Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Dictateur - de Charles Chaplin

e         Ca faisait un moment que je voulais voir Le Dictateur parce qu'on lui voue un culte partout et que quand même, c'est Charlie Chaplin. Le contexte historique de la sortie de ce film est merveilleux, puisque le cinéaste a préparé son film avant que la guerre n'éclate. Son message est puissant et osé, et pour ceci ça reste un monument du cinéma, l'un des films les plus importants de l'époque.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

dictateur 2

-> Lire la suite...

         Pourquoi ce film est si excellent à regarder aujourd'hui ? Tout simplement parce que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les films et les documentaires sur le régime nazi n'ont pas cessé de naître. Même en 2010, les films sur le sujet continuent de voir le jour, toujours avec ce même ton mélodramatique super triste et noir. Au bout d'un moment ça devient presque lassant puisqu'on nous ressort assez souvent la même sauce. Même si le souvenir de l'Histoire est une chose d'importance capitale, je trouve que Le Dictateur fait du bien et sort du lot. Je crois que c'est la première fois que je vois une comédie sur le sujet, alors que le film est sorti en plein coeur des événements tragiques. On ne pourrait plus faire un film de la sorte maintenant. En 1940, Chaplin s'est permit de traiter le sujet sur le ton de la comédie, et faut avouer que c'était très classe de ridiculiser Hitler de la sorte. Mais 70 ans plus tard, avec un regard entier sur cette tragédie, on ne sait que produire des films tristes et bouleversants. En 1940, ça aurait peut-être été bizarre, surtout que Chaplin n'avait aucune réelle idée de ce qu'allait faire Hitler, il ne pouvait que supposer. D'ailleurs si des gros spécialistes de cette période de l'Histoire pouvaient me renseigner ça m'aiderait à comprendre certaines choses. Ma question c'est : à quel moment exactement les gens ont-ils su ce que Hitler trafiquait/préparait ? J'ai l'impression que la réponse est floue (en tout cas elle l'est pour moi), car on nous laisse souvent entendre que les juifs, en allant aux camps de la mort, ne savaient pas ce qui les y attendait. Et pourtant, en 1939, Chaplin parlait déjà du gaz mortel dans son film. Je ne comprends pas.
 


dictateur 3        Bref, pour ce qui est du film en lui-même, c'est mon deuxième Chaplin. Le premier étant Une vie de chien, c'est donc mon premier film non-muet du réalisateur. Je ne le connais pas assez pour comparer mais je ne trouve pas que l'apparition de la parole ait tué son cinéma, contrairement à ce que certains disent. L'humour et la gestuelle sont gardés intacts, et c'est surtout ça qui fait la patte de Charles Chaplin. Même si ici il n'est plus question de Charlot mais d'un barbier juif, la ressemblance est tellement frappante que ça pourrait tout aussi bien être lui. Les mêmes mimiques, les mêmes gestes comiques. J'adore principalement cette façon qu'il a de "freiner sur une jambe en sautillant" tout en remettant son chapeau en place (je pense que vous voyez de quoi je parle). C'est fabuleux et ça m'amuse à chaque fois. Sinon le film nous présente donc deux personnages qui se ressemblent énormément : ce barbier juif et le dictateur Hynkel. Chaplin fait preuve d'originalité en ne parlant jamais explicitement d'Hitler, l'Allemagne, la France, la croix gammée, tous remplacés par des symboles qui ne trompent pas. Cette façon d'ironiser et de ridiculiser la guerre est géniale. Hynkel représente bien évidemment Hitler et Charlie Chaplin s'amuse à introduire un petit barbier juif qui lui ressemble trait pour trait.



        Le film est donc divisé en deux parties qui s'alternent : celle du barbier, et celle d'Hynkel. J'ai largement préféré la partie sur le barbier car elle est réellement géniale, drôle et pleine de trouvailles magnifiques. Le film commence par la Grosse Bertha et cet obus défectueux qui tombe et se met à tourner. Je me suis mis à rire dès le début, le petit personnage du barbier étant franchement marrant. S'ensuit une scène magnifiquement mise en scène en terme d'effets spéciaux (oui !) lors de l'évasion dans l'avion. Deux personnages se retrouvent dans un avion la tête à l'envers et ne s'en rendent pas compte. C'est visuellement génial et l'idée est bien trouvée. Bref, et puis 20 ans plus tard, on retrouve notre barbier dans un hôpital, il est amnésique et n'a aucune idée de ce qui se trame contre les juifs à l'extérieur. Son histoire fourmille d'humour et de gags à la Chaplin très croustillants. Le personnage ne sachant pas à quel risque il s'expose en affrontant la police, il nous fait marrer (la réplique "Vous êtes aryen ? - Non, je suis végétarien" est un pur bijou). Avec en prime une sublime scène, lorsque notre personnage se retrouve sur un toit et observe sa boutique en train de brûler. C'est un passage assez triste et mélancolique au coeur d'un film clairement comique. C'est ingénieux.



dictateur       Et puis il y a la partie du film centrée sur le dictateur Adenoid Hynkel. Là aussi, beaucoup de gags marrants, comme le planning hyper chargé de Hynkel qui n'a pas une minute à lui (il consacre de temps à autres 10 secondes à son peintre et son sculpteur, très drôle !). Et puis il y a la présentation même du personnage, où Chaplin ridiculise Hitler, imitant sa façon de parler et faisant reculer les micros apeurés. De même, le cinéaste n'hésite pas à dévaloriser la technologie nazie avec les "nouvelles trouvailles" qui échouent systématiquement comme le parachute ou le gilet pare-balles aussi léger que de la soie.Et puis, bien sûr, cette scène culte que tout le monde connait : Hynkel jouant avec un globe terrestre. Une belle scène assez drôle, bien sûr métaphorique mais qui ne constitue pas pour moi la meilleure du film. D'ailleurs, j'ai trouvé malheureusement toute le passage entre Hynkel et Napoléoni assez lourde, voire chiante, ce qui est dommage. Ce n'est que mon avis, mais toute cette partie aurait pu être réduite, je pense. Sans vouloir détruire ce qu'a voulu montrer Chaplin de façon astucieuse (qui des deux dictateurs va être le plus fort, lequel va regarder l'autre de haut ?), je n'ai pas trouvé ça drôle. Tout le génie du film se situe bien évidemment dans sa fin, criante de sincérité. Un revirement de ton qui donne toute la puissance émotionnelle du film par un simple discours. La ressemblance frappante entre les deux personnages va mener notre barbier juif à prononcer lui-même le discours du dictateur antisémite. Et là, on sort du film et des personnages car c'est Charlie Chaplin qui parle en personne, qui fait part de ses idées et lance un appel bouleversant au monde entier, avec force. C'est poignant, la musique est des plus sublimes lorsque Hannah relève la tête et regarde le ciel de ses yeux brillants. On se souvient alors du moment où la jeune femme dit au barbier "Regardez cette étoile, voilà une chose que Hynkel ne pourrait jamais détruire". Paulette Goddard est juste géniale et le réalisateur nous offre un final de qualité, très puissant. Un vértiable chef d'oeuvre.


      
dictateur-hannah.JPG

         Voir aussi : Une vie de chien.




 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Farah 30/10/2012 23:25


Le dictateur est sans aucun doute un très très grand film ! Moi aussi je m'étonne toujours de tous les éléments que Chaplin a intégrés dans son film et qu'on retrouve dans la réalité quelques
années après. Même s'il y a certainement des epxlications au fait qu'il ait "prédit" le gaz etc. Chaplin reste pour moi quelqu'un qui a su deviner avec une immense perspicacité ce qui allait
suivre, un visionnaire !


Son discours final est le plus beau discours que j'ai jamais entendu... Je suis peut-être vraiment sensible mais cette vidéo qui reprend les paroles de Chaplin en les transposant dans un monde
plus "actuel", bien que je trouve que ce discours soit intemporel, m'a donné les larmes aux yeux : http://www.youtube.com/watch?v=mHsC8np3wH8 .

Sebmagic 30/10/2012 23:52



Magnifique vidéo, merci ! C'est triste de voir que ce message de Chaplin perdure depuis bientôt un siècle et qu'il n'est toujours pas répercuté dans la vie de tous les jours... C'est de mieux en
mieux certainement, mais on est loin d'être proches de cette vérité. C'est pourtant du bon sens, ça devrait couler de source, mais non.



WnX 12/09/2012 23:44


Il suffit de ne pas regarder ces films ;) Plus sérieusement , je pense que le réel probléme , c'est l'angle utilisé pour parler de cette période , on s'enlise de plus en plus dans une même forme
sans trouver l'originalité qui pourrais relancer un réel interet pour le film!

Sebmagic 13/09/2012 02:59



Oui voilà... Certains auteurs s'appuient sur le mélodramatique pour s'attirer les bonnes critiques, en tout cas c'est l'impression que ça donne ! Forcément, ce sujet est rassembleur.



WnX 12/09/2012 19:08


C'est sur , il y'a encore aujourd'hui pas mal de zone d'ombre qui s'éclaircissent peut a peut !


En tout cas le plus grand nombre a du attendre la fin de la guerre pour découvrir une parcelle de ce qui c'etait reellement passé !


En tout cas , c'est justement ce qui fais que cette période est toujours aussi "Passionante" il 'a tellement de liens , de supposition etc... bref ;)

Sebmagic 12/09/2012 20:36



Oui tout à fait, même si l'abondance de ce sujet dans le cinéma est parfois agaçante !



WnX 12/09/2012 00:56


Salut a toi , et pour commencer , bravo pour ton exellent travail sur ce blog , c'est exactement ce qu'il manquait au cinéphile (reprenant ta définition) insomniaque que je suis ;)


 


Pour répondre a ta question , a l'époque ou Chaplin tourne ce film , les camps de la mort n'existent pas encore , du moin même si les camps etaient présent , leur vocation premiére n'etait pas de
"tuer" mais de faire travailler les prisonniers dans les conditions que nous connaissons pour soutenir l'effort de guerre Allemand.


C'est seulement en 1942 avec la Conference de Wannsee que la solution finale , l'extermination a proprement parlé , va être adopté , bien entendu , il y'a deja de nombreuses victime des
maltraitances .


 


De plus , les Americains ne découvriront l'existance des camps , seulement lors de la campagne d'allemagne (Le premier camp découvert fut celui du Strutof en Alsace) c'est a dire courant 1944 !


 


Autrement dit , Chaplin ne pouvait que supposer , et s'il parle du Zyklon B (le Gaz) c'est que les recherches des Allemands a son sujet comme Gaz millitaire devait être connue...


 


J'espere t'avoire eclairer , il y'a peut être quelques errements dans ma description des evenements , je m'en excuse d'avance , j'ai fait ça de mémoire , sans fouiller plus que ça , en etant le
plus simple possible !


 

Sebmagic 12/09/2012 01:29



Merci pour les infos et détails ! Je m'étais intéressé au sujet à un moment mais tout ceci est bien flou je trouve ! J'ai l'impression qu'on ne sait pas vraiment qui savait quoi.



alex' supertramp 25/06/2012 22:21


Je trouve que la totalité du film est très bonne, astucieuse même si un peu longue parfois. Juste avant la fin j'étais plutôt satisfait mais quand même déçu car malgré que le film soit vieux, je
m'attendais à mieux. Et là, arrive arrive la fin.4min 50 d'un discours magnifique, porté par un Chaplin qui convainc et laisse sans voix devant cette humanité, ce sens de la rhétorique, ce
message absolument magnifique. Et c'est ça qui fait pour moi de "Le Dictateur" un chef d'oeuvre du 7éme art.


PS: La voix française est déjà très bonne, mais quand j'ai revu le discours final en VO, l'émotion a doublé: "Soldiers: In the name of democracy, let us all unite!"

Sebmagic 25/06/2012 23:36



Ouais il est très fort aussi dans le parlant ce Chaplin !



Le veilleur 13/03/2011 12:05



Oui d'ailleurs j'ai lu qu'Auschwitz n'avait été équipé par ce funeste équipement qu'en 1941...



Sebmagic 13/03/2011 13:01



Bizarre...!



Le veilleur 13/03/2011 10:04



Beaucoup l'ignoraient pendant la guerre, sinon ils auraient été plus nombreux à fuir. Des éléments permettaient probablement de deviner la vérité mais celle-ci était trop absurde pour être vraie.
L'antisémitisme était bien connu de la population mais elle n'avait pas idée de l'ampleur du génocide, d'ailleurs en 1945 la découverte des camps d'extermination a été une terrible révélation...



Sebmagic 13/03/2011 11:46



Merci, effectivement c'est ce que j'ai lu plusieurs fois et je connaissais cette surprise après-guerre, mais c'est vraiment le fait d'entendre parler du gaz dès 1939/1940 ça me fait bizarre.



HélèneM 12/03/2011 18:55



C'est pas un secret pour Hitler.. Mein Kampf a été écrit en 1924/25 et ce qui est écrit dedansd est assez eloquent de sa manière de penser. Au debut, il ne comprend pas trop pourquoi certaines
personnes ont peur des juifs.. Puis il regarde le monde autour de lui, il voit que le banquier du quartier, l'épicier, le bijoutier etc... sont des juifs... Il n'a plus que cela en ligne de mire,
la montée sournoise du judaïsme en Allemagne et la "conspiration" juive pour prendre les pouvoirs... Il constate qu'ils prennent toutes les places, les bonnes... celles qui font de l'argent,
qu'ils savent se placer, se vendre etc... Et cela va vite devenir pour Hitler une obsession à éradiquer. Alors qu'en 1940 Chaplin nous sorte ce film n'a rien de visionnaire... Surtout que les
américains sont loin de la guerre, ils ont plus de recul que nous en Europe. En Europe on baigne dans la guerre on ne voit pas ce qui est évident, mais surtout on ne veut pas y croire...



Sebmagic 13/03/2011 01:59



Ouais mais le fait de parler du gaz mortel ça m'a surpris, je ne pensais pas que ça se savait déjà à l'époque !



Le veilleur 11/03/2011 18:04



Ah oui, moi aussi c'est bizarre on a l'impression d'avoir toujours affaire au même Charlot, c'est à croire qu'il est vraiment intemporel ! D'ailleurs au début du Cirque c'est étrange parce
qu'à l'âge de 70 ans il a décidé d'y ajouter une chanson mais du coup c'est la voix d'un vieux monsieur qu'on entend alors que dans le film il était encore très jeune.



Sebmagic 11/03/2011 18:38



Ah oui ! Va falloir que je le voie aussi celui-ci. Il est quand même fascinant ce type.



Le veilleur 11/03/2011 17:36



Oui, après aux Etats-Unis ça a pu inciter les gens à se battre pour leurs idéaux... Et ce genre de discours peut aussi jouer sur les personnes relativement neutres. Pour les extrémistes, pas
grand chose à faire...



Sebmagic 11/03/2011 17:56



Oui malheureusement.


 


Sinon ça m'a choqué que Chaplin ait une différence de 22 ans entre Une vie de chien et Le Dictateur, j'ai l'impression qu'il a pas changé entre deux !



Le veilleur 11/03/2011 17:17



Mais si le Troisième Reich n'avait pas censuré, ça n'aurait plus été le troisième Reich...



Sebmagic 11/03/2011 17:28



Certes, mais bon ça n'aurait rien changé de toutes façons. Le discours final est beau mais il faudrait être naïf pour croire que ça peut changer l'opinion de quelqu'un, j'imagine.



Le veilleur 11/03/2011 16:14



Ah, enfin ;) La partie sur Napoleoni, je pense que c'est effectivement celle qu'on oublie le plus et en fait je n'ai rien à rajouter sur le film !


Je pense que lorsqu'on dit que le parlant a tué le cinéma muet de Chaplin, ce n'est pas pas rapport à la qualité de ses films qui s'est maintenue mais au succès qu'ils ont rencontré. Les gens ont
eu envie de nouveauté et ils se sont éloignés de son cinéma à cause du parlant, lui il n'a pas changé radicalement, on retrouve toujours cette sincérité étonnante. Peut-être que grâce au cinéma,
il pouvait retrouver l'enfance qu'il n'avait pas vraiment eue.


La clairvoyance du cinéaste est bluffante, je n'ai jamais compris comment il avait pu anticiper si bien les évènements en 39. Un mystère, ce Chaplin et un grand homme !



Sebmagic 11/03/2011 17:10



Oui, c'est presque visionnaire et c'est surtout culotté. Dommage que le film ait été censuré en Allemagne, peut-être que ça aurait fait réagir certains soldats.