Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Halloween, la nuit des masques - de John Carpenter

           Je sais d'avance que je vais me faire un tas d'ennemis avec cet article mais j'assume : ce film culte de 1978, que j'ai vu ce soir pour la première fois, m'a beaucoup déçu.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

halloween.jpg

 

-> Lire la suite...

           Voilà, j'ai donc enfin vu ce Halloween... Et c'est ça ? Je n'aurais peut-être pas dû gaspiller 1h30 de ma vie, mais bon au moins on ne pourra plus me dire "quoi ? t'as pas vu ce classique ?". On se demande bien pourquoi ce film est devenu culte, d'ailleurs. Sûrement parce que c'est l'un des tous premiers slashers, et qu'en 1978 les spectateurs ont pu frissonner. Toujours est-il qu'aujourd'hui, son statut de "culte" ne suffira pas à me le faire apprécier. Le film s'ouvre avec la musique culte que tout le monde connait. Là, j'étais plutôt content, je me disais que ça commençait bien, que j'allais voir un bon film. Puis la première scène est franchement pas mal, un petit plan-séquence en vue subjective, le meurtre perpétué par Michael Myers sur sa soeur. Ce passage est franchement cool, surtout lorsqu'on découvre l'identité du tueur qui n'est finalement pas aussi grand que la caméra subjective le laissait supposer (déjà, petite arnaque numéro 1). Mais ça passe bien et j'ai été agréablement surpris.



halloween-2.jpg              Puis on se retrouve 15 ans plus tard et à partir de là (c'est-à-dire après 5 minutes de film), j'ai trouvé Halloween d'un ennui très profond. Pendant 1h25, je n'ai pas eu un seul petit frisson, j'ai baillé à plusieurs reprises. Pratiquement toutes les scènes sont attendues, prévisibles au possible, tellement que ça m'a gavé. Lorsque Michael Myers s'enfuit de l'hôpital, on se demande comment le personnage a appris à conduire, tout comme les protagonistes du film d'ailleurs. La seule réponse apportée par le film sera "oh ben quelqu'un a dû lui donner des leçons". Arnaque numéro 2. On aura beau me dire que c'est ce qui fait le mystère du personnage, ou encore que la réponse est apportée dans le 6e volet, honnêtement j'ai surtout eu l'impression qu'on s'est moqué de moi. Alors oui, le docteur et le flic se demandent aussi comment il fait pour conduire : argument en béton ou subtil moyen d'éluder rapidement la question ? M'enfin, admettons que ça soit pour amplifier le mystère de tueur, comme toutes les autres questions sans réponses qui m'ont taraudées pendant 1h30. Je veux bien, et je suis prêt à accepter l'idée totalement. C'est donc un personnage mystérieux (= dont on ne sait rien), mais c'est tout. Il n'est pas effrayant pour deux sous, et tend même parfois vers le ridicule. Déjà il met trois plombes à traverser un jardin, mais passons. Le pire, je pense, c'est que pendant une heure on le voit juste jouer au chat et à la souris. "Coucou, je suis là et je ne bouge pas", "tu as tourné la tête et, oh, j'ai disparu !!", "hey, je m'étais caché derrière le canapé héhé !!"... Une fois ça va, mais une heure de cache-cache ça m'a profondément soulé. Je ne m'attendais pas à du gore ni à du violent, mais quand même à un minimum... d'action. Certains y ont vu une ambiance oppressante digne d'un génie, pour ma part ce fut un d'ennui mortel. Qui plus est, les victimes sont tellement peu attachantes qu'on aurait presque envie de les tuer nous-mêmes, et un peu plus vite que ça. Avec Jamie Lee Curtis je partais avec un a priori plutôt négatif, et il s'est confirmé. Je n'ai aimé ni son rôle ni son jeu (excessif notamment à la fin). Son personnage est d'une bêtise affreuse ("bon, il est étendu par terre, je lâche le couteau...", "ah non il est pas mort, iiiiiiik", "bon ça y est, il est encore étendu par terre, je relâche le couteau et je ne le regarde plus"), mais c'est propre aux films du genre, alors je ne peux rien dire. En plus, les dialogues, pas très originaux, n'aident pas vraiment les personnages. Le problème, c'est que ça ne fait absolument pas peur et que les quelques meurtres ne sont pas crédibles. Ca m'a même amusé à plusieurs reprises (notamment le coup du drap sur la tête, c'était une scène comique ou pas ?).



                Bref, pour moi ce film aura été long, avec un scénario pauvre qui s'appuie sur un tueur pathétique et sans grande profondeur. Les seules qualités que j'entrevois sont quelques scènes plutôt bien tournées, ainsi que la musique (bien qu'un peu trop omniprésente). En définitive, je suis très déçu et John Carpenter n'est définitivement pas un réalisateur qui me touche.


                      Pour me lyncher, c'est dans les commentaires plus bas.


        



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je trouve qu'Halloween a très mal vieilli, c'est facile de comprendre que les codes apporté par Carpenter, c'est à dire : ennemis immortel, et meurtres sans raisons, on fait pleins de fan. Mais maintenant que l'on as pu voire des film dans le même genre, et cent fois plus gore, on en est lassé, surtout que la pluspar des Slaher movies, sondes navets. Cependant, Halloween n'est pas du tout l'un des meilleurs film du réalisateur, puisqu'il sagit de son premier. Ses deux ou trois films les plus récent comme Ghost of Mars, sont très moyen, mais sa filmographie était presque parfaite jusque là comme le célébrissime The Thing, ou encore L'Antre de la Folie etc (inspiré du célèbre écrivain Lovecraft souvent) qui son des chefs d’œuvres de réalisations et d'ambiance, ainsi que d'intelligence dans les procédés de peurs. Carpenter dit le maitre, est surement l'un des plus grand cinéaste indépendant de l'époque, mais Halloween n'est pas du tout un film à sa hauteur.
Répondre
G


C'est bien ça !


Ben, j'aime pas vraiment les films d'horreur, et je l'ai regardé pour comprendre les origines de Buckethead (le masque entre autres)


Le film en soi,... bon, je me suis fait chier, ça y est je l'ai dit !
Jamie Lee curtis n'est pas hyper crédible, et on sent venir les choses à 3kms ^^ 



Répondre
S


D'accord on a plus ou moins la même impression alors. Par contre je connaissais pas Buckethead, je viens de lire un peu sur Wikipédia et il a l'air excellent !



G


C'est suite à la BO que j'ai regardé ce film. Je connaissais l'air (joué maintes fois par Buckethead) avant le film.


C'est marrant, parce que c'est Carpenter (Ghost of Mars) qui m'a fait découvrir buckethead, et c'est ce dernier qui m'amène vers Halloweenn. :)



Répondre
S


Tiens Grandasse, tu viens de Koreus non ? C'est vrai que la BO est cool mais finalement t'en as pensé quoi de ce film ?



S


J'ai pas lu tous les commentaires car un peu long même si le débat doit être intéressant. Bref, moi je t'apporte mon soutien, car il y a une dizaine d'année j'ai découvert Halloween
alors que j'étais fan des slashers qui pullulaient alors sur les écrans. Et je me suis aussi ennuyé. Car les codes du film ont été tellement pris et repris, qu'aujourd'hui il faut plus que cette
structure de base pour satisfaire le spectateur. Mais il est indéniable qu'en son temps Halloween était une révolution au point de faire naître un nouveau genre.



Répondre
S


Complètement d'accord avec toi !



M


Bouhhhhhhhhhhhh le menteur : t'as clairement dit que tu t'étais fait chier Seb. , même que t'as perdu 1h30 de ta vie devant qu'y parait, barbant ou chiant c'est kiff kiff chez moi hein



Répondre
S


Ah ben oui tiens ! Ben c'est à cause de vos commentaires, vous m'influencez Oui donc je rectifie : je l'ai bien
trouvé barbant !



C


"Clichés" oui façon de parler vu qu'il a bien fallut que ça commence quelque part xD, a l'époque c'était révolutionnaire, maintenant c'est carrément barbant et prévisible >___<



Répondre
S


Oui, après j'irai pas jusqu'à dire que Halloween est barbant, mais prévisible oui !



C


Oooooooooh, je cherchais depuis un baillc oment laiser des commentaires, et j'ai enfin trouvééé >__
Répondre
S


Oui voilà, par contre je ne reproche pas les clichés puisqu'effectivement, à l'époque ce n'en étaient pas



Z


Bon allez, je repasse une dernière fois pour te faire des bisous, parce que tu m'agaces trop tellement t'es gentil.


Tu t'es pas rendu ridicule du tout !! Et oui je suis une brute avide de sang et de camembert.


Mais je trouve que t'as pas assuré ta promesse, quand t'appelles au lynchage faut donner matière à ce qu'on rigole un peu.


Tu t'attaque à un truc que oui ça devient snob de l'aimer comme tout les trucs cultes qu'on remet plus en cause à l'heure du tout il est geek tout il est trop bien et faut pas dire des choses qui
vexe ça fait pousser des procès purulents et vas y que je te pompe de la sub-culture undergound pour faire de la grosse prod. Ok, courageux, maintenant faut y aller quoi, rentre lui dans le lard
au Carpenter bon sang !! fais y mal à l'oeil un peu, juste dire "me suis fait chier" c'est avouer que t'es passé à côté comme un cancre qu'a pioncé en fond de classe. Parles nous en de ton caca
fais en une histoire. Le minimum de respect envers le bonhomme et toute la clique qui a bossée sur le tournage ça aurait été de mouiller un peu plus ta chemise pour le démonter ce film. Sinon où
est l'intérêt ? Tu nous dit juste que t'as perdu 1h30 de ta vie, c'est moche mais ça non plus ça nous touche pas.


Un peu plus de passion, de prise de risque et de parti pris avec un poil de mauvaise foi assumée aurait rendu cet article sinon meilleur du moins original et culoté, et on aurait put moudre du
grain dans les comm'.Rien que le coup des cours de conduite, on peut faire un papier entier la dessus et brocarder, c'est comme la croissance post mortem de Jason (moi je m'en remet pas, mais
j'adore et du coup j'adhère)...


Je crois que les vrais fans du cinoche de genre, sont pas du genre à craindre la controverse ni qu'on se moque de leurs "monuments". Dans tout les domaines d'expression populaire, si on a pas un
ego démesuré on peut se fighter avec respect. L'art et la critique c'est de la remise en question permanente, c'est pas tendre, mais ça doit faire avancer un peu le schmil. Donc moi brute déçue.


Nous fait pas ce coup là, déviter le genre , relève le gant : critiques en un autre de slasher culte et pourris le jusqu'à la moelle, ou mieux trouves en un que personne peut encadrer et défends
le comme un chef d'oeuvre incontournable ;p !


 



Répondre
S


Certes, mais tu sais ce n'est pas vraiment mon but de provoquer, ni de paraître culotté, je ne me revendique pas "gros cinéphile" ni "gros critique acerbe", j'ai juste fait ce blog pour partager
quelques sentiments sur des films ou des scènes de films. D'ailleurs à l'origine j'étais pas censé faire un article par film, je voulais juste transmettre des ressentis puissants sur des choses
que j'ai adorées. Je me suis éloigné de cet objectif, à l'origine un tel article n'aurait jamais dû voir le jour sur ce blog, c'est peut-être pour ça que je n'y ai pas mis tout mon coeur ;)


 


M'enfin je continue de l'assumer et je n'ai pas particulièrement envie d'attaquer Carpenter encore plus, surtout que je n'ai pas vu grand chose de lui. A priori c'est surtout la dernière phrase
de l'article qui te gêne, trop violente par rapport à la douceur de l'article. Certes, moi j'ai écrit cette phrase juste pour signaler que je sais pertinemment être en désaccord avec les gens qui
le lisent.



M


Hé hé, tout est bien qui finit bien alors ?! C'est qu'vous causez longuement bien les gars !


Faudrait quand même pas en faire tout un fromage du Halloween de Carpenter hein ; suis d'accord, ça aide pas d'entendre les autres porter aux nues un film, on en attend toujours trop par la
suite, ça affûte l'esprit critique.


(Par contre pour le  "consensus snob"  c'est aux antipodes du film si j'puis me permettre : petits moyens, production indépendante, acteurs inconnus ... moi je l'aime
d'abord nostalgiquement pour tout vous dire, ce qui n'enlève rien à ses qualités intrinsèques. Je l'ai revu y'a pas longtemps et rien n'a bougé à mes yeux, ce qui n'est pas le cas pour
certains autres films.)


A Tchuss



Répondre
S


Ouais voilà, il me manque déjà le côté nostalgique. Dans 10 ans, quand je lirai une critique qui descend en masse les films de ma jeunesse (Les Goonies, etc), ça me rendra fou ^^ Mais y'a pas que
ça, effectivement y'a quand même des qualités dans ce film, mais les défauts se sont imposés à moi.



Z


Ok c'est bon j'arrête de faire mon Troll!


C'est pas ta faute, c'est les vilains gens qu'on dit trop de bien du film et qui t'ont bassiné avec ...arg les sagouins je peux même pas me fritter avec personne, du coup !


Je suis calmé là c'est bon (on va t'offrir une victoire à la Sun-Tzu je vais faire le mort et flotter ailleurs après ce poste, puisqu'en fait c'est pas vraiment un lynchage que tu souhaitais, et
puis t'es chez toi on joue avec tes règles ).


Tout ce que je voulais, c'est que tu reconnaisses que t'aimes pas le genre, et tu l'as fait, ce qui de mon point de vue, sans doute étriqué, invalide ta critique.


Ma gamine par exemple, elle aime pas le fromage (ce qui est con pour une Auvergnate tu me diras, mais bon c'est un atavisme on en a un par génération comme ça dans la famille), et ben à la fin du
repas, je lui demande pas lequel est le meilleur de fromage ! Pour elle ils puent tous pareil !!


Bon , toi t'as fait l'effort de goûter du 30 ans d'âge,  c'est déjà ça, maintenant c'est pas une raison pour dégoûter les autres, parce que on sait pas ton avis peut compter pour des jeunots
qui passent qui sauraient un peu lire et qu'auraient encore deux trois trucs à découvrir. Pondre une critique sur quelque chose auquel on est opaque, ça m'a pas parut super honnête sur le coup,
c'est vrai j'ai ragé. Parce que je trouve que les critiques se permettent trop souvent des trucs que les artistes ne font pas et qui sont d'une violence qui les dépassent (tu vois j'en ais des a
priori). L'artiste produit, à la rigueur il provoque mais il ne juge pas, il s'expose en funambule et Nietzsche le sait, tous attende sa chute spectaculaire.


Le critique lui il fait sa fine bouche, il dit "berk caca" pour après se retrancher derrière l'égide d'une immunité hérité du sacro saint droit d'expression sans en faire rien de plus créatif la
plus part du temps. Et tous ceux qui n'ont pas sa plume pour s'exprimer adhèrent.Toi t'as entrouvert la porte entre les deux en cherchant des réactions sur ce coup là, t'as "attaqué" un truc que
tout le monde défend par consensus un peu snob. ça m'a titillé. J'aime ce genre de prise de risque, t'écris, tu t'exposes, ton oeuvre c'est toi, on juge ton travail, et si t'y mets vraiment tes
tripes faut pas craindre les coups bas, alors là, connement  j'interviens avec la vile prétention d'en être, en espérant que ça va mousser un peu et puis pour pas te décevoir.Mais tu
désamorces, et finalement beaucoup d'autres comm' te disent un peu la même chose, pas de conflit, un débat poulpeux...


Pour tout te dire, j'ai trouvé cool que tu parles de ce film, ça permet de le "revoir" avec un oeil "neuf", de plus tu l'as cerné avec un regard affûté et t'écrit plutôt bien, donc je t'ai lu
sans me forcer. Et je suis tout à fait d'accord avec toi depuis le départ sur sa "mollesse", je suis pas sûr que Carpenter lui même s'endormirait pas en le regardant aujourd'hui.


Si ça me fâche ton papier, c'est parce qu'à mes yeux le slasher est un genre populaire avant tout, un truc ironique et généreux, qui ne se prend pas au sérieux et qui,malgrés toutes ses
faiblesses, respecte son publique, un vrai cinoche d'acrobate.


Perso, j'ai jamais eu peur en regardant un slasher, je pense même que c'est pas le but recherché, bon je suis peut être un malade et j'en ai peut être mangé trop tôt et du vraiment daubé de ce
fromage là, et  ça a finit par me faire muter le tube et le bulbe.Mais je crois que tu te trompes d'objectif en ragardant ces films là avec tant d'exigence.


Par ce que, si on arrête l'hypocrisie 2 minutes,(tombons les masques, même si ce n'est pas de circonstance ;)) à part quelque midinettes de 15 piges, des parturientes et des mamies cardiaques
qu'on rien à faire dans la salle (quoique), qui s'identifie aux victimes dans ces films là ?(question interronégative ne souffrant aucune réplique)


On sait tous qu'il vaut mieux fermer la porte et attraper un couteau de cuisine et pas hurler en courant partout comme une dinde, quand un méchant inconnu entre la nuit sans frapper. Et on sait
tous qu'elles vont le faire ces grosses truffes, par ce que, ce qui excite le cerveau réptilien du spectateur dans ces moments là c'est la mise en scène de son instinct de tueur primaire, un truc
catharsique, quoi, rien de très subtil dans le fond.


Sauf quand c'est Alfred qui s'y colle, Psychose pourrait bien être un slasher, et sans doute l'ultime si on m'autorise cette étiquette, puisqu'à partir de la seconde moitié, le protagoniste pour
lequel on se passionne c'est Norman, et si l'on tremble c'est pour qu'il ne se fasse pas prendre, pour qu'il continue à perpétrer sa besogne meurtrière (cf Y.Lavandier).Ce qui pour ma pomme de
vilain ponk est le modèle même de la relation entre le spectateur et le tueur des films du genre.


Tous complices, tous coupables, pas d'innocents, dans les slashers,(et sur la toile aussi ;)) seules parlent les couteaux et la viande.


Oui je sais c'est pas bien ce que je dis là, c'est mal, mais tant qu'à ce faire l'avocat du diable...


Alors pour mes petites piques justement, puisque tu en a "injustement" cuit, sâches que je ne t'ais pas juger en temps qu'individu (c''est vrai je ne te connais pas, tu ne me connais pas et je
n'ai pas la prétention d'être interessant, et je suis certain que Michel le Charpentier sans cogne de nous  comme de son premier plan séquence), je t'ai attaqué en tant que critique, comme
tu l'as toi même demandé.Si ça t'as blessé c'est plutôt bon signe, c'est que tu es humain,ce qui est rare chez les critiques.


On juge de la valeur d'un homme à la qualité de ses ennemis, d'après ce qu'on dit, alors comme t'as fait un appel d'offre j'ai répondu dans la mesure de mes moyens (faut jamais m'en promettre une
petite polémique, même si là franchement c'est plutôt un flop, tellement tout le monde il est sage, respectueux et réservé) .


Désolé donc,de n'avoir su proposer mieux, mais je crois que tu t'en sors plutôt bien, même si je fais un piètre adversaire : j'ai prouvé dés le début je crois, que je pouvais voler plus bas que
toi( et encore j'ai été soft), et loin de te croire avide, tout ce que je te souhaite, sincèrement, c'est bien du buzz à la hauteur de ton mérite.


Pour ce qui est de la souffrance intérieur..bah les critiques pourront jamais me convaincre que c'est pas l'artiste frustré qui leur fait dire autant de connerie sans panache, mais bon ça vient
sans doute du fait que je suis moi même un artiste raté , et on l'a vu un piètre critique, puisque trop passionné.


Allez longue et heureuse vie à toi Seb, merci pour m'avoir laissé m'exprimer,mais par pitié évite les slashers à l'avenir ! (sinon je vais être obligé de revenir et ça risque d'être pénible)


 



Répondre
S


Eh bien, je comprends mieux maintenant ta réaction à l'article.


 


C'est vrai que j'incite au "lynchage", donc de ce côté je ne peux pas me plaindre. Oui, je l'avoue, je n'aime pas les slashers (du moins, les quelques uns que j'ai pu voir), je n'y trouve pas
d'autre intérêt que de m'apporter éventuellement un peu de peur. Quand ce n'est pas le cas, je rage un peu (d'où ma critique qui a été faite à chaud, et même un peu trop). Maintenant si le but du
slasher n'est pas de filer un peu la frousse (ce que j'ignorais), je vais effectivement éviter de m'attaquer au genre.


 


Enfin, je vais continuer d'en regarder pour ma culture générale (car je trouve ça bien d'avoir vu des films considérés "cultes"), mais je m'abstiendrai donc de les commenter.


 


Juste un détail : j'incite aux réactions et au "lynchage" à la fin de mon article, oui. C'était surtout pour souligner que j'ai conscience que ma critique est contestable, et justement que je ne
l'impose pas comme point de vue objectif. A aucun moment dans mon article, je ne déconseille le film (et ça, quand je trouve un film mauvais, je ne m'en prive pas). J'ai essayé au contraire
d'appuyer sur le fait que je suis certainement en désaccord avec tout le monde.


 


Qui plus est, je me suis certainement ridiculisé avec cet article mais j'ai encore tenu à souligner un détail : ce genre de cinéma ne me touche pas. Si quelqu'un veut goûter à ce camembert qu'est
Halloween, je n'ai pas le sentiment de l'en empêcher puisque j'insiste sur la subjectivité de ma crtiique.


 


Bref, sinon tu déplores l'absence de polémique, et le fait que personne ne mousse, là je suis au regret de te dire que je ne suis pas fan des débats virulents et que je préfère des discussions
plus calmes et respectueuses. Si tu cherchais des petites engueulades je comprends ta déception


 


Bref, j'espère qu'on se comprend mieux ;)



T


A titre personnel, Seb, je ne vois pourquoi tu aurais à te justifier de ne pas avoir aimé ce que tu as vu. Je n'ai pas vu Halloween donc je ne jugerai pas le film mais, franchement, si
tu n'as pas aimé, tu n'as pas aimé. Point.



Répondre
S


Merci, c'est ce que j'essaie de faire comprendre. Enfin, ça ils l'ont très bien compris d'ailleurs, c'est juste que Halloween étant un peu "intouchable", cet article peut faire tiquer. Ce n'était
pas mon but de provoquer (même si Zhyron l'a senti comme ça), je voulais juste exprimer mon ressenti face à ce film "culte" que je n'ai pas aimé.



Z


Cool j'ai réussi à détourner le lynchage sur ma face !!


Je suis pas peu fier y avait un peu trop d'amour dans cette vallée.


Bah oui c'est vrai j'avais jamais posté avant ici, ce qui doit suffire à faire de moi un tocard si j'en crois les habitués. Pas grave j'assume faut des mauvais pour qu'il y est des bons.


En tout cas je suis ravis d'avoir fait rire monsieur Magic avec mes gros sabots. D'autant que je respecte son avis malgré ma harrangue, même si  je le soupçonne toujours de pas aimer les
slasher, donc de ne pas les critiquer tout à fait pour ce qu'ils sont, et de les comparer avec des films qui n'ont rien à voir (Shining, l'Exorciste sont des monuments de l'angoisse et de
l'horreur certes, mais à mon humble avis de crétin, pas des slashers).


Oui je reste bête et méchant et je reviendrais avec plaisir me faire haïr ici, parce-que monsieur Sebmagic m'a prouver son objectivité en publiant mon vilain comm', et sa délicieuse et complice
sournoiserie en vous donnant par la même,l'occasion de me détartrer les gencives .En plus, parait que c'est gratuit.


ça me désole sincérement M'sieur Seb que ce film t'es fait chier, je trouve ça triste et je peux pas te le reprocher, apparement j'ai pas le droit, c'est pas des choses à faire...mais sérieux
t'as pas mis la barre un peu haut? T'en attendais quoi de plus ?


Ah oui "the thing", je l'avais oublié celui là, excellent et moult fois pompé.


Oui, je continue de dire que Carpenter ce montre parfois maladroit (comparativement à un Hitchcock pour prendre un exemple au hasard), j'insiste même en prétendant qu'il le fait bien , il a cette
maladresse créative et rafraichissante d'un éternel ado qui peut parfois nous faire accepter n'importe quoi pour peu qu'on se prete à son jeu. Quelque chose de spontané, libérateur et d'assez
proche de l'art du comteur. Mais je me trompe sans doute comme sur le reste, alors corrigez moi j'apprends tellement de mes erreurs, qu'on pourrait croire que je fait exprès des fois...



Répondre
S


Que tu n'assumes pas ton commentaire, pourquoi pas, si tu l'as posté c'était probablement pour que je le valide, non ? (je précise au cos où : cette phrase était ironique) Mais exagérer et mal
interpréter les commentaires des autres c'est un peu faiblard. Si Ze Ring a remarqué que c'était ton premier commentaire, ce n'est pas pour dire que t'as pas le droit de poster. C'était juste
pour signaler que tu ne me connais pas, et qu'il est donc un peu facile, rapide et gratuit (oui) :


 


- de dire que je ne "vole pas très haut", bon ça je veux bien l'admettre après tout


 


- de sous-entendre mon "égocentrisme" juste parce que ma critique est subjective, j'ai envie de répondre que rares sont les critiques 100% objectives (et de toutes manières j'ai toujours
revendiqué la subjectivité de mes articles, je critique majoritairement sur mes ressentis)... Je concède bien évidemment à Halloween son statut de culte, ainsi que sa place de précurseur dans le
genre, mais comme je l'ai dit, ce n'est pas ça qui va me faire adorer le film, loin de là.


 


- d'affirmer que j'ai des signes de "souffrance intérieure intolérable" (what the fuck ?)


 


- de suggérer que je suis "avide de buzz" (alors qu'on est un mois avant Halloween et que je fous totalement du nombre de mes visites), là oui j'ai bien ri !


 


Voilà pourquoi, je pense, Ze Ring et moi-même avons réagi (en tout cas, moi c'était pour ça). Pour le reste de ton post, je l'avais trouvé argumenté et même pas agressif, ce sont juste tes petits
jugements par-ci par-là qui m'ont agacés. J'espère que c'est plus clair maintenant que je ne t'ai pas blâmé parce que nous sommes en désaccord, mais simplement à cause de quelques attaques
gratuites de ta part (mais qui font partie du jeu habituel du titillement sur internet).


 


Ai-je mis la barre un peu haut ? Oui, c'est même certain, mais peut-on me le reprocher ? J'ai entendu parler de Halloween depuis que je suis gamin, comme l'un des meilleurs films d'horreur de
tous les temps, j'ai donc placé le film très haut peut-être contre mon gré. Résultat je me suis ennuyé 1h30, alors je suis tombé de haut. C'est pas compliqué. Qu'est-ce que j'attendais de plus ?
Du suspense, de la peur, un tueur plus crédible / plus creusé. Ma déception a été grande et je n'y peux rien.


 


Et pour finir, non le slasher n'est vraiment pas mon genre préféré, ce qui ne m'a pas aidé à apprécier le film. Encore une fois c'est purement subjectif.


 


Le problème c'est qu'on a l'impression d'être obligés d'aimer ce film. On ne peut pas le comparer à des non-slashers sous prétexte que ça n'a rien à voir, et on ne peut pas non plus le comparer à
d'autres slashers parce que Halloween est précurseur, donc intouchable. C'est dommage de ne pas pouvoir remettre en question certains films cultes.



Z


Flow, il ne m'ennuie personnellement pas (plus) et c'est le cas de beaucoup de monde... Donc même si je suis d'accord avec toi ta dernière phrase me semble intrus!



Répondre
F


Je me permets d'intervenir. Le film m'a ennuyé profondément. Pourtant, je pense qu'il est très réussi. N'oublions pas que la plupart des gens le voit après une tonne de slashers (ça a été mon
cas). Faut replacer les choses dans le bon ordre. Par contre, Myers est une réussite pour moi. Un tueur iconique, symbolisant l'irruption du Mal dans la société moderne (les suburbs). Et il vient
forcément de l'intérieur. Un gentil coup de bien dans le derrière pour les contemporains et leur peur du Rouge. De plus, c'est un trait caractéristique de Carpenter (voir The Thing, plus réussi à
mon sens sur le même thème). Donc oui, ce film fait ça. Il ennuie tout le monde mais tout le monde (ou presque) lui reconnait son statut. Paradoxe.



Répondre
S


Oui paradoxe, c'est assez bizarre. Mais à la base ce genre cinématographique n'est clairement pas ma tasse de thé alors ça explique peut-être...



Z


Seb, que les thèmes et l'époque de L'exorciste et Shining les rapprochent d'Halloween ne change rien... Halloween est un film fait avec trois sous la ou Shining et L'exorciste sont des grosses
productions. Ces films n'ont rien à voir, d'autant plus que leurs réalisateurs sont carrément antinomiques.



Répondre
S


Ceci dit j'ai pas trop aimé l'Exorciste non plus donc...



M


Ben tu penses bien que j'allais la ramener   : je ne t'en veux point Seb. , c'est ton blog en premier lieu et
tu as bien raison d'être sincère sur un ressenti (à chaud)(mais peut-être faut il parfois un peu de recul sur un visionnage car comme si bien dit plus haut le film a 30 ans et je trouve par
exemple que L'Exorciste a beaucoup plus mal vieilli que celui-ci).


Après je ressens exactement tout le contraire de toi sur ce film ; pour moi le tempo fait pour beaucoup dans la tension qui s'installe ; je le trouve atypique dans sa vision de
la folie ; oui le tueur est parfois proche du ridicule mais simplement pcq son âge mental est bloqué au compteur : 6 ans ! 


Et là où je rejoins Ze Ring c'est que certaines questions scientifiques et terre à terre ne doivent pas interférer si tu veux vraiment rentrer dans le film. C'est marrant moi ça n'm'a même
pas effleuré l'esprit ce problème de conduite ; juste si je dois lui trouver une incohérence le fait que la fille ne soit pas protégée par les autorités ce soir là justement. Mais si elle l'avait
été l'intrigue tombait à l'eau.


Mysterious Skin je pouvais comprendre pour certaines scènes de trop, mais Halloween là, je cherche et je ne trouve pas comment tu as pu passer à côté à ce point, peut-être trop de rationnalité là
où il faut lâcher prise. Dommage.



Répondre
S


Ouais peu-être trop de rationnalité, avec du recul justement je me suis rendu compte que j'aurais dû regarder le film sans me poser trop de questions, et me laisser embarquer par l'histoire. Même
si ça n'aurait sûrement pas changé mon ressenti sur l'ambiance du film.



Z


Par contre, oui, effectivement, rien à voir entre Halloween, Shining et L'exorciste



Répondre
S


Oui oui, la comparaison avec l'Exorciste c'était vis-à-vis du thème traité, et avec Shining vis-à-vis de l'année de parution.



Z


Seb, Halloween est un film jusqu'au boutiste et qui en plus de cela à pris un sacré coup de vieux, je ne remets pas en cause ton jugement et ton ressenti qui est de toutes manières compréhensible
(je n'aimais pas le film moi-même il y a quelques temps.) mais seulement ta manière d'aborder le genre, selon moi il ne faut pas aller voir un film d'horreur en se disant "je veux avoir peur"
mais plutôt se laisser surprendre par la peur/le suspense, et essayer de s'ouvrir au maximum (ce qui est difficile je te l'accorde) à toutes les possibilités scénaristiques histoire de ne pas
être perturbé comme tu l'as été ici!!
Par contre Zhyron dis nimporte quoi, d'une part, John Carpenter, maladroit? Faut arrêter les conneries cinq minutes, je veux bien entendre nimporte quoi mais y a un moment donné ou faut ouvrir
les yeux et réaliser quand même que Carpenter à REVOLUTIONNÉ le cinéma horrifique par la virtuosité de sa mise en scène qui va jusqu'a magnifier ce qui aurait été une simple série B et à en faire
quelque chose de tout autre... Comme avec Halloween, ou The Thing par exemple.
Et puis émettre des jugements de valeurs de cette façon, c'est juste nawak, il ne me semble pas t'avoir vu poster ici avant, je ne vois pas de quel droit tu te permets d'émettre des jugements de
valeur sur quelqu'un que tu ne connais pas...



Répondre
S


C'est vrai que tu touches un point important, effectivemment lorsque je regarde un film d'horreur je m'attends à avoir peur. Toutes mes déceptions dans ce genre cinématographique viennent de là,
puisque généralement je ne ressens aucune peur, ni aucun suspense. Alors le fait que j'espère avoir peur m'empêche-t-il justement de ressentir ça ? C'est possible, et je devrais me remettre en
question de ce côté.


 


Scénaristiquement parlant pour Halloween, après une nuit de sommeil j'ai réalisé que mon article avait été écrit un peu trop à chaud, car en y réfléchissant à froid ce matin j'ai admis que le
scénario et les éléments inexpliqués ne sont pas contestables. Ceci dit je ne reviendrai pas sur le fait que c'est l'un des films les plus ennuyeux que j'ai pu voir



T


Les films d'horreur étant fortement liés aux effets spéciaux, ceux d'antan sont difficilement regardables aujourd'hui. Sauf ceux qui mettaient l'accent sur l'atmosphère et l'histoire plus que sur
les scènes gores. Halloween avait surpris son monde, à l'époque, car c'était certainement un des premiers slashers de l'histoire du cinéma, avec un psychopathe qui trucide des ados,
recette qui sera reprise avec succès par Sean Cunningham et son Vendredi 13. Si on y ajoute une musique lancinante très réussie, on obtient un film qui a eu du
succès, hier, mais qui a pris un méchant coup de vieux, aujourd'hui.



Répondre
S


Oui, je suis d'accord avec ce commentaire. L'horreur et la peur ont bien évolué en 30 ans et ce qui a pu être un chef d'oeuvre à l'époque n'en est plus forcément un aujourd'hui.


 


Quant au fait de "remettre le film dans son contexte" (pour Zhyron), je suis d'accord mais à la même époque est sorti Shining que je trouve bien plus flippant et bien plus virtuose au niveau de
la mise en scène. Beaucoup plus intéressant dans les thèmes traités aussi (et qu'on ne vienne pas me dire que le thème du "mal absolu" est présurseur en 1978).


20 ans plus tôt on a eu Psychose aussi, qui a certes vieilli mais est également génial dans sa mise en scène, avec un tueur beaucoup plus prenant. J'ai même préféré L'Exorciste à Halloween, c'est
dire.


M'enfin je vous vois venir "tu ne compares pas ce qui est comparable, etc.", il n'empêche que personnellement, je veux bien remettre le film dans son contexte mais je trouve que certains films
d'horreur bien meilleurs ont été réalisés dans cette période voire bien avant, notamment en ce qui concerne la mise en scène et l'ambiance créée. C'est tout.



T


Il faut dire que le public a changé, et que les films d'horreur d'hier font plutôt rire les ados d'aujourd'hui. L'opus de Carpenter a veilli .. .Il reste une superbe BO,
et quelques scènes sympas, mais rien de plus.  Le terme classique est souvent galvaudé, et on l'utilise un peu à toutes les sauces.



Répondre
S


Je me sens moins seul !