22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 08:25

      Voici un court-métrage que je viens découvrir et qui m'a totalement emporté. "Noah" est un film de 17 minutes qui se déroule sur un écran d'ordinateur, où on suit les différentes activités d'un adolescent, Noah.

 

       Extrêmement bien scénarisé et réalisé (par Walter Woodman et Patrick Cederberg), un peu comme une comédie romantique, le court-métrage m'a captivé du début à la fin, en montrant à quel point Facebook (notamment) a fait évoluer nos réactions et notre comportement à l'égard des autres. Bref, je ne vais pas tout raconter et je laisse plutôt le plaisir à ceux qui ne l'ont pas encore vu de le découvrir (en plein écran). Le lien semble marcher (au moins pour l'instant ! Merci zerz) :

 

http://www.tuxboard.com/noah-la-vie-dun-ado-sur-internet/

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 21:09

Ayant une flemme énorme d'écrire en ce moment, il n'y aura pas d'article avant un petit bout de temps même si j'ai déjà vu depuis le début de l'année un sacré nombre de perles qui mériteraient que j'en parle : entre autres L'odyssée de Pi, Le monde de Charlie, Philadelphia, Detachment, Oslo 31 août, Billy Elliot, Wanted, 8mm, Le nouveau monde et évidemment le tout récent Django Unchained qui m'ont tous procuré du grand bonheur cinématographique... J'ai en ce moment beaucoup plus envie de regarder des films que d'en critiquer, pour ceux qui seraient vraiment en manque (on peut toujours y croire !), j'essaie de mettre le plus souvent possible mes critiques sur Allociné, visibles en suivant ce lien.


Mais bref, aujourd'hui j'ai envie de parler d'un clip. A mon plus grand étonnement, je ne l'avais pas vu avant alors que je suis raide dingue de la musique de Sigur Rós, mais quoiqu'il en soit l'assemblage de la musique et des images chez ce groupe islandais me fascine toujours autant, tout en me procurant de véritables moments d'intense poésie. Le clip de Glósóli, notamment, avec cette montée finale très puissante, représente un peu mon idéal du clip, qui n'est pas à dissocier de mon idéal cinématographique.


sigur-ros-shia-labeouf.jpg

Bref, lors de la sortie de leur 6e album Valtari, le groupe Sigur Rós a demandé à 12 réalisateurs (un pour chaque chanson) de s'occuper des clips, sans aucune contrainte artistique ni thématique. On peut retrouver ces clips sur leur site à cette adresse, mais j'ai envie de m'attarder sur celui qui a fait sensation parmi les 12 : le clip de Fjögur píanó, réalisé par Alma Har'el et mettant en scène Shia Labeouf. Tout simplement parce qu'il m'a également fait beaucoup d'effet et qu'il mérite d'être partagé. L'acteur semble dernièrement vouloir sortir du système Transformers/Blockbusters, choix qui l'honore quand on voit le talent qu'il met ici en oeuvre en seulement 8 minutes.


 

 



Je ne vais peut-être pas m'étendre sur la qualité de cette véritable oeuvre artistique car c'est quelque chose d'unique et d'expérimental qui se savoure, tout simplement. Toujours est-il que le clip est magnifique, en parfaite adéquation avec la musique, présentant deux personnages (ou bien les deux formeraient-ils en fait la même personne ?) évoluant dans une ambiance et un univers très étranges. On a presque ici affaire à de l'art contemporain, très bizarre avec une ambiance extrêmement poétique, romantique et mélancolique. Shia Labeouf montre ici toute sa sensibilité artistique et le clip, a priori difficile à saisir, est bien plus profond qu'il ne le laisse paraître. Très symbolique et riche en interprétations multiples, j'ai lu cette sublime analyse du clip (ça vaut vraiment le coup de passer 10 minutes à la lire car elle est très enrichissante) qui m'a sidéré et qui explique clairement l'omniprésence du thème du "Projet MK-Ultra" (Monarch Mind Control), un projet illégal qui consisterait à manipuler mentalement des individus. De quoi mettre la vidéo en parallèle avec l'être humain actuel et sa place dans la société actuelle.


Toute cette théorie laisse en effet supposer que les deux personnages du clip sont manipulés par un groupe extérieur, et que la jeune femme n'est peut-être que le reflet du personnage de Shia Labeouf lui-même, éternellement bloqué dans cette pièce et dans ce corps, qu'il marque chaque jour d'un trait dans le dos comme le feraient des prisonniers sur un mur. Le clip joue habilement sur l'absence de bruit (mis à part évidemment la poétique et planante musique de Sigur Ros) qui rend le clip encore plus vibrant, il est bon de remarquer qu'à 5:35, le personnage féminin (joué par Denna Thomsen) crie silencieusement "What do I have to do to get you out of here ?". La réplique, associée aux images et à tout ce qu'elle implique (deux personnes coincées dans un cycle infernel et infini), donne des frissons. C'est beau, c'est profond et c'est tout ce que j'aime.




Voir aussi : L'article sur Sigur Ros.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:07

         Ceci n'est pas du cinéma, mais je suis obligé d'en parler ici parce qu'il va me permettre de parler d'un artiste que j'adule de plus en plus : Alexandre Astier. Pour ceux qui ne verraient pas encore qui il est (est-ce possible ?), il s'agit ni plus ni moins que du créateur de la série Kaamelott (mais également acteur, réalisateur, scénariste, compositeur, monteur, etc.).

           Hier soir se tenait la présentation du programme de l'année 2012-2013 du théâtre de Caen, qui a proposé en deuxième partie de soirée le nouveau spectacle de ce génie de l'humour, intitulé "Que ma joie demeure !", gratuitement. N'ayant pas pu le voir ailleurs faute de possibilités, c'est avec un grand empressement que je suis allé voir ce petit bijou. Alexandre Astier se met dans la peau de Johann Sebastian Bach, compositeur qu'il affectionne tout particulièrement pour sa musique et se propose de donner (à travers son personnage) un grand cours de musique à un groupe d'individus (plus ou moins représenté par le public). Inutile de dire qu'en 1h50, il canalise un nombre impressionnant de talents et d'effets, qu'ils soient artistiques, humoristiques ou dramatiques, et si on connait les capacités hallucinantes du bonhomme, on ne peut qu'être - au minimum - intrigués par cette pièce qui, sous ses allures théâtrales, cache un brin de stand up.

          Pour ma part, ce fut l'une des choses les plus drôles que j'ai pu voir de ma vie et, pour vous donner une idée de la qualité de cette oeuvre, j'ai quasiment eu un gros fou rire de 110 minutes, interrompu de temps en temps par des petits moments d'émotion surgis de nulle part.

   

que ma joie demeure 1

 

 

-> Lire la suite...

           Depuis que j'ai découvert la série Kaamelott, je crois qu'Alexandre Astier me surprend de plus en plus, et c'est à chaque fois une surprise agréable. Tout d'abord, les livres V et VI de la série m'ont marqué pour longtemps, car ils montrent déjà une grosse partie du talent de leur auteur, et évidemment son intelligence et sa finesse. En partant d'une série à petits sketches, comme l'a été Caméra Café (je cite cet exemple, peut-être à tort, uniquement pour le format des deux séries : de petits épisodes de 3 à 4 minutes qui amusent en racontant une histoire ponctuelle), Alexandre Astier n'a pas fait l'erreur de rendre cette série commerciale en enchaînant 50 saisons. Il a su au contraire faire vivre ses personnages au sein d'un univers plus grand et plus sérieux, en augmentant petit à petit le format des épisodes de sa série pour enfin raconter l'histoire qu'il voulait raconter au départ. Si bien que la petite série humoristique a finement évolué vers une histoire plus complexe, plus dramatique et plus prenante, avec une véritable chronologie et des personnages de plus en plus profonds.


           Ce choix est pour moi le coeur même de l'intelligence d'Alexandre Astier, qui a d'ailleurs surpris autant que bouleversé les fans de la série. Bref, je ne suis pas là pour parler de Kaamelott, d'autant que je l'ai déjà suffisamment fait sur ce blog, mais je ne peux pas m'empêcher de partager ma passion (mon admiration ?) pour tout ce que cet artiste a accompli et continue d'accomplir au cours des années. Mais en plus de l'artiste, l'homme me paraît doté d'une intelligence assez rare, qu'on peut régulièrement saisir à l'écoute de ses interviews ou réactions. Plus que de l'intelligence d'ailleurs, ce type semble être l'un des rares artistes à ne pas paraître faux. Dans toutes ses déclarations, il fait preuve d'une authenticité à toute épreuve, d'une grande sincérité (il ne se prive pas de dire ce qu'il a à dire), et surtout de bon sens, et il faut bien dire que ça fait du bien au milieu de toutes ces célébrités qui manquent totalement d'intégrité. Encore une fois, je ne suis pas là pour parler de ça mais quand même, ses déclarations me laissent sur le cul tant elles sont justes et tombent sous le sens. Que ce soit sur la politique, à propos de la téléréalité, de Dieudonné ou des journalistes, Alexandre Astier semble à chaque fois dire tout haut ce que des millions de gens pensent tout bas, moi le premier.


que ma joie demeure 2            Qui plus est, et sans vouloir donner l'impression de l'idolâtrer totalement, je trouve qu'il fait partie d'une sorte d'élite culturelle qui se fait rare en France tant le niveau dans ce domaine diminue avec les années. J'ajouterais à ces rares personnes François Rollin que je découvre de plus en plus depuis Kaamelott et qui collabore régulièrement avec Alexandre Astier. Ces deux vrais phénomènes ont un humour assez similaire - fin et subtil - et tentent, grâce à cet humour, de partager des choses intéressantes et intelligentes. François Rollin m'a beaucoup surpris et plu avec son bouquin "Les grands mots du Professeur Rollin", où il essaie, via l'humour, de réintégrer à la langue française des mots oubliés tout en démontrant à quel point notre langage se dégrade. Un autre livre qui me semble incontournable et qu'ils ont écrit ensemble : "Astier et Rollin posent les bases de la pensée moderne", que je n'ai pas encore fini mais qui traite du sujet de la transmission de façon très captivante et intelligente. Bref, ces deux penseurs ne font pas de l'humour de pitrerie, mais ont compris que l'humour pouvait être un outil servant la culture. Parfois, on ne sait pas exactement s'ils utilisent l'humour pour transmettre des savoirs, ou si au contraire ils utilisent ces connaissances pour créer un humour bien particulier, et c'est peut-être là que réside le génie : savoir lier les deux sans qu'aucun ne gêne l'autre. Les exemples sont nombreux, comme le sketch de la Physique Quantique d'Alexandre Astier ou de la Thérapie du Rire de François Rollin, deux bijoux d'humour que j'aime me repasser pour obtenir de savoureux fous rires.


            Et l'exemple le plus frappant de ce style d'humour intelligent est sans conteste ce spectacle "Que ma joie demeure !" qui traite donc de Bach, sa vie et sa musique. Ce n'est pas par hasard si, dans cet article, j'ai commencé par aborder Kaamelott avant de parler de cette pièce, car je trouve les deux assez similaires dans le principe. Il n'est pas difficile de retrouver dans le personnage de Bach quelques astuces qui ont fait l'originalité du roi Arthur dans Kaamelott. On a ici un personnage bougon, qui semble se faire totalement chier, un génie au milieu d'abrutis qu'il aime envoyer balader tant ils l'agacent. Isabelle Adjani (qui joue par ailleurs le rôle principal de son dernier film David et Madame Hansen) a d'ailleurs parlé de ce personnage comme étant un "Docteur House en musique", et je pense que cette comparaison résume parfaitement le personnage de Bach ainsi que sa situation au coeur de cette pièce. Outre ces ressemblances, Que ma joie demeure ! fait également penser à Kaamelott dans son style humoristique, assez anachronique notamment au niveau du langage, ce qui crée un décalage amusant avec l'idée qu'on pourrait se faire du Johann Sebastian Bach de l'époque. Cependant, Alexandre Astier ne fait, pendant 1h50, qu'extrapoler ce que pouvait bien être la vie obscure de ce compositeur en parsemant la trame du spectacle d'anecdotes réelles, mais détournées de façon humoristique.


que ma joie demeure 3


            Dès l'entrée en scène du personnage, je me suis mis à rire tant le discours est drôle et subtil, et tant le talent de comédien d'Alexandre Astier lui permet de jouer avec les mots pour nous faire exploser de rire. Nul doute que son humour est efficace et brillant et il me semble impossible de rester de marbre devant les sketches qu'il joue absolument seul, avec un banc, un tableau et un clavecin. Tout est toujours inattendu et original, comme la visite de l'orgue, la vision de la musique italienne ou les moments d'émotion et de drame qu'il ajoute par-ci par-là et prennent aux tripes (le confessionnal). Il faut être sacrément doué pour faire passer le spectateur en une demie-seconde d'un franc fou-rire à un silence glacial et prenant, et à ma connaissance c'est une subtilité de comédien qui se fait rare en France actuellement. Peut-être parce que personne d'autre n'ose vraiment faire ce genre de choses. Ca me rappelle un peu le sketch de Jérémy Ferrari à propos du conflit israëlo-palestinien vraiment très poignant, mais là je divague ailleurs.


            Bref, Alexandre Astier met en avant ses talents de comédien (des mimiques et un texte hilarants, entre autres) et ses connaissances en musique pour nous faire hurler de rire, tout en abordant la vie d'un compositeur aussi connu que méconnu. C'est brillant, et d'ailleurs parfaitement mis en scène par Jean-Christophe Hembert. Le clou du spectacle aura été le final, avec une triste minute de silence en la mémoire de Pierre Mondy. On aurait tous préféré qu'elle n'ai jamais eu lieu, évidemment, mais Alexandre Astier a rendu hommage à ce comédien de la plus belle façon qui soit, de façon très émouvante, et je pense qu'une grosse partie des spectateurs du théâtre de Caen est sortie de la salle avec une larme à l'oeil. Bien que je ne connais que très peu Pierre Mondy, j'ai été extrêmement ému par cette triste fin de spectacle et je pense que ce moment d'émotion va rester très longtemps dans ma tête.


            J'avais, avant de voir le spectacle, vu sur Youtube l'hommage d'Alexandre Astier à Pierre Mondy, et il en parle de façon tellement vraie et belle que je n'ai pas pu m'empêcher d'éprouver un paquet de choses. Pour ceux qui l'auraient loupé, voici la vidéo dans laquelle A. Astier honore la mémoire du comédien, en faisant comprendre à tout le monde avec quelques mots à quel point cet acteur était brillant (P.Mondy ayant joué le rôle de César dans la 6e saison de Kaamelott). Il en profite pour tacler violemment TF1, et ça encore, ça fait du bien à entendre aujourd'hui :



 


 

                Je pense que ceci va conclure cet article car j'ai résumé une grande partie de ma pensée à l'égard d'Alexandre Astier et de son travail. Tout ce que je peux dire, c'est : si vous avez l'occasion de voir ce spectacle brillant, courez-y. C'est à mon goût de l'excellence artistique et humoristique à son plus haut niveau.


                   Et pour ceux qui l'auraient quand même loupé, le DVD sort le 6 novembre 2012 et je vous assure qu'il vaut largement son prix ! A commander ici dès maintenant.



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:18

            Rien à voir avec le cinéma, je vous présente aujourd'hui un petit blog qui tend à grandir : celui de Moongoose, une mangouste qui vient de la Lune. Je ne vais pas vous dire de quoi il s'agit exactement, je vous laisse le découvrir par vous-mêmes, si on veut vraiment y voir un parallèle avec le cinéma on peut dire que dans l'idée du polaroïd, ça peut s'assimiler au nain de jardin d'Amélie Poulain et c'est plutôt marrant !


            La description : Bonjour. Je vis sur cet endroit que vous appelez la lune. Une fois, alors que je regardais les étoiles, je suis tombée de la lune !! J'ai atterri dans un champ, c'était si beau, si différent ! Alors maintenant, j'ai décidé de venir à votre rencontre, et découvrir votre planète.



moongoose-21.jpg

          Alors le blog est au démarrage et Moongoose a encore quelques difficultés pour s'exprimer en français correct, mais si ça peut vous détendre de suivre les aventures de Moongoose sur la Terre, vous pouvez visiter le blog :


Moongoose - The Mongoose from the Moon




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 01:55

              Hop, c'est la première fois que je profite de ce blog pour parler jeux vidéos, en l'occurence de Limbo, véritable chef d'oeuvre sorti il y a quelques mois. Quand je sors du cinéma dans mes articles, c'est pour partager quelque chose qui à mon goût vaut vraiment le coup. Personnellement, j'ai toujours beaucoup de mal avec les jeux vidéos récents. J'ai le sentiment que les concepteurs privilégient le graphisme et la qualité d'image au détriment de la qualité du jeu, tout simplement. Outre le fait que je ne suis absolument pas adepte des jeux qui font fureur depuis quelques années (stratégie/guerre), j'ai du mal avec les jeux récents et je suis resté bloqué 15 ans en arrière. Pour moi, et c'est malheureux je trouve, la plupart des jeux vidéos sont devenus certes plus beaux, mais surtout beaucoup moins longs (je parle bien sûr des jeux à durée de vie limitée). J'ai le sentiment que plus un jeu est beau graphiquement et réaliste, moins il est riche en contenu. C'est un constat que je base sur très peu d'expériences et sur beaucoup de préjugés. Par exemple, j'ai acheté à sa sortie Duke Nukem Forever (attendu depuis très longtemps), et je n'ai pas pu m'empêcher d'être extrêmement déçu par le jeu, comparé à Duke Nukem 3D sorti en 1996 et qui est un véritable bijou.


              Résultat, même si c'est de plus en plus difficile avec le progrès des machines d'aujourd'hui (vive Dosbox), je ne joue pratiquement qu'aux vieux jeux (voire très vieux), que j'ai gardés en CD précieusement dans mon armoire. Souvent des point & click, pas exceptionnels graphiquement mais tellement barrés et hilarants que je m'en passe pas. Entre autres, plein de jeux inconnus pour la plupart, comme Toonstruck (quelle merveille d'humour ce jeu, avec une sacrée durée de vie), The Feeble Files (certainement mon jeu préféré, avec un univers à la 1984 chez les extraterrestres, délirant et encore une durée de vie hallucinante (le jeu est composé de 4 CD et chacun d'entre eux est déjà long)). Quoi d'autre... Zork Grand Inquisitor (superbe...), Bud Tucker, Dragon Lore II, Exhumed, bref que des petits jeux de merde qui ont fait mon enfance et que je trouve géniaux, notamment parce qu'ils ont une durée de vie impressionnante, telles qu'on n'en voit plus maintenant.


limbo.jpg


             Cependant, il est sorti récemment un petit jeu dénommé Limbo et qui m'a franchement conquis par son ambiance de dingue. L'histoire est simple : vous incarnez un petit garçon
qui a perdu sa soeur et qui décide d'aller dans les limbes pour la retrouver. Très simple, mais l'univers du jeu est tellement génial que ça vaut le détour. Sombre, avec des décors simples en noir et blanc, mais sublimes, c'est un jeu qui fout limite mal à l'aise au travers de l'atmosphère qu'il dégage. Le jeu consiste en plusieurs énigmes plus ou moins faciles à résoudre (le plus souvent, il faut réfléchir un minimum surtout sur la fin), qui permettent de faire avancer notre personnage dans l'ombre, où rôdent des créatures peu amicales.


               Malheureusement (bien sûr), la durée de vie du jeu est assez courte et je trouve qu'il aurait vraiment mérité d'être plus long. On ne reste pas sur notre faim, car graphiquement et émotionnellement c'est magique, mais c'est un peu court. Pour finir le jeu sans farfouiller (c'est-à-dire arriver simplement au bout), j'ai mis 3 heures. Heureusement, le jeu est parsemé de "succès" à récolter (ce sont des petits oeufs cachés dans les niveaux) et certains sont difficiles à trouver ! Le dernier challenge du jeu est le suivant : terminer tout le jeu d'une traite en mourant moins de 5 fois ! Autant vous dire qu'il faut l'avoir terminé plusieurs fois avant de réussir ce défi, et que j'en ai chié. Mais j'y suis finalement parvenu aujourd'hui, et ce dernier succès ouvre un niveau secret particulièrement génial qui conclut le jeu de manière superbe. Une durée de vie assez courte donc, mais si on tient à tout débloquer (et pour 10€, on le fait !) ça prend quand même pas mal de temps (peut-être bien une vingtaine d'heures) et beaucoup de prises de tête.


              Le jeu sur PC ne vaut que 10€ et je pense qu'il les vaut largement car je n'ai pas vu de si bon jeu depuis bien longtemps. Pour moi qui suis un fou de Heart of Darkness et L'Odyssée d'Abe, Limbo est un subtil mélange des deux au coeur d'un univers unique en son genre. Vous pouvez télécharger la version d'évaluation (la démo du jeu) avant de vous décider à l'acheter, c'est ce que j'ai fait et c'est ce qui m'a convaincu de l'acheter sur le champ sur Steam. Je vous laisse avec la bande-annonce que je trouve franchement alléchante.

 


 



               Note : si des adeptes de Photoshop ont envie de recréer l'ambiance Limbo avec ce logiciel, vous pouvez aller voir cet excellent tutoriel.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:56

            Car ce blog n'a pas été créé uniquement pour le cinéma mais aussi pour recenser les multiples émotions que je peux avoir en dehors de ce domaine, avec quelques articles sans rapport avec le 7e art qui sont rangés dans une catégorie "Surprises". Il y en a peu, mais lorsque je trouve quelque chose sublime, je ne peux pas m'empêcher de le partager.


               Aujourd'hui c'est pour parler de l'espace, et notamment du ciel magnifique qu'on ne peut malheureusement presque jamais voir (parfois entrapercevoir). Comment mieux traduire mon sentiment qu'en proposant une vidéo sublime, qui plus est sur fond de "Adagio in D minor" du film Sunshine (signée John Murphy) ?


                 Note : sur le blog, la qualité des vidéos est très moyenne, je vous conseille de cliquer sur les liens sous les vidéos pour les lire en HD (ou presque) !

 

 




               J'ai toujours été dingue de l'univers, son immensité, comme beaucoup de gens d'ailleurs. Et quand je vois des vidéos pareilles, je ressens vraiment plein de frissons. C'est donc un timelapse, une vidéo composée de différentes séquences de quelques secondes. En vrai, 10 secondes de vidéo correspondent à 2 ou 3h de film, soit un boulot assez grand mais visuellement réussi. La photographie est impeccable, je crois qu'on ne peut qu'être d'accord là-dessus, mais c'est surtout la sensation que provoquent ces images qui m'émeut.

 

              Le fait de voir et de ressentir ainsi la Terre tourner sur elle-même est une sensation frissonnante. A vitesse normale, dans la vie de tous les jours, on ne peut pas percevoir la rotation de la Terre (brièvement quand le Soleil se lève ou se couche), et de telles vidéos nous permettent vraiment de sentir cette rotation hallucinante. Je crois que je pourrais regarder des vidéos de ce genre pendant plusieurs heures sans me lasser, car ce sont des choses qu'on n'a pas l'habitude de voir mais qui traduisent pourtant la réalité sur le déplacement de notre chère Terre et sur notre position dans l'espace. Sur certains plans, on se sent réellement bouger dans l'univers et c'est génial.


ciel.png


                 Autre fait percutant : observer la Voie Lactée ainsi, sur sa "tranche". Encore un spectacle fabuleux qui nous est difficile de percevoir. C'est là qu'on se rend compte d'une chose : la gravité de notre pollution lumineuse. On ne le dit pas assez, et on n'y pense pas assez je trouve. Ce ciel est l'une des plus belles choses qui nous est donnée de voir, et on arrive quand même à le gâcher. Aujourd'hui, voir un ciel très étoilé relève du miracle, à moins de se trouver dans un lieu adéquat avec de très bonnes conditions. C'est navrant, mais on a tellement l'habitude de ne pas voir ces choses qu'on ne réalise même pas à quel point c'est important. Bref, je m'égare mais toujours est-il qu'on loupe de sacrées choses. Allez, j'en remets une petite pour, j'espère, que vous savouriez pleinement ces images magiques.

 

 



             La sublime musique est de Simon Wilkinson (Exodus).

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 15:54

        Hop, encore une petite surprise ! Je l'avais dit, ça peut tomber n'importe quand. Il se trouve que comme je m'ennuyais (un peu) je me suis mis à regarder quelques vidéos sur Youtube et je suis tombé sur deux vidéos qui m'ont successivement impressionné et fait marrer. Les deux sont en relation avec Leonardo DiCaprio, ce n'est pas tellement volontaire mais si vous tenez à en déduire que j'adule cet acteur au plus au point, ça me va !


inception19.jpg

 

 

-> Lire la suite...

          Première vidéo : il se trouve qu'un mec (ou une fille) a trouvé bon de repasser les 4 niveaux du film Inception en simultané, en accélérant les parties correspondantes. J'ai trouvé le boulot franchement impressionnant, le rendu est dingue et on a vraiment cette sensation de "temps acceléré" plus on descend dans les niveaux. Personnellement je trouve que c'est un boulot monstre, les scènes collent parfaitement entre elles, notamment entre le niveau -1 de la camionnette et le niveau -2 de l'hôtel où on voit en direct les conséquences au niveau de l'apesanteur, etc. De quoi se remémorer rapidement les faits et éventuellement de comprendre mieux ce qui se passe (même si ça défile très très vite). Bref, vraiment un travail de fou, une excellente idée, qui résume le film de 2h30 en 4min30. Cette vidéo, réalisée par weikang sur Youtube, est vraiment mon coup de coeur du moment. Bien évidemment elle s'adresse à ceux qui ont vu le film, pour les autres ça n'a aucun intérêt.



 


 


        Deuxième vidéo qui m'a beaucoup fait rire : une compil' sur Leonardo DiCaprio entrain de s'énerver dans ses films. On avait déjà vu récemment la même chose sur Nicolas Cage avec un petit medley hilarant d'extraits de ses films où il s'énerve, pleure, fait le gros taré, intitulée "Nicolas Cage losing his shit" (en gros "perd ses moyens" mais vous aviez compris). Vidéo totalement délirante qui me fait toujours exploser de rire (il faut dire que je trouve cet acteur monumental). Pour ceux qui auraient loupé ça, voici cette vidéo à voir si vous vous emmerdez car ce mec est tout simplement mythique :



        Bref, il se trouve qu'une vidéo similaire vient d'être faite sur Leonardo DiCaprio, qui est par contre beaucoup moins drôle, elle donne un effet dramatique et montre également le nombre hallucinant de films géniaux que l'acteur a pu faire. Voici :



 



         On peut voir la liste des films dans la description de la vidéo Youtube.







Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:46

        Je viens de tomber là-dessus, et je suis sur le cul. Ralentissez la musique de Jurassic Park, et vous avez une sublime musique digne de Sigur Ros ou Brian Eno. Certes, c'est pas la révolution de l'année, mais le résultat est hallucinant de beauté. Je vais profiter de cet article pour parler de Justin Bieber et de Inception (si j'avais su que je placerai les deux dans le même article un jour, je me serais évanoui !).


jurassic_park1.jpg

 

 

-> Lire la suite...

         Tout le monde connaît la musique de Jurassic Park de John Williams (et si ce n'est pas le cas, honte à v suivez ce lien pour l'écouter). Il faut avouer que John Williams avait déjà fait de l'excellent travail. Mais là, en ralentissant 18 fois, on obtient une sublime musique de 54 minutes qui vous fera un bien fou si vous avez envie de vous détendre, voire de vous endormir ! Pour moi qui suis un fan absolu de musiques d'ambiance, je ne vous dis pas à quel point je suis comblé. Vous pouvez écouter ce magnifique morceau en lançant la musique ci-dessous :


Jurassic Park Theme (1000% Slower) by birdfeeder


          Impressionnant, non ? Alors bien sûr, pour apprécier au maximum il faut aimer un minimum ce genre d'ambiances, qui imprègnent toute la pièce. Personnellement j'en suis à 31 minutes et je savoure toujours autant, tellement que je n'ai pas résisté à créer un article sur le sujet. Alors bien sûr, le procédé est classique, tout le monde peut le faire à moins d'avoir la bonne façon de la faire. Parce qu'on le sait, ralentir une musique ça ne donne pas de la qualité comme ça ! Et bien il existe un logiciel qui permet de ralentir énormément toute sorte de musique en la rendant jolie et harmonieuse, même s'il y a des voix ! Ce programme s'appelle PaulStretch et vous pouvez le télécharger ici (pour Windows). Et cliquez ici pour le mode d'emploi qui va avec (en anglais).


          Cette technique n'est pas nouvelle puisque des gens l'avaient déjà expérimenté avant avec Justin Bieber et la musique très moche U-Smile. Et il se trouve que PaulStretch rend Justin Bieber écoutable si on le ralentit 8 fois (si si !). Je vous laisse comparer : la chanson originale / la chanson ralentie. En gros, c'est "comment transformer de la merde en du Brian Eno à partir de rien". J'adore.


          Pour en revenir à Inception, il se trouve que la BO du film a également un petit stratagème de ce genre. Est-ce volontaire ? J'imagine que oui, et si ça l'est, comment dire... C'est hyper malin. Tout est résumé dans cette unique vidéo :


 


 

         En fait, il se trouve que la BO d'Inception, si sublime soit-elle, est très proche de la chanson Je ne regrette rien d'Edith Piaf quand on la ralentit légèrement. On pourrait se dire que c'est une coïncidence, mais ça me semble peu probable. En effet, dans Inception, quand l'un des personnages veut réveiller ses camarades situés aux niveaux inférieurs, il passe la musique Je ne regrette rien d'Edith Piaf, qui résonne alors dans le monde inférieur, comme si la musique était partout. Or, plus on descend dans les niveaux du rêve et plus le temps y est ralenti ! Ce qui voudrait donc dire que la BO d'Inception n'accompagnerait pas les images, mais serait une partie intégrante du film, à savoir que les personnages entrendraient eux aussi la BO du film ! Ca donne une dimension de dingue à cette musique même dans le cas où ça serait une coïncidence, et je trouve ça fabuleux.



          Voilà, pour moi qui suis fan de musiques d'ambiance et de musiques de films (je n'écoute quasiment que ça), j'ai voulu partager avec vous cette merveille.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 16:37

        En répondant à quelqu'un sur l'article de Bilbo Le Hobbit qui sortira probablement vers 2014, j'ai repensé à The Hunt For Gollum, que j'avais vu l'année dernière et je me suis dit qu'il fallait que je la fasse découvrir à ceux qui ne connaissent pas encore, je m'adresse en particulier aux fans de la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Cette vidéo a vu le jour sur Dailymotion en avril 2009, elle dure 40 minutes et s'inspire complètement de la saga de J.R.R. Tolkien, tout en recréant l'univers des films de Peter Jackson. 40 minutes de pur bonheur fait par des fans pour des fans, le boulot est monstrueux et le résultat sublime, époustouflant, remarquable. C'est bien simple : on a l'impression de replonger dans la trilogie de Peter Jackson. Alors, en attendant bien patiemment la sortie éventuelle de Bilbo le Hobbit, délectez-vous devant cette vidéo (en HD avec les sous-titres), c'est à ne pas manquer.

 

hunt-for-gollum.jpg

 

 

-> Lire la suite...

         Les 40 minutes sont tout bonnement exceptionnelles. Certaines scènes sont presque identiques au film original ! D'ailleurs, les mouvements de caméra sont très bien étudiés car similaires aux mouvements du film de Jackson. Les acteurs ne sont pas tous au top niveau, mais c'est surtout parce qu'on a l'habitude de voir Liv Tyler, Ian McKellen, Viggo Mortensen, ce changement brutal déstabilise et il est assez difficile de se détacher de l'oeuvre de Peter Jackson pour se concentrer sur celle-ci. L'acteur qui joue Gandalf s'approprie carrément le jeu d'acteur de Ian McKellen, c'est très réussi. Certes, le mec qui joue Aragorn a une drôle de tête et n'a pas le millième du charisme de Viggo Mortensen, mais qu'importe. Ce sont surtout les ambiances, les paysages et l'adaptation qui sont superbes.


         Grâce aux musiques (qui sont tirées de la bande originale des films), on a complètement l'impression de voir un 4e volet (ou disons, un quart de 4e volet) et même si certains trucs laissent à désirer (on avouera discrètement que l'anneau est très très moche), ce ne sont vraiment que des détails qui ne gâchent rien. On replonge vraiment dans l'univers et c'est parfois frissonnant. Tout ça sans que ça ne paraisse ridicule ni que ça gêne, c'est superbe.


          Bref, si ça vous tente, vous pouvez voir la vidéo en HD sur Dailymotion en suivant ce lien :





          Voir aussi : Le Seigneur des Anneaux (BO), Le Seigneur des Anneaux (critique), Bilbo le Hobbit.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 13:34

        Il n'y a pas que les longs métrages dans la vie. Même si j'ai tendance à penser que plus un film est long, plus il nous touche facilement, Signs prouve le contraire. Alors, attention, je ne vais pas parler ici du film Signs réalisé par l'excellent Night Shyamalan, mais d'un court-métrage réalisé par Patrick Hugues  il y a 2 ans et que je prends souvent plaisir à revoir. C'est l'histoire d'un jeune homme célibataire qui recherche désespéremment l'amour et qui va faire une drôle de rencontre au bureau. Si vous n'avez rien à faire de votre journée et que vous voulez un peu de poésie et de tendresse dans ce monde de brutes, posez-vous confortablement et attaquez ce mignon petit film de 12 minutes.

 

signs.jpg

 

-> Lire la suite...

         Et ce sont 12 minutes qui passent vraiment vite si on se prend au jeu. Sans paroles, rien qu'avec les regards et la musique, il n'est pas difficile de se laisser emporter par cette gentille histoire d'amour à la fois amusante, romantique et originale. Je ne vous en dis pas plus, mais c'est un pur bonheur pour ceux qui aiment un peu de sensibilité et de douceur. Ca fait toujours du bien !

 




         Si vous ne voyez pas la vidéo ou que vous voulez la voir légèrement de meilleure qualité et avec des sous-titres (qui ne sont pas vraiment nécessaires), suivez ce lien.






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Surprises

commenter cet article

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -