19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 13:54

          Sur les westerns de Sergio Leone que j'ai vu jusqu'à maintenant, c'est probablement celui qui m'a le moins emballé, mais c'est vraiment pour chipoter parce que (encore une fois) je me suis pris une claque et 2h30 de pur bonheur. Je prends un pied incroyable devant ces westerns spaghettis et j'ai hâte de découvrir Il était une fois dans l'Ouest - même si paradoxalement j'ai encore envie de faire durer le plaisir plus longtemps.

Indice Spoiler :  Spoiler2

 

il était une fois la révolution

 

-> Lire la suite...

             Si j'ai (légèrement) moins aimé Il était une fois la Révolution que les films de la trilogie du Dollar avec Clint Eastwood, c'est certainement à cause de l'époque où se situe le film. Je préfère de loin le style "cow-boy à cheval" qu'à moto, mais comme je l'ai déjà dit c'est franchement pour chercher la petite bête, car le film est un pur chef d'oeuvre. Ce n'est pas un style qui plait à tout le monde, d'autant que le film fait assez vieilli, mais il aurait duré 5h que ça ne m'aurait pas dérangé. La réalisation de Sergio Leone, les répliques efficaces, les décors et paysages sublimes, et surtout la musique d'Ennio Morricone sont comme toujours des perles qui, lorsqu'elles sont associées, nous offrent une réelle qualité cinématographique. James Coburn est absolument génial avec son sourire impressionnant et sa grande bouche pleine de dents, je dois bien dire que son duo avec Rod Steiger m'a bien fait rire, et m'a ému aussi.


il était une fois la révolution2

            Sergio Leone
continue dans le thème des anti-héros uniquement intéressés par leur profit personnel qui se retrouvent dans une guerre qui n'est pas la leur. Ca donne à ces personnages solitaires une certaine classe. Alors qu'un personnage comme l'Homme sans Nom (Clint Eastwood) était un type sorti de nulle part, au passé totalement inconnu (comme s'il n'existait qu'à travers l'histoire qu'il vit), le personnage principal, John Mallory, a ici un passé qui nous est dévoilé par des flashbacks réussis (où la fraicheur et le vert de l'Irlande font contraste avec le Mexique), ce qui le détache donc des précédents films de Leone. Chose qui sera encore amplifiée dans Il était une fois en Amérique, beaucoup plus nostalgique et triste qui conclut de façon forte et épique la trilogie "Il était une fois". Bref, Il était une fois la Révolution est donc à mi-chemin dans cette évolution du réalisateur (je n'ai pas encore vu Il était une fois dans l'Ouest et c'est peut-être débile de les avoir pris dans le désordre, mais j'imagine qu'il confirme cette idée de scénarios évolutifs). Les musiques donnent un souffle grandiose à cette épopée au coeur de la Révolution mexicaine (des morceaux comme Scherzi A Parte ou Marcia Degli Accattoni filent des frissons) et les deux personnages principaux finissent par devenir de plus en plus touchants. Le film surprend assez de ce côté d'ailleurs, montrant un Juan Miranda parfois triste ou un John Mallory rongé par ses souvenirs d'Irlande, qui rend le dénouement poignant. J'aurais peut-être aimé un avant-final sous forme de beau duel entre John et Gutierez (joué par Antoine Saint-John), mais il n'en reste pas moins réussi. Autre élément nouveau par rapport aux précédents chefs d'oeuvre : même si le duo John/Juan fait étrangement penser au duo Blondin/Tuco, il y a ici une légère histoire d'amitié qu'il n'y avait pas tellement dans Le bon, la brute et le truand.


il était une fois la révolution3

               Bref, c'est encore un film génial et mémorable que je prendrai plaisir à revoir souvent. Après 40 ans le film a certes pris des rides, mais son efficacité et sa classe me semblent intemporelles.









Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Antonio 05/12/2012 00:34


Continuer comme ca, très bon blog

Sebmagic 05/12/2012 01:07



Merci !



Antonio 05/12/2012 00:33


Autant pour moi je n'avais pas vu la suite par maladresse.

Sebmagic 05/12/2012 01:06



Ah effectivement avec seulement les 5 premières lignes c'était un peu court



Antonio 05/12/2012 00:32


Je trouve qu'il était une fois la révolution est quelque peu sous estimer et peu détaillé dans vos critiques selon moi.

Sebmagic 05/12/2012 00:34



Oui il est sous-estimé, mais paradoxalement je n'avais pas grand chose à dire dessus.



2fois2cinq 21/05/2012 11:10


Pour ma part (mais c'est extrèmement personnel), je trouve celui-ci bien au dessus de tous les autres !


Ensuite, je mettrais "en amérique".. et puis en dernier "dans l'Ouest"... parce que même si c'est beau, c'est chiant !

Sebmagic 21/05/2012 11:37



D'accord, j'ai l'impression que pour moi ça va être exactement l'inverse !



Tranches de Ciné 20/05/2012 23:32


Tu DOIS voir Il Etait une Fois dans l'Ouest. Je l'ai moi-même revu il n'y a pas si longtemps et franchement, c'est un monument du cinéma. Je t'encourage vivement à trouver le temps de le
regarder ! Quant à Il Etait une Fois la Révolution, cette fois, c'est moi qui ne l'ai pas vu. Et il faudrait parce que j'ai Il Etait une Fois en Amérique (qui conclut la
trilogie) en DVD et j'aimerais voir La Révolution d'abord...

Sebmagic 21/05/2012 00:23



Oui tu devrais effectivement le voir d'abord ! Il était une fois en Amérique est un monument aussi, faut que je le revoie.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -