28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:39

               Je n'ai pas tellement l'habitude de commenter le programme TV, mais je me dois d'écrire une petite note pour tous les internautes qui passeraient par ici cet après-midi. Ce soir sur France 2 nous est proposé un film qui mérite clairement d'être vu (à mon goût !), il s'agit de Deux jours à tuer avec Albert Dupontel. Ce serait dommage de le manquer, d'autant qu'il passe rarement à la télé et qu'il n'est pas très connu mais se trouve être l'un des meilleurs films français que j'ai pu voir. Clairement à ne pas manquer, si vous voulez mon avis, d'autant qu'il dure seulement 1h20 ! Un film qui dérange, qui calme, avec notamment une scène mémorable autour d'une table. Un des meilleurs rôles de Dupontel, et ce n'est pas peu dire.


            Antoine Méliot, la quarantaine, a tout pour être heureux : une belle épouse, deux enfants adorables, des amis sur lesquels il peut compter à tout instant, une jolie demeure dans les Yvelines et de l'argent. Mais un jour, il décide de tout saboter en un week-end : son bonheur, sa famille, ses amis. Que s'est-il passé chez cet homme pour qu'il change si étrangement de comportement ?



deux jours à tuer

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 23:23

            C'est bien la première fois que j'écris un tel article, et c'est probablement la dernière. Mais si je l'écris, c'est parce que selon moi, louper Melancholia sur grand écran, c'est louper l'un des plus grands moments de cinéma jamais vus. Ce film est terriblement cinégénique, c'est-à-dire qu'il est quasiment nécessaire, je pense, de le voir sur grand écran pour en apprécier toute l'ampleur. Et si je l'écris maintenant, c'est parce que je sais très bien que d'ici quelques jours, ce film ne passera plus dans les cinémas. C'est franchement très très dommage de passer à côté de ça car c'est un pur moment. Et quand bien même le film pourrait contenir des longueurs pour les spectateurs n'aimant pas les films assez lents, je peux vous assurer que sa dernière minute est un truc de taré comme je n'en ai jamais vu...


Melancholia-cine.png

 

              Je ne vais pas dévoiler ce qui se passe dans cette fameuse minute, ni insérer une capture de ce final, car il nous prend au dépourvu, mais sans blague, en matière d'émotion forte, c'est ahurissant de puissance. Il est très rare que j'aille voir un film 2 fois au cinéma. Quand ça arrive, c'est que je l'ai vraiment adoré. Melancholia n'est absolument pas mon film préféré, pour diverses raisons que j'ai déjà évoquées dans un précédent article, et pourtant j'y suis déjà allé 3 fois depuis sa sortie. Et je compte y retourner une quatrième fois. Pourquoi ? Tout simplement parce que, lorsque ce film ne passera plus sur grand écran, je ne pourrai plus revivre cette intensité hallucinante, sauf éventuellement dans 20 ans quand les vieux cinés décideront de faire une petite soirée Lars von Trier comme ils le font aujourd'hui pour Kubrick. Comme je l'ai dit, ce n'est pas mon film préféré, mais si je devais fiare un classement des films les plus cinégéniques, il arriverait en première position loin devant tout le monde.

                 J'y suis allé trois fois, et à chaque fois que le film se termine, les spectateurs restent scotchés à leur siège. Je n'ai encore vu personne se lever instantanément à l'apparition du générique et quitter la salle comme si de rien n'était, d'ailleurs je vous défie de le faire... La première fois, j'étais sous le choc, à la fois bouleversé mais surtout abasourdi par l'onde de puissance que je venais de me prendre dans les yeux et dans les oreilles. Le tout décoré par la sublime musique de Wagner, que Lars von Trier a délibérément poussé à un volume extrême à la fin du film, le son montant graduellement en intensité et laissant le spectateur là, dans son fauteuil, ne pouvant décoller ses yeux des images. Bref, la première fois j'ai été comblé par ce final, bien qu'un peu déçu par les quelques longueurs du film. La deuxième fois, j'étais tellement accroché aux accoudoirs que je me suis dit "putain, faut que j'y retourne !". Et la troisième fois (c'est-à-dire mardi), je ne peux même pas vous expliquer dans quel état je me suis retrouvé pendant ces dernières 30 secondes. Je ne pouvais même pas contrôler mes jambes, qui flageolaient violemment, de même pour mes bras qui tremblaient comme pas possible, et ma tête qui prenait tellement de son et d'image dans la face qu'elle ne pouvait plus se concentrer sur autre chose. J'ai jamais vécu ça devant un film, vraiment jamais.


                Malheureusement, j'ai bien peur que ce film passe beaucoup moins bien sur une télé ou un ordi (à moins d'avoir un écran de la taille d'un mur et des enceintes qui crachent du feu de dieu), et c'est pourquoi j'insiste : allez voir ce film au cinéma, avant que les cinémas ne le passent plus, j'ai déjà invité deux personnes à découvrir le film sur grand écran et elles en sont ressorties ahuries, avec toujours la même réaction : "je veux le voir une deuxième fois". C'est d'ailleurs devenu un prétexte pour moi : accompagner une nouvelle personne à voir ce film pour trouver l'occasion de me le refaire encore...

 

 

                  Bref, vous allez peut-être trouver que ma réaction à ce film est disproportionnée, mais quand j'entends que des gens sont partis une demie-heure avant la fin, je les plains, parce qu'à mon goût ils ont raté l'une des expériences cinématographiques les plus immenses jamais créées.Et oui, ce blog a été créé pour partager mes ressentis, et un tel ressenti, aussi violent, méritait clairement un article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:21

       Je reviens tout juste de la nuit Frères Coen que le cinéma Le Lux a organisé hier soir, et honnêtement c'était awesome, Dude. Ca fait vraiment plaisir des soirées comme ça, ce cinéma est franchement génial puisque c'est l'un des seuls de ma région à passer tous les films en version originale, et ça c'est la classe. En plus de ça, donc, le Lux nous a proposé ce vendredi soir 4 films des Frères Joel et Ethan Coen que j'apprécie grandement, à la suite bien sûr et en VO, de 21h à 6h30. Ambiance conviviale, et surtout l'occasion de voir sur grand écran des films que j'avais loupé au cinéma.



freres-coen.jpgBurn After Reading ne faisait pas partie des 4 mais je trouve que ça va bien.

-> Lire la suite...

         Je ne pensais pas que je tiendrais jusqu'au bout (d'habitude après un film au ciné, je suis claqué !), surtout que j'avais déjà vu 3 des 4 proposés, et pourtant j'ai pas fermé l'oeil une seconde. Faut dire que le cinéma des Coen, je suis plutôt fan. Je vais donc vous faire un petit topo de cette soirée passée avec un pote, et vous annoncer la couleur des prochains articles de ce blog puisque (maintenant que c'est frais), je suis bien décidé à écrire un article sur chacun des Coen que j'ai vu.



         21h. Ca a commencé avec True Grit, bien sûr, qui est sorti récemment et qui constitue la raison principale d'une telle nuit. Je l'avais déjà vu à sa sortie y'a trois semaines et j'ai quand même repris mon pied, même plus que la première fois. Le cinéma des Frères Coen est franchement délirant, y'a beaucoup d'humour et les personnages sont une grande force de leurs films. Jeff Bridges est juste génial. Voir l'article.


        23h30. On continue avec No Country for Old Men. Film absolument énorme, Javier Bardem en tête qui nous offre tout l'humour du film. C'est la troisième fois que je le vois et je prend toujours autant de plaisir. Un film à l'ambiance assez bizarre, puisqu'il n'y a aucune musique et que tout le film est porté par le jeu des acteurs et la mise en scène. Fin du film : toujours pas de fatigue (miracle ?) et le bonheur de passer une excellente soirée autour de quelques cinéphiles (la salle était bondée). Ambiance franchement très sympa, puisque le mec qui s'occupe du ciné nous faisait des petits entractes avec des questionnaires sur le film qui venait de passer. Pour ceux qui répondaient correctement, des places de ciné gratuites, des places de bowling, de laser game, etc. Bon, j'ai rien gagné mais c'est pas grave, j'ai appris que The Big Lebowski avait été traduit "Erreur sur la personne" au Québec, ahlala ils sont forts ces canadiens.


       2h. On a enchaîné avec Fargo. Là j'étais vraiment content de cette programmation car ça m'a permit de découvrir un film que je ne connaissais pas (j'aurais trouvé ça dommage de venir en les connaissant tous). Je me suis tapé de bonnes doses de fou rires mais je fournirai les détails dans la ou les semaines qui suivent. Ca faisait longtemps que je voulais le voir et c'était bien sympa. Voir l'article.


      4h30. Pour finir, un petit The Big Lebowski, ce qui m'a permis de le redécouvrir parce que je l'avais totalement oublié. Pour ce film, je l'admets, ça a été plus dur que les précédents. La fatigue commençait à se sentir, mais j'ai tenu quand même très facilement d'autant que l'ambiance dans le ciné était vraiment cool (quand t'as des éclats de rire de tous les côtés, ça aide). Encore un Jeff Bridges génial.


      Bref, tout ça s'est fini à 6h30 et on a eu droit à un petit déj' offert par la maison (très sympa), plus des petites vidéos supplémentaires pour accompagner les entractes. Effectivement on nous a passé un Tron Lebowski très marrant signé College Humour, mais surtout un sublime mashup Coen Brothers VS Tarantino, accompagné du commentaire suivant : "en prévision d'une prochaine nuit au Lux". Et oui, visiblement lorsque le Tarantino va sortir son western spaghetti L'angelo, il bruto e il saggio, ils vont faire une nuit spéciale Tarantino et croyez-moi, je serai carrément au rendez-vous. Le genre de trucs qui ne se loupe pas. Je vous balance la vidéo parce que j'ai frissonné devant, je me suis marré et j'ai pris mon pied :


 


 


        Pour conclure, la grand absent de cette soirée aura été pour moi O'Brother que je trouve absolument énorme. Je ne manquerai pas d'y consacrer un article. J'en ferai un aussi pour Burn After Reading même si là, son absence était moins dommage (non pas que j'aime pas ce film, au contraire, mais je l'ai vu y'a vraiment pas longtemps). En fait j'ai envie de dire que George Clooney a cruellement manqué à l'appel (j'adore ce mec) puisqu'il a joué dans trois de leurs films et qu'aucun n'a été choisi (oui y'a Intolérable Cruauté aussi, mais là on pardonne le film est moyen). Voilà, j'avais envie de livrer mes impressions à chaud avant d'aller me coucher (est-ce vraiment nécessaire maintenant ? Je me le demande...).





Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 23:01

        Aujourd'hui 22 janvier 2011, c'est la neuvième journée franco-allemande. Pour faire un peu d'Histoire, il se trouve que le 22 janvier 1963 a été signé un traité, le Traité de l'Elysée, entre le président français Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer. Il visait essentiellement à accroître la coopération entre la France et l'Allemagne afin d'améliorer les échanges entre les deux pays. Toujours est-il que depuis 2003, on célèbre tous les 22 janvier la journée franco-allemande. L'occasion pour moi de revenir sur un cinéma que je connais très peu en mettant à l'honneur quelques films allemands et franco-allemands.

 

TraiteElyseeDeGaulleAdenauer-6548e.jpg

 

 -> Lire la suite...

         Ca n'a pas toujours été le grand amour entre nos deux pays, mais depuis quelques années le cinéma franco-allemand c'est un peu développé. Bien sûr, les références à l'Allemagne sont très fréquentes dans les films français depuis la Première et surtout la Seconde Guerre Mondiale avec la quantité impressionnante de films sur le sujet. On pense à Truffaut avec son film Jules et Jim en 1961, qui raconte la grande amitié entre un allemand et un français du temps de la guerre de 14, ou bien sûr La Grande Vadrouille de Gérard Oury qui a eu un succès colossal en France (on ne sait pas bien pourquoi celui-là plutôt qu'un autre, mais bon pourquoi pas). Sous l'impulsion de Jacques Chirac et de Gerard Schröder s'est créée en juin 2000 l'Académie franco-allemande du cinéma qui a bien favorisé la coopération entre les deux pays en ce qui concerne le 7e art. S'il faut donner des chiffres, on va dire qu'entre 1994 et 1999, le nombre de co-productions entre la France et l'Allemagne variait entre 1 et 5 films par an, tandis qu'à partir de 2000 la moyenne tournait autour des 10 avec un record de 13 films en 2004. Les relations cinématographiques entre les deux pays sont donc meilleures, pas seulement en terme de co-réalisation mais aussi au niveau de l'exportation. Nos films sont de plus en plus regardés par les allemands et le contraire est aussi vérifié. Ce n'est pas encore totalement au top niveau mais ça progresse. Chacun des deux pays a d'ailleurs un festival de cinéma consacré à l'autre. Depuis 1984, Les Journées du film français se tiennent en Allemagne à Tübingen et Stuttgart et constituent certainement le plus grand festival de cinéma français. De même, Le Festival du cinéma allemand a lieu tous les ans à Paris et près de Lyon depuis 1995 et dure une semaine.


 
allemands.jpg          Pour ma part, je ne connais pas encore énormément de films allemands car je n'ai pas beaucoup pris le temps de m'y intéresser, mais quelques acteurs germaniques sortent vraiment du lot. Je vais citer Daniel Brühl que je n'ai pas encore vu très souvent mais qui m'a bluffé à chaque fois. Je l'ai découvert dans Good Bye Lenin! dont je parlerai un peu plus bas et j'ai été bluffé par son jeu d'acteur qui est à la hauteur de la qualité du film. J'étais extrêmement ravi de le retrouver récemment dans Inglourious Basterds et je pense qu'il ne va cesser de se faire connaître dans le cinéma (il a déjà une belle filmographie derrière lui). Autre bonne révélation : Ulrich Mühe dans La Vie des Autres dont je parlerai également plus bas. Un acteur que je ne connaissais pas et qui m'a également épaté. Au niveau des actrices je pensais notamment à Franka Potente qu'on a pu voir dans Lola rennt et (plus connu) la trilogie Jason Bourne avec Matt Damon. Une actrice avec du talent que je prends plaisir à revoir de temps en temps (elle apparaît notamment dans Dr House). Autre actrice allemande qui s'est admirablement bien exportée, c'est Diane Kruger. Cette actrice a un talent indéniable et on la voit vraiment partout. Dans d'excellents films français comme Pour Elle, mais aussi (puisque j'aime le citer) Inglourious Basterds du génial Tarantino, la saga Benjamin Gates qui est plus que correcte, Good Bye Bafana aux côtés de Joseph Fiennes, Troie, ou encore la production franco-allemande Joyeux Noël que je n'ai malheureusement pas encore vue. Une actrice qui n'a pas fini de faire parler d'elle.



good-bye-lenin.jpg

  Daniel Brühl et Katrin Sass (Good Bye Lenin) 



          Pour ce qui est du cinéma allemand en lui-même, il est vrai que la chaîne de TV Arte y fait beaucoup. Chaque année, Arte utilise 3,5% de son budget annuel (soit 7 millions d'euros) pour co-produire des films au moins franco-allemands (comme par exemple Antichrist de Lars Von Trier), ayant soutenu depuis le début 500 films soit 270 réalisateurs de 50 nationalités différentes. Le seul truc que je trouve dommage, c'est que lorsqu'il est question d'Allemagne dans un film, ce soit toujours à propos de la guerre. N'y a-t-il rien d'autre d'intéressant dans ce pays ? Ou alors je ne connais pas les bons films... Je vais faire une brève critique de quelques films allemands ou franco-allemands que j'ai vu (ou non !), les plus connus. Comme je vais en oublier des tonnes, vous pourrez toujours me gronder dans les commentaires. Tous les synopsis ont été pris sur Allociné.





          Quelques films que j'ai vu...


          La Vie des Autres (Das Leben Der Anderen) (2006)

allemand-la-vie-des-autres


          Allemand
          De : Florian Henckel von Donnersmarck
          Avec : Sebastian Koch, Ulrich Mühe, Martina Gedeck
          Synopsis : Au début des années 1980, en Allemagne de l'Est, l'auteur à succès Georges Dreyman et sa compagne, l'actrice Christa-Maria Sieland, sont considérés comme faisant partie de l'élite des intellectuels de l'Etat communiste, même si, secrètement, ils n'adhèrent aux idées du parti.
Le Ministère de la Culture commence à s'intéresser à Christa et dépêche un agent secret, nommé Wiesler, ayant pour mission de l'observer. Tandis qu'il progresse dans l'enquête, le couple d'intellectuels le fascine de plus en plus...

          Un film qui a clairement marqué l'essor du cinéma allemand en France. Très bien reçu par les critiques de la presse comme des spectateurs, il est assez rare qu'un film exclusivement allemand fasse un aussi gros succès dans notre pays. La Vie des Autres est vraiment un très bon film, plein de qualités. L'idée est excellente et donne lieu à une fin très touchante. Une fin de film absolument sublime, dans la sensibilité et l'émotion. C'est donc pour moi Ulrich Mühe qui s'en sort le mieux, absolument génial dans son rôle de traitre du gouvernement, une très belle interprétation. Le film est passionnant, on se sent impliqué dans l'histoire. Même s'il souffre de quelques petites longueurs, par ci par là, et qu'il aurait certainement gagné en qualité s'il n'avait duré que 2h, il n'en reste pas moins l'un des meilleurs de 2007. Un récit surprenant basé sur des faits réels, sur un espion de la stasi qui va agir selon ses propres principes. On suit son évolution par rapport au couple qu'il écoute quotidiennement et ça donne une ambiance sombre sur un sujet très humain. Il mérite clairement ses nombreuses nominations et notamment l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.



          Good Bye Lenin! (2002)

allemand-good-bye-lenin1.jpg


          Allemand
          De : Wolfgang Becker
          Avec : Daniel Brühl, Katrin Sass, Chulpan Khamatova
          Synopsis : Alex, un jeune Berlinois de l'Est, apprend la chute du mur alors que sa mère est dans le coma à la suite d'un infarctus. Celle-ci a toujours été quelqu'un d'actif, participant avec enthousiasme à l'animation d'une chorale. Les mois passent et le coma continue. La ville se transforme, les voitures occidentales sillonnent les rues, les publicités envahissent les murs. Au bout de huit mois, elle ouvre les yeux dans une ville qu'elle ne peut plus reconnaître. Alex veut absolument lui éviter un choc brutal que son coeur affaibli ne pourrait supporter. Profitant de son alitement, avec l'aide de sa famille et de ses amis, il reconstruit autour d'elle son univers familier, convoque les jeunes chanteurs de la chorale, sollicite l'aide d'un ancien cosmonaute, reconverti en chauffeur de taxi, et s'efforce de faire revivre la RDA dans les 79 m² de l'appartement, remis aux normes socialistes.

          Un seul mot : culte. Certainement mon film allemand préféré qui fait penser à Hibernatus pour le principe (mais simplement pour le principe, bien sûr) et qui est tout simplement génial. On ne voit pas le temps passer et les acteurs sont tous très talentueux, l'histoire est bien ficelée et bien réalisée. Le scénario est prenant, original et le film ne manque pas d'émotion. Un admirable récit sur un jeune homme qui, à l'aide de son amie Lara, va tout faire pour préserver la santé de sa mère en lui faisant croire que rien n'a changé en Allemagne depuis sa sortie du coma. Daniel Brühl est parfait et c'est dans ce film que je l'ai découvert. De plus, le film bénéficie d'une BO de très grande qualité grâce au compositeur Yann Tiersen qui nous fait frissonner pendant 2 heures. Vous pouvez aller voir mon article sur cette BO ici.



          Cours Lola, Cours (Lola rennt) (1998)

allemand-lola2.jpg


          Allemand
          De : Tom Tykwer
          Avec : Franka Potente, Moritz Bleibtreu 
          Synopsis : Manni est un petit malfrat qui accepte de se mouiller pour un gros coup : en revendant des diamants volés, il obtient cent mille marks, qu'il doit remettre à midi à un trafiquant. Mais il perd le sac contenant l'argent dans le métro berlinois. En dernier recours, il appelle sa copine, Lola, vingt ans, les cheveux rouges, fragile mais déterminée. Manni lui résume la situation. Il est onze heures quarante. Si dans vingt minutes, Manni ne récupère pas l'argent, c'est un homme mort. Désespérée, la jeune femme s'élance dans la capitale. Elle a vingt minutes pour trouver cent mille marks, rejoindre Manni et ainsi sauver l'homme de sa vie...

          Certainement le premier film allemand que j'ai vu, où j'ai découvert la géniale Franka Potente qu'on a retrouvé récemment aux côtés de Matt Damon dans La Mémoire dans la Peau.  Vraiment un très bon film, avec un scénario absolument excellent. Je pense que c'est l'une des meilleures choses qu'aient pu m'apporter les cours d'allemand du lycée. Franka Potente est géniale, talentueuse, et elle porte presque tout le film sur ses épaules. Le film est tourné de façon très particulière et la tension est parfaitement ressentie. Basé sur le même système que Un Jour sans Fin : Lola revit toujours la même chose et on suit ainsi plusieurs scénarios différents pour la même intrigue. Il faut qu'elle trouve le bon moyen de s'en sortir correctement. Une véritable course contre la montre, haletante, pour un film trop peu connu.



          Metropolis (1925)

allemand-metropolis.jpg


          Allemand
          De : Fritz Lang
          Avec : Alfred Abel, Brigitte Helm, Gustav Frohlich
          Synopsis : Des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis qui vivent dans les jardins suspendus de la ville. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.

           Chef d'oeuvre allemand de Fritz Lang, ce film est un véritable bijou quasi-archéologique. Voir mon analyse complète ici.



          Valse avec Bachir (2008)

allemand-valse-avec-bachir


          Israélien, Français, Allemand
          De : Ari Folman
          Avec : Ari Folman, Ori Sivan 
          Synopsis : Valse avec Bachir est un film autobiographique. Ari Folman, metteur en scène israélien, a rendez-vous en pleine nuit dans un bar avec un ami en proie à des cauchemars récurrents, au cours desquels il se retrouve systématiquement pourchassé par une meute de 26 chiens. 26, exactement le nombre de chiens qu'il a dû tuer au cours de la guerre du Liban, au début des années 80 ! Le lendemain, Ari, pour la première fois, retrouve un souvenir de cette période de sa vie. Une image muette, lancinante : lui-même, jeune soldat, se baigne devant Beyrouth avec deux camarades. Il éprouve alors un besoin vital de découvrir la vérité à propos de cette fraction d'Histoire et de lui-même et décide, pour y parvenir, d'aller interviewer à travers le monde quelques-uns de ses anciens compagnons d'armes. Plus Ari s'enfoncera à l'intérieur de sa mémoire, plus les images oubliées referont surface.

          Film tout d'abord israélien, il marque quand même une jolie collaboration entre la France et l'Allemagne. Clairement mon film d'animation préféré avec Le Voyage de Chihiro. En allant le voir, je ne m'attendais pas à un film si beau. Une ambiance extraordinairement magique, magnifique, et ceci est dû à l'incroyable BO, une des plus magnifiques qu'il m'ait été donné d'entendre (la musique de la remémoration de l'océan, "The Haunted Ocean", est absolument frisonnante et sublime, j'ai failli en pleurer d'émotion). J'en étais encore bouleversé deux heures après, c'est vraiment un pur chef d'oeuvre, un coup de maître. Les dessins sont époustouflants de beauté, les plans de "caméra" sont parfaits, lents et terriblement beaux. On ne peut pas dire grand chose en ressortant d'une telle beauté. Juste s'émouvoir. Voir ma critique complète.



          Le Nom de la Rose (1986)

allemand-nom-de-rose


          Français, Italien, Allemand
          De : Jean-Jacques Annaud
          Avec : Sean Connery, Christian Slater
          Synopsis : En l'an 1327, dans une abbaye bénédictine, des moines disparaissent. Un franciscain, Guillaume de Baskerville aidé du jeune novice Adso von Melk mène l'enquête. C'est l'époque ou l'Eglise, en pleine crise, se voit disputer son pouvoir spirituel et temporel. C'est aussi l'apogée de l'inquisition. Un thriller moyenageux très attendu préparé avec soin pendant trois ans, respectant le mieux possible l'époque et qui a coûté la bagatelle de dix-neuf millions de dollars. C'est également un film de Jean-Jacques Annaud toujours passionnément entraîné par ses sujets.

           Encore un très beau film franco-italiano-allemand signé Jean-Jacques Annaud. Un scénario intéressant au coeur d'une époque sombre, avec un Sean Connery excellent et une BO absolument merveilleuse.



          Les Choristes (2003)

allemand-les(choristes


          Français, Suisse, Allemand
          De : Christophe Barratier 
          Avec : Gérard Jugnot, Jean-Baptiste Maunier
          Synopsis : En 1948, Clément Mathieu, professeur de musique sans emploi accepte un poste de surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs ; le système répressif appliqué par le directeur, Rachin, bouleverse Mathieu. En initiant ces enfants difficiles à la musique et au chant choral, Mathieu parviendra à transformer leur quotidien.

           Les choristes, énorme succès en France, quand même justifié. Absolument génial, la musique est vraiment exceptionelle et les acteurs parfaits. Gérard Jugnot est un des meilleurs acteurs français à mes yeux (quand même rare de voir un acteur français jouer aussi parfaitement un film comique qu'un film triste et émotionnel). Voilà tout ça pour dire que ce film est un merveilleux boulot, émouvant et touchant, même si au bout de 2-3 fois, il lasse clairement. Jean-Baptiste Maunier en fait parfois trop, mais il a été choisi pour son talent de choriste et il faut avouer que le gamin se démerdait ! Kad Merad et François Berléand apportent également leur charme au film.



          Antichrist (2008)

allemand-antichrist


          Français, Italien, Polonais, Danois, Suédois, Allemand
          De : Lars Von Trier
          Avec : Charlotte Gainsbourg, William Dafoe
          Synopsis : Un couple en deuil se retire à " Eden ", un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs coeurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis...

           Pas clairement un film franco-allemand, mais comme les deux pays ont participé au film je ne pouvais pas ne pas en parler. Un esthétisme irréprochable et impressionnant, le réalisateur nous montre des choses très difficiles et parvient à les rendre belles (le suicide d'un bébé en noir et blanc et au ralenti pour ouvrir le film, ça calme). J'ai déjà suffisamment parlé de ce film dans l'article qui lui est consacré ici.



          Alexandre (2003)

allemand-alexandre


          Allemand, Français, Néerlandais, Britannique
          De : Oliver Stone
          Avec : Colin Farrell, Angelina Jolie
          Synopsis : La vie d'Alexandre le Grand, narrée par Ptolémée : de son enfance à sa mort, des cours d'Aristote aux conquêtes qui firent sa légende, de l'intimité aux champs de bataille. Fils du roi Philippe II, il soumit la Grèce révoltée, fonda Alexandrie, défit les Perses, s'empara de Babylone et atteint l'Indus pour établir à 32 ans l'un des plus grands empires ayant jamais existé.

           Peut-être êtes-vous surpris de voir ce film dans la liste, et bien j'ai moi-même été amusé de voir que ce film n'était absolument pas américain (en tout cas pas entièrement). A mon avis, ce film, soit on l'adore, soit on le déteste. Il contient des moments forts en émotion, comme le moment où il renie son père et celui-ci l'exclut, et l'ambiance qui règne dans ce film est très particulière. La fin triste est également une énorme réussite. Je regrette par contre que la première heure et demie soit si longue et pas très passionnante, même si la suite est captivante est superbe ! Le film est porté par des acteurs de haut niveau. Colin Farrell est tout simplement parfait, Angelina Jolie inattendue et on peut même voir apparaître un excellent Jared Leto.






          Quelques films que je n'ai pas vu (j'en ai honte) mais qui ont clairement marqué le cinéma allemand et franco-allemand. Je compte les voir prochainement.


          La Chute (Der Untergang) (2004)

allemand-la-chute


          Allemand
          De : Oliver Hirschbiegel
          Avec : Bruno Ganz , Juliane Kohler
         Synopsis : Berlin, avril 1945. Le IIIe Reich agonise. Les combats font rage dans les rues de la capitale. Hitler, accompagné de ses généraux et de ses plus proches partisans, s'est réfugié dans son bunker, situé dans les jardins de la Chancellerie. A ses côtés, Traudl Junge, la secrétaire particulière du Führer, refuse de l'abandonner. Tandis qu'à l'extérieur la situation se dégrade, Hitler vit ses dernières heures et la chute du régime.



          Le Pianiste  (2001)

allemand-le-pianiste


          Français, Allemand , Britannique, Polonais
          De : Roman Polanski
          Avec : Adrien Brody
         Synopsis : Durant la Seconde Guerre mondiale, Wladyslaw Szpilman, un célèbre pianiste juif polonais, échappe à la déportation mais se retrouve parqué dans le ghetto de Varsovie dont il partage les souffrances, les humiliations et les luttes héroïques. Il parvient à s'en échapper et se réfugie dans les ruines de la capitale. Un officier allemand, qui apprécie sa musique, l'aide et lui permet de survivre.



          M le Maudit  (1931)

allemand-m-le-maudit1.jpg


          Allemand  
          De : Fritz Lang
          Avec : Peter Lorre, Otto Wernicke 
          Synopsis : Un sadique assassine des petites filles. La pègre et la police se mettent à le rechercher.



          Les Tontons Flingueurs (1963)

allemand-les-tontons-flingueurs


          Français, Allemand, Italien
          De : Georges Lautner
          Avec :  Lino Ventura, Bertrand Blier, Francis Blanche
          Synopsis : Sur son lit de mort, le Mexicain fait promettre à son ami d'enfance, Fernand Naudin, de veiller sur ses intérêts et sa fille Patricia. Fernand découvre alors qu'il se trouve à la tête d'affaires louches dont les anciens dirigeants entendent bien s'emparer. Mais, flanqué d'un curieux notaire et d'un garde du corps, Fernand impose d'emblée sa loi. Cependant, le belle Patricia lui réserve quelques surprises !



          Joyeux Noël  (2004)

allemand-joyeux-noel


          Français, Britannique, Belge, Roumain, Allemand
          De : Christian Carion
          Avec :  Diane Kruger, Benno Fürmann
         Synopsis : Lorsque la guerre surgit au creux de l'été 1914, elle surprend et emporte dans son tourbillon des millions d'hommes. Nikolaus Sprink, prodigieux ténor à l'opéra de Berlin, va devoir renoncer à sa belle carrière et surtout à celle qu'il aime : Anna Sörensen, soprane et partenaire de chant. Le prêtre anglican Palmer s'est porté volontaire pour suivre Jonathan, son jeune aide à l'église. Ils quittent leur Ecosse, l'un comme soldat, l'autre comme brancardier. Le lieutenant Audebert a dû laisser sa femme enceinte et alitée pour aller combattre l'ennemi. Mais depuis, les Allemands occupent la petite ville du Nord où la jeune épouse a probablement accouché à présent. Et puis arrive Noël, avec sa neige et son cortège de cadeaux des familles et des Etats majors. Mais la surprise ne viendra pas des colis généreux qui jonchent les tranchées françaises, écossaises et allemandes...



          Le Ruban Blanc (2009) - Palme d'Or 2009

allemand-le-ruban-blanc


          Français, Allemand, Autrichien, Italien
          De : Michael Haneke
          Avec :  Christian Friedel, Ernst Jacobi
          Synopsis : Un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914). L'histoire d'enfants et d'adolescents d'une chorale dirigée par l'instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans... D'étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d'un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?






          Voilà voilà, si vous avez d'autres bons films allemands ou franco-allemands à me proposer, je suis preneur !



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:01

        Tout comme la semaine dernière, je suis impressionné par le nombre de films qui vont être diffusés ce soir à la télé. Y'a tellement de choix que je ne sais absolument pas ce que je vais regarder. Un jubilatoire Pulp Fiction ? Un romantique Une Bouteille à la Mer ? Un nostagique Forever Young ? Un émouvant L'appel de la Forêt ? Je ne sais pas encore. Quoiqu'il en soit, les différentes chaînes pourraient s'arranger pour ne pas mettre tous les bons films le même soir, c'est du gâchis.


Indice Spoiler : Spoiler0

 

pulp-fiction-1994-24-g

 

 -> Lire la suite...

  | Dimanche 9 janvier 2011 |


    Ce que je conseille (par ordre de préférence) :


   W9  Pulp Fiction (ma critique complète)

pulp-fiction   W9 nous gâte une seconde fois. Après Incassable la semaine dernière, la chaîne nous propose un deuxième film avec Bruce Willis et Samuel L.Jackson. C'est clairement le film de la soirée, un chef d'oeuvre de Quentin Tarantino que tout le monde se doit d'avoir vu une fois dans sa vie. Avec John Travolta, Uma Thurman, Harvey Keitel, Christopher Walken, des dialogues cultes, Pulp Fiction est l'un des rares exemples de films parfaits. Voir la fiche Allociné.



   Fr4   Matrix Reloaded (ma critique complète)

matrix reloaded   Encore un chef d'oeuvre des frères Wachowski qui a été mal reçu en raison d'un préjugé commun qui dit que Matrix Reloaded est un film purement commercial. Pourtant, en plus de continuer de nous en mettre plein la vue avec des effets visuels totalement dingues et révolutionnaires, cette suite est intelligente, implicite et travaillée. Ne le comprendront que ceux qui le voudront. Voir la fiche Allociné.




   nrj12   Orgueil et Préjugés (ma critique complète)

orgueil et préjugés  Pour une fois, NRJ12 nous propose un excellent film de Joe Wright. Je l'ai vu pas plus tard qu'il y a deux jours et j'ai été conquis. Une belle histoire romantique en pleine Angleterre du début du XIXe siècle. Keira Knightley est plus talentueuse que jamais et incroyable. Le tout reste de savoir si NRJ12 propose une version du film en VO sous-titrée, sinon l'intérêt est divisé par 10. Voir la fiche Allociné.



   gulli   Forever Young

forever young  Mel Gibson est parfait dans le rôle d'un homme resté cryogénisé depuis 1939 et qui se réveille en 1992. Ce sont les débuts d'un jeune Elijah Wood déjà génial. Un drame nostalgique et assez triste où règne une ambiance superbe, avec une idée géniale et un dénouement formidable. Voir la fiche Allociné.





   RTL9   Une bouteille à la mer

une-bouteille a la merr  Je n'avais pas été déçu par ce film à l'époque. Les acteurs sont somptueux, on retrouve Kevin Costner et Robin Wright Penn dans une comédie dramatico-romantique à l'eau de rose, mais également Paul Newman. L'émotion est au rendez-vous, les larmes ne sont pas loin. Voir la fiche Allociné.






   Ce que je déconseille :


   TF1.gif   Next

next  Pas non plus le pire film du monde, loin de là, mais il fait clairement partie des moins bons de Nicolas Cage. Mis à part les effets spéciaux laissant fortement à désirer, les jeux d'acteurs sont plutôt corrects, le très talentueux Cage en tête et bien sûr Jessica Biel. Le scénario peut
a priori sembler banal, et pourtant le tout est bien monté et est plaisant à regarder. Mais ce n'est pas le film du siècle et puisque les autres chaînes proposent du mieux, il ne faut trop hésiter. Voir la fiche Allociné.



   NT1   La Soif de l'or

la soif de l'or  A éviter. Christian Clavier en fait des tonnes même s'il est souvent tordant dans son rôle d'avare extrême. Mais le scénario est franchement ennuyeux, surtout la fin avec cette histoire de lingot caché dans des briques. La première fois, il peut faire sourire, mais il est lassant et pas très inventif. Voir la fiche Allociné.






   Ce que je n'ai pas vu :


   direct8   Rio Lobo 

rio lobo  Pour être honnête, mon à-priori est négatif, et on vient tout juste de me le déconseiller. Peut-être est-il excellent, je n'en sais rien, mais ce n'est certainement pas celui-ci que je vais regarder ce soir. Autant un western avec Clint Eastwood m'attire, autant John Wayne ne m'intéresse pas du tout pour le moment. De toutes façons je ne suis même pas sûr d'avoir Direct 8. Voir la fiche Allociné.



   Fr2.gif   L'ennemi Intime

l'ennemi intime  Film français et marocain sur la guerre d'Algérie, de Florent Emilio Siri avec Benoît Magimel et Albert Dupontel. J'ai beau apprécier ces deux acteurs, le sujet ne me passionne pas et je ne suis pas du tout dans l'état d'esprit adéquat pour regarder ça ce soir. Ceux qui l'ont vu m'en diront peut-être des nouvelles. Voir la fiche Allociné.





   arte   L'appel de la forêt

l'appel de la foret  Voilà ce qui est le plus susceptible d'attirer mon regard ce soir, si toutefois je résiste à regarder une énième fois Pulp Fiction. Ce film avec Charlton Heston raconte une histoire hyper connue de Jack London dont je ne connais pourtant pas encore le dénouement (honte à moi), même si j'ai le sentiment qu'il est tragique et que ça va me plaire. Voir la fiche Allociné.







        Voilà pour ce soir, sur ce bonne soirée à tous.



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 15:50

        En feuilletant le magazine TV de la semaine, j'ai remarqué que la télévision française allait beaucoup nous gâter pour cette première semaine de l'année ! Pour certains jours il y a pratiquement un film par chaîne, j'ai même du mal à y croire. Dans cet article donc, mes quelques conseils pour passer de bonnes soirées en ce début 2011. Je ne parlerai que des premières parties de soirées car les deuxièmes parties sont très peu intéressantes.


Indice Spoiler : Spoiler0

 

Les-films-de-la-semaine.jpg

 

 -> Lire la suite...

  | Dimanche 2 janvier 2011 |


    Ce que je conseille (par ordre de préférence) :


   W9  Incassable (ma critique complète)

   Incontestablement LE film à voir cette semaine si ça n'a jamais été fait. incassableBruce Willis et Samuel L. Jackson plus talentueux que jamais au coeur du film le plus posé et le plus magnifique de M.Night Shyamalan, à la fois visuellement, musicalement et psychologiquement parlant. Une des plus grandes beautés de la décennie. Voir la fiche Allociné.



   Fr4   Matrix (ma critique complète)

matrix   Chef d'oeuvre des frères Wachowski, Matrix est une révolution en termes d'effets spéciaux, de scénario et d'ambiance avec un Keanu Reeves à la hauteur. Si vous ne l'avez pas encore vu (c'est possible ?), il faut absolument le faire et attendez-vous à en prendre plein la vue. Voir la fiche Allociné.




   gulli   Une vie à deux (ma petite critique)

une vie a deux  Quelle surprise de voir Bruce Willis dans un film plutôt romantique. L'histoire d'un couple dont le désir s'est émoussé et qui ne parvient plus à communiquer, sans arrêts irrités par les défauts de l'autre. Michelle Pfeiffer est rayonnante et Bruce Willis amusant, mais ce film est surtout relativement dramatique. Filmé de manière assez peu banale (beaucoup de flashbacks), il est à voir absolument si vous connaissez déjà les deux précédents par coeur. Voir la fiche Allociné.


   arte   La Reine Margot

reine margot  Je ne l'ai jamais vu donc je ne peux ni le conseiller, ni le déconseiller. Mais j'avoue que je me laisserai peut-être tenter par ce film français, allemand et italien qui relate un passage crucial de la vie de la Reine Margot. Voir la fiche Allociné.





   Ce que je déconseille :


   nrj12   Hulk

hulk3  A éviter à tout prix, ce film de Ang Lee est une catastrophe cinématographique. Scénario bas de gamme, effets spéciaux grotesques, dialogues aussi plats que le jeu d'acteur d'Eric Bana, voilà ce qui vous attend si vous zappez sur NRJ12. Voir la fiche Allociné.








  | Lundi 3 janvier 2011 |


    Ce que je conseille (par ordre de préférence) :


   M6  Léon
(ma critique complète)

léon   A ne pas louper ! A voir et à revoir. La brillante Natalie Portman à ses débuts (12 ans) dans un rôle très mature, est bouleversante et étonnante aux côtés d'un Jean Reno absolument touchant. Probablement l'un des plus grands chefs d'oeuvre de Luc Besson à ne louper sous aucun prétexte. Voir la fiche Allociné.



   Fr4   Bandits (ma petite critique)

bandits   Excellente comédie, vraiment très drôle grâce à Billy Bob Thornton, hilarant dans le rôle d'un hypocondriaque très extrême, volant au passage la vedette à Bruce Willis de loin. La pétillante Cate Blanchett est également inattendue et amusante. Si vous avez envie de rire, ce film est un bon filon. Voir la fiche Allociné.




   Ce que je déconseille :


   NT1   Scary Movie 3

scary movie 3  Ne perdez pas votre temps avec ce film. Si Scary Movie (le premier) était réussi et que Scary Movie 4 m'a impressionné en termes de reconstitution parodique, les deux films du milieu de la saga sont pitoyables avec des successions de blagues pipi-caca sans intérêt. Si vous voulez rire, préférez France 4. Voir la fiche Allociné.








  | Mardi 4 janvier 2011 |


    Ce que je conseille (par ordre de préférence) :


   arte   Little Buddha

little buddha2  
Keanu Reeves est superbe et rentre parfaitement dans son rôle avec un talent exceptionnel. La beauté du film repose sur cette philosophie impressionnante, magnifique, ce mode de vie époustouflant qu'est le bouddhisme. Rares sont les films qui savent percuter les spectateurs, même pour ceux qui ne sont pas du tout initiés à cette philosophie. Voir la fiche Allociné.


   gulli   Quand Harry rencontre Sally

quand harry rencontre sally  La comédie romantique par excellence.
Bill Crystal est excellent dans ce rôle, il rend son personnage original et cool. Meg Ryan est également superbe et talentueuse. Un film sympathique au dénouement prévisible mais tous les éléments mis en place pour y parvenir sont un délice à regarder. Voir la fiche Allociné.



   W9  Braqueurs Amateurs

braqueurs amateurs   J'ai hésité à le mettre dans les films "à déconseiller" (j'ai mis 2/5 sur Allociné), mais c'est néanmoins un film assez divertissant qui peut faire rire après une dure journée de boulot.
Un film plutôt drôle, grâce à Jim Carrey bien évidemment. Cependant, l'intrigue est relativement banale et assez peu intéressante. Même si le début du film est excellent et sympathique, il finit rapidement par s'essouffler. Voir la fiche Allociné.



   Ce que je déconseille :


   nrj12   Police Academy

polica academy En règle générale, NRJ12 est systématiquement à éviter. Ce mardi soir ne fait pas exception.
Des gags relativement sympas au début, on rigole bien pendant la première moitié. Et puis ça devient n'importe quoi et finalement le but premier du film est complètement oublié - à savoir faire rire le spectateur. Voir la fiche Allociné.







  | Mercredi 5 janvier 2011 |


    Ce que je conseille  :


   canal.gif   Burn After Reading

burn-after-reading.jpg  
Pour ceux qui ont la chance d'avoir Canal+ (comme je vous envie), voici tout ce qu'on a à se mettre sous la dent ce mercredi soir. Nouveau bijou d'humour et d'originalité des frères Coen, avec un George Clooney hilarant, un Brad Pitt qui fait le pitre (inattendu) et un scénario loufoque. Voir la fiche Allociné.
 






  | Jeudi 6 janvier 2011 |


    Ce que je conseille (par ordre de préférence) :


   france 3   Le bon, la brute, le truand (version intégrale)

le bon la brute le truand  
Je n'ai jamais vu ce film mais il est considéré comme l'un des plus grands chefs d'oeuvres de tous les temps. Signé Sergio Leone à la réalisation et Enio Morricone à la musique, j'ai hâte de le découvrir et ce sera pour moi l'occasion de réparer cette erreur. Voir la fiche Allociné.




   tmc   RRRrrrr !!!

rrrrrrr  J'ai beau avoir vu ce film 12 fois, il me fait toujours autant rire. Bien sûr, il faut être familier avec l'humour absurde et stupide de la troupe des Robins des Bois et de Alain Chabat (qui a réalisé le film), mais si cet humour vous plaît vous allez mourir de rire à chaque réplique
. Voir la fiche Allociné.








         Que du bon ou presque pour cette semaine donc, qui démarre cette nouvelle année avec brio.



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 16:27

          J'aime bien regarder sur le net les différentes erreurs de films que repèrent les internautes. Je trouve ça vraiment marrant et c'est ce qui fait qu'aucun film n'est absolument parfait. Mais, au-delà des faux raccords et des erreurs de tournage (comme la perche du caméraman dans le champ de vision), il y a parfois des petits détails assez drôles qui décrédibilisent parfois certaines scènes. J'avoue que je raffole de ces petits trucs.

 

 
erreur-rose-titanic

(image récupérée ici)

-> Lire la suite...

           Pour ce qui est des faux raccords, vous pouvez aller voir les émissions d'Allociné, "Faux Raccords", qui nous analysent les erreurs de plusieurs films (un par semaine) avec humour. Suivez ce lien.

        
    Pour ce qui est de toutes les erreurs de films, elles sont pratiquement toutes référencées sur ce site très complet. Par contre, le site ne fournit bien sûr pas les vidéos (on imagine le boulot !), donc voici quelques unes de celles que je préfère, accompagnés d'une petite vidéo. Regardez-les avant de voir le commentaire, c'est plus marrant ! La plupart n'ont pas de son, mais ce n'est pas le plus important ici.



           Un étourdi dans Star Wars

 



           Certainement l'erreur de film la plus connue du web, l'un des disciples de Dark Vador (celui qui est à droite) se cogne la tête dans le haut de la porte. Ce n'est pas une erreur à proprement parler, ça peut tout simplement être un soldat déconcentré, mais ça fait toujours rire.


           Indiana Jones est un surhomme

 


     
           C'est l'une des erreurs qui me fait le plus rire. Indiana Jones, du genre débrouillard, parvient à pousser un gros bloc de pierre à mains nues pour sortir de la pyramide. Mais quand on regarde l'ombre du pavé sur le mur quand il tombe, on ne peut que rire (il rebondit comme du caoutchouc !).


           Jurassic Park : le T-Rex parvient à marcher dans le vide




          Le T-Rex sort de son enclos tranquillement, puis il pousse la voiture à l'intérieur de celui-ci, qui est à présent 20 ou 30 mètres plus bas. Comment est-ce que le tyrannosaure a-t-il bien pu sortir de là ? Ou alors, comment un si gros trou a-t-il pu se former aussi vite (avec le joli mur et tout) ? Ahlala, ils n'ont pas de chance nos héros...


           Retour Vers le Futur : Jennifer a utilisé la DeLorean ?

         


          Avant de partir, Jennifer prend soin de noter rapidement quelque chose sur un papier pour Marty. Mais mystère : comment a-t-elle pu écrire "I Love You ! 555-4823" en une seconde et demie ?


           Forrest Gump est-il aussi attardé ?


erreur-forrest

          Bon, là c'est moins flagrant. Lorsque Jenny meurt, Forrest Gump dit "Jenny est morte un samedi". Pourtant, sa tombe indique qu'elle est morte le 22 mars 1982, soit un lundi. Eh oui, il faut penser à tout quand on fait un film !


           Marie-Antoinette en avance sur son temps




          Là, ce n'est pas vraiment une erreur dans le film, puisque c'était volontaire de la part de la réalisatrice Sofia Coppola, qui a voulu faire quelques anachronismes afin de montrer l'Histoire "à sa façon". Elle fait d'ailleurs la même chose avec la BO du film, totalement décalée. Bref, on voit donc une paire de Converse roses au beau milieu de la scène. C'est du propre !


erreur-marie-antoinette-converses




           Voilà, c'était court, je suis désolé. Allez vraiment voir les Faux Raccords d'Allociné, ça vaut le coup. Pour le plaisir, deux petites compils (la première avec quelques films en vrac, la seconde pour Matrix) :

 











Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 17:35

        Yippie Kay Yay Motherfucker ! J'ai découvert la VO il y a assez peu de temps (peut-être un an), et j'avoue que ça a un peu changé ma vision du cinéma, et surtout des séries TV. Car, si la plupart des films sont plutôt agréables en français, c'est bien différent pour les séries TV. De toutes celles que je connais, elles sont absolument toutes 100 fois meilleures en version originale qu'avec les doublages horribles (la seule exception à la règle me paraît être Les Simpson). Voici donc 12 (excellentes) raisons pour lesquelles il vaut mieux regarder un film en version originale sous-titrée (VOST). Dans cet article, le terme "VO" sous-entendra "VO ou VO sous-titrée, au choix".

 
VOVF2

 

-> Lire la suite...

          Je pense qu'il est évident que plusieurs facteurs entrent en compte. Premièrement l'habitude. Les gens qui ont l'habitude de voir tous leurs films et séries TV en version française ne sont absolument pas choqués par les doublages. Pourtant, lorsqu'on fait l'effort de comparer les deux versions, on se rend compte souvent que la version originale est plus "vivante".

          Cependant, je comprends totalement les inconditionnels de la VF parce qu'il est vrai que parfois, on n'a pas envie de s'embêter à suivre les sous-titres. Il est souvent agréable de regarder un bon petit film en français pour se détendre. De plus, il est difficile de découvrir un acteur avec sa voix d'origine quand on est habitués à sa voix française. Mais ça vaut uniquement pour les excellents doubleurs, comme ceux de Bruce Willis, Jim Carrey, Will Smith ou Arnold Schwarzenegger. La VO n'est pas toujours indispensable, notamment pour les blockbusters et les films à gros effets spéciaux comme 2012, où il est évident que l'image prime par-dessus tout. Cependant, pour ce qui est des séries TV, je trouve la VO absolument essentielle, car les doublages sont souvent de piètre qualité. Il subsiste quelques exceptions comme Dr House ou Lost, mais même les excellents doublages sont très loin d'égaler les versions américaines, qui transmettent plus d'émotion.

          Egalement, il est évident que si on regarde un film ou une série TV pendant longtemps en VF, bien souvent c'est celle qu'on finit par préférer. Et vice versa. J'avoue que je connais par coeur la saga Retour vers le Futur en français et que j'ai dû mal à m'en séparer, car je la trouve absolument parfaite. Mais il n'est pas toujours difficile de faire le changement, j'en ai fait récemment l'expérience avec Lost ou Dead Zone que j'ai suivi pendant 4 ans en français. Je ne peux maintenant plus me passer de la VO car je trouve les doublages très moyens et souvent trop fades.

         Je pense que pour voir ceci de façon plus explicite, il faut carrément essayer de regarder un film français doublé dans une autre langue. C'est impressionnant comme ça nous gêne et c'est alors plus facile de comprendre pourquoi le fait de visionner la version originale est important.

         Voici, à mon goût, 12 excellentes raisons de prendre l'effort d'effectuer ce changement.



         1. Parce que le doublage dénature le film

VOVF.jpg        Il est évident que lorsqu'on regarde un film en VF et en VO, on ne voit pas le même film. Mais vraiment pas. Parfois, les doublages sont excellents et retranscrivent bien l'oeuvre originale, mais parfois, c'est un désastre. Un film peut très bien être bon en VO et devenir un navet à cause des voix françaises. Ainsi, il est difficile de juger la qualité d'un film doublé, en particulier : on ne peut pas se rendre compte du talent d'un acteur. Beaucoup disent louper une grande partie du film s'ils lisent les sous-titres, mais ils perdent surtout beaucoup de l'oeuvre avec les doublages, puisque les dialogues font partie intégrante d'un film. De plus, lire des sous-titres n'est pas affreux, et avec un peu d'entrainement on peut arriver à lire très vite. Donc autant choisir l'authenticité à la facilité.




         2. Parce que certains acteurs sont inimitables

VOVF3         Il y a vraiment une perte énorme de qualité en doublant certains acteurs. En VO, on peut bénéficier des vraies voix des acteurs et c'est vraiment plus intéressant, notamment lorsqu'ils offrent une interprétation unique et impossible à reproduire. Je parle par exemple d'acteurs comme Steve Carrell et Rainn Wilson, deux acteurs de la série The Office (US) (Michael Scott et Dwight Schrute), dont il faut éviter la VF comme on évite un épisode de Plus Belle la Vie. Ces deux acteurs ont des expressions, des trucs qui sont vraiment incroyables et que je n'ai encore jamais vu chez un acteur français. On pourrait également citer Jake Burbage, qui joue le rôle d'Henri Finnerty, le plus jeune gamin de Parents à Tout Prix et qui a une voix vraiment excellente et qui ne rend pas du tout pareille en français où il obtient des intonations de gamin alors que le personnage n'a pas été créé ainsi. Là, je ne parle que des séries TV, mais on pourrait faire la même remarque aux films. L'exemple le plus flagrant qui me vient en tête est l'interprétation de Heith Ledger dans le rôle du Joker (The Dark Knight). Cet acteur a fait un boulot tellement incroyable que j'éprouve du dégoût à l'idée même de voir son adaptation en français.




         3. Parce que certains personnages sont totalement modifiés

VOVF5         Parfois, certains acteurs sont choisis d'une telle façon pour coller à un certain type de personnage. Le doublage se préoccupe assez peu de ces choix, sauf lorsque le film bénéficie vraiment d'un gros casting. C'est le cas dans Mean Creek, notamment, où la voix de Trevor Morgan légèrement fluette se transforme en un doublage grave et sérieux. Ca n'empêche pas à la version française d'être bonne, mais le personnage en lui-même est complètement modifié. En guise d'autre exemple, je pourrais citer la voix de Batman dans Batman Begins. Un doublage français totalement ridicule qui donne au personnage quelque chose de débile. Pour ceci, j'ai eu beaucoup de mal à me décider pour aller voir The Dark Knight au cinéma avant de me rendre compte que la VO était excellente.




         4. Parce que le doublage ridiculise le jeu d'acteur

        Comme je viens de le dire, certains acteurs pourtant très bons deviennent totalement ridicules et incompétents avec leur doublage. Comment juger un acteur si on ne voit pas son inteprétation en entier ? Même si certains films sont bien doublés, ils ne sont jamais aussi bons qu'en VO. Parfois, certains dialogues sont très mal doublés parce que les acteurs de doublage ont du mal à se mettre dans la peau du personnage, ce qui semble logique. Du coup, on obtient souvent des dialogues plats, sans consistance, et on sent bien que derrière ceci, il y a un mec qui lit un texte. Tandis que la VO nous montre un acteur en entier au lieu de ne nous en faire voir que la moitié.




         5. Parce que la VO inhibe l'émotion

VOVF6.jpg         En effet, un acteur est à fond dans son rôle, un doubleur ne fait que retranscrire les répliques du mieux qu'il peut... Ainsi, de nombreux traits sont totalement occultés, notamment les émotions des personnages. Les acteurs parviennent à transmettre des trucs qui sont invisibles avec le doublage. Et là, je me dois de citer la série Dead Zone. Certes vraiment très bonne même en français (à mon goût), les dialogues sont cependant plats et sans une once de sentiment. Récemment, je me suis revu tous les épisodes en VO, et bon diou ça change vraiment. Il y a notamment une scène où Nicole DeBoer, qui joue le rôle de Sarah Bannerman, est assez fragile et exprime une certaine souffrance dans quelques phrases. En français, ces phrases sont nulles. Les répliques sont simplement lues, et pas jouées. Quand j'ai comparé moi-même les deux scènes, j'ai été assez choqué. En français, j'avais trouvé ça cul-cul et assez faible, tandis qu'en VO j'ai trouvé ça crédible, j'ai ressenti toute l'émotion du personnage et j'étais vraiment touché par le jeu de l'actrice, chose invisible avec le doublage fade. Alors que je trouvais Nicole De Boer franchement moyenne, j'ai découvert qu'elle était finalement bourrée de talent.

         Comme quoi, ce n'est pas uniquement une question d'habitude et les avis peuvent changer très rapidement.




         6. Parce que la VO permet de découvrir d'autres langues et donc, une autre atmosphère

VOVF7.jpg        Rien n'est plus flagrant que le cinéma asiatique pour illustrer cet argument. Par exemple, le japonais a sa propre façon de fonctionner, impossible à reproduire, et l'écoute est un vrai bonheur. Je prends l'exemple de Death Note, une série TV japonaise (ou plutôt un manga). La VF est abominable car les français ne peuvent absolument pas reproduire les intonations, les voix des personnages et leurs réactions. Il en est bien sûr de même pour les doublages de ce manga en anglais. Alors que la version originale est tout simplement parfaite, avec sa propre ambiance et son système de fonctionnement.

        Autre chose : regarder un film américain en VO permet, pour ceux qui apprennent l'anglais, de s'habituer à la langue et la comprendre mieux. C'est un argument bateau, mais c'est un argument.




         7. Parce que le doublage ridiculise les séries TV humoristiques

VOVF8.jpg         Les séries à caractère humoristique deviennent pathétiques en français. Je parlais de The Office (US) plus haut, qui est un véritable bijou d'humour. Mais pas uniquement. Il y a, par exemple, The Big Bang Theory, dont la version française est totalement indigeste tandis que la série d'origine est à mourir de rire toutes les minutes. Les doubleurs ne sont pas drôles, ils ne parviennent pas à transmettre l'humour de ces séries. C'est lamentable et c'est un gâchis (ce n'est pas de leur faute, mais parfois on se demande s'il ne vaut pas mieux laisser certaines séries en anglais sous-titré français plutôt que de s'emmerder à les doubler).




         8. Parce que certains effets sonores disparaissent

VOVF9.jpg         Ca m'a particulièrement choqué avec Into The Wild au niveau des échos. La version française de Into the Wild est géniale, c'est clair. Mais par exemple, lorsque notre héros grimpe une montagne et parle à Ron, l'effet en version originale est saisissant. Il y a un écho, une dimension supplémentaire qui nous plonge encore plus dans le paysage, et qui n'est pas présente dans notre version beaucoup moins vivante. D'autres effets sont supprimés au passage à la VF. Par exemple, dans Death Note, au moment où L dévoile à Raito qui il est. Au moment où il prononce "Je suis L" en japonais, on a droit à un effet vraiment vibrant qui colle parfaitement à l'ambiance de l'image à ce moment. En français, cet effet n'est pas présent, et les frissons non plus. Je ne cite là que deux exemples particuliers, mais ils abondent partout.




         9. Parce que de nombreuses subtilités sont occultées

VOVF10.jpg         On ne le dira jamais assez, mais il arrive que de superbes jeux de mots en anglais soient très mal adaptés, voire pas adaptés du tout, laissant tomber la subtilité. On comprend, puisqu'il est diffiicile d'adapter un jeu de mots dans une autre langue. Retour vers le Futur a fait ça de façon magnifique, où les traducteurs ont montré une imagination incroyable (voir les différences VO/VF sur ce lien). Mais ce genre de miracles est assez rare et parfois, les traducteurs n'ont pas vraiment envie de se casser le crâne. De plus, certaines références sont parfois totalement supprimées, et c'est dommage de louper ça. Dans Dead Zone, je me suis souvent amusé à comparer certaines scènes en français et en anglais. A un moment, dans la version originale, Bruce bouge le doigt et dit "Redrum Redrum !" en imitant la voix du gamin du cultissime Shining. Il fait ça pour traduire le fait qu'il stresse un peu. Devant cette petite référence sympa, j'ai éclaté de rire et je suis allé voir la version française. En français, l'acteur bouge le doigt mais le doubleur dit "Ca fait peur !" de façon totalement banale et sans aucune subtilité. Ceci m'a particulièrement fait comprendre que j'avais eu raison de m'intéresser à la VO. Ca me fait rappeler que dans le livre Shining traduit en français, REDRUM (RED-ROOM, chambre ensanglantée) est traduit par TROMAL, ce qui est particulièrement bien recherché. Mais ils n'ont pas pu faire ça dans le film à cause de l'écriture sur la porte, et ce n'est pas plus mal.




         10. Parce qu'on rentre mieux dans le film (notamment au cinéma)

         Au cinéma, les gens sont tellement accrochés à la lecture des sous-titres qu'ils ne nous font pas chier




         11. On est déçus en cas de changement de doubleur

         Personnellement, étant habitué à la voix attitrée de Leonardo Di Caprio (Damien Witecka est le doubleur officiel), le visionnage d'Inception au cinéma m'a surpris et m'a un peu gêné. Et encore, ça allait. Ce fut pire avec Le Nombre 23, où Jim Carrey a un doubleur vraiment très différent de son doubleur habituel, et ça choque vraiment. On s'y habitue, mais ça nous titille pendant 2 heures et c'est agaçant.




         12. Parce que le chauvinisme y'en a ras-le-bol

        Je ne dis pas que le fait de regarder les films en VF est chauvin, il est normal de vouloir regarder un petit film tranquillement sans s'ennuyer avec les sous-titres. Cependant, j'en ai marre d'entendre les gens dire qu'on est "snob" ou qu'on se la pète tout simplement parce qu'on veut regarder un film dans sa version d'origine. Ce sont des réactions ridicules.







         En espérant avoir suscité l'intérêt de certains, afin de leur faire comprendre que la VO sous-titrée est parfois nécessaire et importante.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Le cinéma en général

commenter cet article

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -