10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 16:33

         Enfin vu ! Pour être honnête, je ne m'attendais pas du tout à ça. En fait je ne savais pas exactement à quoi m'attendre. Le film est bon, c'est sûr, mais j'aurais espéré qu'il démarre plus rapidement. Alors évidemment, Taxi Driver est une superbe expérience cinématographique, avec une ambiance de dingue. Très particulier et sombre, il nous plonge pendant presque deux heures dans l'univers d'un chauffeur de taxi, Travis Bickle. Témoin quotidiennement de la misère et la violence des mauvais quartiers de New York, il arpente la ville toute la nuit, jusqu'au jour où sa conscience va le réveiller.

 

Indice Spoiler :  Spoiler3

 

taxi driver



-> Lire la suite...

          Tout le monde m'a dit que c'était LE chef d'oeuvre de Scorsese, LE rôle de De Niro et LE film culte des années 70. Bon, pour ma part, je ne suis d'accord qu'avec une seule des trois affirmations même si j'ai beaucoup aimé le film. Cependant, il m'a laissé avec quelques impressions de longueur, notamment dans les dialogues qui, parfois, ne racontent absolument rien.



taxi driver 2          Ce n'est pas mon film préféré de Scorsese, j'ai par exemple préféré Shutter Island ou même Aviator. C'est une question de goût mais j'ai trouvé ces deux films plus captivants dans leur narration que Taxi Driver qui n'en reste pas moins un excellent film. Taxi Driver aborde un thème super intéressant, celui de la violence des quartiers de New York vue par un simple chauffeur de taxi, impuissant et un peu lâche (au début) face à ce qu'il voit. Son évolution est assez bizarre, car elle se fait par à-coups. Pendant toute la première moitié du film, Travis voit ce qu'il se passe autour de lui et ne réagit pas. Ca ne l'empêche pas de cogiter et de se dire qu'il faudrait nettoyer toute cette "racaille" qui (selon lui) salit les trottoirs la nuit. Il ne se prive d'ailleurs pas d'en faire part au futur président lorsqu'il le charge dans son taxi. Il cogite, on sent qu'il déprime, notamment lorsqu'il essaie de parler à l'un de ses collègues qui lui, ne comprend pas tellement le mal-être de Travis. Pour se sentir bien dans sa peau, il va alors devenir en quelque sorte un justicier en tentant de sauver une gamine de 12 ans qui se prostitue et n'a pas le courage de tout plaquer. La gamine est d'ailleurs jouée par Jodie Foster, absolument parfaite dans ce rôle assez difficile. Cette relation entre Travis et Iris est géniale, passionnante, ça fait même un peu penser à Léon. Mais voilà, je trouve que ce déclic de Travis arrive trop tard dans le film. On a à peine le temps d'en profiter que le film s'arrête, et c'est bien dommage. La chose qui m'a gêné, finalement, c'est le début du film avec la relation "amoureuse" entre Travis et Betsy. Cette étape était-elle importance dans le processus d'évolution de Travis ? Je n'en ai pas l'impression, ou alors j'ai zappé quelque chose. Toute cette partie était amusante au début, et crédible, mais sans vraiment de sensibilité, je trouve. En fait je n'ai trouvé quasiment aucun intérêt à cette idylle assez courte qui n'aboutit jamais. C'est vraiment un élément du film dont on se fiche totalement. Vu comme c'était parti, j'ai eu peur que tout le film se base principalement autour de ça, et heureusement Scorsese n'a pas fait cette erreur, parce que ça aurait pu être assez lourdingue. Donc je trouve excellent le fait de ne pas avoir continué là-dessus, mais le problème qui se pose c'est : pourquoi avoir introduit ça ? A part montrer que Travis est un peu taré lorsqu'il tente d'assassiner le sénateur. Montrer que le personnage n'agit à ce moment que par l'intérmédiaire de Betsy (adulant le futur président au début puis décidant de le tuer, comme pour se venger). Personnellement, je n'ai pas accroché à cette histoire d'amour, d'autant que je trouve Cibyll Shepherd assez mauvaise dans ce film, fade. Je l'avais trouvé plutôt amusante dans la série Clair de Lune avec Bruce Willis, mais là franchement, je n'accroche pas. Tout ce début de film est également accompagné d'une musique qui, je trouve, ne colle absolument pas à l'ambiance. Des airs au saxophone qui font justement penser à Clair de Lune dans le style. Ca ne correspond pas à l'atmosphère sombre et déjantée du film, où j'aurais vu plutôt des compositions noires et plus déprimantes. Elles nous empêchent de nous intégrer totalement dans l'esprit de Travis et c'est dommage. Bref, tout ça pour dire que ce passage du film (qui dure quand même longtemps) fut pour moi l'objet de longueurs, même si je comprends que c'était plus ou moins nécessaire.



taxi driver 3         Alors attention, le début de cette critique laisse penser que je n'ai pas aimé le film. Mais ce n'est absolument pas le cas ! A part ce début un peu faible, j'ai trouvé toute la suite absolument géniale. Et encore, à part cette histoire avec Betsy, le début contient pas mal de très bonnes scènes, notamment lorsqu'un type un peu taré et bizarre entre dans le taxi de Travis (l'homme barbu joué par Martin Scorsese lui-même, vraiment délirant) et lui déballe sa vie et ses projets de meurtre. Mais dès que Travis commence à changer d'état d'esprit, à acheter des flingues et à s'intéresser à Iris, j'ai vraiment adoré le film jusqu'à la fin. Le seul regret que j'ai eu était de me dire "dommage que le film ne se soit pas davantage consacré à cette partie". Le film devient subitement palpitant, avec des nombreuses scènes absolument géniales et cultes (c'est d'ailleurs ce que je reproche au début du film, qui n'est pas très consistant en la matière). Beaucoup de passages excellents, comme l'achat des armes à feu, ou la discussion avec l'un des gardes du corps du sénateur, vraiment très drôle. De manière générale, le personnage Travis devient plus vivant, comparé au début. La scène "Are you talking to me ?" est tout simplement énorme, bien plus drôle dans son contexte que lorsque je l'avais vue sur Youtube. Et pourtant ça me faisait déjà marrer. Et puis bien sûr, la fin du film est juste parfaite. Scorsese se permet même de faire une petite critique des journaux et de la médiatisation de certains "héros", Travis étant finalement célébré pour avoir buté plein de monde. Quand on voit le personnage, un peu cinglé sur les bords, il est difficile de l'appeler "héros" puisqu'il a tout de l'anti-héros. Mais son acte est louable. La scène du carnage, où il fait enfin ce qu'il pensait être son devoir depuis le début, est un pur bijou, pourtant réalisée avec très peu de moyens. On sent toute la métamorphose du personnage qui en a marre de rester dans son taxi les bras croisés et passe enfin à l'acte, sans hésiter à faire souffrir des gens odieux. La présence de Harvey Keitel est d'ailleurs notable, cet acteur que j'ai eu du mal à reconnaître au début est génial et très délirant. Et puis le regard de De Niro aux flics, avec son doigt dégoulinant de sang sur la tempe, est incroyable et rend la scène jouissive.



taxi driver 2
J'en profite pour refaire une petit pub à If we don't, Rembember Me.




taxi driver 4          De même, la toute fin du film est intéressante car elle soulève beaucoup de questions. On se demande si Travis est mort, finalement. Car, alors que tout le film reste dans une cohérence parfaite depuis le début, il devient subitement assez curieux puisque Travis est considéré comme un héros (même s'il a sauvé une jeune fille, il a quand même assassiné de sang-froid trois ou quatre personnes) et revient dans sa routine du début du film, ou presque, puisqu'il a maintenant définitivement l'âme d'un justicier (en témoigne le coup d'oeil rapide dans son rétro juste avant le générique final). Certains penchent pour une théorie qui me plaît beaucoup, à savoir que ces 5 dernières minutes seraient une vision de Travis juste avant de mourir. Un aperçu de la vie idéale, où il recroise Betsy, prête à s'excuser. Bref, comme je disais, je ne trouve pas que Taxi Driver soit le meilleur film de Scorsese à cause de ce début un peu faiblard. Par contre, là où je suis absolument d'accord, c'est sur De Niro. Ce mec est grandiose d'un bout à l'autre. L'acteur nous fait là une interprétation de dingue, incarnant un homme déprimé qui n'arrive pas à dormir et que la souffrance qu'il voit au quotidien va rendre un poil psychopathe.



          Au final, j'ai beaucoup aimé mais j'ai trouvé que le début trainait trop en longueur par rapport à ce que le film veut nous faire passer. Néanmoins, je suis content de l'avoir vu ne serait-ce que pour les prestations incroyables de Robert De Niro et Jodie Foster.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sebmagic - dans Critiques de films

commenter cet article

Commentaires

driver 02/10/2014 16:16

Très bon film c'est clair, et ça fait du bien de revoir le De Niro au sommet de son talent après avoir vu quelques unes de ses dernières prestations dans le genre rôle comique...

Squizzz 15/02/2011 01:41



Ah ben j'ai attendu que 7 ans, ça doit être pour ça, lol ! En fait, le problème que je trouve à 2001, c'est déjà sa longeur et ses longeurs. Le fait qu'il faille réfléchir ne me pose pas de
problème (sauf quand je trouve pas de réponse, ça m'énerve !!!), que Kubrick veuille plus passer par la métaphore, et faire passer son message via une expérience plus que par un film classique,
ok. Mais étendre à ce point les scènes ! (le pire c'est le gouffre lumineux de 10 minutes, merci le dvd, on peut passer en accéléré), d'une part on s'ennuie, et en plus si on ne capte pas le
message, ça frustre encore plus !


Je retenterai l'expérience dans 3 ans



Sebmagic 15/02/2011 08:54



Ouais, ce gouffre lumineux est atroce ! J'ai bien failli décrocher à ce moment-là mais j'ai tenu le coup, contrairement au reste de ma famille



Ze Ring 14/02/2011 16:26



Bin si, faut réfléchir pendant le film, c'est tout.
Moi j'ai compris la deuxième fois 2001 ^^
Y a des films comme ça faut se prendre la tête dessus!!



Sebmagic 14/02/2011 16:32



Certes, mais ça n'empêche qu'on peut très bien avoir loupé des trucs. Et puis très franchement, dans le cas de 2001, j'ai pas tellement envie de me faire le film 3 fois pour le comprendre. Une
fois m'a déjà dégoûté du truc !



Ze Ring 14/02/2011 15:57



Le conseil qu'on m'a donné pour 2001 c'est d'attendre 10 ans avant de le remater.
Sinon, pas nécessairement besoin de chercher des infos sur Internet, c'est toujours plus intéréssant de faire sa propre interprétation ;)



Sebmagic 14/02/2011 16:05



Oui je suis entièrement d'accord mais quand t'as rien bité la première fois y'a pas de raisons que ça s'améliore la deuxième ! Ca peut être intéressant de lire les interprétations des autres pour
se faire sa propre idée, surtout quand on n'a pas vraiment compris le film. Sans ça j'aurais trouvé des films comme Mulholland Drive ou Matrix Reloaded complètement pourris.



Squizzz 14/02/2011 13:32



"2001" est l'exemple type que je n'ai pas aimé la première fois, et que je me suis obligé à revoir... et auquel j'ai toujours pas adhéré la deuxième fois ! (je le crie pas sur tous les murs,
parce qu'en général ça passe pas bien, lol)



Sebmagic 14/02/2011 15:50



Non mais moi non plus j'ai pas aimé la première fois, j'évite aussi de le crier sur tous les murs en effet :D


 


A mon avis il faut peut-être le regarder, puis chercher des explications, puis le re-regarder. Sinon on a deux fois la même vision "ignorante" et ça n'apporte rien de plus. Ce processus de double
visionnage marche par contre très bien pour les films "à émotion", où l'émotion est très souvent (voire tout le temps) beaucoup plus intense la deuxième fois. J'ai remarqué ça dans la grande
majorité des cas.



Identity

  • : Vol au-dessus du 7e art
  • Vol au-dessus du 7e art
  • : Critiques subjectives d'un amoureux du cinéma.
  • Contact

Recherche Du Bonheur

Syndication (RSS)

http://idata.over-blog.com/3/93/29/14/hatRSS_white.png

Ne le dis à personne

 

Il est strictement interdit de redistribuer, copier, republier le contenu de ce blog sur votre site, blog ou forum

  Ce blog est sous la protection des Droits d'Auteur et de la Propriété intellectuelle. © Vol Au-Dessus du 7e Art & Sebmagic 2010 - 2014.

 

_______________

 visiteur(s) en ligne

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -