19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 10:26

          J'ai rapidement évoqué Mommy au cours de mon précédent article et je savais que je finirais inéluctablement par écrire sur ce film. J'avais affirmé que je plaçais probablement Whiplash au-dessus, mais je pense que sur le coup je m'étais totalement emporté. Car Mommy m'a retourné comme rarement un film peut le faire, à chaque instant. J'ai beau me repasser le film en tête encore et encore, je ne lui trouve aucun défaut, aussi minime soit-il. A mon goût, Xavier Dolan a réalisé le film parfait et dès le premier visionnage, j'ai immédiatement placé ce chef d'oeuvre dans mon top 50. Une expérience indescriptible.

   

Indice Spoiler : Spoiler0 

 

gravity

 

-> Lire la suite...

          Je n'ai jamais pris le temps d'écrire un article sur Mommy car j'ai du mal à trouver les mots pour décrire l'intensité et l'émotion qu'il a suscitées chez moi. Mais ce matin, je me suis replongé dans la BO du film et je n'ai pas eu le choix. C'est donc immergé dans les musiques du film que j'écris ces mots. Je m'arrête 10 secondes entre chaque phrase parce que les images du film me reviennent en tête et ne veulent pas me laisser faire autre chose. Lorsqu'un film parvient à me procurer un tel effet même 3 mois après le visionnage, je sais pourquoi le cinéma a toujours été l'une de mes passions les plus dévorantes. 

            Que dire sur Mommy ? Des images qui marquent durablement. Des musiques qui s'imprègnent dans la mémoire émotionnelle. Des acteurs si vrais et si impliqués qu'on ne veut pas quitter leurs personnages tant on s'y attache. Un cadrage d'une intelligence rare. Une réalisation remarquable et des couleurs qui captivent la rétine. Tout ça repose sur un scénario original qui nous prend constamment à contre-pied et nous emmène dans les tourments de la vie. 

                 Mommy fait passer le spectateur par une large palette d'émotions et de sentiments, passant par la joie et le rire, la tristesse et la colère, tout autant que les personnages principaux. Tout est intensifié par la musique du film, extrêmement bien choisie et utilisée à chaque instant. Je ne sais pas comment se débrouille Xavier Dolan, mais il est capable de nous sortir des musiques bidons des années 90 et de leur donner un sens nouveau, de nous emporter profondément l'espace de 5 minutes sur des scènes musicales d'une grande puissance. Certaines séquences sont véritablement des envolées poétiques qui nous embarquent et nous clouent au siège. Je ne peux m'empêcher de repenser à ce passage sur la musique de Counting Crows "Colorblind", utilisée de manière extrêmement pertinente, comme si elle avait été composée spécialement pour ces images. Ou encore à ce passage sur "Wonderwall" de Oasis qui résume à lui seul tout le génie de Dolan grâce à une utilisation du cadre sacrément brillante. En d'autres termes, le réalisateur sait mettre des images sur une musique et vice-versa.


whiplash


             L'utilisation des ralentis n'est pas sans rappeler le style de Gus van Sant et offre des moments de pur cinéma bien comme je les aime. Les images parlent d'elles-mêmes et donnent un sens au film, à l'état d'esprit du personnage principal. C'est fascinant et hypnotisant. Ces séquences très posées viennent contrecarrer d'autres scènes plus violentes, plus dures, comme si le bonheur des personnages était constamment perturbé par de nombreux obstacles. Et c'est d'ailleurs ainsi que le film marque indiscutablement le spectateur : en alternant les moments de rêverie et les brusques retours à la réalité. Impossible de ne pas penser à la magistrale séquence accompagnée par la magnifique musique de Ludovico Einaudi, "Experience" qui agit comme un pivot dans le récit en entourant les deux passages les plus marquants du film. Cette inspiration issue de Six Feet Under m'a personnellement paralysé, comme bon nombre de spectateurs. Les images restent en tête plusieurs jours, d'autant que l'impact qu'a la scène sur l'évolution des personnages et la suite du film est d'une rare intelligence, encore une fois.


              Outre tous ces passages d'une virtuosité dingue, il faut également retenir la qualité du jeu des acteurs, chacun investi dans la peau de son personnage jusqu'au bout. Des personnages fragiles et désemparés qui ne peuvent faire aucun choix, car ça impliquerait des événements désastreux. C'est le côté le plus cruel et le plus sombre du film : le manque de possibilités offertes à chacun des personnages. Tous les trois sont bloqués et enfermés dans une vie qu'ils subissent et tentent malgré tout de surmonter les difficultés ensemble.

 

mommy

 

             Suzanne Clément est parfaite dans le rôle d'une femme traumatisée et complètement bloquée, qui entrevoit un espoir d'évolution via sa relation avec Steve et Diane. Anne Dorval, qui reprend le rôle de la mère quelques années après l'excellent J'ai tué ma mère du même réalisateur, est éblouissante et incarne son personnage avec justesse. Quant à Antoine-Olivier Pilon, que dire ? Lui aussi est possédé par son personnage et nous fait passer par toutes les émotions possibles. On rit avec lui, on pleure avec lui et on s'énerve avec lui. Difficile de ne pas s'attacher à Steve, d'autant que le réalisateur met tout en oeuvre pour qu'on se sente proche de lui et qu'on ressente avec lui ses états d'esprit. La scène du karaoké en est l'exemple parfait, la mise en scène permet quasiment de se mettre à la place du personnage et la montée en puissance de la scène, de la musique, ainsi que l'accélération du montage et le resserrement de l'image sur le visage de Steve nous donnent quasiment envie d'exploser en même temps que le personnage. 

 

               Pour résumer, Mommy est une merveille qui n'a d'autre choix que d'entrer dans le top 50 des films qui m'ont le plus marqué dans ma vie. Le film laisse une empreinte indélébile grâce à une émotion intense, des images puissantes et des personnages au caractère fort. C'est, pour moi, un exemple de film parfait.

 

 

 






harry

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

anna 30/12/2016 08:34

Merci Monsieur d'écrire aussi bien vos avis, votre analyse, votre sentiment etc. C'est agréable et fort intéressant à lire. Cela me renseigne sur la réception que je veux d'un film.
Mommy est un superbe film. traitée avec justesse et talent et VERACITE.
Jamais je n'aime regarder trop au hasard, j'aime que le thème m'inspire. Puis après avoir VU le film, j'aime aller rechercher plus d'infos car bien qu'il m'est certainement engendré des pensées, il me manque une analyse partagée... Merci d'y contribuer
.

yoyo 18/06/2015 00:33

Je suis ce blog dans l'ombre depuis des années ; quand j'ai vu un jour un article annonçant la fin du blog j'ai trouvé cela tellement dommage. Puis en revenant faire un tour pour lire un article sur un film dont je savais qu'il existait j'ai la merveilleuse surprise de voir que le blog reprend vie.
Ma passion pour le 7eme art est monté au fil des années et ton blog paris d'autre m'on accompagnée et ouvert dans cette ascension donc un grand merci.
ps : pour parler du film Mommy : il m'a foutu une grande claque également je me souviens avoir quitter la salle et ne plus savoir marcher correctement tellement j'avais été bouleversé. N'ayant qu'une envie qui était d'appuyer sur le bouton replay, le lendemain je me suis racheté un ticket à la première séance tant il me tardais de revivre ce voyage cinématographique.

madaproject 06/06/2015 14:31

Peut tu faire la critique de mad max et et avenger please

Sebmagic 08/06/2015 11:23

Salut, je n'ai pas beaucoup de temps en ce moment et j'admets que si j'avais des critiques à faire, ces deux films ne seraient pas ma priorité ! Désolé ;)

HélèneM 22/03/2015 22:38

Je trouve que cet article exprime parfaitement l'intelligence de ce film. Pour moi il est assez difficile de classer des films, qd tu parles de Whiplash on entre encore dans un autre univers. Pour moi ces deux films ont été tous les deux des révélations cinématographiques et je serai, comme toi, bien à mal de dire lequel peut prendre la première place de mes coups de coeur. Contente de relire quelques articles sur ce blog.

Sebmagic 15/04/2015 22:45

Oui il faut éviter de comparer des films surtout quand ils n'ont rien à voir... Mais quand je fais mes "tops" je suis obligé de passer par cette réflexion ! C'est pas évident mais de toutes façons il est clair que Mommy m'a beaucoup plus touché et marqué.

TugaKH 20/03/2015 20:54

Excellent j'ai toujours voulu aller le voir au cinéma mais pas eu l'occasion, tu m'as vraiment redonné envie de le voir !
Article vraiment intéressant comme toujours. Et content de voir que tu republies à nouveau sur le blog !! A la prochaine et merci pour ton travail :)

Sebmagic 15/04/2015 22:45

Merci pour le message, ça fait plaisir !

Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -