Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

     Quel film ! Et dire que j'ai parcouru toutes ces années la filmographie (extrêmement inégale) de Nicolas Cage, et que je suis toujours passé à côté de sa performance la plus intéressante, émouvante et marquante. L'acteur a reçu l'Oscar du meilleur acteur pour ce rôle et il est clair qu'il est mérité. Leaving Las Vegas est une magnifique romance dramatique sur la relation incroyable entre un alcoolique au fond du trou et une prostituée. Magnifique.

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis
Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

     Avant de parler de Leaving Las Vegas d'un point de vue cinématographique, je vais parler des deux acteurs principaux, car leur présence au casting a joué une immense part dans mon amour instantané pour ce film. J'en ai très peu parlé sur ce blog, mais Nicolas Cage a toujours fait partie de mes acteurs préférés. Et oui, ça peut paraître idiot, mais tout me touche chez lui. A part, paradoxalement, sa filmographie. Cage me fascine, me fait rire, m'émeut. Il donne toujours une dimension toute particulière à ses personnages, avec sa façon de s'exprimer, de jouer. Avec son regard, qui peut aussi bien évoquer la tristesse infinie que la mélancolie, ou donner un air rieur à ses personnages. Avec son visage, sa classe, sa stature, sa façon de rire ou de péter un plomb (je ne me lasse jamais de regarder cette vidéo Youtube depuis des années, qui recense tous les célèbres pétages de câble de l'acteur dans ses rôles divers). Cage n'a qu'un seul défaut malheureusement : la majorité des films dans lesquels il a joué. Ses occasions d'obtenir une réelle considération de la part du grand public ont été très rares, mais Leaving Las Vegas fait partie de ces pépites. Dans ce film, Nicolas Cage est tout simplement ahurissant. Son jeu est d'une justesse folle, d'un bout à l'autre. A aucun moment on ne voit l'acteur ; on ne voit que ce personnage alcoolique, constamment déglingué, mort à l'intérieur. Il l'incarne véritablement à merveille, si bien qu'à certains moments, l'acteur est totalement méconnaissable.

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

     Pour lui donner la réplique, nous avons Elisabeth Shue et, bon sang, quelle révélation pour moi ! Je la connaissais à peine : seulement à travers ses rôles peu intéressants voire cul-cul dans Karaté Kid et la trilogie Retour vers le futur mais là, elle m'a bluffé du début à la fin. Elle est émouvante, percutante, elle n'est à aucun moment dans l'ombre du talent éblouissant de Nicolas Cage. Quelle performance !

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

    Bref, le film part déjà avec deux atouts fabuleux avec des acteurs au top de leur niveau. Mais les acteurs ne suffisent pas, même s'ils font en grande partie l'énorme réussite du film : il y a aussi dans Leaving Las Vegas une ambiance incroyable et un magnifique traitement de l'évolution des deux personnages principaux. L'atmosphère est exquise ; les musiques du film - au ton tantôt jazz, tantôt mélancolique - imposent en effet une ambiance exceptionnelle et marquante. La BO élève le film à tout moment et m'a permis de rentrer dans cette histoire à 1000%. Elle a amplifié mes émotions, m'a fait ressentir des choses uniques pour ce couple improbable, pour ces deux êtres destinés à s'autodétruire, m'a envoûté et marqué de manière durable. Les musiques ont été composées par le réalisateur lui-même (Mike Figgis) et n'auraient pas pu être plus parfaites pour décrire la noirceur et la détresse de ces deux âmes perdues.

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

     De plus, les personnages sont traités avec le plus grand respect. Jamais un seul jugement ne leur est porté, et c'est ce qui fait également la force principale de Leaving Las Vegas : ces deux êtres détruits par la vie s'acceptent mutuellement exactement comme ils sont, quoiqu'il en coûte. Le personnage de Nicolas Cage n'est plus qu'un fantôme, condamné à vivre constamment dans un état second, ce qui donne lieu à des scènes absolument inoubliables. J'ai rarement vu le thème de l'alcoolisme aussi bien traité au cinéma, et Cage incarne cette dépravation avec tant de classe... Sans jamais en faire trop, toujours de manière juste, avec un certain détachement parfois. C'est fou. Il y a notamment une séquence, qui dure une poignée de secondes, mais qui m'a profondément halluciné, tant le jeu de l'acteur est parfait. C'est celle lors de laquelle le personnage de Nicolas Cage sort de son lit complètement en manque, qu'il se déplace jusqu'au frigo pour prendre deux bouteilles et ressortir de la cuisine dans un état lamentable. Le jeu de l'acteur est saisissant, j'en ai eu littéralement des frissons.

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis

     Et enfin - surtout - la conclusion. J'avais si peur que le film prenne une tournure larmoyante ou clichée, qu'il rate misérablement son dénouement ! Et non, c'est tout le contraire. Leaving Las Vegas suit et soutient ses personnages jusqu'au bout sans les dénaturer, sans faux espoirs, et le plus important : sans aucun pathos. Pas de scène déchirante, pas de pleurs, pas de violons, non. Le dénouement est d'une beauté incroyable, agréablement servi encore une fois par une BO sublime. Quel film bon sang, quel film ! Il intègre clairement mon top 300, c'est une merveille.

Leaving Las Vegas - de Mike Figgis
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article