5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:31

     Vol au-dessus d'un nid de coucou est l'un de ces films qu'on pourrait qualifier de parfait. Je l'ai tellement adoré qu'il a servi à trouver un nom à ce blog. Un monument du cinéma, beauté d'émotion et d'intelligence, porté avec talent par Jack Nicholson et réalisé par Milos Forman. L'acteur joue le rôle d'un homme qui se retrouve au sein d'un hôpital psychiatrique. Devant la dureté de l'infirmière, il fait bouger tout ce beau monde. Dans cet article, je ne parlerai que de la fin du film.


   Cet article révèle la fin du film, il est destiné aux personnes l'ayant vu.

Indice Spoiler : Spoiler3   

 

volaudessus

 

-> Lire la suite...

      Quelle fin sublime... J'ai eu la chance de revoir ce film au cinéma récemment, qui plus est en VO. Ni une, ni deux, j'ai saisi cette occasion unique d'aller enfin voir ce chef d'oeuvre sur grand écran avec deux amis. Et encore une fois, je n'ai pas honte de le dire, les larmes étaient là. La fin de ce film est à la fois dramatique et fabuleuse, et je ne me lasse pas de la voir.

vol au dessus de      Le personnage jouée par Jack Nicholson, Randle McMurphy, est finalement totalement lobotomisé parce qu'il a semé un peu trop la pagaille au sein de l'hôpital. On lui met sur le dos le suicide de Billy, alors que celui-ci s'était justement épanoui grâce à Randle et qu'il ne supportait plus le caractère intraitable de l'infirmière qui ne cessait de le rabaisser.

      Quoiqu'il en soit, Randle n'est plus qu'un légume. C'est alors que son meilleur ami, le Grand Chef (magnifiquement interprété par Will Sampson), décide de l'étouffer avec son oreiller afin qu'il ne souffre plus. Puis, il se dirige vers les douches, et arrache le gros robinet en marbre, celui que Randle avait tenté par tous les moyens de bouger afin de s'évader. Il s'en saisit et s'en sert pour exploser la fenêtre, et s'enfuit donc vers la liberté, vers le Canada. C'est alors que toute l'émotion arrive à son comble, quand l'un des malades se réveille et voit le Grand Chef partir, et se met à crier de toutes ses forces, de joie. Et ce "malade" est joué par le culte et génialissime Christopher Lloyd, qu'on reconnait mais qui joue un rôle bien différent du Doc de Retour vers le Futur. Cette scène est boulversante et c'est là que les larmes viennent, lorsque la musique très intense et sublime arrive à son plus haut... Une vidéo vaut mieux que toutes les descriptions du monde...

 


   
      Cette fin est d'autant plus dramatique que Randle avait failli s'enfuir, mais avait décidé de faire plaisir à Billy en lui offrant sa première nuit avec une femme. Attendant cette jeune femme pour s'enfuir, il avait fini par s'endormir... C'est donc en offrant à Billy le plus beau moment de sa vie que Randle a dû renoncer à sa liberté, et à sa vie.

      Un magnifique film d'une émotion submergeante, absolument bouleversant et poignant.




       Voir aussi : Les 20 films les plus tristes ou émouvants.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article

Commentaires

Maïka 29/07/2016 00:08

Je te conseille vivement de lire le livre, où le personnage principal ne semble plus être McMurphy mais le Big Chief (Grand Chef), ajoutant une touche brumeuse reflétant l'esprit des patients de l'asile à la perfection. De plus, il semble que le Grand Chef dénonce certaines actions du gouvernement qu'il accuse d'abuser de la médecine pour cacher ses crimes (notamment le génocide des Amérindiens ). Bref, le film n'en reste pas moins grandiose,et le jeu d'acteur de Jack Nickolson en est largement remarquable !

Je viens de découvrir le blog, tes analyses sont super intéressantes ( du moins, personnelles donc plus touchantes) ,je saurai où jeter un coup d’œil quand je serai en panne d'inspiration les dimanches pluvieux, merci!

quino 11/03/2015 22:47

Voir Brasil pour comprendre le vol au dessus d'un nid de coucou
pour le système.
Les profils de vol au dessus d'un nid de coucou sont clairement déterminés par le rebelle, ennemi juré du pervers (l'infirmière) qui détruit facilement l'ignorant ou le faible (Billy), quand l'indien qui se tait et renonce ne peut retrouver sa force qu'après avoir expérimenté le pire qu'il pouvait supporter.

Lea 07/07/2014 21:36

c'est de loin mon film préféré, et pourtant, niveau cinématographie, je suis assez expérimentée, car les films sont ma passion. D'un point de vue PERFORMANCE D'ACTEUR, Jack Nicholson, qui interpréte MacMurfy, est juste exceptionnelle. Je ne me lasserais jamais de ce merveilleux film, qui d'autant plus possède d'une histoire surprenante et incroyable, car ce film n'a fallit jamais voir le jour, car milos forman et les frères douglas, sont les réalisateurs, et cela à créé plusieurs problèmes de société.. enfin ce film dénonce plusieurs choses et vises les mauvaises conditions dans les hôpitaux psychiatriques, comme avec le comportement de Miss Ratchet.
Je conseil à tout le monde, sans exception, de voir ce film, incroyable qui restera dans les mémoires de tous.

Manon59 11/07/2013 19:37

Mon dieu ce film .. Ca faisait longtemps que je voulais le voir (C'est le film préféré de mon père) et c'est grâce à votre article que je me suis finalement décidée ! Ce film est d'une puissance incroyable où chaque personnages est indispensable , c'est le seul film à avoir été capable de me faire passer des larmes au fou rire (La scène où après sa première séance d'électrochoc, on voit Randle revenir et marcher comme un zombie et quand ensuite, on réalise que c'était une blague ) j'ai pleuré comme un bébé, ce qui n'est pourtant vraiment mais vraiment pas mon genre ! On s'attache si vite à Randle ! Il apparaît d'abord comme quelqu'un qui se " fout de tout " et se trouve finalement être d'une gentillesse incroyable ! C'est le genre de film dont on se souvient !
Merci beaucoup de m'avoir poussé à le regarder , il est désormais dans mon top 10 de mes films préférés !

Lea 07/07/2014 21:38

c'est vrai que dans shinning, sa performance d'acteur est merveilleuse. Jack Nicholson est un héro!!!!

Manon59 12/07/2013 09:49

Je suis d'accord, il est exceptionnel dans chacun de ses films (Shinning en tête ! ) D'ailleurs, un film va sortir sur Shinning, je crois que c'est "Chambre 237" , j'irais le voir parce que malgré quelques interprétations, ce film reste un mystère ..

Sebmagic 12/07/2013 01:41

Ravi de lire ça ! Jack Nicholson est purement génial et le film n'aurait pas été le même sans lui.

Mister Driver 28/04/2013 19:27

Triste ? Au contraire ! Ce film est tellement dans la symbolique qu'on ne peut qu'être optimiste à la fin. C'est vrai que l'histoire est touchante avec les (plus ou moins vaines, nous verront plus loin) tentatives de Randle de rendre un peu de dignité et de liberté à cette bande de "gentils fous", assez sévèrement brimé par l'infirmière psychologue, dont les méthodes et la rudesse sont digne d'un environnement carcéral de haute sécurité ; mais c'était sans compter sur cette bande, qui n'ont pas été capable de voir leur chance et de la saisir, et qui s'auto-conditionnent eux-même à rester prisonnier de cet environnement, car ayant perdu toute notion de liberté mais aussi et surtout d'autonomie. Il y a cependant deux d'entre eux qui s'en détachent. Premièrement, Billy. Billy est jeune, son esprit ou cerveau a encore la souplesse qui lui permettrait de saisir ou d'être réceptif face aux agissements de Randle, mais en fait il évolue peu dans le film, et sa métamorphose est lié uniquement à l'évènement de la fiesta dans l'hôpital, car Randle a trouvé le centre névralgique des blocages de Billy. Cependant, il meurt et son suicide laisse un goût très amer à Randle, mais aussi à nous spectateurs qui ne faisons que constater l'échec de Randle à rendre de la dignité à au moins une personne de l'hôpital.
Malgré tout, ce n'est pas un échec complet. C'est même une réussite sur le personnage de l'amérindien, le Grand Chef. C'est lui qui a été le plus réceptif face à l'individu déluré qu'est Randle. Il passe d'un individu totalement amorphe à un individu hautement spirituel. Randle a redonné la liberté à l'indien, qui l'a lui rend aussi. En effet, il lui dit "je ne pars pas sans toi" avant de se rendre compte que Randle a été lobotomisé, pour lui dire "je rend ta liberté". Il ne faut pas oublier que chez les amérindiens la mort n'est pas, ce n'est que le passage vers un autre monde. Beaucoup de textes font aussi mention que les tribus amérindiennes prétendaient être capable de communiquer avec les esprits passés dans l'autre monde. En d'autre terme, Randle permet au Grand Chef de retrouver sa spiritualité (et donc, de facto, sa liberté), qui en retour, le libère en l'étouffant pour lui permettre, en passant dans "l'autre monde" de sortir de cet univers très cloitré, très glauque, en tout cas plus que les autres, puisque lobotomisé.
Bref, je trouve que le film donne un hommage assez original à la spiritualité des indiens d'Amérique.

Sebmagic 28/04/2013 20:18

Tout à fait.

Sinon je n'ai absolument pas employé le terme "triste" pour ce film, mais poignant / bouleversant / fabuleux, ce qui crée une émotion très forte. La fin du film est libératrice pour le Grand Chef, la dernière scène est un sommet de sensations (Christopher Lloyd quoi...)

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -