2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 01:12

         Enfin vu ce chef d'oeuvre de Spielberg, considéré comme l'un des plus grands films de tous les temps. Personnellement, je n'irai pas jusqu'à le placer dans un top 20 mais j'ai quand même trouvé La Liste de Schindler bouleversant. Le cinéaste montre ici pourquoi il est l'un des meilleurs de tous les temps en nous faisant partager l'histoire véridique d'Oskar Schindler, un nazi pendant la guerre 39-45 qui a sauvé 800 hommes et 300 femmes du camp d'Auschwitz en les engageant dans son usine. Un film qui a reçu de nombreuses récompenses, et rendre hommage à cet Oskar avec sept autres, c'était logique et mérité.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

liste-de-schindler



-> Lire la suite...

         La guerre 39-45 et plus particulièrement la Shoah est un pan de l'Histoire qui a engendré énormément de films. Tous sont évidemment bouleversants et ne peuvent que faire l'unanimité, il est bien sûr aisé pour un réalisateur de mettre tout le monde d'accord avec un tel sujet. Le film dure 3 heures mais elles passent plutôt vite, tant on est horrifiés. C'est une réalité et une horreur que tout le monde connait mais il est toujours difficile de se faire à l'idée que de tels actes aient pu être commis un jour.



liste-de-schindler3           La Liste de Schindler évoque ce drame historique de façon différente en nous montrant le parcours d'un Juste parmi les Nations qui a oeuvré pendant cette guerre pour sauver des vies juives. Les nazis étant habituellement vus comme des barbares sanguinaires sans aucune âme, ça change un peu et même s'il peut sembler risqué de la part d'un cinéaste de mettre en avant un "bon côté" chez les nazis, le pari est réussi. Le film n'est pas sans rappeler que parmi les millions de militaires se trouvaient quelques personnes qui se sont rebellées devant tant de haine. Histoire de faire comprendre, entre autres, que si les soldats nazis l'avaient voulu, ils auraient pu éviter ce carnage, contrairement à l'idée stipulant qu'ils n'avaient absolument pas le choix. C'était délicat pour eux, mais merde, c'était possible. Bref, le film prend son temps et nous en met plein la vue en terme de choc (les fusillades gratuites, les chambres à gaz qu'on ne voit pas mais sont suffisamment matérialisées par les pluies de cendres et l'énorme cheminée). D'ailleurs, on a une énorme scène de tension et de suspense horrible lors de la scène des douches. Un grand nombre de femmes juives se retrouvent déshabillées et parquées dans une salle de bains qu'on pense être une chambre à gaz, mais reçoivent finalement de l'eau. Certains ont gueulé à l'incohérence historique mais c'est pourtant une réalité puisque les juifs n'étaient même pas sûrs du sort qui les attendaient, même ceux qui avaient des doutes au départ. Les actrices de cette scène sont absolument parfaites, elles transmettent l'horreur et la détresse avec puissance.



liste de schindler 1         Mais le film ne s'arrête pas là, heureusement, car faire un portrait positif des nazis et des douches avec Oskar Schindler et cette scène aurait été scandaleux. Tavernier et Coursodon résument d'ailleurs ce passage à la perfection : "La scène – dont on ne voit guère la raison d’être, si ce n’est de créer une tension, une angoisse presqu’intolérable, qui se résout finalement dans le soulagement – a au fond la même fonction que tout le film : présenter l’horreur, suggérer l’impensable, mais quand même en fin de compte, rassurer. Pour une séance de douches, il y eut mille chambres à gaz, pour un Schindler des millions d’indifférents". Pendant ces trois heures, on a un autre aperçu de ce qu'ont pu vivre les juifs pendant cette période et évidemment, c'est moche. Car évidemment, en dehors de Oskar Schindler, Spielberg n'oublie pas de montrer la cruauté des soldats nazis à l'égard du peuple Juif. Ca se fait par l'intermédiaire d'un deuxième personnage, Amon Goeth, qui symbolise vraiment le méchant nazi profitant de la guerre pour déverser sa haine en tuant au hasard. Même si ce personnage semble éprouver des sentiments moins agressifs à certains moments du films, il reste haïssable. On suit donc la confrontation entre les deux personnages aux idées opposées et c'est intéressant, d'autant que les acteurs sont géniaux.



liste-de-schindler2          Liam Neeson est ahurissant, avec une grande classe. Je ne savais pas qu'il incarnait le personnage principal de ce film et j'ai été ravi de le voir interpréter ce personnage. De même, Ralph Fiennes avec sa tête de Voldemort campe le parfait méchant, méprisable et méprisé par le spectateur. Deux acteurs de grand talent qui se donnent la réplique de façon magistrale. Quant à Ben Kingsley, on a parfois du mal à le reconnaître mais il fait également un boulot extraordinaire. Les deux des acteurs sont aidés par la photographie sublime du film qui joue beaucoup sur les ombres et les lumières, un peu comme dans les vieux films en noir et blanc. Le film ne contient presque aucune couleur, juste les scènes d'ouverture et de fermeture, ainsi que les flammes de deux bougies et le manteau rouge d'une enfant innocente. Une gamine qui fera l'objet d'une belle scène poignante grâce à un Liam Neeson bouleversant. De manière générale, les dialogues ne sont pas exceptionnels la plupart du temps, mais plusieurs répliques font leur effet en terme d'émotion. Ben Kingsley a une phrase vraiment touchante qui nous abasourdi lorsqu'il confie à Oskar Schindler que sa liste est merveilleuse car elle est la vie. Et qu'à l'extérieur des marges, on a un gouffre. Mais bien évidemment, c'est la fin du film qui émeut le plus grâce à Liam Neeson, encore. Cette culpabilité finale du personnage est affreusement poignante. Alors qu'il vient de sauver 1100 personnes de la mort, Schindler s'en veut en réalisant qu'il aurait pu sauver plus de monde, avec notamment cette sublime réplique qui prend aux tripes "j'aurais pu en sauver un de plus, mais je ne l'ai pas fait !". C'est poignant et ça rappelle avec brutalité que Schindler n'a pas sauvé une "liste" de 1100 personnes, mais bien 1100 individus uniques, à part entière. Bouleversant et triste.



         De même, comment ne pas avoir un pincement au coeur à la toute fin du film, lorsqu'on voit les rescapés s'approcher de la tombe de Schindler en posant des pierres dessus ? J'ai lu que cette scène avait été tournée sur la vraie tombe du soldat allemand et que les personnes qu'on voit défiler sont en fait par couples : la vraie victime, et l'acteur qui l'interprète. Bref, c'est un très beau film que nous a livré ici Spielberg en 1993, et il est clair que même des décennies après le drame ça demeure un sujet très sensible.


       Voir aussi :  Les 20 films les plus tristes ou émouvants.




Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Ze Ring 03/03/2011 16:43



ENFIN! Maintenant tu vois pourquoi on a tous pleuré comme des fillettes à la fin :'(
Personnellement, rarement un film ne m'a autant bouleversé émotionnellement (j'en ai vu des encore plus forts émotionnellement Elephant Man en tête mais celui-la est déja surpuissant.)... si je
suis majoritairement d'accord avec toi sur le film mon engouement semble largement supérieur au tien... Par contre je ne suis pas d'accord quand tu dis que tous les films sur le sujet ont
unaniment convaincus... Personnellement cette masse de films sur les juifs victimisés comme La Rafle, Le Pianiste, ça à tendance à me gonfler... C'est bon on a compris ca fait 60 ans qu'on nous
dit qu'ils se sont fait massacrer c'est pas nouveau, alors du coup quand des films comme Le Pianiste qui sont extrêmement consensuels sortent tous les deux jours, ça me gonfle, évidemment ce
n'est pas le cas de Schindler que je considère d'ailleurs plus comme un film sur la rédemption que sur l'holocauste des juifs (les juifs ne sont à mon sens la que pour le côté personnel du truc,
Spielberg étant juif, mais aussi pour le contexte Schindler étant l'icone parfaite de la rédemption).



Sebmagic 03/03/2011 16:48



Oui, je ne voulais pas dire que les films sont le sujet sont tous excellents et font l'unanimité, pas du tout ! Je disais qu'au moins, le sujet mettait tout le monde d'accord et qu'il n'y a pas
trop de débat "êtes-vous d'accord avec la morale véhiculée ?". Mais j'suis d'accord que La Rafle est assez moyen et qu'au bout d'un moment c'est soûlant. Par contre j'ai entendu que Le Pianiste
était excellent, je sais pas ce que ça vaut mais il m'intéresse.



HélèneM 02/03/2011 09:25



J'étais certaine de voir un article ce matin. Ce film est probablement un des meilleurs films avec "La vie est belle" qui traitent du sujet. Tu as tout dit, j'ai eu les m^mes émotions aux mêmes
passages et Liaam Nelson est tout bonnement génial. Et j'ai adoré la façon de tourner comme du temps d'Humphrey Bogart... La scène de la douche, ma foi, bien entendu qu'ils ne savaient pas la
plupart qu'ils allaient à la mort, mais je ne trouve pas scandaleux ce passage de doute parce qu'il concerne des femmes qui ont eu "vent" par l'ami d'un ami qui l'a vu... La scène dans le dortoir
avec cette histoire qui circule, nous donne donc un indice sur la peur éprouvée par ces femmes quand elles rentrent dans les douches. Pis bon, z'étaient pas bêtes quand même, quand on arrive à
Auschwitz surtout vers la fin de la guerre où l'extermination battait son plein... ces cheminées qui parseminaient des cendres, cette odeur qui devait être insoutenable...


Bon moment de cinéma que j'avais probablement mal apprécié la première fois, sans doute un peu perdue par le début que j'ai eu pas mal de mal à comprendre le cheminement, jusque
l'éclaircissement.... Un homme avide de pouvoir et d'argent, qui profite au début de la main d'oeuvre facile et devient richissime, qui se fait uen place parmi les grands pontes nazis... Et qui
finit par comprendre après le massacre du camp qu'il doit sauver des vies... Il finit par se ruiner pour les sauver, même s'il pense effectivement qu'avec tout l'argent qu'il a gâché il aurait pu
en sauver un peu plus.. Qu'il aurait pu en sauver un de plus en vendant son insigne nazi... Magnifique cette fin, vraiment...


 


PS : Je sais c'est quoi le bruit... mdr


 



Sebmagic 02/03/2011 11:52



Ouais, en fait je crois que ce qui a scandalisé c'est qu'une fois qu'elles voient de l'eau tomber, elles se mettent à rire de joie, ce qui est quand même improbable vu la situation et apparemment
historiquement faux (mais je ne vois pas comment on peut savoir ça).


 


Ah bon le bruit est encore là ce matin ?



Mona 02/03/2011 08:11



Ah ? Je croyais que tu l'avais vu depuis longtemps !


LE film de Spielberg, "son plus personnel" bien sûr de ses propres aveux. Ca peut paraitre long 3h00 mais ils sont nécessaires, comment traiter le sujet à la va vite, c'est impossible.


Aux antipodes d'un "La vie est belle" qui passait par la poésie et le burlesque pour masquer le drame.


C'est bien de voir les 2 je pense, ils se complètent et se compensent. Mais j'ai ressenti la même tension palpable dans l'un ou l'autre ; t'as l'impression de vivre dans ce même microcosme.


Mention spéciale aux acteurs une fois de plus ... Ralph Fiennes crève littéralement l'écran dans ce rôle de nazi torturé et imprévisible ... amazing !!!



Sebmagic 02/03/2011 11:49



Non je l'avais jamais vu, les 3 heures me rebutaient mais je me doutais qu'elle étaient aussi nécessaires


 


Ca doit pas être facile de réaliser un film comme ça et de se plonger pendant plusieurs mois dans le sujet.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -