29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 21:18

        Tout est Illuminé est une énième preuve que des merveilles peuvent passer assez inaperçues. Si l'acteur principal de ce road movie à la fois drôle et dramatique n'avait pas été Elijah Wood, je n'en aurais certainement jamais entendu parler et je serais passé à côté ! Dans ce film de 2005, Elijah Wood incarne un jeune juif américain, Jonathan, un collectionneur. Mais que collectionne-t-il ? Les objets de famille. Tout ce qui a pu appartenir à ces ancêtres, il les met dans des petits plastiques qu'il punaise au mur. En lisant une carte postale que lui transmet sa grand-mère, il part en Ukraine, à la recherche de la femme qui a recueilli son grand-père durant l'invasion nazie. Aidé par un jeune homme, Alex (Eugene Hutz), et du grand-père de celui-ci, ce trio improbable va faire route à la recherche d'une dénommée Augustine.

  

Indice Spoiler :  Spoiler1

 

tout est illuminé

 

-> Lire la suite...

        Pourquoi ? Pourquoi ce film est-il autant passé à la trappe ? Quand je vois de véritables pépites comme celle-ci, je ne peux m'empêcher de trouver déplorable le fait que tant de bouses commerciales engrangent des amas de fric à tour de bras. Pourtant, il me semble que le film avait bien plu au public lors de son unique représentation au festival de Deauville en 2005. Je ne comprends pas qu'il soit sorti seulement dans 10 salles en France. Bon, il faut dire aussi qu'il est paru le même jour que King Kong de Peter Jackson, et au milieu de Harry Potter et du Monde de Narnia. Difficile de rivaliser, d'autant que ce film ne répond pas exactement aux attentes habituelles du public français. Pour rajouter de la difficulté (sinon ce n'est pas marrant), le film n'est pas sorti en DVD en France (du moins, pas à ma connaissance). On peut se le procurer en importation des USA (Zone 1), ce qui n'est pas toujours bien compatible avec nos lecteurs DVD.

tout est illuminé 2        Tout est Illuminé est un ovni du cinéma, un film d'un genre assez spécial adapté du roman du même nom, écrit par Jonathan Safran Foer. Le livre, tout comme le film, est basé sur l'histoire vécue de l'auteur. C'est le premier film de l'acteur Liev Schreiber (quand même assez connu, il a joué notamment dans la saga Scream), et il n'en a pas refait depuis. Mais quelle réussite ! D'ailleurs, le réalisateur partage une anecdote sur sa rencontre avec Jonathan Safran Foer que j'ai trouvée amusante : "Nous devions nous retrouver dans un bar de New York. Je ne savais encore rien de Jonathan, que je m'imaginais sous les traits d'un juif nonagénaire de Nantucket - le genre qui ne communique que par agent interposé. En entrant dans ce bar, j'ai vu un gosse de vingt ans, binoclard, me faire de grands signes de la main, avec force sourires. J'ai pensé "encore un fan de Scream !", mais le gars a continué son manège, jusqu'à ce que je me dirige vers lui. C'était Jonathan !".

        Et qui de mieux pour interpréter cet homme que Elijah Wood ? Comme le précise Liev Schreiber, le nom de l'acteur lui est venu immédiatemment en tête lorsqu'il a songé au casting. Le film se déroulant à travers les yeux du personnage Jonathan, il est clair que Elijah Wood est parfait de bout en bout, avec ses grosses lunettes, ses manies et ses grand yeux ultra-expressifs. Un rôle bien différent de son interprétation de Frodon dans le Seigneur des Anneaux, mais également de son rôle de Sin City. Qui plus est, il est tellement dans la peau de ce personnage qu'on ne pense même pas à le comparer à ses anciens rôles, tant il est crédible et profondément vrai. Cet acteur a vraiment un potentiel de dingue, et je suis ravi de le retrouver dans de si bons films.


tout est illuminé 3        Mais parlons un peu du film en lui-même. Il est assez difficile à décrire. Tout d'abord, de l'humour, beaucoup. Un humour à la fois absurde et bienvenu, qui ne tombe pas à plat. Alex, qui ne comprend pas que son compagnon ne s'appelle pas "Jonfren" mais "Jonathan" (avec l'accent, ce n'est pas évident de décerner la différence et ce petit quiproquo récurrent est vraiment tordant). Jonathan, qui a une peur bleue des chiens mais qui devra subir tout son voyage à l'arrière de la voiture aux côtés de Sammy Davis Junior Junior, un clébard pourtant pas méchant. Le grand-père, qui fait croire à tout le monde qu'il est aveugle mais qui ne trompe personne (il conduit tranquillement, tourne la tête quand il y a du bruit), n'arrive pas à comprendre les habitudes de cet américain propre sur lui, se demandant ce que peut bien être le végétarisme. D'ailleurs, la scène de l'unique patate servie à Jonathan lors de son repas d'accueil en Ukraine est bien drôle. Bref, que d'humour et de répliques amusantes, grâce à un trio improbable et attachant dont on suit le parcours pendant 1h30. Eugene Hutz et Boris Leskin ont été pour moi de grandes révélations, parfaits et très naturels. Même si la musique, au style inhabituel, est légèrement agaçante au début, elle sert parfaitement l'ambiance du film ainsi que son humour particulier.


tout est illuminé 4       Cependant, le film ne se résume pas à ça. En tant que "comédie dramatique", il a son lot de sensibilité, de magie et de féerie. Ce film est une beauté visuelle et auditive. Le personnage d'Elijah Wood est emprunt de douceur, de naïveté et de sérenité, comme l'acteur sait si bien le transmettre. En plus de ça, le film n'est pas dénué d'une multitude de messages, comme le devoir de mémoire à propos de l'Holocauste, le poids des secrets familiaux, l'amitié, l'amour. Et voir cet étrange individu tout faire pour réunir des objets ayant appartenu à ses ancêtres, c'est magnifique. La beauté des images au coeur de ce road-movie est succulente. A travers des flashbacks ou des scènes d'émotion, le film apporte son pesant de révélations et tout passe par les regards des acteurs, qui font vraiment un boulot énorme.


tout est illuminé 5        La toute fin du film est absolument sublime. Une vague de nostalgie et de tristesse nous emplit en laissant partir ces personnages, qui se sont rencontrés et connus l'espace de quelques jours. En sortant de ce film, on se dit "c'était vraiment spécial, mais j'ai pris mon pied". Le sentiment principal qui en ressort est une impression de sérénité que je ne me suis pas expliqué. Finalement on quitte les personnages et leur histoire en pensant "ce que je viens de voir est vraiment beau, pas spécialement hallucinant en terme de scénario, mais touchant, simple et agréable". Bref, malgré les deux ou trois légères longueurs, ce film ne m'a pas laissé indifférent, et comme je le répète assez souvent, les films les moins connus sont parfois ceux auxquels il faut s'intéresser le plus.


         La bande-annonce (désolé j'ai pas trouvé avec sous-titres, mais ça résume néanmoins parfaitement l'ambiance du film) :
 

 


 


         (A noter la magnifique musique de cette BA, "How It Ends" de DeVotchKa, qui n'apparaît pas dans ce film mais qui caractérise le chef d'oeuvre Little Miss Sunshine).

 


 




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Tony 18/10/2014 17:59

A voir en VO...les acteur sont enormes et Elijah Wood (meme si on ne le voit plus beaucoup) est excellent, de meme que le grand père et le "chauffeur".
Bref à voir absolument.

Meski 16/09/2011 02:32



voilà un film auquel je ne m'attendais pas du tout.


J'avais repoussé mon visionage (comme trop souvent avec les bons films) parce que le côté VO ukrainienne m'avait un peu rebuté (je n'aime pas lire le sous-titre même si je les mets toujours) mais
c'était idiot car je comprennais l'anglais massacré par l'accent ukrainien et les dialogues uniquement en Ukrainien ne sont pas légion. Enfin bref je me suis laissée embarquer dans cette histoire
extrêmement touchante, bien qu'un peu loufoque par moment.


je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi beau visuellement (cette maison au milieu des champs de maïs grand dieu...), ni d'aussi émouvant au final. Ce trio un peu bancal est vraiment très
drôle (et pourtant je n'aurais jamais pensé trouver un jour Elija Wood drôle, ça ne fait pas partie de ses quatres expressions habituelles), ils ne vont pas du tout ensemble mais ça fait tout
leur charme ! les "dialogues de sourds" dans la voitures entre les traductions gentillettes et les injures du grand-père m'ont beaucoup plu, de même que les paysages qu'ils traversent.


L'histoire tient parfaitement la route, le film coule sans qu'on s'en rende compte avant de nous emporter dans une vague d'émotion, jusqu'à cette émouvante révélation finale. J'ai abandonné
l'idée "je ne peux pas pleurer devant un film comme ça" au moment où la vieille  collectionneuse demande si "la guerre set fini maintenant", et ça ne s'est pas arrangé avec le
suicide du grand-père.


 



Sebmagic 16/09/2011 10:52



C'est marrant parce que ton message m'a fait rire : il m'a rappelé des moments du film que j'avais oubliés et qui sont effectivement très drôles. Faudrait que je le revoie celui-là, mais c'est
clair que parmi les films "peu connus", il vaut le détour.



Loquace 02/10/2010 11:44



Il a aussi joué dans deux autres films , Kill your Idol et Kill your darlings , mais j'ai encore jamais réussis à les trouver. Et un docu lui a été consacré.


 


Sinon , outre ses performances au sein de Gogol Bordello , son groupe donc , il à enregistré des chansons avec divers artistes trés (a)varié , nottament "La phaze" , madonna , me semble il , etc.



Sebmagic 02/10/2010 11:57



D'accord, et bien je ne sais absolument pas où je l'ai vu, mais peut-être que je le confonds avec quelqu'un d'autre.



Loquace 30/09/2010 09:07



Précisions importante : Eugene Hutz est avant tout musicien , au sein de son groupe (excellent) de Gipsy Punk , qu'on peut voir en fanfare à la sortie du train de "Jonfren".


La bande original du film est en grande partie signée Eugene Hutz et Gogol Bordello.


Musicien avant tout , il apparait dans peu de film , mais on peut aussi le retrouver dans un rôles aussi excellent dans le film Obscenité et vertu" , réalisé par Madona (oui , on dirait pas comme
ca , mais elle à été foutu de pondre un bon film)



Sebmagic 30/09/2010 11:40



Merci pour les renseignements, je ne savais pas du tout ! Je n'ai jamais entendu parler de ce film de Madonna, mais j'ai quand même l'impression d'avoir déjà vu ce gars-là quelque part,
impossible de savoir où.



french onion 30/09/2010 00:13



L'affiche est belle visuellement, c'est souvent bon signe.


Et réussir le tour de force d'enlaidir Elijah Wood, c'est fort !


J'ai souvent remarqué que les films réalisés par des acteurs sont plutôt bons (Clint Eastwood,Jean-Marc Barr etc ...) en général.


J'espère que je vais pouvoir le  trouver et le regarder en streaming (je ne télécharge jamais )



Sebmagic 30/09/2010 00:56



J'espère pour toi ! Néanmoins quoiqu'il arrive, je te conseille de voir la VO, les accents sont tordants.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -