5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 09:26

          Ca fait plaisir d'être en vacances et de revisionner plein de films. Ca fait du bien aussi de se refaire des "journées thématiques". Ces 3 derniers jours, j'ai enchaîné les 8 volets de Harry Potter et la trilogie du Seigneur des Anneaux et c'est toujours un bonheur de me replonger ainsi dans deux de mes univers favoris. Ces petits marathons cinématographiques sont des délices d'ambiance, être immergé ainsi pendant 2 jours dans le monde de Poudlard est une expérience assez merveilleuse, surtout lorsqu'on est comme moi dingue de la saga littéraire. Je ne vais pas détailler ici toute ma passion pour Harry Potter, que je trouve scénaristiquement magique et émotionnellement puissant, ni mes déceptions/ravissements vis-à-vis des films. Ca me passionnerait, mais ça me prendrait des jours.

 

           Cependant, j'ai été particulièrement ravi de l'adaptation de la première partie des Reliques de la Mort (7e et dernier livre de la série), et notamment la manière avec laquelle la relation entre Harry et Hermione a été traitée.

   

Indice Spoiler : Spoiler0 

 

harry

 

-> Lire la suite...

          Globalement, j'ai accroché dès le début à la saga cinématographique. Même si j'ai pu avoir un peu de mal avec Daniel Radcliffe lors des premiers volets, je m'y suis fait et je pense même que je ne supporterais pas de voir un autre acteur incarner Harry Potter. D'ailleurs, cette remarque est valable pour l'ensemble des personnages et je trouve que c'est une sensation assez forte. On pourra toujours critiquer les films Harry Potter par rapport aux bouquins, parce qu'il manque des choses, ou parce que certains ajouts n'étaient que peu justifiés, et surtout parce qu'il est difficile de faire émotionnellement aussi fort que le support littéraire. Les petites déceptions que m'ont offert les films sont présentes essentiellement parce que les livres sont d'une qualité exemplaire. Parce qu'il est quasiment impossible de retranscrire à l'écran toutes les émotions du livre, étant donné que la plupart des moments forts se passent dans la tête d'Harry.

 

          Cependant, l'esprit est bien présent à l'image et ces 8 volets ont à mon goût réussi à capter toute l'essence de Harry Potter, toute sa force, à travers les décors et les personnages. Je trouve que c'est un boulot monstre et je ne pourrai sans doute jamais descendre ces adaptations, parce qu'elles m'ont fait rêver et forment une sorte de bonus aux bouquins. Certes, certaines libertés regrettables ont parfois été prises, certains oublis également, et certains ajouts inutiles. Mais, parmi ces changements, il y a une scène ajoutée que j'ai trouvée profondément géniale, et que je trouve de plus en plus géniale à mesure que le temps passe : la scène de danse entre Harry et Hermione dans le 7e volet.

 

 

 

 

 


               Beaucoup ont critiqué cette scène lors de la sortie du film, parce qu'elle n'est pas dans le bouquin, parce qu'elle a un côté ridicule, parce que sa présence n'était soi-disant pas justifée. Et pourtant, je ne comprends pas comment les fans de la saga littéraire peuvent ne pas apprécier cette scène.

 

                 La relation entre Harry et Hermione

 

                En matière de relation, de lien puissant entre personnages, je trouve qu'on a rarement fait aussi intense. C'est peut-être ma Pottermania qui parle, c'est peut-être ma passion extrême pour les bouquins qui m'aveugle, mais je trouve cette scène absolument prodigieuse. Je pense que David Yates n'aurait pas pu mieux exprimer l'amitié profonde et platonique qui existe entre Harry et Hermione. Cette scène est une ode à l'amitié pure, renforcée par les liens profonds qui existent entre les deux personnages depuis 10 ans d'adaptation cinématographique. Mis à part la relation entre Sam et Frodon dans Le Seigneur des Anneaux, je n'arrive pas à trouver au cinéma une amitié qui soit aussi forte et aussi belle entre 2 personnages. 

 

                L'ambiance déprimante du film joue en faveur de cette scène. Les deux personnages étant liés depuis 7 ans par des drames à répétition, ils sont à bout et sont désespérés. Hermione est dévastée, l'ambiance est merdique, Harry sent le poids de ses responsabilités l'envahir et les deux personnages songent même à abandonner leur vaine entreprise. Mais, en l'espace d'un instant, en l'espace d'une danse, Harry parvient à redonner le sourire à Hermione. Ils se rassurent mutuellement et on prend conscience de la pureté de leur amitié, extrêmement forte, sans aucune sorte d'arrière-pensée. Je ne crois pas avoir déjà vu au cinéma une histoire d'amitié homme-femme aussi belle. C'est un type de relation qui y est extrêmement peu abordé (dans presque tous les cas, l'amour ou le sexe viennent faire leur apparition) et je trouve ça vraiment dommage.

 

                  Le dosage de la musique

 

              Qui plus est, la scène est magnifique parce qu'elle a un pouvoir terriblement nostalgique. L'utilisation de la musique (la sublime musique "O Children" de Nick Cave & the Bad Seeds) est absolument parfaite. On commence par l'entendre faiblement à la radio, au coeur du film. La voix et le ton, associés aux couleurs sombres de l'image, donnent d'emblée une atmosphère déprimante à la scène et on devine aisément ce qu'il se passe dans la tête des 2 héros. Lorsque Harry décide de remonter le moral d'Hermione, la musique s'intensifie à mesure que les protagonistes sourient et elle devient le principal élément de la scène. D'ailleurs, la puissante musique se retrouve alors extérieure à la scène, on est passé à un son off qui met en valeur la relation sublime entre Harry et Hermione. Pendant quelques dizaines de secondes, ils sont seuls au monde et oublient tous leurs problèmes. Je trouve cet instant véritablement magique, et j'ai du mal à comprendre qu'on puisse le trouver ridicule. Dans ces quelques minutes, leur amitié profonde est montrée, sublimée.

 

                 Ensuite, le volume de la musique diminue et l'euphorie du moment s'échappe. Hermione pose sa tête sur l'épaule d'Harry et vice versa. Les personnages sont plongés dans leurs pensées, leurs sourires s'effacent car la réalité revient subitement. Un instant de pure nostalgie apparaît alors, car le spectateur - en même temps que les personnages - repense au parcours extrême qu'ils ont eu pour en arriver là, et pense au trajet qu'il leur reste à faire avant la fin. La musique revient alors à l'intérieur du film, via la radio, et l'ambiance redevient déprimante et sombre. 

 

                  Bref, une seule musique pour exprimer d'abord la déprime, la joie, l'euphorie, l'amitié profonde, la nostalgie, puis encore la déprime. Pour moi, cette scène est magnifiquement mise en musique et le réalisateur ne pouvait pas mieux mettre en image cette connection particulière entre Harry et Hermione. J'ose même dire que ces quelques minutes constituent le seul moment, sur les 8 volets, où le film vient surpasser le livre.

 

                   Dans cette scène, David Yates montre (enfin) que s'il est difficile d'utiliser le cinéma pour illustrer un livre, on peut quand même l'utiliser pour le rendre plus beau. D'un côté, la puissance des bouquins vient du fait que le lecteur est constamment dans la tête d'Harry Potter et que ses sentiments, ses pensées, ses émotions sont liées à celles du personnage. Or il est impossible, même avec une voix off, de retranscrire ces éléments au cinéma. Cependant, le cinéma a quelque chose que le livre n'a pas : il peut utiliser la puissance visuelle et la puissance musicale qui permettent d'émouvoir le spectateur et de transcender une scène. Bref, chaque support a ses avantages et ses manques, et chacun peut adapter ses outils afin de produire quelque chose d'intense. Cette scène de danse en est un exemple frappant.

 






Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 22:37

          N'ayant plus la motivation actuellement pour parler de films dans leur ensemble, je vais revenir à ce que le blog aurait dû être depuis le début, à ce qui me motive vraiment à écrire ; les scènes de films marquantes. Les prochains articles vont donc concerner toutes ces séquences qui me plaisent particulièrement et que j'aime me repasser encore et encore, celles qui me donnent cette passion intense pour le cinoche... Ca passe par la poésie d'un instant, la grâce d'une scène, la tristesse d'un moment, le rire d'une situation, la puissance auditive, la beauté visuelle, la virtuosité d'une caméra, la création d'une nostalgie. Bref, ça passe essentiellement par l'émotion et c'est cette émotion que j'ai toujours voulu retranscrire ici avant même toute tentative d'objectivité. J'ai a-priori une petite cinquantaine de scènes qui me viennent à l'esprit quand j'évoque l'idée de faire un article. Je suis devant ma télé, qui passe actuellement Old Boy, et je sais d'avance que 3 ou 4 scènes de ce film viendront alimenter le blog un jour (ce combat en plan-séquence est merveilleux).

 

          Cependant, j'ai décidé ce soir de parler du générique d'ouverture (et de fermeture) d'un film que j'ai découvert tout juste ce matin : The Rocky Horror Picture Show. Gros délire culte créé pour les fans de ciné, je n'ai pas le bagage nécessaire pour saisir toutes les références du film mais je l'ai grandement apprécié, avec 40 ans de retard. 

 

          Même si l'essentiel du film marche à merveille, notamment grâce à un Tim Curry survolté et complètement dingue, c'est le générique d'ouverture qui m'a envoûté d'office :

 

 

          Cette comédie musicale complètement tarée a un gros atout ; celui d'avoir des chansons de qualité, et notamment ce morceau intitulé Science Fiction/Double Feature, chanté par Richard O'Brien par-dessus la bouche de Patricia Quinn. Ce générique est pour moi une merveille car il met immédiatement dans l'ambiance de ce qui va suivre ; un côté décalé et totalement hypnotisant qui ne m'a pas lâché pendant tout le film. A vrai dire, j'ai ressenti une énorme nostalgie en écoutant cette chanson, même si je ne l'avais jamais entendue auparavant. Je trouve qu'elle a un pouvoir mélancolique assez puissant, et que c'est une entrée en matière grandiose pour le film. Il est clair que ça donne envie de le voir, j'ai personnellement été emporté par cette voix qui a un effet particulièrement motivant.

 

           Rares sont les films qui donnent envie dès les premières minutes (Old Boy fait partie de ceux-là également), rares sont les génériques mémorables. En 4 minutes, que ce soit visuellement comme auditivement, on se sent étrangement pris dans une ambiance très agréable, renforcée par la vision de cette unique bouche qui captive bizarrement notre regard. Bref, je trouve cet effet assez fou, qui donne en plus un aspect épique au film sans même qu'on ne comprenne vraiment pourquoi. De la pure nostalgie, comme je l'adore.

 

            Mais ce qui est plus fort encore, c'est que cette même chanson est réutilisée pour le générique final, et que la différence entre les deux versions est magnifique. Pendant le générique d'ouverture, la musique est entraînante et a un effet enthousiasmant, rythmé. Au contraire, à la fin du film, la musique est associée à une réplique tout à fait étrange et triste, qui ne semble pas correspondre à la lignée du film et qui m'a vraiment fait tout drôle. Alors que le film est constamment plongé dans un univers de grande poilade et de délire WTF assez savoureux, il se conclut brutalement avec une réflexion assez déprimante qui m'a laissé avec un sentiment particulier.

 

           En d'autres termes, la musique est utilisée avec un double objectif ; elle ouvre le film avec une nostalgie positive pour donner envie de voir la suite, et nous laisse avec une nostalgie plus négative pour qu'on ne l'oublie pas une fois fini. Je trouve ça assez fort et efficace, d'autant que la chanson est vraiment marquante et reste dans la tête.

 

           Bref, inutile de dire que je vais écouter cette chanson un bon paquet de fois. Si The Rocky Horror Picture Show va me rester en tête, c'est en grande partie grâce à ces deux génériques et je pense que, malgré ses défauts et son côté nanardesque, je risque de revoir ce film encore et encore.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:34

          Ayant moins de temps à consacrer au blog je vais en revenir à ses origines ; poster un article lorsque j'ai une émotion particulière, pour partager mes films et mes scènes de films préférés.

 

          Hier soir j'ai revu (enfin !) La Famille Tenenbaum de Wes Anderson et je dois dire que j'ai été encore plus charmé que la première fois, qui m'avait déjà beaucoup marqué sans que j'en garde un souvenir clair. A l'époque le cinéma commençait tout juste à devenir ma passion et je n'avais pas compris à quel point ce film était sublime, original et proche de la perfection. Wes Anderson fait certainement partie des réalisateurs qui me surprennent le plus et m'offrent le plus de plaisir, avec de la poésie, des plans en travelling somptueux, des dialogues remplis de silences ; un style vraiment unique et jouissif mais surtout des personnages décalés et riches.

 

famille tenenbaum



          Bref, ce film est probablement l'un des films les plus charmants que j'ai pu voir, mais j'ai fait cet article pour parler d'une scène en particulier, qui est à mon goût LA grande scène du film, de celles qui caractérisent leur auteur et qui transcendent un simple film. Pourtant, La Famille Tenenbaum est très riche en scènes génialissimes, ne serait-ce que la présentation des personnages / du casting très décalée et propre au style savoureux du cinéaste (scène à revoir ici), avec le genre de musique qu'on ne peut voir que dans un film de Wes Anderson.


           Ici je voulais parler un peu de la scène où Margot (Gwyneth Paltrow) descend du bus pour rejoindre Richie (Luke Wilson). La scène apparait dans le film sans trop prévenir, est assez surprenante grâce au changement soudain de ton et d'ambiance, passant d'un humour décalé et franc à quelque chose de poétique, de magique et de très lent. L'impression que le temps ralentit à travers les yeux des deux personnages est magnifique, d'autant plus puissante lorsque la musique de "These Days" se met à s'intensifier avec les paroles de la chanteuse Nico, sublime voix. J'ai cru comprendre que Wes Anderson avait tourné cette scène spécialement pour cette chanson, et ça se ressent tant l'association des deux est belle, pleine de grâce, évidente.


 


 

          A la surprise du changement d'ambiance se mêle également la surprise scénaristique, puisqu'on ne sait pas de quel personnage le narrateur parle avant de voir apparaître Margot, descendant du bus avec un air mélancolique qui colle à la peau des personnages de Gwyneth Paltrow et qu'elle interprète à merveille. Peu d'actrices sont capables à ma connaissance de percer un écran de la sorte, même aidées par la mise en scène et la réalisation parfaites d'un Wes Anderson. Je pense qu'à part Kirsten Dunst, aucune n'aurait pu saisir ce personnage aussi bien, dans les moindres regards et les moindres gestes. Une espèce de talent à émouvoir par la nostalgie et la mélancolie assez rare et puissant pour le spectateur. On peut d'ailleurs généraliser ça à pratiquement tous les personnages du film (Luke Wilson et Bill Murray notamment).



           Bref, cette scène fait partie de mes claques cinématographiques, quand bien même je n'y avais pas fait attention plus que ça la première fois (bizarre). Tant de talent de tous les côtés (jeu d'acteurs, musique, mouvements de caméra, mise en scène, couleurs et ambiances), confinés dans une scène si courte, c'est fabuleux et ça serait bien de voir ça plus souvent.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 01:11

          Comme chaque année, le top des films de 2012 est suivi par le top des scènes qui m'ont marqué cette année. Je suis toujours extrêmement sensible à certains types de scènes et cet article est l'occasion pour moi d'exprimer mes sentiments à leur propos. C'était originellement le but de ce blog et il ne faut pas que je perde ce but de vue. C'est aussi un excellent moment pour parler un peu des séries qui m'ont plu cette année, Breaking Bad étant une découverte mémorable de mon 2012.
 

  breaking-bad-fin.jpg

 

-> Lire la suite...

           1. Breaking Bad - La fin de la saison 4


          Ce sont les fins des épisodes 4x11 et 4x13 de Breaking Bad qui m'ont le plus marqué cette année. En voyant la fin de la saison 4, je me suis dit (pour la première fois depuis 2005) qu'une série pouvait passer devant Lost dans le top de mes séries préférées. La qualité de Breaking Bad (et notamment de cette fin de saison) est impressionnante et difficilement égalable dans l'univers de la série TV. La dramatisation des personnages - même des plus pourris - est parfaite et l'évolution de Walter White saisissante. Ayant déjà suffisamment parlé de la fin de ces deux épisodes sur le blog, je vais éviter les spoilers dans cet article pour rediriger les intéressés vers l'article en question.

            Inutile de dire qu'il ne faut pas lire cet article si on n'a jamais vu la saison 4 de Breaking Bad, et il en va de même de cette vidéo qui spoile entièrement la fin de l'épisode 4x11. Je ne sais pas si j'ai déjà vu une montée dramatique aussi belle, que ce soit dans une série comme dans un film. Cette scène est complètement démentielle.


             Attention spoilers !

        
 
 
 

           2. Take Shelter - Trois scènes marquantes


          De tous les films vus dans l'année, Take Shelter est probablement celui qui m'a procuré le plus de sensations. Un nombre impressionnant de scènes du film devant figurer dans cet article, on va admettre que toutes ces scènes se retrouvent en 2e position dans ce top. Je vais en citer trois, bien que ce soit l'intégralité du film qui m'ait marqué.

           Les deux premières sont accompagnées de la magnifique et puissante musique de David Wingo que je ne connaissais pas comme compositeur avant ce film. Tout d'abord, la scène du bunker est probablement celle que j'ai préféré dans le film ; la tension et la puissance émotionnelle atteignent un paroxysme hallucinant. Les regards des acteurs, la musique enivrante, tous les non-dits qui passent par cette scène m'ont poussé à aller voir le film 3 fois au ciné. La fin du film, également magnifiée par la musique de Wingo est aussi belle esthétiquement que psychologiquement.

            La troisième scène est, contrairement aux deux autres, dépourvue de fond musical : c'est lorsque Curtis pète les plombs lors du repas collectif. Non seulement le choix des musiques est exceptionnel pour un tel film, mais aussi le choix de non-musique qui met ici en avant toute la tension dans la pièce et donnerait presque un petit effet Festen. Pour les détails plein de spoilers, voir les articles correspondants ici et ici.


         

 
 
 

           3. Perfect Sense - Perte de l'ouïe


          La scène qui m'a le plus fait pleurer cette année. Après avoir vu le film (deux fois de suite), je pense que j'ai dû revisionner cette scène - lors de laquelle le personnage d'Ewan McGregor perd son sens auditif - une bonne centaine de fois dans l'année. Tout simplement magnifique, le travail sonore est juste merveilleux. Les détails dans cet article.

          La scène n'étant évidemment pas sur Youtube, je partage la bande-annonce.

 

        

 


           4. Another Earth - Le cosmonaute russe


           Une scène que je n'oublierai pas. Brit Marling est tellement excellente que j'ai été pendu à ses lèvres pendant ces 3 minutes, tout comme le personnage joué par William Mapother. Cette scène est une vraie merveille. Elle raconte l'histoire d'un cosmonaute enfermé seul dans les confins de l'espace avec pour seule compagnie un bruit qui fait "toc.. toc.. toc" et qui devient une véritable torture. L'article correspondant.

 

 


 
 

           5.  Shame - Les regards dans le métro


          La scène n'aurait certainement pas la même saveur sans la musique "Unravelling" de Harry Scott, très proche de la musique "The Village" de Hans Zimmer et qu'on peut entendre dans La Ligne Rouge. Bref, une musique très efficace, lente mais qui monte subtilement en puissance avec les mouvements ou regards des personnages. La scène m'a hypnotisé complètement et m'a intégré immédiatemment dans l'ambiance du film, alors qu'elle apparait dans les premières minutes. Typiquement le genre d'ambiances immersives dont je raffole. L'article détaillé.

 

         

 
   
 

           6.  Le Hobbit - Des énigmes dans le noir...


         Tout le gros passage entre Bilbon et Gollum était le passage que j'attendais avec le plus d'impatience et je n'ai pas été déçu. La scène des énigmes est tout simplement jouissive. Le grand moment du film reste selon moi le moment où "la pitié retient la main de Bilbon", extrêmement émouvant et servi par deux acteurs d'exception (Freeman et Serkis).

            Globalement, tout ce passage est abordé subrepticement dans Le Seigneur des Anneaux à travers quelques brèves paroles de Gandalf à Frodon. Gandalf devant l'âtre, murmurant : "des énigmes dans le noir" fait d'ailleurs penser à la scène du Hobbit où les nains chantent "Far over the misty mountains cold", l'autre scène du film qui m'a énormément marqué par sa poésie incroyable et le frisson qu'elle procure, tout en offrant un thème musical définitif aux Nains.

 

         

 

 
 
           7.  La chasse - Dans l'église


          Parmi les films qui m'ont marqué figure La Chasse, et à l'intérieur du film figure une scène bouleversante, que je ne peux pas évoquer sans risquer de spoiler mais qui assez proche du pétage de plombs de Curtis dans Take Shelter. Thomas Vinterberg offre une scène à grands éclats de vérités, balancées au visage des personnages, ce qui rappelle indiscutablement le glacial Festen.

 

         

 

     
           8.  Voyage au bout de l'enfer - Roulettes russes


           Pas vraiment besoin de justifier la présence des deux scènes de roulette russe dans ce top, ce sont deux grands moments de cinéma très intenses qui ne se décrivent pas, mais se vivent. Donc si ce n'est pas déjà fait, sachez qu'il faut absolument avoir vu The Deer Hunter.

 

         

 
 
   
           9.  Il était une fois dans l'Ouest - L'arrivée de Frank


           La classe énorme de cette scène réside à la fois dans le génie de Sergio Leone pour sa réalisation exemplaire et dans celui d'Ennio Morricone pour l'un des thèmes musicaux les plus frissonnants du genre. C'est le genre de scènes muettes mais délectacles qui peuplent les westerns de ce duo et qui me font prendre mon pied.

 

         
 


           10. Vivre sa vie - Danse entre les billards


           Vivre sa vie a été pour moi la découverte des films de la Nouvelle Vague, notamment de Godard et d'Anna Karina qui m'ont charmé pendant toute la durée du film. Cette scène particulière m'a marqué par sa simplicité et le regard mélancolique de l'actrice. Je ne saurais dire ce qui m'a tant hypnotisé pendant cette scène comme pendant la plupart des autres scènes du film, mais ce fut une bonne découverte.

 

         

 

 

           11.  La ligne rouge - L'attaque du village


        Hans Zimmer signe ici une merveille musicale, probablement sa plus brillante, pour accompagner l'une des scènes les plus poignantes du cinéma de Terrence Malick. Les images sont caractéristiques de l'esthétisme magique du cinéaste, lourdes de sens et d'émotion et font de La Ligne Rouge un monument du cinéma de guerre.

        La musique entraînante est tellement efficace que d'autres morceaux en ont été très largement inspirés (Hans Zimmer a d'ailleurs repris de nombreux passages dans "Science and Religion" pour Anges et Démons, ainsi que Harry Escott pour Shame - comme je le disais plus haut). N'ayant pas retrouvé cette scène pourtant déjà culte, je mets quand même la musique :

 

         

 
 

           12.  Saya Zamuraï - La fin du film


           Honteusement trop peu distribué en France, ce film de Hitoshi Matsumoto nous emmène loin, du rire au drame, et parvient facilement à faire venir les larmes quand la fin arrive. L'histoire d'un samouraï sans sabre, à découvrir absolument. Je signale quand même qu'il ne sert à rien de voir la vidéo sans avoir vu le film.

 

         

 

 

           13. Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare


           Encore une fois, il ne faut pas voir la vidéo avant d'avoir vu le film. Cette fin est de toute beauté et servie par deux acteurs absolument brillants (Steve Carell et Keira Knightley), que je suis depuis un bon moment et qui n'ont clairement pas fini de faire leurs preuves. Un joli moment de cinéma sur fond de fin du monde.

 

         

 




           14.  Naissance des pieuvres - Les 6 dernières minutes


        Le film a beau m'avoir beaucoup déçu, avec de nombreuses maladresses et des scènes franchement moyennes, Naissance des pieuvres mérite cependant d'être vu, d'une part parce qu'il se regarde extrêmement bien, et d'autre part parce qu'il ne faut pas rater cette fin de film magistrale qui est un éclair de génie. Si tout le film avait pu être aussi intéressant et dans cette ambiance bien particulière, il aurait clairement dépassé mes attentes les plus folles. Ce n'est évidemment pas tout ce qu'il y a à retenir du film, mais c'est une scène qui m'a énormément marqué, par sa musique, ses images, sa nostalgie.

 

         

 



            15.
Bons baisers de Bruges - Le parc


            Ne pas regarder la vidéo sans voir le film. Cette scène dans le parc est l'une des meilleures du film (qui contient pourtant son lot de passages originaux et décalés). Rarement un film ne m'aura autant fait basculer entre le drame et l'humour aussi rapidement, tout en restant aussi réaliste dans ses dialogues savoureux. Parfois, on ne sait pas si l'on doit en rire ou en pleurer, ce qui en fait à mon goût l'un des films les plus brillants de ces dernières années.

 
 


 

 



            16. Le pianiste - La fin du film



           Impossible de ne pas citer la fin du Pianiste dans ce top, qui est un véritable hymne à l'humanité à travers la musique. Adrien Brody est exceptionnel et le message est incroyable.

 

         

 

 
  
           17.  J'irai dormir chez vous


          Chaque année dans mon top des "scènes" figure un film dans son entier : un film tellement beau ou parfait que l'ensemble de ses scènes forme lui-même un truc global absolument marquant (en 2010 Enter the Void, en 2011 Koyaanisqatsi). Cette année j'ai eu envie d'attribuer ce mérite à J'irai dormir chez vous. Il est difficile d'extraire de cette série (ou même du film) une scène plus marquante que les autres, car l'intégrale des documentaires d'Antoine de Maximy est un pur bonheur à suivre.

          A titre d'exemple, cette délirante vidéo qui m'a occasionné un très grand nombre de fous rires (encore maintenant) et que je ne peux pas m'empêcher de visionner encore et encore. Un moment culte de la télé.

 

         

 


 

 


           18. La ruée vers l'or - Auld Lang Syne


           Un énorme moment de tristesse et de nostalgie cinématographique, lorsque notre pauvre Charlot se retrouve tout seul au réveillon à écouter l'Auld Lang Syne au loin. Charlie Chaplin est un maître de l'humour, mais également du sens du drame. C'est magnifique.

 

         

 

 

           19. Buffalo'66 - La fin


          La fin de Buffalo'66 est vraiment marquante, car en opposition totale avec tout le reste du film. Contre l'ambiance froide et dure du film vient se dresser un dénouement extrêmement jouissif, bien que très simple. Un pur bonheur.

           L'autre scène inoubliable du film reste pour moi la danse de Christina Ricci au bowling. Cette scène complètement décalée et "hors du temps" est la preuve indiscutable de la force poétique de Vincent Gallo.

 

 


 


 
            20. Les Revenants - Les premières minutes


            Ca fait longtemps que je n'ai pas parlé séries sur le blog, ce top m'en donne l'occasion et je ne vais pas m'en priver. En cette fin d'année a été diffusée la première saison de la série française Les revenants sur Canal+ et c'est pour moi la meilleure série française jamais créée après Kaamelott. Sur une idée de base absolument géniale et un scénario très prenant, Les revenants s'avère (malgré les faiblesses de casting typiquement françaises) très intéressante et bourrée de scènes mémorables.

              L'épisode pilote est une vraie merveille, en particulier les premières minutes qui posent l'ambiance : sur la musique enivrante de Mogwaï (groupe que j'appréciais déjà avant), un papillon punaisé à un mur revient à la vie et bat des ailes dans la maison. Ce thème musical qui revient régulièrement donne lieu à des scènes très intenses et apporte quelque chose de supérieur à la série.

         

 


 

 


              21. Blue Valentine - La danse et le ukulélé


             C'est la scène qui donne le sourire, la scène qui fait du bien.

         

 


 
  


              22. Symbol - Comment passer la porte ?


             Deuxième film de Hitoshi Matsumoto dans ce top après Saya Zamuraï, et ce n'est pas étonnant tant ce réalisateur est étonnant et original. Dans Symbol, un homme se retrouve dans une pièce toute blanche, sans porte ni fenêtre. Coincé ici, il ne peut faire qu'une chose : appuyer sur des boutons en forme de pénis de chérubins pour actionner divers événements improbables. Chaque scène est décalée et délirante, loin du cinéma humoristique qu'on a l'habitude de voir. La scène où il tente d'ouvrir une porte avec une corde, une clé et une ventouse à chiottes est à mourir de rire, notamment dans sa mise en scène.

             Je n'ai pas pu retrouver cette scène mais voilà un extrait qui donne une idée de l'ambiance du film :
         

 


 

 
 


              23. Twin Peaks "Fire walk with me" - Le meurtre


            Le film, qui est évidemment à découvrir après la série, m'a replongé avec plaisir dans l'univers déglingué de David Lynch. La scène du meurtre de Laura Palmer, démoniaque et terrifante, est le point culminant du film qui m'a filé de grands frissons. On y retrouve toute la puissance horrifique de la série tout en voyant sous nos yeux ce qu'on n'a fait qu'imaginer pendant tous ces épisodes. Le son de cette vidéo n'est pas le son originel du film, visiblement le mec l'a modifié pour tenter autre chose... Je n'ai trouvé que ça.

         

 


 
 

 


              24. Looper - L'identité du Maître des Pluies


            La scène où le gamin tombe dans les escaliers au ralenti est l'une des plus belles que j'ai pu voir cette année. Que ce soit sur le fond sonore comme visuel, ce passage m'a vraiment marqué et je ne suis pas prêt de l'oublier.

             N'ayant pas retrouvé cette scène sur Youtube (mais c'est déjà bien d'en avoir trouvé une), je partage cette autre scène qui m'a également marqué : le premier face à face entre les deux Joe, qui pourrait presque faire penser à une scène de western. Le film est visuellement impeccable.
         

 


 
 


              25. Anna Karénine - Le bal


             Anna Karénine m'a marqué dans son ensemble, grâce à sa mise en scène très inventive et originale, basée sur des lieux de théâtre. J'ai déjà tout dit dans mon article sur le film, mais la scène du bal (qui est ici incomplète dans la vidéo et pour cause : il manque à mon goût la meilleure partie) est une pure beauté visuelle. Les personnages disparaissent, réapparaissent selon l'angle de la caméra, certains sont mobiles, d'autres figés, bref ; c'est une scène cinématographiquement superbe et travaillée.

         

 


 

 

 

 
  

 





            Voilà donc le bref topo des scènes qui m'ont marqué en 2012, ce fut encore une année riche en émotion et en belles découvertes et j'espère bien que ça va continuer.





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:57

          J'ai décidé de faire ce top une fois par an mais honnêtement, je crois que ce n'est pas suffisant... A l'origine ce blog devait regorger de scènes de films et de séries et ne pas devenir un banal réservoir à critiques. J'adore ressentir des choses puissantes, vibrantes, c'est exactement ce que le cinéma et les séries TV m'apportent. Et au départ, c'étaient ces émotions, ces sensations qui auraient dû être l'essence de ce blog, sa raison d'être. J'essaie d'ailleurs de baser toutes mes critiques sur mes ressentis, ce qui donne généralement des articles presque entièrement subjectifs. Bref, ce soir en tout cas je vais me faire plaisir en réunissant ici toutes les émotions que j'ai pu avoir cette année, je vais passer une ou deux heures à revisionner les vidéos correspondantes et j'adore ça.

 
 

1-Melancholia.jpg

 

-> Lire la suite...

           1. La fin (et le début) de Melancholia


          Cette année, contrairement à l'année dernière, les séries vont laisser leur place aux films. Déjà Lost est fini, et j'ai clairement regardé moins de séries en 2011 qu'en 2010 (à part Twin Peaks et The Office qui apparaitront). Mais ma plus grosse émotion de 2011 tous genres confondus reste la fin de Melancholia. Allez, je déteste spoiler donc ceux qui ont vu ces dernières minutes du film savent de quoi je parle, les autres je vous conseille le film même si malheureusement c'est foutu pour en profiter au ciné (pourtant j'avais prévenu !). Bref, pour cette scène finale, je suis allé voir Melancholia sur grand écran 4 fois, et ça je peux vous dire que ça m'est jamais arrivé et que c'est pas près de recommencer. J'ai déjà exprimé tout ce que je pensais de cette scène sur cet article. Une vraie jubilation, j'ai jamais rien senti d'aussi fort au cinoche. Quand la musique pète les oreilles et que les images pètent tout le système nerveux.


        

 

            Et bien sûr, outre cette fin complètement dingue, les 8 premières minutes de Melancholia sont également magnifiques... Si vous n'avez pas vu le film, rien ne vous empêche de regarder ces 8 premières minutes en vidéo, ça vous fera une sorte de petite bande-annonce du film. Un enchaînement harmonieux et sublime d'images au ralenti (photographie de taré) qui forme un genre de puzzle de tout le film. Quel sacré prologue, encore un truc de dingue comme on n'en voit jamais. Des tas d'autres scènes auraient pu être citées dans cet article, mais ces deux suffiront bien.


 

 


 
 

           2. Koyaanisqatsi


          Bon, là c'est difficile de sélectionner une scène en particulier tant le film est dingue du début à la fin. Certainement ma plus grosse claque de l'année dernière, Godfrey Reggio a sorti là un chef d'oeuvre un peu trop méconnu, à voir absolument. Pour moi, le meilleur passage reste toute la fin, avec la musique douce et incroyable de Philip Glass, Godfrey Reggio filmant les gens au ralenti dans la rue, leurs regards profonds. Après nous avoir montré pendant une heure un monde occidental qui marche comme sur des roulettes à fond, le film soulève des tas de questions : l'humain est-il réellement heureux au milieu de tout ça ? C'est franchement déprimant et c'est la scène forte du film (à mon goût), qui porte vraiment à réflexion (plutôt balaise pour un film muet d'exprimer autant de choses tout en gardant un regard objetcif sur la situation). A partir de 7:15 dans la vidéo (même s'il en manque des bouts).



           3. Le trio final de Le Bon, La Brute et le Truand


          Scène culte, des frissons incroyables lors de mon premier visionnage, puis lors de tous les suivants (je ne sais pas combien de fois j'ai revisionné cette scène). Bon, la scène parle d'elle-même, et puis Ennio Morricone quoi... Un grand grand moment pour moi en 2011.

 

        

 


           4.  La fin de Twin Peaks


           Vidéos à voir absolument. Attention, ça a beau avoir 20 ans, c'est extrêmement flippant (surtout la deuxième partie). Le dernier épisode de la série Twin Peaks, gros délire Lynchien à base de jumeaux maléfiques, de nain qui parle à l'envers et de grands rideaux rouges... La fin de cette série m'a beaucoup beaucoup marqué, je crois que je n'ai jamais rien vu de tel. C'est tellement flippant, décalé, dérangeant, que je ne peux même pas définir les 15 minutes finales de "Black Lodge", avec un Dale Cooper prisonnier de lui-même dans ce lieu terrifiant. Grosse claque qui surprendra même ceux qui n'ont jamais vu la série (pour tout dire, j'avais déjà vu cette vidéo sur Youtube avant et c'est ça qui m'avait donné envie de regarder la série - j'ai pas regretté).

 

 


 
                                                                      Partie 2


            Des tas d'autres scènes de Twin Peaks pourraient encore figurer ici, comme la fin de l'épisode 2x07 ou le major Briggs racontant sa vision à son fils (moment très émouvant).
 


           5.  Le speech de Christian dans Festen


          Ce film m'a énormément marqué, notamment toutes ces scènes très gênantes et "hors convention" qui ont le bon goût de mettre le spectateur mal à l'aise tout en le maintenant scotché à son siège : les prises de paroles de Christian, admirablement joué par Ulrich Thomsen. C'est ce que j'appelle du cinéma, du vrai. Désolé, je n'ai pas trouvé la vidéo avec les bons sous-titres... Mais ceux qui ont vu le film savent ce qu'il dit, et les autres n'ont pas à savoir.

 

         

 

 

           6.  The Tree of Life - "Lacrymosa"


          Scène magnifique pour un film sublime, l'un des meilleurs que nous ait proposé le cinéma en 2011. Encore une fois, la scène parle d'elle-même. Magnifique scène qui m'a laissé sans voix, qui débarque comme ça sans prévenir, avec a priori aucun rapport avec ce qui était avant et ce qui vient après. Remplie de poésie, de beauté, c'est une sorte d'ode à l'univers et ça m'a énormément marqué. La musique, encore une fois, m'a assourdi au cinéma et je raffole de cette sensation, celle d'être envahie à la fois par une musique et des images. D'autant que ces images ont lieu dans l'espace et que je raffole de ce genre de prises de vue. Un tonnerre de frissons lorsque la musique arrive à son sommet et qu'on approche de la galaxie (de 1:52 à 3:20)...

 

         

 

 

           7.  Old Boy - L'intro du film


          De nombreuses scènes m'ont marqué dans ce film (de la fin complètement dingue au combat en plan-séquence), mais celle qui m'a le plus marqué est la scène d'introduction du film. Dès que j'ai vu ces premières secondes du film, j'ai su automatiquement que j'allais voir un truc de taré, et ça n'a pas loupé. La musique, "Look who's talking", est tout simplement un nid de frissons, très entraînante, très efficace. Elle nous permet de rentrer dans le film dès la première image, c'est assez fou.

 


  

           8. The Office (US) - Goodbye Michael Scott


          Encore une fois, et ce n'est pas la première fois que c'est démontré (entre autres Kaamelott, Six Feet Under), une série à l'origine comique et délirante peut finir par nous faire pleurer. Le genre "série TV" est vraiment formidable car il permet de créer des émotions bien plus fortes que le cinéma. Une série démarre avec une galerie de personnages, qu'on apprend à connaître au fil des saisons, avec qui ont ri pendant des heures entières. Les séries durent tellement longtemps que les personnages finissent par devenir vraiment crédibles et qu'on en vient à ne plus dissocier le personnage de l'acteur. Et quand l'heure est venue de les quitter, et bien on pleure, forcément, parce qu'on partage leurs peines et qu'on a du mal à les lâcher. C'est exactement ce qui se produit dans The Office (US) à la fin de la saison 7 lors de l'épisode "Goodbye Michael". Steve Carell ayant décidé de terminer son contrat avec la série, son personnage doit partir et c'est un véritable déchirement. L'acteur est bon, vraiment bon, et Michael Scott ne peut que faire pleurer les téléspectateurs qui ont suivi 7 saisons avec lui. Le point culminant est clairement la dernière discussion entre Jim et Michael, ainsi que les dernières paroles de Michael Scott à la caméra, s'adressant vraiment aux caméramen et leur rendant le micro qu'il a gardé sur lui pendant 7 saisons... Un épisode finement dosé, parfaitement maîtrisé, à la fois drôle et triste, presque déprimant. Clairement l'un des meilleurs moments jamais créés par une série TV. La scène est d'autant plus triste que les acteurs devaient eux-mêmes être clairement émus de tourner ces scènes et que les larmes ne doivent être qu'à moitié simulées...

 

         

 

 


           9.  Sunshine - Face au Soleil


          La réalisation est sublime (cette sensation d'étouffement lorsque la caméra est à l'intérieur des casques), la musique est l'une des plus puissantes que j'ai pu entendre et la scène est propice à de multiples frissons et émotions... Cette musique et cette scène m'ont hanté un sacré moment après le visionnage du film.

 

         

 
  

 

           10.  Drive - La scène de l'ascenseur


          Une des plus belles scènes de 2011 clairement, et certainement l'une des plus belles scènes jamais tournées. Aussi inattendue que magnifique, et d'autant plus magnifique qu'elle commence par un ralenti poétique pour aboutir en une demie-seconde à un carnage sans nom.

 

         

 

 
 

           11.  Eyes Wide Shut


           La scène qui m'a énormément frappé dans ce film lorsque je l'ai vu au cinéma est clairement la scène du bal masqué. Pas tellement la scène d'orgie que je trouve franchement pas indispensable (même si ça fait partie du délire de Kubrick et que sans elle, Eyes Wide Shut ne serait pas ce qu'il est), mais plutôt de la séquence qui suit l'entrée du personnage de Tom Cruise dans le château. Vraiment flippant, surtout avec la musique que je me suis longtemps passé en boucle l'année dernière (et encore un peu aujourd'hui).

 

         
  

 

           12.  Deux jours à tuer - La scène du dîner


           Je n'en dis pas plus, cette scène est très marquante et peut même faire penser à un Festen à la française. Dupontel est royal. Encore une fois je n'ai trouvé qu'un extrait approximatif mais c'est déjà ça.

 

         

 

 

           13.  La fin de Lovely Bones


           Pour être plus précis, la scène sur fond de Brian Eno, extrêmement surprenante lorsque je l'ai vue pour la première fois, d'autant que je ne m'attendais pas à entendre ce chef d'oeuvre qu'est Big Ship. Malheureusement la scène dont je parle démarre pile à la fin de cette vidéo, mais j'ai rien trouvé de mieux...

 

         

 



           14.  La dernière séquence d'Il était une fois en Amérique


          Quelle scène, quelle scène ! Non seulement De Niro, Ennio Morricone et Sergio Leone font un boulot incroyable dans cette dernière scène, mais en plus tout ce mélange de tristesse et de nostalgie débarque après 4 heures de film ce qui amplifie vraiment l'émotion. Un très grand moment de cinéma que j'ai eu la chance de découvrir au cinéma. Ca laisse sans voix...




            15.
Et pour quelques dollars de plus - Duel final


          Toujours ce duo Ennio Morricone / Sergio Leone qui apparait pour la 3e fois dans ce top. Juste un énorme moment de ciné.

 
 


 



            16. La scène d'intro de Free Zone



           Même si le film est à mon goût assez moyen dans son contenu, il faut bien admettre que la scène d'ouverture de Free Zone est magnifique, grâce à une Natalie Portman bourrée de talent qui nous sert tout ce qu'elle sait faire de mieux et une musique vraiment bonne. Cette longue scène m'a vraiment marqué parce que ça m'a foutu directement dans le film et que ça m'a permis de le suivre jusqu'au bout.

 

         

 

 
  
           17.  La fin de Black Swan


          Pour moi le meilleur film de 2011, avec un final grandiose et digne de ce nom, et une musique évidemment à la hauteur.

 

         

  

           18. Reviens-moi, le plan-séquence


          J'en ai déjà parlé sur l'article en question, j'ai vraiment adoré le plan-séquence de 5 minutes qu'on voit dans ce film de Joe Wright. Une vraie merveille un peu triste.

 

         

 

 


           19.  La Liste de Schindler - La fin


          Un film bien connu pour l'émotion qu'il dégage à la fin, et faut avouer que ça prend aux tripes. Le personnage de Liam Neeson à la fin du film est vraiment poignant et je n'ai pas été déçu de découvrir ce film.

 

 


 

 

 
            20.  Barry Lyndon - La scène des regards


          Je ne sais pas bien pourquoi cette scène particulière m'a tant charmé dans Barry Lyndon (peut-être même plus que la scène du duel), mais on peut dire que je la retiendrai un moment.

         

 


 

 

 



             
 
  

 





         Il est clair que j'ai zappé de nombreuses scènes (Irréversible, My Blueberry Nights, Les Sentiers de la Gloire, Harry Potter 2e partie, Toy Story 3 ...), mais il a fallu que je fasse des choix sinon je n'en aurais jamais fini. Quoiqu'il en soit c'était encore une année pleine d'émotion et de frissons, en espérant que ça continue (et c'est bien parti déjà) !





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 16:26

          Si j'ai créé ce blog, c'était en premier lieu pour partager des émotions et des sensations intenses provoquées des films ou des scènes de films. C'est un truc que le cinéma et l'univers des séries TV parvient à procurer de façon très puissante. Ce week-end je vais donc proposer 3 articles (un par jour) afin de partager ces émotions à travers plusieurs sujets. Contrairement à d'autres internautes, je passe très peu de temps au cinéma dans l'année (au maximum 15 films par an, ceux qui m'intriguent vraiment). Je préfère découvrir des films moins récents que je n'avais jamais vus avant. Pour ceci, cet article traitera donc des scènes qui m'ont le plus marqué cette année (vidéos à l'appui bien sûr), mais parlera des films et séries que j'ai découverts en 2010, et pas nécéssairement de ceux qui sont sortis au cinéma.  

 
 

Lost-1.jpg

 

-> Lire la suite...

           1. La fin de Six Feet Under


          Clairement, ce sont les séries TV qui m'ont le plus marqué en 2010 puisque le podium de ce top 15 est attribué à 3 d'entre elles. Ceux qui suivent le blog depuis un petit moment savent que j'ai été entièrement conquis, ému et bouleversé par la fin de cette série. Je n'ai probablement jamais ressenti un truc aussi fort pour quelque chose de fictif. Magnifique, éblouissant et très puissant en émotions et en frissons, j'y ai même consacré tout un article pour ceux que ça intéresse. J'ai dû écouter la musique de Sia pendant 1 mois.


        

 

           2. La fin de Death Note


          Comme pour Six Feet Under, j'ai tellement été abattu à la fin de la série Death Note que j'en ai fait un article. C'est le genre de scènes qui m'ont poussé à créé un blog. Cette faculté qu'ont les scénaristes à émouvoir les gens à partir d'intrigues fictives est absolument fascinant. Je n'étais pas du tout intéressé par les animes/mangas avant de découvrir Death Note et j'ai été totalement comblé. Impressionnant de voir que des génies puissent créer de telles intensités émotionnelles. A partir de 13:10.


         

 

           3. La fin de Lost


          Et comme pour les deux beautés ci-dessus, la fin de Lost a complètement bouleversé mon 2010. Les séries TV ont ceci de plus que les films qu'elles créent des liens très puissants entre les spectateurs et les personnages. On prend le temps de s'y attacher (6 ans !), si bien qu'au bout d'une telle aventure il est extrêmement difficile de les lâcher. C'est clairement le cas de Lost d'où se dégage un sentiment de tristesse très profond, ne serait-ce qu'à cause de la fin d'une série qui nous aura tenu en haleine et en émotion pendat 6 ans. Et puis, bien sûr, cette histoire se finit toute en émotion, et c'est très fort. Là aussi, un article où j'ai déjà dit tout ce que j'avais à en dire.

 

        

 

           4.  La scène de l'arrestation dans American History X


          La scène du trottoir, bien évidemment, totalement culte et choquante, n'a pas fini de me trotter dans la tête ! Mais c'est surtout le moment où Derek se fait arrêter par les flics et lance à son frangin un regard de fou, tellement comblé d'avoir pu exploser la tête d'un noir qu'il nous file des frissons de frayeur. Edward Norton est tout simplement parfait, et son interprétation est peut-être celle qui m'a le plus marqué en 2010. Voir l'article.

 

         

 

           5.  La scène "Perfect Day" de Trainspotting


          Ce film a été pour moi une découverte incroyable, un pur moment de jubilation, d'autant que j'apprécie Ewan McGregor au plus haut point. Cette fameuse scène où Mark prend un fix, s'enfonce dans le sol puis se fait trainer sur le trottoir et en taxi vers l'hôpital, m'a beaucoup marqué. Un sentiment impressionnant de déprime, grâce à la compositon de Lou Reed, "Perfect Day", que j'ai dû écouter en boucle pendant 15 jours. Pour moi la meilleure scène du film, tout simplement géniale avec une ambiance de dingue. Voir l'article. A partir de 1:55 dans la vidéo (cliquez ici si elle ne s'affiche pas).

 

         

 

           6.  La scène des "J'emmerde" de La 25e heure


          J'ai déjà parlé de cette scène il y a peu de temps dans cet article consacré au film. Très jubilatoire, très puissant, très efficace. Pour une fois qu'une VF est aussi excellente, il faut en profiter. Il n'y a pas de spoiler dans cette vidéo, si vous n'avez jamais vu le film, regardez-là, ça vous donnera peut-être l'envie de le découvrir (c'est comme ça que ça s'est passé pour moi, merci Taff) !

 

         

 

           7.  La fin du 6x14 "The Candidate" de Lost


          Bouleversant, inattendu, la fin de cet épisode a signé la mort de plusieurs personnages principaux d'un seul coup. Là-dessus, Damon Lindelof et Carlton Cuse ont frappé très fort avec une scène puissante en émotion (c'est bien la première fois qu'on voyait Hurley pleurer). Jack (Matthew Fox) est poignant, cf la première photo de l'article. L'épisode en lui-même est d'ailleurs une vraie merveille. J'ai été beaucoup touché (à partir de 4:00) :

 

         

 

           8.  La scène du "chacun pour soi" dans La Route


          Le film en lui-même est génial d'un bout à l'autre, avec une photographie de malade. Une scène qui m'a beaucoup marqué est lorsque le personnage de Viggo Mortensen oblige un homme (parce qu'il leur avait piqué leurs affaires) à se déshabiller entièrement, l'abandonnant alors tout seul au milieu de rien, voué à mourir. Le film est poignant de A à Z, c'est une vraie expérience cinématographique à la fois déprimante et humaine. Je n'ai pas trouvé la vidéo de ce passage sur Youtube, donc je vous laisse avec une photo de la scène. En cliquant dessus, vous arriverez à la bande-annonce en HD, absolument géniale. Je vous dirige aussi vers mon article consacré au film.

  road


           9.  L'histoire du shinigami Jealous dans Death Note


          Un passage de la série qui m'a énormément touché, où le Dieu de la Mort Remu raconte l'histoire très poignante et émouvante de Jealous, un shinigami tombé amoureux d'une humaine. La scène est magnifique, presque déprimante car elle reste dans la tête un bon moment. La profondeur des personnages est de mise, on s'attache immédiatement à cette petite créature qu'on n'aperçoit pourtant qu'ici dans la série (l'espace de 3 minutes). Emotion accentuée par (et due à) Death Image, la musique sublime signée Taniuchi Hideki.

 

         

 

           10.  Le rêve de Teddy dans Shutter Island


          L'une des scènes qui m'a le plus fait frissonner l'année dernière, sans aucun doute. La musique (On the Nature of Daylight) est absolument sublime et plonge dans une ambiance vibrante et sinistre. Teddy est hanté par le souvenir de sa femme et ce rêve donne d'ailleurs beaucoup d'indices sur l'issue du film, tout en subtilité. Touchant oui, mais c'est surtout la photographie impressionnante de cette scène qui m'a bluffé. Une vraie beauté. Voir l'article consacré au film.

 

         

 

           11.  La fin de Naomi Misora dans Death Note


          Et oui, encore Death Note. C'est probablement l'une des séries les plus riches en émotion que j'ai pu voir, surpassant la plupart du temps les plus belles scènes de film. Je termine avec Death Note sur une scène tout simplement sublime, la fin de l'un des épisodes les plus tendus et magnifiques de la série, où Raito (Light) est confronté à Naomi Misora, la fiancée de Ray Penbar. Tout simplement beau et sensible.

 

         

 

           12.  Enter the Void


           Je ne précise pas plus le titre de cette 12e place, car Enter the Void m'a marqué dans son entier. Une expérience cinématographique unique, troublante et géniale signée Gaspar Noé, qui m'a foutu l'une des plus grosses claques visuelles de ma vie. Un énorme trip à découvrir absolument. Je vous laisse avec mon article et la bande-annonce, pour que vous voyiez un peu l'ambiance...

 

         

 

           13.  Le générique final de Michael Clayton


           L'un des tous premiers articles de ce blog était consacré à cette fin de film absolument dingue. Ce film avec George Clooney est assez bon, loin d'être parfait mais il m'a scotché grâce à son générique final terriblement prenant. Le film est fini mais cette scène finale nous empêche d'en décoller. Le personnage principal monte dans un taxi et on le voit, ses réactions, ses sentiments montrés par son seul regard. Puissant quand on sait ce que le personnage vient de réaliser. Ca m'a personnellement mis sur le cul car c'est assez inhabituel et que la musique d'ambiance est des plus magnifiques. La scène ne dure que 2 minutes mais on en voudrait 10.

 

         

 

           14.  La scène du sevrage avec le bébé dans Trainspotting


          Mémorable, super bien filmé, effrayant. C'est une scène absolument géniale donc je me souviendrai longtemps. Désolé je n'ai pas pu trouver d'extrait plus long, ce qui est dommage car toute la scène du sevrage mérite d'être citée ici (avec des superbes plans, le lit qui recule petit à petit, puis que Mark se tourne et retourne dans ses draps, c'est visuellement génial).

 

         

 

           15.  La naissance de Dark Vador dans Star Wars Episode III


          Plus que la naissance de Dark Vador qui est bonne mais sans plus (ils auraient franchement pu éviter le "Noooooooooon" de Dark Vador à la fin), c'est surtout la scène entre Obi-Wan et Anakin qui m'a marqué. Géniale, pleine d'émotion, Ewan McGregor est définitivement un acteur génial. La confrontation finale est un pur moment de frisson, un grand moment de cinéma. A partir de 6:40.

 

         

 





         Voilà pour ce petit classement, j'en n'avais pas fait depuis longtemps et ça faisait un moment que ça me trottait dans la tête. Je suis sûr que j'en oublie quelques unes (entre autres : les boules que m'a foutu Paranormal Activity), mais si ça me revient je mettrai l'article à jour.





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:37

    Bien que j'aime beaucoup les films à twists finaux (dont j'ai déjà fait un top 20 ici), mes films préférés restent les films qui nous font pleurer... Notamment les films chargés d'une grande émotion à la fin, qui nous fait bien chialer grâce à des musiques sublimes et des scènes géniales. Parfois, on pleure de tristesse (c'est souvent ces films qui donnent lieu aux émotions les plus fortes). Et parfois, dans de rares cas, on pleure d'une joie intense.

     Pour moi, ces films sont les plus intéressants, certainement ceux que je préfère, car ils ont vraiment cette faculté de me charger d'émotion et de larmes à chaque fois que je les vois. D'ailleurs, je me repasse souvent ces fins de films en boucle : quelle torture ! Mais c'est tellement beau...


triste.jpg

(Une jeune femme sortant visiblement d'un film triste)

-> Lire la suite...

      Voici donc une liste de 21 films qui sont vraiment émouvants, tristes et qui ne vous laisseront pas indifférents. Je crois que ces films font pratiquement tous partie de mes films préférés, tant l'émotion qu'ils dégagent est intense. Et c'est pour moi un élément essentiel dans un film.
  

    Note : Il y a maintenant 24 films dans ce top, car j'y ai rajouté Lost In Translation, American History X, La Liste Schindler et Million Dollar Baby, Toy Story 3 qui ont une fin assez intense que j'ai adorée, et que je ne pouvais pas omettre dans ce top...

     Note 2 : Ayant la flemme pour le moment de modifier ce top, je dois dire que le film Perfect Sense mérite amplement le top 3, et que d'autres films comme La Route, Esprits Rebelles ou Koyaanisqatsi méritent également d'y figurer.



    Cliquez sur les bannières pour arriver vers l'article !


20 gran torino
19 man on the moon18 cercle poètes disparus17 requiem for a dream16 edward aux mains d'argent16 lost in translation15 titanic15 list schindler14 seul au monde13 un monde parfait12 tombeau des lucioles12 million dollar baby11 je vais bien ne t'en fais pas10 cité des anges10 toy story 39 dernier samourai8 armageddon8bis american history x7 a la recherche du bonheur6 into the wild5 sept vies4 la ligne verte3 ghost2 vol au dessus d'un nid de coucou1 braveheart






 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:31

    Ghost est certainement l'un des meilleurs films de 1990, et même de cette décennie. Jerry Zucker, qui n'a finalement pas réalisé beaucoup d'autres films, signe ici un chef d'oeuvre d'émotion et de sentiments. Patrick Swayze joue le rôle de Saw Wheat, un homme qui trouve la mort dans la rue sous les yeux de sa petite amie, Molly Jensen, alors qu'il est agressé. Devenu un fantôme, il parvient à communiquer avec Oda Mae Brown, une voyante hystérique. Parlons donc de la fin culte de ce film.


   Cet article révèle la fin du film, il est destiné aux personnes l'ayant vue.

Indice Spoiler : Spoiler3   

 

ghost-

 

-> Lire la suite...

     Magnifique, drôle, touchant... Qui n'a jamais vu Ghost ? Un sujet peu exploité au cinéma, à l'époque, mais qui s'est popularisé depuis. Et Patrick Swayze. Bon diou, pourquoi cet acteur est si peu connu ? Avec Point Break et Ghost (ou encore Dirty Dancing), il est vraiment parfait, drôle, émouvant. Il a dans ce film des expressions de visage et de regard que peu d'acteurs peuvent prétendre pouvoir imiter. Je pense qu'on ne verra jamais un Orlando Bloom ou un Robert Pattinson dans ce genre de films, or ce sont eux qui font un tabac. Je ne comprends pas. Il faut un certain charisme, un sacré regard pour jouer de tels rôles. Il faut aussi de l'humour, et j'aime cet humour. Le film n'a pas vieilli, Whoopi Goldberg est splendide, parfaite, ainsi que Demi Moore.

     Parlons plus précisément de la fin du film. Cette fin où Molly peut enfin voir Sam, juste avant qu'il ne parte. C'est certainement l'une des plus belles fins de films que j'ai jamais vues. Patrick Swayze est d'une intensité, c'est dingue. Autant que Demi Moore (que je connais uniquement dans ce film), qui est bouleversante. Cette dernière scène du film a marqué énormément de gens, et ça se comprend. Toute l'émotion y est, grâce (encore une fois) à la musique. Une version de The Unchained Melody mais en beaucoup plus triste et belle. Comment ne pas pleurer lorsque Sam se retourne vers Molly et lui dit "C'est merveilleux Molly... Tout l'amour qu'on a en soi, on l'emporte avec soi". Cette scène est d'ailleurs encore plus triste et saisissante depuis le regrettable décès de l'acteur l'année dernière. Revoyons tout ceci en images...

 


 
     Culte, à savourer. On n'en ressort qu'ému.



       Voir aussi : Les meilleurs films de 1990 à 1999, Les 20 films les plus tristes ou émouvants.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:31

     Vol au-dessus d'un nid de coucou est l'un de ces films qu'on pourrait qualifier de parfait. Je l'ai tellement adoré qu'il a servi à trouver un nom à ce blog. Un monument du cinéma, beauté d'émotion et d'intelligence, porté avec talent par Jack Nicholson et réalisé par Milos Forman. L'acteur joue le rôle d'un homme qui se retrouve au sein d'un hôpital psychiatrique. Devant la dureté de l'infirmière, il fait bouger tout ce beau monde. Dans cet article, je ne parlerai que de la fin du film.


   Cet article révèle la fin du film, il est destiné aux personnes l'ayant vu.

Indice Spoiler : Spoiler3   

 

volaudessus

 

-> Lire la suite...

      Quelle fin sublime... J'ai eu la chance de revoir ce film au cinéma récemment, qui plus est en VO. Ni une, ni deux, j'ai saisi cette occasion unique d'aller enfin voir ce chef d'oeuvre sur grand écran avec deux amis. Et encore une fois, je n'ai pas honte de le dire, les larmes étaient là. La fin de ce film est à la fois dramatique et fabuleuse, et je ne me lasse pas de la voir.

vol au dessus de      Le personnage jouée par Jack Nicholson, Randle McMurphy, est finalement totalement lobotomisé parce qu'il a semé un peu trop la pagaille au sein de l'hôpital. On lui met sur le dos le suicide de Billy, alors que celui-ci s'était justement épanoui grâce à Randle et qu'il ne supportait plus le caractère intraitable de l'infirmière qui ne cessait de le rabaisser.

      Quoiqu'il en soit, Randle n'est plus qu'un légume. C'est alors que son meilleur ami, le Grand Chef (magnifiquement interprété par Will Sampson), décide de l'étouffer avec son oreiller afin qu'il ne souffre plus. Puis, il se dirige vers les douches, et arrache le gros robinet en marbre, celui que Randle avait tenté par tous les moyens de bouger afin de s'évader. Il s'en saisit et s'en sert pour exploser la fenêtre, et s'enfuit donc vers la liberté, vers le Canada. C'est alors que toute l'émotion arrive à son comble, quand l'un des malades se réveille et voit le Grand Chef partir, et se met à crier de toutes ses forces, de joie. Et ce "malade" est joué par le culte et génialissime Christopher Lloyd, qu'on reconnait mais qui joue un rôle bien différent du Doc de Retour vers le Futur. Cette scène est boulversante et c'est là que les larmes viennent, lorsque la musique très intense et sublime arrive à son plus haut... Une vidéo vaut mieux que toutes les descriptions du monde...

 


   
      Cette fin est d'autant plus dramatique que Randle avait failli s'enfuir, mais avait décidé de faire plaisir à Billy en lui offrant sa première nuit avec une femme. Attendant cette jeune femme pour s'enfuir, il avait fini par s'endormir... C'est donc en offrant à Billy le plus beau moment de sa vie que Randle a dû renoncer à sa liberté, et à sa vie.

      Un magnifique film d'une émotion submergeante, absolument bouleversant et poignant.




       Voir aussi : Les 20 films les plus tristes ou émouvants.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 19:30

      La ligne Verte est l'un des meilleurs films avec Tom Hanks. Pour ma part, je ne lui ai pas encore trouvé de défaut.  Réalisé par Frank Darabont qui est également l'auteur des Evadés, ce film n'a pas fini de faire pleurer.

   Cet article révèle la fin du film, il est destiné aux personnes l'ayant vu.

Indice Spoiler : Spoiler3   

 

ligne vertre

 

-> Lire la suite...

      Je tire mon chapeau à ce film magnifique, joué par des acteurs hors du commun, qui transmettent des émotions réelles. La fin est à pleurer, on repense sans cesse au film pendant toute la semaine. La petite part de science-fiction n'est pas dérangeante mais intriguante, Tom Hanks et surtout Michael Clarke Duncan sont excellents et touchants... Et tous les acteurs sont convaincants dans leurs rôles respectifs.  Les trois heures ne sont pas de trop, tellement le film est superbe. La musique est quant à elle sublime également, et le scénario est génial, inventif, plein de beauté.

la-ligne-verte      Outre ceci, la fin du film est donc vraiment larmoyante à souhaits. John Coffey est exécuté par les gardiens de la prison alors qu'ils savent pertinemment que cet homme n'a rien fait, qu'il est innocent et qu'il a même un coeur énorme. Accusé d'avoir violé et tué deux petites filles alors qu'il a en fait voulu les sauver, John Coffey est un personnage extrêmement sensible, et la fin du film est vraiment douloureuse. Tom Hanks excelle, comme toujours, et il interprète le rôle de Paul Edgecombe merveilleusement, avec une pointe de tristesse. Mais Paul a des ordres, et il est obligé de donner l'ordre d'exécuter John Coffey sur sa chaise électrique, devant des dizaines de témoins qui n'attendent que ça et traitent ce dernier de monstre. On n'imagine pas tout ce que le pauvre condamné à mort doit subir à cet instant, et c'est Paul qui va lui tendre la main, comme pour lui dire qu'il n'est pas seul et surtout, qu'il est désolé. Et il est clair que les gardiens de prison n'en ressortiront pas indemne.

      La vidéo de la fin du film :

 


 

       Voir aussi : Les meilleurs films de 1990 à 1999, Les 20 films les plus tristes ou émouvants.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Scènes de films-séries

commenter cet article

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -