Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La femme d'eau - de Hidenori Sugimori (7)

La femme d'eau - de Hidenori Sugimori (7)

      Conseillé par Skinnykid, La femme d'eau (Mizu no onna), 7e participant de "Gagne un DVD", est un film japonais ayant remporté l'Alexandre d'Or au festival du film de Thessalonique en 2002. Tout d'abord, je tiens à remercier Skinnykid pour sa participation, sans laquelle je n'aurais jamais entendu parler du film, même si je dois admettre qu'il n'a pas vraiment été un coup de coeur pour moi. Le film raconte l'histoire de Ryo, une "femme pluie" comme on les surnomme au Japon : à chaque moment important de sa vie, la pluie tombe. Elle gère avec son père des bains publics, jusqu'au jour où un drame se produit.

La femme d'eau - de Hidenori Sugimori (7)

      Malheureusement, et j'en suis navré, je n'ai pas réussi à entrer dans ce film qui m'a laissé complètement en-dehors durant deux heures. C'est dommage, pourtant, car les premiers plans du film sont plutôt poétiques et instaurent une belle ambiance bleutée. Seulement, au bout de 30 minutes, j'ai commencé à m'ennuyer fermement devant La femme d'eau. Est-ce moi qui n'ai pas été réceptif, je n'en sais rien, mais j'ai rencontré de nombreux problèmes, à commencer par la base : ma compréhension de l'histoire. Dès le départ, je n'ai pas compris où le film voulait m'emmener et, pour être tout à fait honnête, je ne pense pas que j'en aurais compris les ressorts dramatiques si je n'avais pas décidé de lire le synopsis à la moitié du film.

 

     J'ai trouvé le montage très déstabilisant, car le film est parsemé d'ellipses ou de flashbacks très contemplatifs, mais très peu explicatifs. Alors, certes, les images sont belles la plupart du temps, je concède que certaines séquences sont éblouissantes notamment grâce aux cadrages et aux décors, mais au service de quoi ? J'ai la terrible impression d'être passé complètement à côté du propos du film, et même de l'histoire elle-même tant le déroulement des événements (souvent peu passionnants) est confus. Ma seule source de plaisir aura donc été le traitement des images et le traitement du son : les bruits d'eau et de pluie qui coulent sont en effet savoureux. Mais ça ne fait pas un film.

La femme d'eau - de Hidenori Sugimori (7)

       Le scénario manque clairement d'enjeux et les deux heures sont relativement monotones ; on assiste à une alternance de scènes de pure contemplation poétique (qui peuvent ravir quelques temps, mais qui m'ont lassé très rapidement) et de dialogues assez insipides entre les personnages. Bref, l'ensemble m'a semblé inconsistant, et pas seulement dans la trame : également dans l'écriture des personnages. Peut-être ne suis-je pas assez habitué aux films de ce genre (et pourtant, j'ai vu une pelletée de films asiatiques), mais les personnages m'ont laissé froid et indifférent. Et pour en rajouter une couche, j'ai trouvé les acteurs mauvais, au mieux passables.

La femme d'eau - de Hidenori Sugimori (7)

        Bref, je te remercie néanmoins, Skinnykid, car j'ai découvert un cinéma différent de celui qui m'attire habituellement, mais je serais curieux (si tu passes par ici) de connaître ton avis sur le film et pourquoi il t'a paru être un choix "évident". Ça ne se contrôle pas, certes, mais j'ai vraiment vécu un ennui profond, sans aucune forme d'émotion ni d'intérêt pour cette histoire. C'est extrêmement dommage car il y a de réelles idées de réalisation et une esthétique impeccable (j'ai adoré les différents tons de bleu mais également les passages en forêt plus verdoyants).

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article