi hein, parfois je ne raisonne pas comme ça, mais c'est pour que vous compreniez un peu dans quel état d'esprit je juge un film). En fait, je me dis toujours que si le film a été fait, c'est que son auteur avait ses ambitions et voulait faire passer quelque chose, même un truc banal. Et donc, je retiens les bonnes choses en occultant souvent les mauvaises et au final, je passe un bon moment. Il faut vraiment que je ne voie rien de bon, ou alors que je m'ennuie profondément du début à la fin d'un film, pour le descendre sans vergogne. Et c'est donc rare.


          Pourquoi je dis ça ? Parce que d'après les nombreuses critiques que j'ai lu, la majorité des gens s'est emmerdée ferme devant ce film. Pour ma part, je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un excellent film, car il a clairement ses hauts et ses bas, mais pour autant je ne me suis pas tellement ennuyé, porté par le déroulement des événements. En fait, The Edge of Love est plus ou moins séparé en trois parties, sous la forme 45-20-40 minutes. La première contient de très bonnes choses notamment visuellement, la deuxième est certes ennuyeuse, et la dernière prenante et touchante. Résultat : un avis mitigé mais pas si mauvais.



edge of love 1          La première partie nous présente un peu les personnages. Les tons sont vraiment jolis à voir, on est au début des années 40 et l'ambiance (décors et couleurs) est très représentative. Les couleurs donnent un ton sépia pendant la majeure partie de ce début de film. Keira Knightley interprète Vera Phillips, une chanteuse de cabaret qui joue dans le métro tous les soirs. Le film démarre d'ailleurs là-dessus, avec une lumière entièrement concentrée sur la bouche pimpante de l'actrice, ce qui fait assez bizarre. L'ambiance colle parfaitement à l'époque, c'est clair, mais c'est assez étrange de voir l'actrice dans un tel rôle, à la fois très élégante et un peu précieuse. Un rôle qui ne lui va pas très bien (son jeu est plutôt quelconque), mais qui n'est pas non plus invraisemblable. Vera rencontre alors par hasard Dylan Thomas (Matthew Rhys), un poète qu'elle n'avait pas vu depuis 10 ans, son premier amour du Pays de Galles lorsqu'elle avait 15 ans. Elle se rend compte que Dylan est marié et à Caitlin (jouée par Sienna Miller), bien qu'il semble toujours éprouver quelque chose pour Vera. Cette dernière fait alors la connaissance de William Killick (Cillian Murphy), un soldat qui patrouille dans les rues de Londres, et les deux couples partagent alors la même maison. Jusqu'à ce que William parte pour la guerre et laisse Vera seule avec Caitlin, Dylan, et un enfant.



edge of love 5         Voilà, j'ai assez résumé cette première partie du film, et il faut bien l'avouer : ce n'est guère palpitant. Et pourtant, ça reste assez original et le talent de Sienna Miller est à l'honneur, elle surpasse largement Keira Knightley dans le rôle d'une femme un peu jalouse et malheureuse. Car évidemment, Caitlin est méfiante et même si une belle amitié s'est créée entre elle et Vera, celle-ci constitue une rivale pour son couple, d'autant que Dylan semble montrer des signes de nostalgie à l'égard de son premier amour. Bref, une histoire banale et qui n'a pas beaucoup d'intérêt. Le seul passage vraiment magnifique de cette première partie est le moment où le bar dans lequel se trouvent nos quatre personnages s'effondre. On a droit à un passage que j'ai trouvé sublime notamment grâce à la photographie (ces tons de couleurs sont vraiment magnifiques), lorsque William "tire" Vera de sous un cadavre et qu'ils parlent quelques instants à l'écart de la pagaille. Un passage pas tellement extraordinaire au niveau des dialogues, mais je ne sais pas, j'ai été touché par je-ne-sais-quoi, probablement cette beauté de l'image.



edge of love 4          Quoiqu'il en soit, William part à la guerre et on entame la deuxième partie du film qui elle, est clairement chiante. Pendant 20 minutes, on voit évoluer les relations entre Vera/Dylan/Caitlin et c'est terriblement fade. Les émotions ne passent pas, le scénario s'endort tranquillement et je me suis même dit "quand un réalisateur ne sait pas quoi raconter, voilà ce que ça donne !". Bien évidemment, tout ce passage sert de transition afin de nous faire revenir rapidement William de la guerre, mais quelque chose de plus passionnant aurait pu être travaillé. Cette partie vaut surtout pour l'interprétation de Sienna Miller, assez touchante (en tout cas, c'est elle qui fait passer le plus de choses). Pour le reste, à part un bref passage où on voit William se battre contre l'ennemi et participer à quelque chose de traumatisant, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. Dylan Thomas est un personnage très peu intéressant, avec une fadeur qui n'a d'égale que le jeu d'acteur de Matthew Rhys, un assez mauvais élément du casting (je trouve). Bref, je ne vais pas débattre plus longtemps : c'est lent, même si ce n'est pas insupportable ni interminable comme je l'ai souvent lu. Ca passe quand même assez vite parce qu'on a envie de savoir comment ça va finir.


edge of love 2           Et c'est donc à partir de 1h05 que ça devient vraiment bon (alors qu'il ne reste que 40 minutes). Et finalement, cette heure n'aura servi qu'à donner de la profondeur à cette fin de film, qui est quand même honorable grâce au talent de Cillian Murphy. Cet acteur est excellent, d'un bout à l'autre du film, mais surtout à partir de cet instant. Le gars William revient de la guerre et le film aborde un sujet assez peu exploité au cinéma : le traumatisme après-guerre. Il est traité ici de façon exemplaire, touchante et poignante. Ca a en tout cas été mon ressenti. L'acteur est tout simplement troublant et émouvant dans le rôle d'un homme totalement détruit psychologiquement par ce qu'il a vu et ce qu'il a fait. Eloigné de sa femme qui pense bien évidemment qu'il n'a plus aucun amour pour elle, il s'exclut totalement, refusant tout contact physique avec quelqu'un, d'autant plus que les gens qu'il croise n'ont aucune idée de ce qu'il peut ressentir ni ce qu'il a pu endurer. Ils se moquent même de lui, minimisant son rôle dans la guerre et prenant de grands airs. Ce film donne un point de vue assez troublant et très poignant sur les effets que peut avoir la guerre sur l'état psychologique d'un soldat. Cette dernière partie du film est vraiment géniale, passionnante et tendue. Cillian Murphy, je me répète, est épatant et son personnage, complètement perdu, est attachant.


           Il est juste dommage que le film ait eu besoin de prendre 1h05 pour en arriver là. Evidemment, c'était nécessaire, sinon comment montrer l'évolution des personnages et comment toucher le spectateur ? Sans cette première heure, le film n'aurait eu aucun intérêt. Cependant, je regrette que le lancement de l'intrigue et les pseudo-amourettes aient aussi peu d'intérêt. Il y avait matière à faire quelque chose de mieux, même si je n'ai pas trouvé le film désagréable (du tout). Par contre, je suis étonné qu'avec ce casting incroyable le film soit passé aussi inaperçu. Et même s'il traîne en longueur, il a son charme et ses atouts.



          Voir aussi :  Keira Knightley, Reviens-moi, The Jacket.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Loocat 17/08/2013 15:52

J'ai vu ce film et j'ai été assez déçue.
J'ai trouvé Keira Knightley peu convaincante dans ce rôle de femme seule avec un enfant. Quelque chose clochait dans son jeu, c'est comme si elle même de croyait pas en son personnage...
Quant au film lui même, c'est loin d'être un chef d'oeuvre. Je le trouve très succinct alors que les relations entre les quatre personnages et la psychologie d'après guerre auraient mérité d'entre approfondis. La seule chose qui m'a intéressé ce n'est pas la complexité des relations amoureuses mais bien l'amitié si forte qui unissait Vera et Caitlin, c'est là la grande relation du film, celle entre une épouse et sa dangereuse rivale (un peu comme dans The Duchess) ;)

Loocat 25/08/2013 14:13

J'ai déjà vu Inception (un bon film bien qu'un peu long et décousu) mais je trouve qu'il n'y a pas un rôle très marquant...

Sebmagic 24/08/2013 23:08

Eh bien je ne dirais pas qu'il figurerait dans mon top 10 d'acteurs mais je lui trouve une certaine classe, un sacré charisme, on dirait qu'il joue sans difficultés, c'est impressionnant. Je te conseille Sunshine, 28 jours plus tard, Inception et Broken si tu veux le découvrir un peu plus (et même dans un cadre général, j'adore ces films) !

Loocat 24/08/2013 21:25

Oui j'ai moi aussi craqué pour son jeu (et son personnage)!
Je ne connaissais pas du tout cet acteur avant de le voir dans ce film.

Sebmagic 24/08/2013 17:30

C'est vrai que ce film n'est pas exceptionnel... J'y ai surtout apprécié Cillian Murphy, qui m'étonne à chaque nouveau film !

Le veilleur 12/01/2011 20:42



Oui, c'est ça mais rassure-toi je ne pense pas que ça t'aurait plu. C'était un mélange d'adolescents et d'extra-terrestres !



Sebmagic 13/01/2011 11:57



Ouais, il me semble que j'avais déjà vu des extraits et que ça m'avait pas emballé


 


Déjà que les extraterrestres, ça me plait seulement quand c'est super bien traité, alors si en plus c'est avec des ados ^^



Le veilleur 12/01/2011 18:54



Avant Lost elle s'était faite remarquer en tant qu'extra-terrestre dans Roswell.



Sebmagic 12/01/2011 20:31



Ah peut-être bien, j'ai pas du tout suivi cette série ! (c'est bien une série ?)



Mona 12/01/2011 12:53



Tout est étrange dans ce film, c'est un ovni dans le bon sens du terme.


Connaissais pas la blondinette, on la voit peu je tiens à te le dire ... la brunette on la voit plus par contre. En fait, les personnages sont génialement interprétés, même les seconds
rôles.


Et la bonne raison de se pencher dessus c'est JGL, hé hé hé, mine de rien et tout en discrétion, il porte le film à lui tout seul.



Sebmagic 12/01/2011 15:48



Emilie de Ravin c'est un des personnages principaux de Lost, sinon je ne crois pas l'avoir vue autre part effectivement. M'enfin bon, je vais essayer de voir ça.



Mona 11/01/2011 23:46



Ouep, c'est plutôt cool ça ! Euh non, je ne parle pas de cette chère Keira (hé hé hé ... nan, j'te charrie ... j'ai rien contre elle, vraiment).


Comme toujours, hors sujet, mais c'était juste pour te filer le lien vers le "Emily's Thème"  de Nathan Johnson, auteur de la superbe B.O. du non moins superbe Brick dont je
t'avais déjà parlé ... voili voilou Mister Knigthley  :


http://www.youtube.com/watch?v=El8MVp8S9e8



Sebmagic 12/01/2011 00:06



Sympa, c'est assez étrange comme musique ça me fait penser à AIR, j'imagine très bien cette musique dans Virgin Suicides. Après mon overdose Knightley (que je ne trouve pas excellente à tous les
coups, faut pas croire !) je m'attaquerai à tout ça ! 


 


D'ailleurs je ne savais pas que Emilie de Ravin jouait dedans ! Tu m'aurais dit ça, je m'y serais intéressé encore plus vite. Jolie musique en effet, mais j'imagine qu'elle a plus d'effet encore
avec les images (comme toute BO qui se respecte).



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -