12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 23:14

    The Island est encore un des ces films que je regrette de ne pas être allé voir au cinéma. Encore une fois, l'affiche du film m'avait rebutée. Quel dommage. Sorti en 2004, réalisé par Michael Bay, ce film n'est absolument pas ce à quoi je m'attendais. Dans un univers terriblement proche du livre 1984 (qui à mon goût est un chef d'oeuvre incontestable de la littérature), des centaines d'individus cohabitent dans une ville souterraine, protégés de la contamination qui règne à l'extérieur. Ils vivent avec pour seul espoir d'être choisis pour rejoindre l'Ile, le dernier endroit sain et sans danger sur Terre, un véritable paradis.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

the island

 

-> Lire la suite... (Attention spoiler, t'es prévenu !)

    Voilà un film que j'ai apprécié. Nonobstant les quelques invraisemblances dont il souffre (pas scénaristiques, mais disons deux ou trois scènes "trop grosses" qui auraient pu être évitées, comme la poursuite à moto et la dégringolade depuis le haut de l'immeuble), le film bénificie d'un scénario en béton. Dès le début, on est plongé dans une atmosphère incroyable, avec une sublime musique, douce et calme, qui nous transporte dans l'univers the The Island. La première scène est tout simplement géniale, où le héros est extirpé de son rêve et où la scène passe de la mer à un lit. Terriblement bien foutu, et intriguant. L'univers est donc, comme je le disais, semblable à 1984. Et Dieu sait quelle place tient ce livre dans mon coeur (oh, comme cette phrase est belle). Des humains sont contrôlés par plusieurs personnes, on communique avec eux par l'intermédiaire d'écrans. Les bons citoyens doivent à tout prix être heureux et sont confinés dans un monde où la liberté de penser n'existe pas, où personne ne remet en question sa propre vie, où tout le monde obéit sans réfléchir et travaille sans savoir ce qu'il fait. Manipulés par une puissance qu'ils ne connaissent pas vraiment, on leur donne l'illusion qu'ils pourront sortir de cette vie misérable pour aller rejoindre un endroit paradisiaque : L'ILE. Mais on se doute que quelque chose va clocher et que cette puissance inconnue ne veut pas forcément le bien de son petit troupeau. A partir de là, les choses s'accélèrent. Comme dans 1984, un mouton du troupeau se pose beaucoup trop de questions et va commettre l'irréparable : découvrir la terrible vérité qui se cache derrière ce système.

 

the-island



    Et bien entendu, la terrible réalité est révélée : ces personnes ne sont en fait que des clones, copiées à partir de personnes réelles. Des "assurances personnelles" qui permettent au plus riches d'avoir à leur disposition des organes tous neufs, totalement compatibles avec leur sang. Pourquoi cette réalité est-elle si terrible ? Parce qu'elle est tellement crédible qu'elle fait peur. Sans s'en rendre compte, je pense qu'il est inévitable qu'un jour, nous évoluerons vers ce genre de systèmes très avancés. Peut-être pas en 2019 comme le laisse présager le film, il ne faut pas exagérer (du moins, il ne faut pas espérer !). Encore qu'avec la vitesse à laquelle va la technologie, tout est possible. Bref, ce n'est pas le sujet de l'article, bien qu'il soit des plus intéressants.

    La suite du film nous montre la cavale de deux clones qui, conscients de leur dangereuse situation, s'évadent. La course poursuite est un peu longue, et presque inutile. Ils auraient pu la supprimer au profit de meilleures scènes, où nos deux protagonistes auraient pu découvrir un peu plus le monde qui les entoure. Quoiqu'il en soit, le film reprend tout son intérêt dès que Lincoln Six-Echo retrouve son "double". Un scénario palpitant, crédible, et qui fait réfléchir. Le film contient de nombreuses scènes qui peuvent être vues comme niaises (beaucoup de lumière, de ralentis), mais c'est typiquement le genre d'ambiance que j'apprécie et que je savoure. Le tout parsemé de musiques ô combien sublimes, calmes et belles.

 

the island 2


    Les acteurs sont absolument fabuleux. Ewan McGregor est pour moi un acteur extraordinaire, que j'ai récemment découvert dans Anges et Démons, dans un rôle qu'il interprète à merveille. Il est toujours aussi bon dans ce film et nous livre une superbe prestation, dans le rôle d'une personne innocente qui ne connait rien du monde réel. De même, Scarlett Johansson est magnifique et talentueuse et on sent beaucoup de complicité entre les deux acteurs. Le duo fonctionne à merveille et on assiste à de très belles images et à un scénario original et plutôt inattendu. De même, Sean Bean et Steve Buscemi sont géniaux. Ethan Philips, qu'on voit assez peu dans ce film, est incroyable. Vraiment très expressif et touchant.

    Bref, ce film est à mon goût magnifique, bien que deux-trois scènes assez lourdes auraient pu être évitées. Mais on ne peut pas vraiment reprocher une volonté de montrer de l'action dans un film qui peine à bouger beaucoup. Que de bonnes idées et de bons acteurs pour un film dont j'attendais beaucoup moins. C'est donc une très agréable surprise.



       Voir aussi : Trainspotting (critique).





Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

2fois2cinq 09/07/2012 00:04


enfin vu... et carrément déçu. Le scénario est certe très bonne, mais la réalisation m'a vraiment épuisé... tout ce que tu as apprécié ma pour ma part passablement saoulé... les couleurs, les
ralenties, la caméra tremblante.


Le combat final contre le "boss" final... le méchant black qui soudainement se trouve une âme de gentil, les scènes dans le bâtiment en carton pâte qui me fait penser au film Fortress (c'est pas
un compliment)... un los angeles futuriste qui n'a aucun intérêt, les scènes d'actions beaucoup trop présentes...


Beaucoup trop de défaut... dommage le scénar était vraiment très intéresant...


suivant !

Sebmagic 09/07/2012 01:31



Bien, je sais que je suis un des seuls à aimer ce film donc je ne suis pas surpris ^^



Cyril 29/11/2010 22:31



J'ai vu ce film peu de temps après avoir lu le meilleur des mondes, et il m'a vraiment plu. Beaucoup d'humanisme dans ce récit qui m'a par contre souvent déçu, dans la mise en scène et la
tournure prise queques fois par le scénario. Mais bon je le recommande, un  spectacle subtil qui complète les bouquins d'Orwell, d'Huxley et de Bradbury.



Sebmagic 30/11/2010 00:05



Tout à fait ! Enfin quelqu'un qui partage mon avis.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -