Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Match Point - de Woody Allen

           Deuxième Woody Allen pour le Sebmagic, qui s'attendait à un pur chef d'oeuvre, étant donné que beaucoup considèrent ce film comme l'une des beautés du réalisateur. Par rapport à Vicky Cristina Barcelona, j'ai trouvé qu'il y avait à la fois du moins bon et du mieux. Jonathan Rhys-Meyers incarne un ex-prof de tennis, Chris, issu d'un milieu modeste qui part donner des cours particuliers en Angleterre à la haute société de Londres. Il rencontre alors Tom Hewett ainsi que la soeur de celle-ci, Chloe. Alors qu'il s'apprête à se marier avec elle, il tombe sous le charme de Nola, la fiancée de Tom...
 

   

Indice Spoiler : Spoiler3

 

match point 2

 

 -> Lire la suite...

           Encore une fois, je n'ai pas été totalement convaincu par le cinéma de Woody Allen et je me demande même pour quelle raison il est autant apprécié (peut-être saura-t-on me conseiller sur ses meilleurs films). Pour moi, le film est séparé en deux parties distinctes. Et à mon goût, seule la deuxième présente de l'intérêt et de l'originalité, tandis que la première moitié du film est (à mon avis) assez nase. Je dis "première moitié" pour simplifier, mais c'est plutôt "deux premiers tiers".


match point 4           La première moitié m'a laissé penser que tout le film allait être cliché et horriblement quelconque, et franchement j'étais légèrement désespéré. Quelle accumulation de clichés bien moches sur les relations amoureuses, les tromperies. Des dialogues complètement bateaux, tellement entendus et réetendus qu'ils en sont presque ridicules. Suis-je dur avec ce  film ? Je ne sais pas. Mais je me souviens avoir soufflé à des nombreuses reprises. Et vas-y que je te bande les yeux pour que ce soit romantique, que je t'embrasse "illégalement" sous la pluie (alors qu'il n'y a rien de plus prévisible) parce que je te console parce que t'es triste parce que ta belle-mère te déteste. Et le pire du pire : je te tiens la taille pour t'apprendre à jouer au ping pong alors que je te connais pas (cf l'affiche du film). Presque navrant. Bref, je n'ai guère vu ça que comme une banale histoire d'amour interdit entre deux jeunes gens. Il est marié, elle est promise à un autre, mais leur attirance est trop folle pour qu'ils l'ignorent. Et puis elle se fait quitter par Tom, et disparaît de la circulation. Et comme par hasard, il la retrouve au beau milieu d'un musée, et s'approche d'elle avec ses beaux yeux insistants de "heart killer" qui est d'un pathétique suprême. Bref, après quoi Chris s'embarque dans une aventure extra-conjuguale pas jolie jolie avec Nola, et sa cruche de femme ne se rend compte de rien, mais c'est quand même risqué pour lui. Bla bla, tout ceci ne m'a pas passionné, je ne vous le cache pas, d'autant que c'est présenté très très rapidement. La trame se déroule sur plusieurs années, mais on ne les voit pas. Il peut très bien se passer deux ans entre deux plans sans qu'on en soit informé. De plus, on a droit à quelques incohérences (disons plutôt invraisemblances) temporelles à cause de ce choix de passer le temps très vite. Bref, cette première moitié du film est à mon goût inutile et m'a plus fait rire qu'autre chose. Seules trois choses m'ont semblé intéressantes dans cette partie. Premièrement, le thème des différences entre les riches (la famille Hewett) et le jeune Chris qui a quasiment grandi dans la misère (et encore, ce n'est pas très bien montré à part dans une conversation entre Chris et Nola dans un bar). Deuxième chose, le fait que la belle-mère de Nola ne peut pas la supporter à cause de ses échecs successifs en tant que comédienne débutante. J'ai beaucoup aimé comment a été traité ce sujet qui met en évidence à quel point il n'est pas facile de percer dans le métier. Dernier élément (relativement) palpitant : le stress lié au secret de l'infidélité de Chris, et je parle ici presque uniquement de la scène de la cartouche qu'il cache dans sa poche.


match point 5         Bref, passons rapidement à la deuxième moitié (le dernier tiers) qui est, elle, assez excellente, et même géniale. A partir du moment où Nola devient hystérique et commence à péter les plombs pour que Chris révèle son infidélité à sa femme Chloe, le film devient dingue voire amoral, ce qui en fait son charme. Le revirement scénaristique est assez surprenant et même jouissif. Lorsque Chris organise le meurtre de Nola en tuant la petite vieille et en volant les bijoux, puis en abattant froidement sa petite amie à la sortie de l'ascenseur, je me suis enfin dit "aaaah ça commence enfin à devenir très bon". D'autant que la pauvre Nola est dans un état de bonheur extrême. D'ailleurs, cette scène est mythique rien que par la musique. Assister à la démence totale du personnage sur cet air d'opéra ultra-puissant, c'est quand même quelque chose ! Le thème principal du film est annoncé directement dès le début avec cette balle de tennis qui rebondit contre le filet et dont la trajectoire est incertaine. Le fait que la balle passe de l'autre côté ou non peut (éventuellement) changer une vie et le film le montre bien, tout en appuyant sur le fait que la chance intervient beaucoup dans le destin d'une personne. Si cette intro est relativement anodine, on se rend compte de l'importance qu'elle prend à la fin, et j'ai trouvé ça admirablement brillant. Toute l'enquête policière est intéressante et prenante. Lorsque Chris va au commissariat pour s'expliquer, la tension est intense. De même, le rêve de l'inspecteur nous donne l'impression que Chris va réellement se faire coincer, que c'est fini pour lui. D'autant qu'en essayant de jeter la bague dans le fleuve, celle-ci ricoche contre la rambarde à la manière de la balle de tennis et retombe du mauvais côté, ce qui était a priori un symbole de défaite. J'étais donc persuadé que Chris allait mal finir. Mais c'est sans compter sur un ultime rebondissement, lorsque la police retrouve un criminel qui avait justement cette fameuse bague au doigt. Un scénario habile, qui nous pousse à lancer un "oh la vache ! C'est énorme". Car on remarque alors que le thème de la chance et du destin sont bien mis en avant (devenant alors les sujets principaux du film, ce qu'on avait oublié avec toute cette histoire d'adultère), et que Chris a eu une chance démesurée à ce moment précis. Assez bon, intelligent, ça relève bien le niveau de la première partie cul-cul du film. Un brin amorale, cette fin est tout simplement géniale.


match point         Pour finir, les acteurs ne sont pas toujours au top, à mon goût. Jonathan Rhys-Meyers joue le rôle d'un enfoiré auquel je ne me suis jamais attaché (mais c'était sans doute le but). Un salaud de première qui fait tous les mauvais choix et qui finit quand même par s'en sortir par un miracle quasi-improbable (une chance folle et assez jubilatoire). Ce personnage est clairement antipathique et l'acteur est surtout bon dans la deuxième partie, totalement stressé et désemparé, n'ayant d'autre choix (selon lui) que de tuer sa maîtresse pour régler tous ses problèmes. Pendant la première moitié du film, il abuse trop de son charme et de ses yeux de séducteur, tellement que c'est en est assez ridicule. Bref, cet acteur ne m'a pas emballé plus que ça, sauf à la fin. Scarlett Johansson est quant à elle géniale, comme toujours. Pour une fois, son jeu d'actrice est différent, son personnage devenant petit à petit une jeune femme angoissée, jalouse et hystérique mais qu'on comprend parfaitement, ce qui la rend attachante et rend également son sort très triste (bien que soudain). Enfin, j'ai trouvé Emily Mortimer assez mauvaise. Je l'avais découverte dans Shutter Island où j'avais déjà trouvé son jeu insupportable, exagéré. C'est exactement pareil dans ce film, je n'accroche vraiment pas à cette actrice qui, à mon goût, en fait des tonnes.


         Pour conclure, j'ai trouvé ce film ridicule au début (me demandant où pouvait bien se cacher le talent de Woody Allen dans cet amas de clichés), mais terriblement efficace, intelligent, sombre et malsain lors du dernier tiers, qui est principalement tout ce qu'il y a à retenir du film. Je suis donc une nouvelle fois légèrement déçu par ce cinéaste, mais je vais continuer à m'acharner (oui !) parce que je loupe peut-être quelque chose d'autre...




         Voir aussi : Vicky Cristina Barcelona.




 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

même terriblement bâclée 25/01/2015 23:15

Je viens de revoir ce film sur france 2. Excellent tableau de la société "upper class" et d'affaires de Londres. Un bémol malgré tout: le scénario final bâcle singulièrement l'enquête policière et lui enlève de la crédibilité. Mais alors c'est un deuxième film qui commençait...
JB

Maverick 21/09/2012 23:11


Je suis bien d'accord avec votre analyse du film. Une seule correction serait à faire, la scène ou vous pensez qu'il ramasse un rouge à lèvre (qui serait peu réaliste) serait plûtot une cartouche
d'arme à feu.

Sebmagic 24/05/2013 13:06

Oula, alors effectivement il fallait que je revoie le film ; je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à un rouge à lèvres quand je l'ai vu la première fois.

Bref, sinon je me suis moins ennuyé la deuxième fois et j'avoue l'avoir trouvé un peu meilleur, même s'il ne gagne pas grand chose à être revisionné.

Sebmagic 22/09/2012 00:29



Ah bon t'es sûr ? Faudrait que je le revoie, mais il me semble que c'est le rouge à lèvres qu'il a justement récupéré plus tôt (j'ai des souvenirs vagues du film). Je ne vois pas pourquoi ça
serait une cartouche, mais comme j'ai oublié le film c'est bien possible !



Pedross 30/06/2012 00:27


Je te trouve dur avec Woody Allen.


Tout d'abord, je trouve que ce film ne symbolise pas le mieux son cinéma


Toute la première partie a à mon sens pour but de nous placer dans le même mal-être voire même mélancolie que Chris, avant de libérer sa véritable essence à la fin.


Puis le malaise que nous ressentons à la fin, à la fois inéluctable et immorale, alors même que l'on finit par la comprendre, voire même l'accepter, où l'on se dit que justice serait qu'il s'en
sorte est totalement paradoxale et est pour moi la véritable puissance du film.


Le jeu de Jonathan Rhys-Meyers illustre le personnage perdu, mal habile et finalement chanceux que l'on veut voir s'en sortir sur le coup et que l'on exècre quand on prend du recul, et ce sont
vraiment ces 2 aspects du film (même 3 avec un faux rythme instauré en début de film) qui le placent non pas dans les flops mais les plus grands films du genre

Sebmagic 30/06/2012 19:19



Pour moi ça reste un petit flop et l'impression de m'être emmerdé sévère pendant (au moins) la première moitié. A revoir un jour, peut-être.



nass 05/12/2011 20:36


ça y'est j'ai vu Scoop. Bon c'est pas sensationnel mais ça fait passer un bon moment. J'ai eu du mal à entrer dedans, c'était un peu ennuyeux au début. Mais l'idée est pas mal et puis on
s'attache au personnage joué par woody allen. Mais sans plus...

Sebmagic 06/12/2011 01:53



Ouais voilà, mais dans l'ensemble j'ai préféré aux autres films avec Scarlett Johansson.



Frances 20/11/2011 13:29


Un film qui m'a laissé un goût amer. J'avoue avoir ressenti un réel malaise en le visionnant...et je n'ai guère accroché. J'avoue avoir été une grande fan de W. Allen à ses débuts. Prends
l'argent et tire toi, Annie Hall, Tombe les filles et tais toi. C'était très drôle. J'ai adoré Manhattan, la génial Zelig, le fabuleux Rose pourpre du Caire (un bel hommage au cinéma), enfin
crimes et délits...ensuite j'ai un peu décroché.


Sincèrement il y a e vraies perles chez Woody, un coneil, commencez par les premiers !

Sebmagic 20/11/2011 14:25



Merci du conseil, j'essaierai !



nass 18/11/2011 16:50


Je vais essayer de regarder Scoop alors mais cette fois-ci sans préjugés et sans l'avis de qui que ce soit, on verra bien ce que ça donne ;)


Et puis pourquoi pas tout le monde dit i love you, je crois que c'est un musical ? moi j'aime bien les comédies musicales, on verra bien aussi !


Je sais ce que je vais regarder cette semaine ! je laisserai sûrement quelques petits commentaires

Sebmagic 18/11/2011 17:18



Très bien, ben pour ma part Tout le monde dit I love you, effectivement c'est une comédie musicale mais c'est bourré de tous les clichés du genre, j'ai détesté les chansons. Le seul truc qui m'a
paru sympa c'était le personnage de Woody Allen assez marrant, mais comme c'est exactement le même que dans Scoop, avec les mêmes ficelles humoristiques, ça m'a gavé au plus haut point...



nass 17/11/2011 22:57



J'ai pensé presque exactement la même chose du film. Quel ennui ce début ! Et pourtant, ça va assez vite : il sort rapidement avec la fille à papa, entame sa liaison avec Nola... Mais il manquait
vraiment un truc à cette "première partie" comme tu dis. Par contre tout ce qui est à la fin est brillant, dès que Nola devient la maîtresse envahissante. Au début je me suis dit : mais qu'est-ce
qui va pas avec Scarlett Johanson ? Jusqu'à ce que je me rendes compte que c'était son personnage qui m'insupportait : la petite amie mystérieuse, pas trop bavarde et sensuelle, qui est sûre de
son pouvoir de séductionquand elle boit quelques verres  (cf la scène au bar entre elle et chris) mais pas pour passer une audition.


Je n'ai vu que trois woody Allen (match point, vicky cristana barcelona et minuit à paris) mais je me demande de plus en plus ce qu'on lui trouve. C'est pas non plus exceptionnel ! Peut-être
qu'on me survend trop ses films et que du coup je suis toujours déçue... (sauf peut-être pour minuit à paris qui m'a enchantée :) )



Sebmagic 18/11/2011 00:24



Ouais exactement pareil : Minuit à Paris m'a enchanté, par contre pour ce qui est du reste que j'ai vu, c'est pas exceptionnel. Ah , Scoop est franchement sympa, assez drôle. Sinon j'ai vu à la
télé l'autre jour TOut le monde dit I love you et j'ai détesté.



Mona 14/09/2011 13:50



Justement par rapport au judicieux conseil de Taff plus haut  je sors de Annie Hall que j'avais vu y'a fort longtemps avec d'autres yeux, hé hé !


Sorte de pré-visionnaire Quand Harry rencontre Sally sans tout le gnan-gnan de ce dernier. Avec les dialogues ciselés de Woody, une merveille de cynisme. 


C'est un incontournable, au même titre que Match Point pour se faire une idée de l'éclectisme du réalisateur.


Je l'ai (re)trouvé finalement très frais et léger .... il a super bien vieilli ce film !


(je m'attaque à Manhattan)


 



Sebmagic 14/09/2011 16:30



Très bien, si j'en ai l'occasion je le regarderai ^^



Taff 12/01/2011 19:48



En très bons Woody Allen je te conseille en fait les films où il joue lui même un personnage :


Annie Hall


Small Time Crooks et heu... Manhattan. Mon ptit top 3 perso, j'pense que ça te réconciliera avec lui grâce au coté comique.


 



Sebmagic 12/01/2011 20:31



D'accord, merci des conseils !



Flow 30/12/2010 00:34



C'est le seul que j'ai vu du bonhomme est j'avais bien aimé à l'époque.


On ne peut pas dire qu'il réalise des films ordinaires.



Sebmagic 30/12/2010 01:30



Mmmh, pour ce qui est de la deuxième partie du film en effet, ce n'est pas ordinaire, par contre j'ai trouvé toute la première moitié totalement quelconque (mais évidemment ça n'engage que moi).



Mona 24/12/2010 14:42



Pas de décalage dans celui-ci, plutôt dans sa période Tout c'que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander ... ha ha ha


Le gnan gnan est volontaire, le cynisme est dû à l'hypocrisie de la situation et l'ironie est " l'ironie du sort " qui fait qu'il s'en sort au final (mais c'est MON ressenti).


Et pis c'est pô bien grave tu sais ... il en faut pour tous les goûts !


Du très très bon Noël à toi au fait  



Sebmagic 24/12/2010 14:49



Ouais, mais justement je ne vois pas l'intérêt (si j'ose dire) de faire du gnan-gnan et du cliché volontaires ;) Mais c'est pas grave comme tu dis, visiblement je passe à côté de quelque chose et
c'est dommage !


 


Merci, bon noël et bonnes fêtes à toi aussi.



Le veilleur 23/12/2010 23:35



J'ai vu le film il y a longtemps mais on a vraiment l'impression que le personnage principal joue un rôle. La romance et les clichés amoureux ne collent pas du tout avec sa personnalité et c'est
ça que j'ai trouvé intéressant. Je crois que ce n'est pas vraiment du cinéma qu'on apprécie mais plutôt qui nous interpelle, je trouve que l'atmosphère du film est glaçante. Les clichés de
la vie en société font ressortir l'absurdité du monde. Woody Allen en a une drôle de vision, j'aime bien son ironie ou son cynisme. Et, euh peut-être une déformation d'étudiante mais le
personnage me fait un peu penser aux héros arrivistes de Balzac ou Stendhal ! D'ailleurs je crois qu'au début une référence est faite à Dostoeivski.


Mais Match Point est le seul film que j'ai vu de Woody Allen, j'aimerais bien en voir un second mais je ne suis pas encore fixée. J'attends ta prochaine tentative avec le réalisateur !



Sebmagic 24/12/2010 00:14



Ouep, mais la prochaine tentative ne sera peut-être pas de si tôt ! Je finirai sûrement avec Scoop ^^ Par contre j'avoue que je ne comprends toujours pas où est l'ironie et le cynisme dans ce
film, peut-être l'ai-je mal compris mais est-ce que les mêmes clichés réalisés par un inconnu total auraient eu droit à la même analyse ?



Mona 23/12/2010 22:49



Alors là j'te l'confirme, si t'es pas rentré dans le film ou bien simplement  sur la fin, c'est que tu n'accrocheras pas au cinéma de Woody Allen (enfin c'est ce que je pense)(et après tout
c'est pas bien grave hein !).


Woody Allen est un boulimique prolifique, ses films sont bavards, de situations, décalés, pétris de personnages, sur le fil du grotesque oui parfois.


Il peut se rapprocher d'un Tarantino dans le blabla à tout va et l'usage de clichés, c'est un fantasque.


Moi j'ai pas mieux à te conseiller chez lui en tout cas. Et en ce qui concerne ce film, ce n'est certes pas un chef d'oeuvre mais je pense qu'il ne faut pas l'analyser tant que ça
: il suit une progression et une intensité, il met en place une intégration dans une famille bourgeoise, campe des personnages et s'attache bien justement à
montrer "l'arrivisme" de ce garçon, étape par étape.


Par contre suis d'accord avec toi pour J.Rhys Meyer que je trouve tout juste moyen ... c'est Scarlett qui est l'éclat de ce film, ainsi que tous les airs d'opéras qui accompagnent la
dramaturgie.



Sebmagic 23/12/2010 23:02



Oui les airs d'opéra sont vraiment sympas. Après les situations justement, je ne les ai pas trouvées si décalées que ça, tout juste banales quoi. Mais peut-être que je n'y ai pas été sensible !


 


Sinon rien à dire pour l'évolution du personnage et la montée "dramatique" étape par étape, ce que je reproche c'est vraiment ce manque d'originalité sur ces histoires d'amour (enfin, à mon goût
bien sûr !) et tous ces clichés qui m'ont plus agacé qu'intéressé.



french onion 23/12/2010 21:05



Je te trouve très dur avec ce film , que perso , j'ai beaucoup apprécié . J'aime l'interprétation froide et distante de Johnatan Rhys-Myer , qui pour moi n 'abuse pas de son charme , j'aime le
voir tisser lui-même la  toile qui va faire de lui un prisonnier, j'aime le voir se débattre dans ce merdier,dans cette double -vie qui le bouffe et le rend fou .


Psychologiquement , je trouve le film très fort .


Après , si tu veux persévérer avec Woody Allen , je te conseille peut-être d'essayer plutôt son versant "comique" . C'est parfois grotesque mais bon ,si on est bon public ,ça passe .



Sebmagic 23/12/2010 21:30



Merci du conseil :D


 


Ben sinon, j'ai bien senti le principe du "double vie destructrice" et de son côté prisonnier, mais personnellement le fait qu'il lui arrive toutes ces merdes ne m'a pas touché et je n'ai pas
vraiment ressenti non plus le côté ultra-psychologique (vite fait quoi, mais en général j'ai trouvé ça plutôt cliché et banal). Peut-être aussi que j'étais content de le voir dans la merde parce
que j'ai trouvé que le personnage était vraiment un petit con. ^^