17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 00:36

           Ca faisait longtemps que je voulais parler de ce film qui est pour moi un film parfait en tous points, certainement dans mon top 10 (j'en avais déjà touché un mot ici). J'ai attendu de le revoir une énième fois pour pouvoir en parler correctement, c'est donc fait ! Je ne connais pas beaucoup Edward Zwick (j'ai juste vu un bout de Légendes d'Automne qui ressemble beaucoup au Dernier Samouraï pour les décors, et Blood Diamond que j'ai beaucoup aimé), mais force est de constater que ce petit bijou sorti en 2003 est un chef d'oeuvre. 

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

dernier-samourai-copie-1

 

-> Lire la suite...

           Ce film n'est pas vraiment aimé de tout le monde, la presse a d'ailleurs été assez mitigée à sa sortie. Pourquoi ? Aucune réelle idée. Certains ont trouvé le film trop long, trop lent. Personnellement, j'ai beau voir ce film encore et encore, je ne vois jamais passer les 2h25. Il faut dire que le sujet (l'univers des samouraïs, le code d'honneur) me plaît énormément. Je suis captivé devant cet univers, d'autant que le message transmis dans Le Dernier Samouraï est similaire à celui de Danse avec les Loups, même si un peu plus complexe. Edward Zwick nous conte la rebellion et la résistance de guerriers japonais, les samouraïs, contre le modernisme du Japon à la fin du 19e siècle. Le Japon commence, à l'époque, à s'occidentaliser avec de nouvelles armes, de nouvelles coutumes qui divisent les uns et les autres. En plus d'une guerre entre pays, on a ici surtout une confrontation entre deux modes de pensée qui ne peuvent cohabiter. D'un côté, les ministres japonais qui concluent des traités avec les pays occidentaux afin de moderniser leur pays, d'obtenir des armes à feu efficaces, construire des voies de chemin de fer, bref : acquérir toute la technologie dont disposent les pays "modernes". De l'autre, une poignée de samouraïs, qui se révoltent contre ce soudain changement et ne souhaitent pas abandonner leurs origines, leurs coutumes, leur mode de vie. Combat au sabre, code d'honneur des arts martiaux, une façon de vivre plus ancestrale et agréable. Et entre deux, l'Empereur. Pris entre deux eaux, il est trop faible pour s'imposer contre ses ministres et laisse faire les choses.


         Au milieu de tout ceci, un capitaine américain, Nathan Algren, est fait prisonnier des samouraïs et est contraint de vivre avec eux pendant l'hiver. Il va alors découvrir que ces "sauvages" n'en sont pas, et qu'ils sont finalement plus civilisés et admirables que le monde moderne. Politiquement un peu plus compliqué que Danse avec les Loups, mais le message est sensiblement le même et le point de vue du film est à saluer. Il est tout simplement magnifique et parfaitement mis en valeur d'un bout à l'autre, sans trop tomber dans les clichés habituels. Le personnage principal, joué par Tom Cruise, est un homme qui souffre car son passé le tourmente. Il a fait des choses horribles qu'il ne parvient pas à oublier et se noie dans l'alcool constamment. Dit comme ça, ça rend vraiment cliché et banal, mais le film introduit ce personnage avec sensibilité et beaucoup d'émotion, tout en douceur. On retient notamment la scène poignante de la nuit de "sevrage", lorsque Algren implore à ses hôtes de lui apporter du sake car des images terribles le hantent. Tom Cruise trouve ici l'un des plus beaux rôles de sa carrière, et qu'on ne vienne pas me dire qu'il a une crédibilité zéro car au contraire, il signe une prestation plutôt géniale et inattendue, surtout pour un homme considéré par beaucoup comme un mauvais "ex-acteur bankable"...


the-lastsamurai small          Ce qui a également joué en défaveur du film - et ce pourquoi beaucoup ne l'ont pas aimé - est l'ambiguïté de son affiche (pas celle ci-contre, je parle de l'affiche officielle). Avant même de voir Le Dernier Samouraï, on a le sentiment que le titre désigne le personnage principal, celui de Tom Cruise. Or, ce n'est évidemment pas du tout le cas. On se doute pourtant que lorsqu'un réalisateur crée un film aussi profond et touchant sur les samouraïs, il ne va pas choisir un acteur américain pour jouer l'un d'entre eux. Non, non et non : Tom Cruise n'est pas Le Dernier Samouraï, et trop peu de gens l'ont encore compris. Même si le personnage Nathan Algren va, petit à petit, apprendre les coutumes de ses hôtes et les apprécier, jusqu'à combattre à leurs côtés, il n'a jamais été question de lui donner le titre de Samouraï, ce qui serait absurde. Car le vrai héros du film, le véritable Dernier Samouraï, est bien évidemment Katsumoto, joué par l'illustre Ken Watanabe. Il est clairement le personnage central du film, celui qui apprend tout à Nathan, qui lui transmet sa sagesse, qui le sauve d'un monde dans lequel il n'était pas bien. Lui également qui commande la communauté samouraï, mais peut-on parler d'un commandant ? Il est un homme, vivant en toute simplicité avec les siens, participant gaiment au spectacle de son petit village. Certes, il a des responsabilités politiques, mais il n'a pas de grade à proprement parler au sein de son clan. Dans son village, chaque homme est l'égal d'un autre, même celui qui était au départ son pur ennemi. La relation liant Nathan Algren et Katsumoto est touchante, magnifique. Ennemis au début, ils apprennent à se connaître et à effacer leurs préjugés pour devenir de plus en plus proches. La mentalité de Katsumoto est tout simplement sublime, faisant preuve de compassion, de compréhension et d'attention à l'égard de son détenu qui n'en est pas un. Petit à petit, une amitié va naître entre les deux hommes qui finiront côte à côte sur le champ de bataille, comme des frères. C'est d'ailleurs ce même américain qui va l'aider pendant les toutes dernières secondes de sa vie. Chacun sert l'autre : Nathan aide Katsumoto à mourir avec son honneur, tandis qu'il vient de regagner le sien grâce à lui. Cette bataille finale, engendrant la mort de Katsumoto, est une pure merveille d'émotion et d'intensité, avec la musique magnifique de Hans Zimmer, certainement l'un des meilleurs compositeurs de notre temps. Outre la mort poignante de Katsumoto (l'acteur Ken Watanabe étant ici émouvant au possible, comprenant à la toute dernière seconde de sa vie qu'il est stupide de passer sa vie à rechercher la fleur parfaite, car "elles sont toutes parfaites"), la bataille est une beauté car elle met en exergue l'incroyable force de la modernité contre les techniques ancestrales. Le combat final n'en est presque pas un, car face à toutes ces armes à feu il est clair que les samouraïs n'avaient aucune chance. Cependant, l'attaque finale est de toute beauté et symboliquement sublime. L'extermination des samouraïs à la mitrailleuse est terrible et cruelle, et la musique est ici dosée à la perfection (absence de musique lorsque les tirs débutent, puis celle-ci apparaît doucement jusqu'à cacher les bruits de tir, nous offrant une scène au ralenti des plus sublimes). D'ailleurs, un avant-goût de cet affrontement nous est donné quelques dizaines de minutes auparavant, lorsque le fils de Katsumoto meurt sur le pont de bois. Seul avec son sabre face à des militaires et des armes à feu, il n'a aucune chance mais se bat jusqu'au bout. La fin du film sera un reflet de cette scène à plus grande échelle.


dernier samourai            Bref, pour y revenir, il est beaucoup question d'honneur dans ce film, où on parle clairement de bushido, le code d'honneur qui est habituellement enseigné avec les arts martiaux. Comme j'ai fait du karaté pendant 12 ans et que cette mentalité occupe toujours mon esprit, je ne peux pas rester insensible à ce film qui sublime cette façon de penser à la perfection. Nathan Algren s'émerveille, bien sûr, devant un tel mode de pensée et ne peut qu'admirer la beauté de cet univers, reculé certes, mais tellement plus intelligent. Je disais que sa relation avec Katsumoto était passionnante et touchante, mais il n'y a pas que ça. Nathan interagit avec toute la communauté, il y est même propulsé dès le début en étant accueilli par la femme du guerrier qu'il vient de tuer. Il a beau être au beau milieu d'étrangers qui ne l'aiment pas, il est confronté à eux et sait qu'il n'est pas le bienvenu. Mais c'est sans compter sur l'attitude magnifique et respectueuse de ces habitants qui parviennent à passer outre, et finissent même par lui pardonner d'avoir été leur ennemi. Cependant, regagner ainsi le respect de tous ne se fait pas en claquant des doigts, il lui faut faire de nombreux efforts, notamment pour s'intégrer. Le fait de respecter et d'apprendre les coutumes de ses hôtes va lui permettre de gagner son honneur ainsi que la sympathie de tous.


dernier samurai        Nathan aura quelques difficultés avec Ujio au début, joué par Hiroyuki Shimosawa. Leur relation évolue doucement, devenant de plus en plus amicale. Au départ, il se battent sous la pluie avec des sabres de bois. Cette scène est des plus magnifiques, accompagnée de la musique extraordinaire de Hans Zimmer qui a fait un travail de dingue sur ce film. Emouvante, poignante, cette scène de combat sous la pluie prend aux tripes et marque le début d'une remise en question chez Ujio : "finalement, cet homme est courageux et mérite peut-être qu'on s'y intéresse". Puis Nathan fait tous les efforts possibles et imaginables pour s'intégrer au clan. Il s'entraîne au sabre au milieu des autres, sans relâche, jusqu'à parvenir à faire un "Ikiwake" (égalité) contre Ujio. A partir de là, Nathan a regagné le respect d'Ujio qui finira par l'intégrer totalement. Des efforts, il faut également qu'il en fasse avec Taka, la veuve qui est obligée de recueillir chez elle l'assassin de son mari. Elle éprouve de la haine pour lui mais prend sur elle-même. Nathan, encore une fois, fait tout pour s'intégrer à la communauté en apprenant la langue, et c'est uniquement lorsqu'il s'excusera auprès de Taka en japonais qu'elle le pardonnera, émue. La relation entre Taka et Nathan est belle, tout en douceur. L'actrice, Koyuki Katō, est une femme tout simplement magnifique, pleine de délicatesse dans ce rôle. Taka pardonne donc à Nathan, jusqu'à lui offrir l'armure de son défunt mari, ainsi qu'un léger baiser. Là encore, toute la pudeur et la sensibilité de la scène est un point fort du film. L'amour entre les deux personnages est réservé, à peine perceptible, et donc loin des clichés.


          Bref, voilà un film qui me touche profondément, qui m'émeut, grâce aux musiques sublimes, à plusieurs scènes qui sont de véritables bijoux du 7e art à mon goût, à une ambiance japonaise agréable, douce et apaisante (ça fait du bien dans ce monde de brutes), à des décors et paysages somptueux (superbe photographie), et bien sûr à un casting fabuleux (Ken Watanabe en tête, poignant lors du seppuku final, mais également Tom Cruise bien sûr, qui lui est touchant à la toute fin, devant l'Empereur). C'est un film que je ne me lasserai jamais de voir et revoir sans jamais m'ennuyer ni trouver de défauts. Une merveille du cinéma quand on en fait rarement (surtout du côté des super-productions).


        



Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

Jupi 26/06/2013 08:47

Vraiment super ! Une fois de plus une superbe analyse qui nous fait encore plus apprécier le film, MERCI ! :)
Et j'espère que tu auras le temps pendant ces vacances de modifier tes TOP en particulier le TOP 100 et pourquoi pas faire une TOP des années 80. :D

Jupi 26/06/2013 23:56

Ok, bah si tu as le temps, n'hésite pas parce que j'aime vraiment beaucoup tes tops ! Et je suis pas le seul, j'ai parlé de ton blog à mes amis et ils aiment particulièrement ton TOP 100. ;)
Enfin bref continue comme ça, je n'ai pas trouvé un seul autre blog qui soit sérieux sans trop l'être comme le tient, même s'il n'y a pas tout les films analysés, la plupart est la !
merci :)

Sebmagic 26/06/2013 11:48

Merci, le top 100 je le modifie régulièrement, par contre je n'ai pas le temps de toucher aux autres tops !

Joelaindien 21/08/2011 15:09



Hello!

j'aime beaucoup!
merci du partage!

bon dimanche!



Sebmagic 21/08/2011 16:11



Tant mieux si t'as aimé, bonne journée !



Wolvy128 20/08/2011 17:32



Un des plus beaux rôles de Tom Cruise effectivement. Je ne vois pas grand chose à ajouter car ta critique est on ne peut plus développée. Qui plus est, je partage vraiment tout ce que tu dis car
ce film fait également partie de mes préférés. L'histoire est prenante, les acteurs sont bons et la musique est juste sublime, ce qui est quand même souvent le cas avec Hans Zimmer. C'est sans
aucun doute un de mes compositeurs préférés. Bref, un excellent film qui allie parfaitement action et émotion, on ne voit pas le temps passer.



Sebmagic 20/08/2011 23:19



Merci de soutenir, je sais que tout le monde n'est pas dingue de ce film (en partie à cause de Tom Cruise).



inthecrazyhead 17/08/2011 14:50



Excellent article, je ne trouve rien à redire à ce que tu dis déjà. La seule chose que je reprocherais au film, c'est son début. J'avoue que ça fait des années que je ne l'ai plus vu mais je me
souviens que l'introduction était assez maladroite, que ça bougeait dans tous les sens. 'fin, un souvenir très vague des premières minutes qui me hante toujour ^^ En tout cas, ton article
renforce mon envie de revoir ce film, ce qui se fera dans les prochains jours et si mon avis change sur le début, je te le ferais savoir 



Sebmagic 18/08/2011 00:07



Bien bien, perso je n'ai pas de mal avec le début, si je ne me trompe pas c'est juste la présentation du personnage principal. Pour les scènes qui "bougent dans tous les sens", tu parles
peut-être des scènes de flashbacks/souvenirs qu'a Nathan, ses cauchemars qui le tourmentent ?


 


EDIT : Ah oui je viens de revoir l'intro, tu parles donc des images du tigre avec Katsumoto qui médite ? Perso je trouve ce passage plutôt cool ^^



anais 17/08/2011 11:04



Talus


Pas grand chose à rajouter, juste pour préciser que hier soir je me suis renseignée sur le Bushido et en fait Katsumoto (ou yashumozo...) ne se fait pas hara-kiri dans le sens où un hara kiri
c'est se donner la mort après une humiliation, et non une défaite. Il s'agirait d'un seppuku, où il meurt dans l'honneur. Enfin je te cite ce que wikipédia dit dans la page du Bushido, il
explique mieux que moi :P


" Cependant, il faut noter une différence non négligeable entre seppuku et hara-kiri. Le seppuku permettait à un guerrier vaincu de se donner la mort et de pouvoir ainsi mourir avec son honneur
(le vainqueur abrégeait ensuite ses souffrances). Le hara-kiri était une façon de se donner la mort où la personne "perdait" tout honneur suite à ce geste. Dans le Japon féodal, on parlera de
hara-kiri pour une personne se donnant la mort suite par exemple à une humiliation (adultère par exemple) et de seppuku pour une personne assumant une défaite et se donnant la mort (guerrier
perdant une bataille). Cette nuance est sensible mais importante dans la compréhension du bushido. "


Et dans la foulée j'ai commandé un bouquin sur le Bushido traduit en français, devrais le recevoir demain d'amazon, j'imagine


A quand une critique sur 300 ?



Sebmagic 17/08/2011 11:09



Ah oui merci, je modifie ça ! Et 300 ça viendra, mais pas aujourd'hui du coup Demain sûrement.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -