22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 22:38

        Une fois de plus, je suis amené à faire les louanges d'un cinéma de ma région : le Café des Images qui nous a proposé ce soir une petite soirée ciné-club devant le dernier film de Wong Kar-Wai. Quand on va au cinéma, il est parfois frustrant de quitter la salle avec ses impressions en tête et de voir tout le monde s'éparpiller pour rentrer chez lui. Alors lorsqu'on nous propose de venir regarder un film pour ensuite en discuter avec d'autres passionnés, dans une ambiance parfaitement conviviale, ça fait plaisir.

 

Indice Spoiler :  C'est quoi ?

 

The Grandmaster - de Wong Kar-Wai

-> Lire la suite...

 

         Bref, toujours est-il que ce deuxième visionnage de The Grandmaster m'a donné envie d'écrire un petit billet sur le film, que j'ai trouvé prodigieux malgré ses légers défauts. 

 

          Encore une fois, Wong Kar-Wai apporte à ses images un esthétisme parfois à couper le souffle. La première séquence, qui est également le premier combat du film, est très belle à regarder et offre des plans ingénieux qui, sans révolutionner les films d'arts martiaux, changent de ce qu'on a l'habitude de voir. La caméra se concentre sur les petits détails ; un coup de pied qui frôle un visage, un blocage in-extremis, l'appui du pied sur le sol. Tant de petites choses qui montrent globalement l'art martial sous un autre angle. L'esthétisme des combats est un peu dans la même veine que pour ceux d'Ip Man (de Wilson Yip), tout aussi chorégraphiés mais beaucoup plus flous dans leur ensemble. C'est-à-dire qu'au lieu de filmer un combat, au lieu de filmer la gestion de l'espace, Wong Kar-Wai se place du point de vue du combattant et non du spectateur. En montrant comment ils réagissent, où leurs regards se portent, de quelle façon ils rétablissent leur équilibre ou font vaciller celui de leur adversaire, la caméra s'attache à des petits "riens" qui constituent pourtant l'essentiel de l'art martial, à savoir les notions d'équilibre et de précision des mouvements.

 

            Le film présente, en gros, une petite dizaine de combats, tous aussi diversifiés les uns que les autres. Ca va du combat classique au combat sous la pluie, en passant par le combat intellectuel, le combat à côté d'un train sous la neige, ou le combat quasi amoureux. Tout en présentant ces divers types d'affrontement - qui ont d'ailleurs tous un but scénaristique passionnant - le film présente 4 différentes pratiques du kung-fu (le wing chun, les 64 mains, etc) qui permettent d'offrir un panel judicieux de techniques intéressantes. Et lorsque ces techniques sont magnifiées par la caméra du réalisateur, ça rend plutôt bien à l'image. A vrai dire, et c'est le seul bémol que j'attribuerai à The Grandmaster, il existe quand même quelques défauts à la mise en scène des combats. Le principal défaut à mon goût réside dans l'utilisation des ralentis. Si les ralentis fluides et impressionnants ont toute leur place dans ce style cinématographique, les ralentis saccadés chers au cinéaste me semblent quant à eux malvenus et cassent parfois le rythme des combats. Même si c'est un peu la marque de fabrique de Wong Kar-Wai, cet effet visuel n'est pas particulièrement justifié ici, au coeur de l'action. C'est un très bel effet, qui atteint à mon goût toute sa beauté dans My Blueberry Nights car c'est un effet purement nostalgique. La nostalgie a pourtant toute sa place dans The Grandmaster, mais pas dans les combats où elle n'a pas à intervenir (à mon avis). 

 

          Cependant, ce brave ralenti saccadé n'apparait pas tout le temps, et il est même plutôt absent sur les 2 ou 3 plus beaux combats du films. L'affrontement à côté du train est magnifique et met en valeur toute la force tranquille de l'actrice Zhang Ziyi, absolument géniale d'un bout à l'autre. De même, le combat basé sur l'intellect - le combat du biscuit - est à la fois le plus prenant et le plus simple. Mais à mon goût, le plus sublime demeure le combat "amoureux" entre Gong Er et Ip Man, alternant les ralentis fluides de toute beauté et les cascades tout aussi improbables qu'inédites. Ce qui fait la force de cette scène me paraît être la musique, qui démarre quelques minutes avant l'affrontement et s'avère être un chef d'oeuvre auditif. Je trouve que le passage musical qui précède ce combat est la meilleure scène du film, absolument sublime et épique, tout en étant "hors du temps", comme figée (tout y est d'ailleurs immobile mis à part la fumée des cigarettes). On peut écouter un extrait de cette superbe musique ici

 

           Ce moment est magistral et signe également un déclic dans le cerveau du spectateur ; on comprend en effet à ce moment que ce n'est pas Ip Man qui fait l'objet du film, mais bien Gong Er, personnage féminin d'une grande grâce et d'une belle détermination, intensément incarnée par la géniale Zhang Ziyi

 

 

        Mais ce n'est pas tout. Car ce film est également intense lorsqu'il aborde ses personnages, et pas seulement le kung-fu en lui-même. Et là encore, Wong Kar-Wai fait montre de son talent incomparable pour instaurer des effets nostalgiques d'une grande puissance. Je ne vais pas reparler de l'effet "ralenti saccadé" dont Wong Kar-Wai use (et abuse !). Les acteurs jouent beaucoup en ce sens, Tony Leung et Zhang Ziyi ayant vraiment des jeux de regards propices à ce genre d'émotions. Mais cette nostalgie, extrêmement présente vers la fin du film notamment, est également due à la réalisation et à la musique.

 

        A 3 ou 4 reprises, le film présente les personnages comme s'ils étaient pris par l'objectif d'un photographe ; il s'alignent et observent la caméra, qui recule doucement pour donner un tableau d'ensemble magique, puis le changement de couleur s'opère ; on passe de la couleur au noir et blanc et le spectateur semble se retrouver devant une photographie des années 40. Mine de rien, cet effet provoque chez le spectateur un effet de nostalgie impressionnant, qui s'explique de façon évidente. Autre élément propice à la nostalgie : le scénario qui, comme toujours avec Wong Kar-Wai, prend un plaisir immense à voir évoluer les personnages, à montrer leurs regrets vis-à-vis des choses passées, notamment sur le plan amoureux. Impossible de ne pas penser à In the Mood for Love qui en avait fait son thème principal, et de manière générale à tout ses précédents films. De ce point de vue, la dernière scène à table entre Gong Er et Ip Man est un pur bijou de nostalgie et de tristesse, touchant les personnages là où ça fait mal. 

 

            Enfin, et c'est ici que je concluerai l'article : la nostalgie passe indéniablement par la musique. Toute la BO du film est une merveille, du premier morceau (sur le générique) au dernier. L'un des plus intenses (outre celui cité plus haut), est la musique d'Ennio Morricone, celle utilisée pour la scène finale d'Il était une fois en Amérique. Le parallèle que fait cette musique entre la situation de Gong Er (l'opium) et la dernière scène de Robert De Niro est un monument de nostalgie d'une rare intensité. 

 

            Bref, malgré ses petits défauts, The Grandmaster a tout d'un "Grandmasterpiece" - même si cette dernière formulation est un peu exagérée et que c'est juste pour le jeu de mot. Car en plus de montrer l'art martial sous un angle et des prises de vue assez originaux, le réalisateur s'appuie sur cet univers pour traiter, via une belle histoire d'amour, l'un des sujets qui lui tient le plus à coeur : le souvenir des moments passés, la nostalgie et les regrets.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Mona 26/06/2013 22:55

Du réseau social spécial ciné c'est bien pensé :-) Sauf que peu de temps et déjà sur FB (seulement pour le cinoche et la zik par contre, rien de perso.) ..... donc je sais pas, à étudier.
Ici c'est en voie de disparition ?
Mes dernières grosses claques ne sont pas des films super récents mais quels films : Polisse et Laurence Anyways .... grandioses !
Tu les a vu ?

Sebmagic 27/06/2013 19:51

Non pas du tout en voie de disparition ici, c'est juste que depuis quelques mois je prépare assez intensément les oraux de mes concours (qui ont d'ailleurs débuté aujourd'hui), dès la semaine prochaine je suis enfin en vacances ! Reste à savoir si la motivation d'écrire est encore là ou pas.

J'ai vu Polisse y'a quelques temps et j'avais beaucoup aimé effectivement, et je n'ai pas trop de doutes sur la qualité de Laurence Anyways !

Mona 26/06/2013 12:59

Coucou Seb. :)

Un bail que suis pas passée et que t'as pas posté non plus hein ! Donc suis allée sur ton compte Allociné pour me mettre au jus et suis ravie !
Non seulement tu as vu mais aussi aimé les Wong Kar-Wai, GVS, Larry Clark et son acolyte Harmony Korine (il est le scénariste de Kids, tu l'savais ?). Sans oublier Ed Wood, pour les amoureux du cinéma.
Je dois regarder moi aussi La nuit du chasseur, et l'on m'en a tellement causé en bien que .....
Bye et à bientôt !

Sebmagic 26/06/2013 13:33

Salut !

Il se trouve que je n'ai pas non plus posté sur Allociné depuis longtemps, je pense avoir une bonne 50aine de critiques de retard et je n'ai pas l'impression que je vais m'y réattaquer. Peut-être la fin d'Allociné pour ma part, dont je n'aime pas l'évolution.

Par contre je suis très actif sur Vodkaster même si je ne fais pas toujours de critique. Notre ami Zering en a d'ailleurs rejoint les rangs, si jamais ça t'intéresse de t'y mettre, c'est plutôt ludique et passionnant, et idéal pour partager ses avis !

Akvronski 21/06/2013 02:58

Bonjour,
j'ai déjà entendu une autre musique dans le film, celle que l'on entend durant le combat sur le quai de gare entre Gong Er et Ma San. Vous n'auriez pas le titre par hasard ?

Sebmagic 21/06/2013 11:18

Désolé mais je n'en ai aucune idée ! Faudrait regarder sur le CD de la BO !

Farah 06/05/2013 17:45

Bonjour,
Je passais pour vous conseiller d'aller voir Mud de Jeff Nichols qui est au cinéma en ce moment. Je suis allée le voir hier et c'est un film très émouvant avec de très belles images, de très bons acteurs et une très jolie réflexion sur l'amour vu par les yeux d'un enfant (oui je sais ça fait beaucoup de très). Je penses que vous aimerez !
Et je suis bien d'accord avec vous quand vous dites qu'il est parfois frustrant de quitter la salle dès le film fini et de retourner immédiatement à d'autres occupations. J'aimerai pouvoir rester assise quelques minutes à la fin, bercée par la musique du générique et encore plongée dans le film. Mais tout le monde autour se lève aussitôt le générique commencé et le bruit et les mouvements vous sortent trop brutalement du monde où vous vous étiez laissé emporter pendant deux heures. Je trouve ça dommage de ne pas rester encore un peu dans les sièges, à savourer encore un peu le film que l'on vient de voir. Et à en discuter en sortant de la salle ensuite !

Sebmagic 06/05/2013 17:59

Salut,

Oui merci, j'ai effectivement prévu d'aller voir Mud demain, vu comme j'ai aimé Take Shelter ça devrait aller !

ideyvonne 02/05/2013 19:12

En parlant de "hero" il est repassé à la tv hier sur Arté et c'est pas de Jet Li mais AVEC Jet Li! lol!

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -