Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Melancholia - L'univers noir de Lars von Trier

         Si vous hésitez encore à aller le voir au cinéma, je vous le dis : foncez !! S'il y a bien un film à voir au cinéma ces derniers temps, c'est celui-ci. Pour résumer : le film s'ouvre avec des images de dingue (photographie de taré) qui nous foutent dans le bain directement avec une musique incroyable de Wagner, et se conclut avec une puissance hallucinante. Les 30 dernières secondes vont vous assourdir, vous faire frissonner, vous hanter pendant plusieurs heures. Sur grand écran, c'est un truc de dingue, que ce soit côté visuel comme sonore, je le conseille vraiment. Entre le début et la fin, le film souffre malheureusement de quelques longueurs, mais Melancholia est fichtrement intelligent, bien construit, cohérent et bien interprété, rappelant à la fois Festen pour l'ambiance de la première partie, Antichrist pour le côté noir et déprimant, ou The Tree of Life pour les images sublimes des planètes.

 

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

  melancholia

 

-> Lire la suite...

            Le film est divisé en trois parties. Un prologue, assez court, nous plonge donc directement dans l'ambiance du film avec des plans d'une beauté déconcertante (les images sont toutes plus ou moins reprises dans la bande-annonce avec la même musique). Moi qui avait adoré la scène d'ultra-ralenti d'Antichrist, j'ai été franchement servi par ces premières minutes de dingue. On n'a pas l'habitude de voir ça, et rien que pour ça Lars von Trier mérite les honneurs car c'est véritablement de l'art. Le plan d'ouverture est centré sur le visage de Kirsten Dunst (formidable actrice en passant), puis s'enchaînent divers plans de fou qui rappellent certaines scènes d'Antichrist avec tout ce côté sombre, déprimant, très étrange. Etrange est l'adjectif qui convient le mieux.


melancholia-lars-von-trier.jpg

          Puis le film change un peu de ton et redevient plus "normal". Il est alors composé de deux chapitres : "Justine" (Kirsten Dunst) et "Claire" (Charlotte Gainsbourg), qui sont les deux soeurs dont il est question dans le film. Melancholia traite beaucoup de la relation entre ces deux jeunes femmes, leurs différences et leurs caractères. Les bons rôles sont laissés aux femmes, les hommes étant ici lâches, alcooliques, faibles et ne présentant quasiment aucun intérêt. C'est tellement peu fréquent dans le monde du cinéma de voir un réalisateur miser autant sur ses actrices qu'il est important de le souligner. L'histoire de la planète qui s'approche dangereusement de la Terre est presque occultée par la relation entre les deux soeurs, ou plus précisément elle ne fait que la compléter. Le lien entre les deux planètes et les deux soeurs est évident, Justine étant terriblement instable, lunatique, sombrant dans la déprime et la mélancolie, nom que porte également la planète qui menace la Terre. Je ne compte pas faire une étude psychologique des personnages mais ils sont vraiment intéressants, notamment cette dualité entre Justine et Claire qui ne réagissent absolument pas de la même façon à l'éventuelle fin du monde. J'ai beaucoup aimé la partie où Justine dévoile à sa soeur l'immense pessimisme qu'elle éprouve à l'égard de la race humaine, on sent que Lars von Trier partage ce point de vue et ça fait presque peur. Ce personnage, Justine, est vraiment très particulier, étrange et mystérieux, dont l'humeur va évoluer positivement avec l'arrivée de la planète, celle-ci ayant un effet guérisseur sur son caractère contrairement à Claire qui, elle, se met à faire des crises d'angoisse.


melancholia-1.jpg          La première partie est donc consacrée à Justine et ne fait que nous montrer l'instabilité du personnage, qui semble ne se soucier de personne et chute régulièrement dans une espèce de mélancolie profonde et dangereuse. Destructrice, elle se perd de plus en plus, abandonnant son mari, son patron (on sourira lorsque Justine, après avoir prétendu trouver un bon slogan pour son boss, lance un joli "what did you expect ?" à son mari). Bref, son état d'esprit est assez étrange, voire inquiétant, tout comme son état physique. Face à elle, sa soeur Claire fait tout pour l'aider, mais celle-ci doit gérer son stress dû à l'approche terrifiante de la planète vers la Terre, chose dont ne semble pas s'inquiéter Justine. C'est ce qui fait alors l'objet de la deuxième partie. On ressent bien la tension et le stress pendant la dernière partie du film, franchement sublime jusqu'au final grandiose. Charlotte Gainsbourg est décidement dirigée à la perfection par le cinéaste qui produit encore des merveilles.


           Le plus génial avec Melancholia, c'est que ce film nous épargne toutes les conneries habituelles des films catastrophes. Tout est centré sur cette petite famille, dans un lieu bien précis, et on n'en sort jamais. On ne sait absolument pas comment la menaçante planète est appréhendée par le reste du monde, ni comment le gouvernement réagit, rien de toutes ces saloperies ennuyeuses. Ici, on a affaire à une oeuvre d'art happante, inquiétante, vraiment magnifique. Même si de nombreuses longueurs sont à déplorer, que la caméra à l'épaule ne fait toujours de miracles et qu'on ne ressent pas toute l'émotion et la compassion qu'on devrait éprouver pour ces deux femmes, on reste subjugués par la qualité du scénario et le talent inouï des deux actrices. Et je me répète, la fin du film (notamment les 30 dernières secondes) va vous en mettre plein la gueule de façon violente, c'est une expérience à ne pas rater au ciné. Bref, voici la bande- annonce pour ceux qui seraient passés à côté :


 


 





 


 




Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

muyayalo 02/04/2017 23:20

Votre commentair je veux savoir plus

joe 30/11/2016 19:55

Cool

memor78 16/01/2014 00:46

film un peu long , mais super . ma préférence va nettement a the tree of life . auriez vous d'autre film du meme genre a me conseiller ? du style tree of life , take shelter , mélancholia ..? merci d'avance pour les réponses.

Caycedo 11/07/2013 20:54

J'ai du voir 40 film de ta liste et pour l'instant je les trouve tous magnifiques, à l'exception de celui ci. Vu tout les commentaires sur ce film il doit y avoir quelque chose qui m'a échappé parce que je le trouve juste ENNUYEUX à mourir, d’après vous qu'est-ce qui m'a échappé ?
Sinon merci beaucoup pour ton site, super utile !

Sebmagic 12/07/2013 01:44

Difficile de répondre si je ne sais pas ce qui t'as déplu ! C'est quand même du cinéma hors norme, visuellement sublime, ne serait-ce que l'intro et la conclusion qui foutent de véritables baffes (non ?), et le jeu de Kirsten Dunst : mélancolique, déprimante, à travers laquelle Lars von Trier crache sur l'espèce humaine de façon violente et avec un pessimisme rarement vu au cinéma. Je trouve le film prodigieux même si certaines séquences sont peut-être un peu longues.

Louison 26/04/2012 23:12


Avec Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe?


Il serait pas en manque d'inspiration et voudrait nous refaire Antichrist quand même?


J'attend aussi avec impatience son nouveau film. Et je ne peux que te conseiller Dancer in the Dark

Sebmagic 26/04/2012 23:30



Ce n'est pas parce qu'il reprend des acteurs fétiches qu'il est en panne d'inspi, enfin on verra bien !



Mona 24/04/2012 08:22


Antichrist je vais sûrement le voir, tout comme Dancer in the Dark (mais avec moins d'attente).


Ca fait quand même 3 prix d'interprétation féminine pour ses actrices au bonhomme !


Me suis renseignée sur Nymphomaniac mais je n'ai pas trouvé le moindre nom pour le casting. Tu en sais plus ?

Sebmagic 24/04/2012 11:04



Ben à priori ça serait un casting avec lequel il a déjà travaillé : Stellan Skarsgar, Charlotte Gainsbourg, Willem Dafoe, mais je sais pas si c'est définitif.



Mona 23/04/2012 23:30


Premier Lars von Trier pour moi ... je pense que le reste de sa filmo va souffrir un peu de cette introduction en la matière !


Terrible pour qui déprime à la base, ce film est une montée de spleen puis d'angoisse.


La première partie m'a clairement fait penser à Festen, ça claque et je n'y vois aucune longueur. Mais j'avoue que sans Dunst, Mélancholia n'aurait pas cette puissance. Elle EST la mélancolie
même mais pas que, et c'est là qu'elle est intéressante.


La seconde partie est suffocante, implacable de fatalité. Le rapport à l'enfant est touchant. D'accord avec toi pour les dernières minutes qui sont sublimes de noirceur ! 


Au sortir de ce film j'aurais envie de penser à Kubrick dans le rendu et la force des images.


Grand moment de cinoche, juste le grand regret de ne pas l'avoir vu sur grand écran.


 


Kirsten Dunst est une actrice énigmatique, qui porte en elle comme des stygmates. Même quand elle est gaie, elle semble triste intérieurement.

Sebmagic 24/04/2012 00:14



Dommage pour le grand écran en effet, c'était pas faute de l'avoir rabâché haha


 


Mais sinon content que t'aies aimé, et entièrement d'accord sur Dunst que je trouve géniale (j'ai fait une grosse partie de sa filmographie y'a 2 ans (eulo ce blog a déjà bientôt 2 ans !), et
elle me surprend toujours.


 


Pour ce qui est du reste de Lars von Trier, je suis loin d'avoir tout vu mais ce mec innove à chaque fois, il fait preuve d'originalité et offre du cinéma très très différent de ce qu'on voit
habituellement. Antichrist en est un bon exemple (attention j'ai jamais vu un film aussi noir que celui-ci, et très torturé/morbide), mais surtout Dogville qui part d'un principe extrêmement
original... Et en fait je me rends compte que sur tout sa filmo je n'ai vu que ces trois-là mais c'est toujours une claque (j'ai ma préférence pour Melancholia, grâce à Dunst notamment et au
traitement de l'image).


 


Mais je vais peut-être voir Dancer in the Dark bientôt, et j'ai des attentes énormes pour The Nymphomaniac.



Ze Ring 02/04/2012 00:17


J'ai préféré mille fois la première, plus fluide et prenante... Plus de Dunst et moins de Gainsbourg ;) Et j'ai trouvé les enjeux familiaux plus intéréssants que dans la deuxième partie, le
personnage de Justine beaucoup plus flou et énigmatique... J'ai adoré. La deuxième partie m'a laissé plus froid mais QUELLE FIN!

Sebmagic 02/04/2012 00:45



Ah ben voilà moi c'est un peu le contraire, je trouve que la première partie a trop de longueurs (enfin je l'ai vu 4 fois en peu de temps donc faut peut-être que je relativise), j'ai au contraire
préféré le côté "déprime" de Justine que son côté légèrement instable, enfin ça se vaut. Enfin c'est vrai que je préfère aussi Dunst à Gainsbourg mais j'ai beaucoup aimé l'angoisse liée à
l'attente de la planète.



Ze Ring 01/04/2012 23:40


Quel film!
Des longueurs oui... Mais lorsqu'un film est aussi puissant et viscéral, qu'est-ce qu'on en a a foutre? J'ai eu des frissons a la fin... Un truc de fou.

Sebmagic 02/04/2012 00:02



Ouais putain de fin ! Mais des longueurs c'est clair... Y'a une partie que t'as préféré à l'autre ? Généralement dans les critiques que j'ai lues, les avis divergent !



Simy 16/12/2011 16:25


Je viens de finir Mélancholia... Je l'ai regardé parce que j'avais lu le tout début de ta critique. Le "Foncez" a été efficace !


J'en suis encore retournée. J'imagine qu'au ciné, ça devait être grandiose ! Je ne connaissais pas du tout ce réalisateur ni son univers. Et j'ai été bluffé. Je dois quand même avouer que les 5
premières minutes du film m'ont (contrairement à toi) gonflé. J'ai regretté l'argent que j'avais mis dans le DVD :D 


Mais finalement, la troisième partie du film, et surtout cette fin saisissante, m'a fait revoir deux fois les 5 premières minutes ! Du grand art... La langueur de la 2ème partie ne m'a pas gêné,
on a ,grâce à cela, appris à connaitre les personnages, on est entré dans leur monde, on vivait avec eux.


Ce qui est troublant, c'est cette angoisse grandissante. Le fait aussi qu'à aucun moment on ne parle de mort. Comment affronter la fin ? En tentant de fuir (Claire)? En programmant sa propre fin
(John) ? Ou bien encore dans l'acceptation (Justine) ?... 


J'en profite pour te souhaiter très bonne continuation ! C'est toujours un plaisir de te lire. 

Sebmagic 16/12/2011 18:47



Merci bien, content que t'aies apprécié le film !



anais 20/08/2011 23:56



Après lecture des commentaires notament celui de Squizzz, pour moi il n'y a pas de "films à saison", de trucs frais et festifs l'été et des comédies romantiques aux bords de la cheminée l'hiver.
Un bon film est un bon film et traverse ce genre de détails temporels.


Concernant ce film, il est pour moi d'une beauté difficilement inégalable. Les images sont d'un esthétisme irréprochables à mes yeux et on sent que Lars Von Trier est pas le genre de mecs qui
fait ses plans "parce que ça fait cool comme ça" ou, juste pour raconter une histoire. L'histoire est dans chaque plan. C'est ce qui fait pour moi de ce film un chef d'oeuvre.


Je n'ai pas trouvé de longueur en ce qui me concerne, je trouve qu'il était important de faire ressentir ce que le spectateur doit ressentir, et les plans sont tous deux justifiés : dans la
première partie, il me paraissait en effet important de passer du temps sur Justine, et le jeu de Dunst est à mon avis tel qu'il comble ce temps passé autour d'elle. On a besoin de rentrer dans
sa personnalité, de voir le contraste entre ses expressions et le monde qui tourne autour d'elle, et cette vision de la dépression est plutôt réaliste et bien traitée à mon avis.


La deuxième partie était elle aussi nécessaire dans toute sa longueur, là on a une personnalité plus classique chez Claire, et on prend le temps cette fois de stresser. Parce que oui, le film est
long, mais sa durée est je pense justifiée dans le sens où nous aussi, on attend le crash ! Et en ce qui me concerne ça a marché à merveille, pendant toute la 2e partie, j'angoissais avec les
personnages jusqu'au moment fatidique, la fin qui est vraiment (sur)prenante. Un plan rarement vu au cinéma. D'ailleurs, ce que j'ai adoré dans le film, c'est qu'il arrive à faire de belles
images avec un univers noir.


Aucun rapport, mais ça me fait penser au film de bac de Domitille sur le travail à l'usine filmé par de très belles images, et au sujet duquel le réalisateur qui nous aidait lui avait demandé si
elle ne trouvait pas ses images trop belles pour ce qu'elle montrait, ce à quoi elle avait répondu, est ce qu'on est obligé de montrer quelque chose de noir par des images mauvaises ou peu
travaillées ? Et en effet, c'est pas parce qu'on est dans un univers tristounet qu'on doit se priver de faire de belles choses, et autant visuelles qu'auditives d'ailleurs, parce que l'ouverture
de Tristan et Iseult qui revient régulièrement, j'imagine qu'il a une raison à quand il intervient (faudrait une analyse plus poussée là dessus) et la musique, bon, c'est pas de la merde quand
même.


Bref, pour ma part, dès les premiers plans, ça m'a pris aux tripes et j'me suis dit "oulala, ça va être un bon film." Me reste à voir Antichrist bientot.



Sebmagic 21/08/2011 00:42



Antichrist aussi a une sacrée intro, qui correspond exactement à tout ce que tu viens de dire puisque l'intro d'Antichrist est
tout simplement l'art de filmer une chose horrible avec des images sublimes. C'est très étrange.



Squizzz 20/08/2011 17:19



C'est marrant parce que les quelques défauts que tu déplores à la fin ont eu bien plus d'impact sur moi au point d'être assez mitigé au final. Il y a effectivement des plan géniaux, une réflexion
très intéressante sur le fond, des actrices épatantes. Mais la première partie est trop longue, la caméra à l'épaule a fini par me donner envie de vomir et ce climat très pessimiste et déprimant
a eu du mal passer en plein été...



Sebmagic 20/08/2011 23:18



Justement, je reviens du cinéma, j'suis allé le voir une deuxième fois et j'ai encore plus aimé que la première. Effectivement la première partie est peut-être légèrement trop longue, la caméra
m'a pas dérangé mais y'a quelques longueurs (surtout la deuxième fois).

Par conre le climat déprimant, moi j'adore, et surtout en période d'été où tous les gens sont contents parce qu'il y a du soleil et qu'il fait chaud (ça m'énerve ^^).



Thomas Grascoeur 13/08/2011 20:35



Trivial n'est peut-être pas en effet le plus approprié ; je voulais dire d'avantage : cru et sans concessions :-)



Sebmagic 13/08/2011 23:32



D'accord ^^ C'est vrai que trivial est un terme assez péjoratif donc je ne savais plus trop que penser de ton commentaire !



Thomas Grascoeur 13/08/2011 17:05



etrange, envoûtant, agaçant, sublime ou trivial...



Sebmagic 13/08/2011 19:53



Je suis d'accord avec les 4 premiers adjectifs, mais pourquoi trivial ?



2fois2cinq 12/08/2011 14:26



Hier soir j'ai hésité entre celui-ci et UNE SEPARATION... J'ai choisi le deuxième et j'ai pas été déçu, mais je vois que j'aurais fait l'autre choix j'aurais apparement également passé une bonne
soirée...



Sebmagic 12/08/2011 16:30



Ben d'après certains, vaut mieux voir Une Séparation. Moi j'en sais rien je l'ai pas vu !