La réplique du dimanche #3 - "Here's Johnny" - Shining

La réplique du dimanche #3 - "Here's Johnny" - Shining

       Revenons sur l'une des répliques les plus cultes du cinéma, le fameux "Here's Johnny" prononcé par Jack Nicholson après avoir défoncé la porte de la salle de bain à la hache. Il y a tant de choses à dire sur ces trois mots, mais je vais commencer par raconter brièvement comment ils ont été une révélation pour moi étant jeune, dans mon processus de passage de la VF à la VO.

 

      Lorsque j'ai découvert The Shining il y a environ 13 ans, je l'ai vu en version française et, à cette époque, mon esprit était globalement conditionné à voir des films en VF. J'ai adoré Shining la première fois que je l'ai vu, puis la deuxième, la troisième. Je ne savais pas encore qu'en voyant ce film en VF, je passais totalement à côté. Il y a une dizaine d'années, en effet, le cinéma de mon quartier a décidé de diffuser une rétrospective Stanley Kubrick et, l'occasion étant trop belle, j'en ai profité pour découvrir ses chefs d'œuvre sur grand écran. C'est cette semaine-là, notamment, que 2001 l'odyssée de l'espace est devenu pour moi un chef d'œuvre ultime et non un film chiant et interminable. Mais cet été 2011 fut aussi ma première découverte de The Shining en VO et là, je dois dire que ma vision du film a radicalement changé lorsque j'ai assisté à la performance démentielle de Jack Nicholson dans le rôle de Jack Torrance.

 

     Pour la réplique "Here's Johnny" dont il sera question dans cet article, je vous laisse vous réimprégner de la fabuleuse et terrifiante scène du film. Vous pourrez la voir ci-dessous en VO, puis en VF, pour bien montrer la différence entre les deux versions (et accessoirement, rappeler que la VF de The Shining est assez pourrie).

 

Heeeere's Johnny !

     Ces trois mots, qui résonnent encore dans la tête de ceux qui ont été traumatisés par cette scène, ont été improvisés par Jack Nicholson sur le tournage du film. A l'époque, Stanley Kubrick avait en effet confirmé que cette ligne de dialogue n'était pas présente initialement dans le script de son film. Par ailleurs, elle n'est pas non plus issue du livre de Stephen King et il y a fort à parier que ce fut l'une des raisons qui ont mené King à détester l'adaptation cinématographique de son roman (Jack Torrance étant à la base un personnage semi-autobiographique).

 

      Les spectateurs qui ne se seraient jamais renseignés sur cette réplique peuvent naturellement se demander d'où elle vient, surtout que le personnage joué par Nicholson s'appelle Jack et non John, et pourquoi elle a été traduite "Coucou chérie !" en français et non "Voici Johnny !". Certes, on pourrait se dire que Jack est tellement aliéné et taré qu'il en oublie son propre nom, ou s'approprie celui d'un autre, ajoutant encore une dimension terrifiante à son personnage, mais pourquoi alors ne pas conserver cette idée en français ? On pourrait, aussi, en déduire que Johnny serait son vrai nom, car il n'est pas rare que "Jack" serve de diminutif à "John" aux Etats-Unis (JFK en est un exemple parmi tant d'autres), mais ça ne tient pas la route puisqu'il n'est jamais fait mention du prénom "John" dans le film en-dehors de cette réplique.

 

      Non, l'explication est plus simple : cette réplique est en fait une référence à une émission TV américaine : The Tonight Show. Dans les années 80 (plus exactement, entre 1962 et 1992), bien avant Jimmy Fallon, c'est Johnny Carson qui était aux commandes de The Tonight Show. Son entrée en scène était alors accompagnée de ce fameux "Heeeere's Johnny !", prononcé par Ed McMahon (à 00:27 dans l'extrait ci-dessous). 

 

      Pour saisir ainsi toute la folie de Jack Torrance au moment où il défonce la porte, il faut connaître cette référence de la culture TV américaine, et c'est pour cette raison que la réplique ne pouvait pas fonctionner en-dehors des USA. La scène prend alors une toute autre ampleur, puisque Jack se sert de cet élément pour terroriser sa femme encore plus, en faisant preuve d'une ironie tout à fait démoniaque. En improvisant cette ligne de texte, Jack Nicholson a apporté une couche de cynisme supplémentaire à son personnage, et c'est clairement un coup de génie de la part de l'acteur, qui a propulsé cette scène au rang des séquences les plus cultes du cinéma d'horreur.

 

     Bref, voilà pour ces trois mots qui font de Shining une œuvre mémorable. Comme quoi, parfois, il suffit de peu pour créer une angoisse palpable et durable.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article